LE CYCLE RIT

27 novembre 2022

 

 

 

2022 53 (3)

 

 

Ô Gravel Family ride, pique-nique, Special ride et pousse-café - Ô Gravel (ogravel.com)

 

 

2022 53 (42)

 

Posté par mastercycle à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 novembre 2022

 

 

 

000001 (14)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (15)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (16)

 

 

 

 

 

000002 (1)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (2)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (3)

 

 

 

 

 

 

000002 (4)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (5)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

000002 (7)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (8)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (9)

 

 

 

 

 

 

000002 (10)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (12)

 

 

 

 

 

 

 

 

000002 (13)

 

 

 

 

 

 

000002 (14)

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2022

 

ogrorog

Ogrorog - Alexandre Friederich

« Octobre - j'ai quitté ma maison, je me suis mis en route » Cet automne-là, l'auteur va de l'Ain à l'Aquitaine avec un but - rejoindre une autre maison - et un projet, celui de voir la forêt. »



 

 

 

 

 

 

 

 

ruby

Elle s'appelle Ruby - Olivia Chaloin

Ne touchez pas au voyage à vélo, vous risqueriez d'y prendre goût ! Lorsqu'il vous attrape, il ne vous lâche plus ! Il vous bouleverse ! Il vous questionne ! Il vous renverse et il ébranle vos certitudes ! Plus qu'un récit de voyages à vélo, ce livre est l'histoire d’une reconstruction. Une jeune femme, avec qui la vie n’a pas été des plus tendres, décide un jour d’enfourcher un tandem avec son homme. Au fil des kilomètres parcourus et des pays traversés, elle panse petit à petit ses blessures. L'amour indéfectible de son compagnon, devenu depuis son mari ; ainsi que les innombrables leçons délivrées par deux voyages successifs en tandem lui permettent d’avancer et d’apprendre. Embarquez avec eux dans un voyage au long cours et suivez cette chronique de couple hors du commun. Bonne route ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

zen

Zen, ou l’art de pédaler / Claude Marthaler / Olizane

Voyager est une expérience très subjective, V une conspiration entre perception, imagination et contrainte physique.» Par ces mots, Claude Marthaler révèle son engagement total dans cet art de vivre qu'il a fait sien. Pédaler et jouir de cette euphorie qui le porte et le transporte, qui lui fait enchaîner envolées déraisonnables et calembours hallucinés. Il livre ici une réflexion «vélosophique» qu'il transcrit avec poésie et humour.

«Voyager lentement, c'est rencontrer rapidement». Voilà l'autre secret de cette énergie incroyable qu'il déploie : le bonheur de la rencontre et du partage.

Pour Claude, «enfourcher un vélo, c'est aussi chevaucher tous les paradoxes». La fragilité devient une force, le rythme indolent un accélérateur. Il rend ainsi à la Terre sa vraie dimension, à la fois immense et intime. La juste mesure du monde.

Posté par mastercycle à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2022

 

 

11:07, le samedi 12 novembre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Éloge du petit tour

Nul besoin d’aligner des dizaines ou des centaines de kilomètres pour prendre du plaisir sur le vélo.

Balade du jour jusqu’au Lac du Laragou (majoritairement par des petites routes même si nous avons suivi deux portions Gravel) pour un pique-nique (manches courtes un 12 novembre, on en profite mais est-ce normal ?) avec Christel, Cédric sur le tandem avec moi et Sylvie (les enfants nous ont rejoints là-bas) pour étrenner le joli et tout neuf vélo de Christel (un Moma, un bon vélo, avec moteur dans le moyeu arrière, pour la pratique de randonnée et se faire plaisir).
Certains pratiquants ne se seraient jamais mis au vélo sans l’assistance : trop dur dans les montées, trop long … C’est donc une très bonne et un plaisir que de voir nos proches prendre ainsi goût à la balade en vélo.
Et pour ma part, je n’ai aucun problème ni état d’âme à les voir me doubler dans les montées, ma masculinité n’en prend absolument pas un coup ! Au contraire, j’en suis ravi ! Et ça ne m’empêche pas ensuite sur le plat d’en mettre un petit coup pour aller vers les 25 km/h, limite d’assistance du moteur …

Et même en pratique très familiale, très loisir, le sport est toujours là, il suffit d’apprendre à gérer son assistance pour tout de même transpirer un peu, les jambes tournent, ce n’est pas une moto, même si cela en a un peu le comportement dans les descentes …

 

 

 

 

2022 51

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06989

 

 

 

 

 

 

 

07:27, le lundi 7 novembre 2022 Garidech, Haute-Garonne

 

2022 49 (1)

 

 

 

Véloboulot du lundi, du mardi et du mercredi – Vélorution - Analyse de parcours cyclable, CQFD en photos

La vélorution a été lancée il y a quelques années pour défendre une vélosophie du vélo utile et l’utilisation de ce moyen de locomotion finalement si pratique sur les trajets courts, et non polluant.
Deux pays dans le monde n’ont pas eu besoin de révolution pour défendre ce moyen de locomotion et le développer en lui donnant la place qu’il mérite : les Pays-Bas et le Danemark … D’autres pays ont suivi l’exemple et ont développé dans certaines de leurs villes ou régions des réseaux cyclables dignes de ce nom et permettant au vélo de pouvoir se substituer à l’automobile comme moyen de locomotion régulier.
En France, Grenoble et Strasbourg font figure d’exemple. Il est donc tout à fait possible, si les politiques s’en donnent vraiment les moyens, de réaliser des infrastructures cycloroutières fiables.
Mais c’est lent, très lent à rentrer dans les consciences de nos décideurs, peut-être tout simplement car très peu d’entre-eux pratiquent le vélo-utile, je ne dirai pas que c’est dû à leur corpulence bedonnante (les inaugurations, les foires agricoles, les réceptions, vous comprenez …), non ce serait vraiment très réducteur et très simpliste … Par contre, c’est un fait : nos décideurs ne sont pas des pratiquants … Je parle bien du vélo utile, pas du vélo sport car nombreux cyclosportifs rechignent à emprunter les cyclables quand elles existent et même si elles sont bien conçues (on y roule moins vite !).

Interrogez ceux qui pratiquent le vélo-boulot, le vélo pour aller faire les courses, le vélo-cargo pour amener les enfants à l’école, testez ces pseudos aménagements cyclables que vous faites aménager pour vous rendre compte de leur utilité réelle ou de leur mauvaise conception …

J’ai un exemple tout près de chez moi : des aménagements cyclables ont été faits pour mener de Garidech et Gragnague au nouveau lycée qui a ouvert cette année.
Une vraie cyclable contourne le Lycée, c’est très bien. Pour aller vers Garidech et récupérer la D45 qui passe sur l’autoroute, il y a un feu spécifique, c’est très bien, d’autant plus que la cyclable est à gauche …

 

 

 

2022 49 (5)

 

 

 

2022 49 (6)

 


Puis, premier hic : il faut passer sur un pont dont les trottoirs sont assez étroits, on indique aux cyclistes qu’ils doivent mettre pied à terre et passer sur ce trottoir, transformé en voie verte. La voie verte continue ensuite, et c’est pas mal, sur le trottoir assez élargi, pourquoi pas.
La voie verte est aménagée des deux côtés, bien …

 

 

 

2022 49 (7)

 

 

 

 

2022 49 (8)

 

 

 

2022 49 (9)

 

 

 

 

2022 49 (10)

 

 

 

 

2022 49 (11)

 

 

 

 

Arrivé au croisement avec la D20B, plus de voie verte, plus de cyclable, alors que la route monte, qu’elle a été élargie (pour le passage des bus, mais on aurait pu y placer aussi une voie cyclable) et qu’un trottoir a été aménagé d’un côté, trottoir déjà envahi par les herbes … Pas bon pour les lycéens garidéchois qui souhaiteraient aller au lycée en vélo. Vous direz peut-être qu’ils ne sont pas nombreux … Avec ce genre de réflexion, on ne fait rien.
Je crois au contraire que créer des itinéraires favorisant les mobilités douces incitera à s’y mettre. Et rêvons, on pourrait continuer les aménagements jusqu’à Montastruc-la-Conseillère ou vers Castelmaurou si la commune dépend de ce lycée …
De tels aménagements ne sont pas à réserver aux grandes agglomérations, en milieu rurbain (si, si, le mot existe), semi-rural ou rural, cela peut aussi être intéressant et utile.

Sur le pont, il aurait suffit de donner priorité aux vélos et les laisser passer sur la chaussée avec un marquage spécifique (zones marquées, chaussées à voie centrale banalisée, CVCB ou « Chaucidou », chaussée pour la circulation douce) comme on commence à en voir et qui sont très mal compris des automobilistes, c’est aussi une question d’éducation routière, de pédagogie, mais nos politiques en ont-ils vraiment envie, et n’y aurait-il pas quelques lobbies très actifs …
Pourtant la vélorution est bien en marche, nombre de personnes autour de moi souhaitent passer au vélo utile pour leurs déplacements courts, il faut occuper la route ! Et par contre se montrer très respectueux du code de la route, cela rendra le cycliste utile crédible …
De bons exemples mardi sur le trajet retour : un cycliste qui coupe tranquillement le rond-point du centre-bourg à Lapeyrouse-Fossat. Oui, il n’y avait personne, donc aucun danger ! Un autre qui grille le feu au carrefour entre la D888 et la D77. Mais quoi, c’était encore orange !
Si vous faites partie d’un club cyclo qui a l’habitude rouler dans le coin le mardi, ne lisez pas les deux lignes qui suivent …

Et ces deux troupeaux de cyclistes qui empiètent sur la voie de gauche, nous circulons tout de même aux heures de pointe … Le code de la route demande pourtant de scinder les groupes de plus de 10 cyclistes, ce n’est pas pour rien …
Et je ne dis pas qu’il ne m’est jamais arrivé de faire une petite entorse au-dit code de la route, malgré tout, j’essaie de rouler responsable.

Cordialité ! Deux voitures me remercient de leur avoir fait signe de passer car j’avais la visibilité avant eux, dans un virage. Cela ne me dérange pas d’être dépassé par une voiture, une moto, un camion, un bus, un autre vélo, je demande juste à ne pas être mis en danger à cause de cela.
Et bien sûr (malheureusement), ces deux ou trois véhicules qui me doublent trop près … C’est inconscient, c’est idiot car cela me met en danger, voilà pourquoi dans ces cas j’emploie souvent le mot « abruti(e) » car on n’a pas envie d’être tolérant, les 1,50 m hors agglomération et 1 m en agglomération ne sont pas inutiles, ils sont vitaux : le cycliste peut faire un écart, tomber, etc. On voit quand pas mal de panneaux le rappelant le long des routes. Il faudrait une vraie campagne nationale de la prévention routière pour donner très officiellement sa place au vélo sur les routes …

Le cycliste n’a que son casque pour se protéger, c’est pour cela qu’on ne peut se permettre de rester dans la demi-mesure …

Toujours au sujet de ce beau lycée de Gragnague : la commune de Gragnague a aménagé une voie verte pour rallier le lycée depuis le centre-bourg, elle est large, séparée de la route, elle traverse une fois la route mais la visibilité est bonne et cette traversée est placée pile au milieu de la ligne droite concernée, c’est donc très bien, bravo ! D’autant plus que la voie verte part ensuite à gauche, la traversée est donc obligatoire.

 

 

 

 

2022 49 (2)

 

 

 

 

2022 49 (3)

 

 

 

 

2022 49 (4)

 

 

 


Mais il y a un hic : le petit pont métallique qui enjambe le Canal du Moulin, très étroit et avec de grosses marches … Ce serait vraiment dommage d’en rester là … J’ose penser que la commune de Gragnague va remplacer ce petit pont (le problème est dans les grosses marches surtout) pour un vrai passage large.

Les sas vélo existent depuis les années 70, les CVCB depuis les années 90, les zones de rencontre et zones 30, elles, sont inspirées des cours urbaines des Pays-Bas des années 60. Les premières pistes cyclables au monde ont été aménagées au 19ème siècle : 1885 à Utrecht, 1894 à Brooklyn, 1896 en Brabant, ou encore en 1900 aux États-Unis avec la California Cycleway de 2 km sur pilotis, les premières vélorues existent depuis les années 80 en Allemagne à Brême … Le rond-point cyclable suspendu d’Eindhoven de 72 m de diamètre inauguré en 2012 et fréquenté chaque jour par 5 000 cyclistes au-dessus de 25 000 voitures laisse rêveur … Il faut tout simplement, par endroits, donner la priorité au vélo, les mentalités changeront ensuite … Mais faut-il une vraie politique pour cela …

 

1

 

 

 

 

cour urbaine

 

 

 

 

CVCB-Pays-Bas-600x400

 

 

 

 

rond-point-aerien-cyclable heindoven

 

 

 

 

 

 

 

 

06:26, le mercredi 26 octobre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Nocturne matinale

Celle-là est à ranger dans la catégorie « changement de programme », les nocturnes je les fais plutôt le soir. Si je roule le matin en nocturne c’est en général pour partir faire une longue … Changement de programme, ça arrive, ce n’est pas un problème.
J’ai donc voulu attendre le lever du soleil pour la photo, pas concluant …
Le phénomène de baisse de température juste avant le lever du soleil est toujours impressionnant, le ressentie est réel.

 

 

2022-10-26

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15:07, le lundi 24 octobre 2022 Toulouse, Haute-Garonne

Escaliers …

Un classique maintenant de nos circuits toulousains avec Bastien. Nous avons varié un peu avec un passage à l’Île du Ramier et avec une version plus nature de la descente du centre hospitalier de Rangueil vers Rangueil. Si vous ne les connaissez pas, les escaliers sous coursive qui mènent du CHU jusqu’à la Route de Narbonne valent le détour !

 

 

2022 44 (1)

 

 

 

 

2022 44 (2)

 

 

 

 

 

2022 44 (5)

 

 

 

 

 

2022 44 (6)

 

 

 

 

 

2022 44 (8)

 

 

 

 

2022 44 (9)

 

 

 

 

 

2022 44 (10)

 

 

 

 

2022 44 (11)

 

 

 

 

2022 44 (12)

 

 

 

 

2022 44 (13)

 

 

 

 

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ô Gravel nocturne ride

 

 

 

2022 50 (13)

 

 

Ô Gravel nocturne ride - Ô Gravel (ogravel.com)

 

 

 

Posté par mastercycle à 02:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 novembre 2022

 

 

 

 

000001 (1)

 

 

 

 

 

 

000001 (1)

 

 

 

 

 

 

000001 (2)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (3)

 

 

 

 

 

 

000001 (4)

 

 

 

 

 

000001 (5)

 

 

 

 

 

 

000001 (6)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (7)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (8)

 

 

 

000001 (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

000001 (10)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (11)

 

 

 

 

 

000001 (12)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (13)

Posté par mastercycle à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2022

 

 

 

itinéraire d'un dératé

L’étrange itinéraire d’un dératé / Bernard Leconte

La mort brutale du père de Lucien, gamin gauche et un peu bébête, est un déclic : il consacrera sa vie au sport. Il se lance à corps perdu dans le foot, le vélo, l’athlétisme, entrevoyant aussi les joies de l’amour et de la jeunesse. Mais il a beau faire, il reste l’éternel nigaud à côté de la plaque dont on rit pour éviter d’avoir à en pleurer : il grandit nonchalamment, travaille vaguement, flirte mollement, et va voir des matchs au stade avec son seul ami, Jean-Luc.
Sa vie suivra cet itinéraire touchant et pathétique, celui d’un dératé ingénu, qui pédale autant qu’il picole, qui s’engage autant qu’il dort devant la télé. C’est l’histoire d’un enthousiaste velléitaire, d’un raté magnifique, dans lequel on sera tous amenés parfois à se reconnaître malgré nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bistrot breizh

Bistrot Breizh / Pascal le Liboux

Une randonnée à vélo, décrite dans un livre plein d'humour, d'anecdotes et de photos. Découvrez des patronnes typiques et... atypiques, des brèves de comptoir inédites et les paysages magiques de la Bretagne. Pascal Le Liboux et ses amis vous embarquent sur leur porte bagage pour un Tro Breizh à vélo, à travers le pays bigouden, le Cap Sizun, le Léon, le Trégor, le Centre Bretagne, les Côtes d' Armor et le Morbihan jusqu'en pays Gallo...
Des portraits tantôt drôles, tantôt émouvants, des " breizh " de comptoir irrésistibles, des bistrots... et des clients comme vous pensiez qu'il n'en existait plus. Voilà ce que vous présente ce livre en 1019 kilomètres, 144 pages et beaucoup plus de photos. Bretagne-vélo-vieux bistrots, bistrots-vélo-Bretagne ou vélo-Bretagne-bistrots, la trilogie est la même : celle de l'amitié, de la bonne humeur et de la nostalgie.
Dans le livre, vous découvrirez en premier lieu les " Traditionnel(le)s ", 12 tenanciers et tenancières, au moins octogénaires, dont le café est resté celui qu'il était, il y a un siècle. Puis vous ferez connaissance avec les " Espoirs ", c'est à dire ceux qui se préparent au départ en retraite,puis avec les " Ambiances " et les clients qui savent la créer et l'entretenir. Nous vous racontons aussi " Les Moments de Grâce " ces belles rencontres inattendues avec... d'anciens maquisards, un druide autonomiste, un comice agricole ou un éleveur de menhirs..., les moments de plaisir et d'émotion partagés en discussions ou chansons avec des personnages improbables. Nous vous disons tout de nos itinéraires à vélo et des plus belles routes et binojenn sillonnés en Bretagne et vous dévoilons même quelques adresses de gîte et de couvert qui ont accueilli les pèlerins à vélo.
Si vous aimez la Bretagne et le caractère breton, la fête et l'amitié, l'ambiance des bistrots, la simplicité et la chaleur du monde rural, alors vous aimerez ce livre... Qui vous donnera, nous l'espérons, l'envie de remonter sur votre vélo et de convaincre quelques copains de partir, à votre tour, pour votre Bistrobreizh et retomber en enfance durant quelques jours. Ne tardez pas, rendez visite à ces belles patronnes, leurs cafés fermeront bientôt . Agnès a maintenant 97 ans dans son bistrot de Pont-Croix. Faites vite, elle vous attend !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roue-libre-dans-la-ville_9598

Roue libre dans la ville / Pierre Tanguy

Traverser la ville sur son vélo, chaque jour, pour aller au travail. De cette banale expérience, Pierre Tanguy tire une chronique poétique ponctuée de rencontres et marquée par le passage des saisons.
Un marron qui roule sur le bitume, des pois de senteur qui débordent d'un mur, le soleil couchant de juin qui illumine les immeubles : tout est prétexte, pour l'auteur, à s'émerveiller et aussi à jeter un regard amusé sur lui-même et les autres.

Ces instants chapardés dans l'ordinaire des jours, entre logis et bureau, sont de vrais moments de respiration et de souffle retrouvé. La piste cyclable devient ainsi, par la grâce de l'écriture, un véritable espace de méditation.

 

Posté par mastercycle à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2022

Gravel-cyclo trans-Volvestre, Via Garona, Garonne, à la carte – Also in english

J’avais prévu de revenir en vélo d’Ariège et voulais varier un peu : direction donc le Volvestre, et tracé à la carte, c’est-à-dire sans trace établie à l’avance …

Je descends donc la Bouigane puis le Lez en direction de Saint-Girons avec l’intention de monter à Notre-Dame de Marsan pour profiter de joli point de vue sur les massifs environnants et sur Saint-Lizier.
Je veux repasser sur un chemin que je connaissais ou que j’ai connu : il n’est plus praticable … Petite prospection donc qui me fait tourner en rond, je reste donc sur le sentier balisé qui va vers la Croix de Montcalibert, je n’y passerai pas cette fois …

 

 

 

2022 48 (1)

 

 

 

 

2022 48 (2)

 

 

 

 

2022 48 (3)

 

Saint-Lizier

 

 

 

2022 48 (5)

 

 

 

 

 

2022 48 (6)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (7)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (10)

 

 

 

 

2022 48 (11)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (12)

 

 

Je rejoins Sainte-Croix-Volvestre par de très jolies portions Gravel. Le Volvestre est très vallonné, l’agriculture et l’élevage sont bien présents mais les coins sauvages ne manquent pas. Les pistes sont en gravier, certaines plus anciennes sont pierrées, les sentiers (notamment en sous-bois) ne manquent pas.
Après Sainte-Croix, je pars en direction de Montesquieu-Volvestre, belle bastide avec sa halle pittoresque.

Quand le bitume laisse la place au gravier … J’adore ce moment où le bitume laisse la place à la piste, l’aventure commence … La piste peut aussi laisser place au chemin, au sentier, il suffit de passer ce portail pour le bétail, cela mène toujours quelque part, même si ce quelque part oblige à faire demi-tour, il t’aura amené où tu voulais aller, le nulle part n’existe pas, aujourd’hui encore j’ai pu m’en rendre compte même si cela m’aura fait tourner deux fois en rond mais je ne regrette pas, le sente de mouton était magnifique et j’ai pu approcher un superbe taureau … La trace « nettoyée » ne montre pas cela ni les quelques prospections infructueuses (dans le sens gravellistique : rejoindre la rote là-bas, où ces maisons …), la balade complète fait 160 km.

 

 

 

 

 

 

2022 48 (15)

 

 

 

 

2022 48 (17)

 

 

 

 

 

2022 48 (19)

 

 

 

 

2022 48 (20)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (21)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (23)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (25)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (28)

 

Montesquieu-Volvestre

 

 

 

 

2022 48 (29)

 

 

 

 

Ce n’est pas la première et ce ne sera pas la dernière : la balade a été laborieuse … Pas parce que j’ai pas mal prospecté, regardé la carte pour trouver des liaisons Gravel mais parce que le moteur a été très poussif … Je suis parti « tranquillement » ce matin, je savais que j’allais passer une dizaine d’heures sur le vélo (ou à côté) mais dès que j’ai entamé la traversé du Volvestre je me suis rendu compte que le moteur avait du mal a suivre (et que ça allait durer plus longtemps que prévu), je me suis donc dirigé vers Rieux-Volvestre pour suivre un bout du Gr861 Via Garona puis à Carbonne suivre le parcours cyclable de la Garonne (parcours cyclable ne signifie pas piste cyclable, ce parcours emprunte des routes moins fréquentées et certaines portions sont aménagées).

Entre Muret, Roques-sur-Garonne et Portet-sur-Garonne, j’ai tout de même suivi quelques portions plus nature au plus près de la Garonne. En pleine nuit, ambiance garantie, d’autant plus quand j’ai crois de très près deux chevreuils puis des sangliers …

Arrivé à Toulouse, j’ai fait un peu de tourisme, certaines artères sont sales (le gens sont sales) et les noctambules sont nombreux …

Lors d’une telle sortie, laborieuse, les derniers kilomètres sont très durs, ce sont des coins, des rues que tu connais par cœur mais ça n’en finit pas, le dernier kilomètre semble ne pas finir …

La trace : https://www.visugpx.com/ltWs2vJ4mH

 

 

 

 

 

2022 48 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (32)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (33)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (37)

 

 

 

 

I had planned to come back by bike from Ariege and wanted to vary a little: direction Volvestre, and traced to the map, that is to say without trace established in advance ...

So I went down the Bouigane and then the Lez in the direction of Saint-Girons with the intention of going up to Notre-Dame de Marsan to take advantage of the nice view on the surrounding mountains and on Saint-Lizier.
I want to go back on a path I used to know : it is not practicable anymore ... So, a little prospecting makes me turn in circles, so I stay on the marked path which goes to the Croix de Montcalibert, I will not go there this time ...

I join Sainte-Croix-Volvestre by some very nice Gravel sections. The Volvestre is very hilly, agriculture and breeding are very present but there is no lack of wild places. The tracks are made of gravel, some of the older ones are stony, and there is no lack of paths (especially in the undergrowth).
After Sainte-Croix, I set off in the direction of Montesquieu-Volvestre, a beautiful bastide with its picturesque market hall.

When the asphalt gives way to gravel ... I love this moment when the asphalt gives way to the track, the adventure begins ... The track can also give way to a path, to a trail, you just have to pass through this gate for the cattle, it always leads somewhere, even if this somewhere obliges you to turn back, it will have brought you where you wanted to go, nowhere exists, today I was able to realise this even if it made me turn twice in circles but I don't regret it, the sheep trail was magnificent and I was able to get close to a superb bull... The "cleaned" track doesn't show this nor the few unsuccessful prospections (in the gravelly sense : join the rote over there, where those houses ...), the complete walk is 160 km.

It is not the first and it will not be the last: the ride was laborious ... Not because I did a lot of prospecting, looked at the map to find Gravel links but because the engine was very sluggish ... I left "quietly" this morning, I knew that I was going to spend about ten hours on the bike (or next to it) but as soon as I started to cross the Volvestre I realised that the engine was struggling to keep up (and that it was going to last longer than expected), So I headed towards Rieux-Volvestre to follow a part of the Gr861 Via Garona and then in Carbonne to follow the Garonne cycle route (cycle route does not mean cycle track, this route uses less frequented roads and some parts are equipped).

 

 

 

 

 

 

2022 48 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (39)

 

 

 

 

 

2022 48 (41)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (42)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (43)

 

 

 

Between Muret, Roques-sur-Garonne and Portet-sur-Garonne, I still followed a few more natural sections closer to the Garonne. In the middle of the night, the atmosphere was guaranteed, especially when I came across two roe deers and wild boars at close quarters...

When I arrived in Toulouse, I did some sightseeing, some streets are dirty (people are dirty) and there are many night owls ...

During such a laborious ride, the last kilometres are very hard, there are corners, streets that you know by heart but it doesn't end, the last kilometre seems to never end ...

 

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

 

2022 48 (45)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (46)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (47)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (48)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (50)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (51)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (52)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (54)

 

 

 

31 octobre 2022

Vallée d’Orle, les deux versants et sentier Decauville

 

 

2022 52 (12)

 

Cela faisait quelques années que je n’avais pas fait cette balade et je voulais faire découvrir à Bastien la voie Decauville si particulière : la variante du Tour du Biros empruntant l’ancienne voie ferrée qui amenait le minerai des mines biroussannes vers la vallée.

Au XIXème siècle, l’activité minière et prospère dans le Biros : mines de plomb et zinc argentifère au Bentaillou (1 900 m, la forestière qui est mène vaut le détour), au Bulard (2 400m) ou côté espagnol. Les mines du Bentaillou seront ouvertes jusqu’en 1 942.
Les conditions de travail et de vie à ces altitudes étaient très difficiles …
Paul Decauville (1 846-1 922) a mis au point un type de voie ferrée de faible écartement (40 à 60 cm) adapté aux terrains difficiles d’accès, voie entièrement démontable, notamment pour l’hiver dans les zones avalancheuses.

Le sentier Decauville a été réhabilité et est entretenu, les six tunnels encore présents (l’éclairage peut être nécessaire au moins pour un des tunnels) sont bien accessibles ; quand je les avais passés il y a quelques années avec Hugo, nous avions dû faire quelques contorsions pour y pénétrer …

La balade du jour nous a fait prendre un peu de hauteur vers Luentein par un peu de bitume puis une superbe forestière nous a mené sous le Col de l’Arech, le panorama sur la vallée et les sommets environnants est superbe !

 

2022 52 (2)

 

 

 

 

2022 52 (3)

 

 

 

 

 

2022 52 (4)

 

 

 

 

2022 52 (9)

 

 

 

 

2022 52 (10)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (15)

 

 

 

 

2022 52 (18)

 

 

 

 

 

2022 52 (20)

 

 

 

 

2022 52 (24)

 

 

Mon altimètre continue ses fanfaronnades, le cumul de D+ est tout de même conséquent pour ce petit kilométrage, mais en montagne les « petits » kilométrages ne sont jamais anodins …

Et c’est là que nous avons attaqué la première des deux grosses descentes de la journée : une succession ininterrompue de virages serrés très techniques (zoomez la trace, vous comprendrez) d’abord dans la lande puis dans la forêt, qui nous a ramené le long de de l’Orle. Je n’aime pas les devers vers la gauche, j’ai été servi (je le savais), de toute façon cette trace ne peut se faire en vélo que dans ce sens, les montées sont impossibles à contresens …

Là, nous avons suivi le Gr10 qui mène au Port d’Orle (un porté est nécessaire) et avons bifurqué à droite pour rejoindre l’ancienne voie ferrée.
Le sentier peut être suffisamment large par endroit pour souffler un peu et se sentir en sécurité, il est sinon assez étroit, en devers, et les accumulations de feuilles n’ont pas rendu la partie facile.
Nous avons poussé jusqu’au bout de la voie et l’emplacement de la roue du funiculaire encore là.

 

 

2022 52 (25)

 

 

 

2022 52 (28)

 

 

 

 

2022 52 (30)

 

 

 

 

 

2022 52 (31)

 

 

 

 

2022 52 (32)

 

 

 

 

 

2022 52 (34)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (37)

 

 

 

 

2022 52 (38)

 

 

 

 

La deuxième descente qui commence là est elle aussi très technique par ses virages très serrés …

Vélo de montagne, oui le VTT vient bien de là, le Mountain bike, Bastien a fait la balade en VTT, je l’ai faite en Gravel (oui Gravel signifie gravier, gravelle en québécois), d’abord parce que j’ai prévu de rentrer sur Toulouse en Gravel mercredi et ensuite car je voulais tester mon vélo dans des conditions d’utilisation assez engagées, et je ne le regrette pas, Bastien a passé pas de mal de virages serrés sans poser le pied au sol, je n’ai pas sa dextérité, j’en ai quand même passé quelques-uns …

Sur ce genre de balade, la vitesse moyenne n’a pas de sens ou d’importance, tu vas plus vite en montant …

La trace : https://www.visugpx.com/9chW2GS7py

 

 

28 octobre 2022

Gravel-cyclo vers Saint-Girons, voie verte, Castelnau-Durban et à la carte, histoires

Je connais bien les différentes façons de rallier Saint-Girons depuis Argein ou Castillon-en-Couserans en longeant les rives du Lez. J’en ai suivi deux variantes ce matin avec Bastien et ce soir en solo au plus près du Lez … Variantes très agréables et variées …

 

 

 

2022 46 (1)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (2)

 

 

 

 

2022 46 (4)

 Alas

 

 

 

 

 

2022 46 (5)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (6)

 Engomer

 

 

 

 

 

 

2022 46 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (9)

 

 

 

 

2022 46 (11)

 Marbre d'Aubert

 

 

 

 

 

 

2022 46 (12)

 Canal de la Papeterie

 

 

 

 

Nous avons rejoint Sylvie et Salomé pour faire un bout de voie verte vers Foix. Je l’ai déjà écrit : le départ de la voie verte est très mal indiqué (tellement mal que c’en est certainement volontaire, quand on compare à la signalétique et aux aménagements mis en place à Foix, c’est étrange …) à la sortie de Saint-Girons, première à droite en direction de l’aire des gens du voyage qui est désaffectée (détruite plutôt), le parking est un peu plus loin.

 

 

 

 

2022 46 (13)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (15)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (17)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (18)

 

 

 

 

Petite balade familiale donc le long de cette voie verte si agréable, les passages des tunnels sont toujours pittoresques (pas besoin d’éclairage, les lumières s’allument automatiquement dès qu’on entre dans le tunnel). Petite pause à Castelnau-Durban, je laisse Sylvie, Bastien et Salomé là pour aller prendre un peu de hauteur, à la carte (pas de trace préparée) vers le Col de la Crouzette. J’essaie d’aller rejoindre la piste qui mène au Col de la Rille, juste sous la Crouzette, en passant pas Balès, il devrait y avoir une piste là. Elle y est bien, balaise, bien pentue.

 

 

 

2022 46 (20)

 

 

 

 

2022 46 (21)

 

 

 

 

 

2022 46 (23)

 

Entretemps, je suis passé à la croix d’Esplas, très caractéristique avec son socle de marbre rose, exploité ici dans une carrière à ciel ouvert jusque dans les années 70.
Le marbre a une longue histoire dans le coin, le matin nous sommes passés à la marbrière d’Aubert dont l’exploitation a repris, ce marbre a une réputation internationale, c’est le Grand Antique dont la production remonte à l’Antiquité. Ce marbre a servi notamment à décorer l’Hagia Sophia d’Istanbul, la Basilique Saint-Pierre de Rome ou la Basilique Saint-Marc de Venise.

 

 

 

2022 46 (26)

 

 

 

 

 

2022 46 (27)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (29)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (32)

 

 

 

 

Entretemps aussi, j’ai suivi le sentier de randonnée du tour de la Crie pour atteindre Balès, attention ce sentier est très caillouteux et oblige à quelques poussés … On peut l’éviter en restant sur la route mais on redescend pour remonter.
Le chemin balaise après Balès est superbe, herbeux, perpendiculaire aux lignes de niveaux, et mène à cette belle et longue forestière qui va m’amener au Col de la Rille, juste sous La Crouzette.

 

 

 

 

 

2022 46 (36)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (39)

 

 

 

 

 

2022 46 (40)

 

 

 

 

2022 46 (41)

 

 

 

Une stèle nous rappelle que les combats ont pu être rudes dans ces montagnes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Là, je suis descendu vers Riverenert par la route pour ensuite remonter un peu pour rejoindre Encourtiech et son château du XIIIème siècle, un des quatre châteaux du Vicomte du Couserans.
Je suis resté sur les crêtes pour profiter des panoramas sur les vallées et les massifs environnants avant de redescendre sur Saint-Girons.

 

 

2022 46 (46)

 Encourtiech

 

 

 

 

2022 46 (48)

 

 

 

 

 

2022 46 (49)

 Saint-Girons

 

 

 

Retour le long du Canal de la papeterie construit en 1942, pendant la guerre, alors que l’armée allemande occupe la zone libre et a établi un commandement à Saint-Girons pour lutter contre les maquis et surveiller les ports pyrénéens, les Chemins de la liberté passent par le Couserans …

Mon altimètre continue ses fantaisies, je pense qu’il est malheureusement foutu …

La trace : https://www.visugpx.com/X3fWKdLxaX

 

 

 

 

 

00000 a (6)

 

 

 

 

 

 

 

00000 a (7)

 

 

 

 

 

 

00000 a (8)

 

 

 

 

 

 

 

00000 a (9)

 

 

 

 

 

 

00000 a (10)

 

 

 

 

 

 

00000 a (11)

 

 

 

 

 

00000 a (12)

 

 

 

 

 

 

00000 a (13)

 

 

 

 

 

 

 

00000 a (14)

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2022

Pyrénées – Pistes – Fabio Casartelli – Also in English

 

2022 50 (1)

 

Faux départ ce matin, je devais partir de Toulouse faire cette liaison entre Mane, le Col de Larrieu, contourner le Pic de Paloumère pour rejoindre la montée au Portet d’Aspet à Henne Morte pour en faire la partie la plus pentue à partir du Pont de l’Oule (environ 4 km avec 9 % de pente moyenne, avec une pointe à 12%) et basculer sur la vallée de la Bellongue pour rallier Villeneuve où nous avons une maison de famille. Le faux départ a eu du bon, cela aurait été vraiment très dur après une centaine de bornes parcourues (j’avais prévu de suivre le Gr861 Via Garona que je connais bien et qui réserve quelques bons raidillons) car ça l’a été dur ...

 

portet 1

 

 

Superbe liaison : de belles pistes en gravier (de quoi mettre tout le monde d’accord sur ce qui est Gravel ou ce qui ne l’est pas, sachant que pour moi, la question ne se pose pas : tout est Gravel), un peu de goudron (notamment dans la montée au Portet d’Aspet, un passage comme je les aime façon Koh-Lanta à vélo, un passage comme je les aime façon Gravel enduro (là c’était carrément Gravel DH, je n’ai pas tout descendu sur le vélo) pour arriver à Henne Morte.

Du sous-bois, de belles vaches et taureaux, de beaux panoramas sur les vallées ou les sommets environnants …

 

2022 50 (2)

 

 

 

 

 

2022 50 (4)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (5)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (6)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (8)

 

 

 

Un type croisé sur un VTT, sans casque, curieux écho avec la stèle en mémoire de Fabio Casartelli où je m’arrêterai un peu plus loin. En 1995, le casque n’était pas encore de coutume, je ne sais pas si Fabio Casartelli aurait été sauvé s’il en avait porté un, mais aujourd’hui, je ne comprends pas que tant de gens continuent de rouler sans casque, « Je sais faire du vélo », « Je ne vais pas loin ». Quand j’étais enfant, je ne portais pas de casque quand j’allais faire du vélo avec les copains, nous n’avions pas de ceintures de sécurité dans les voitures, en tout cas à l’arrière (alors que le brevet existait depuis 1885), aujourd’hui son utilité est indiscutable. Il en est de même pour le casque … Et pourtant …

Mon altimètre recommence ses fantaisies : cette fois, il a rechigné à me donner du D+, pourtant …

La trace : https://www.visugpx.com/LJ4H4LeBsh

 

 

 

2022 50 (9)

 

 

 

 

2022 50 (10)

 

 

 

 

2022 50 (11)

 

 

 

 

 

 

 

2022 50 (12)

 

 

 

 

 

 

 

2022 50 (13)

 

 

 

False start this morning, I was supposed to start from Toulouse to do this link between Mane, the Col de Larrieu, around the Pic de Paloumère to join the climb to Portet d'Aspet at Henne Morte to do the steepest part from the Pont de l'Oule (about 4 km with an average slope of 9%, with a peak of 12%) and then switch to the Bellongue valley to reach Villeneuve where we have a family house. The false start was good, it would have been really hard after a hundred kilometers (I had planned to follow the Gr861 Via Garona that I know well and that reserves some good steepness) because it was hard...

Superb connection: beautiful gravel tracks (which will make everyone agree on what is Gravel or what is not, knowing that for me, the question does not arise: everything is Gravel), a little bit of tar (especially in the climb to Portet d'Aspet, a passage as I like them like Koh-Lanta on a bike, a passage as I like them like Gravel enduro (there it was definitely Gravel DH, I did not go down everything on the bike) to arrive in Henne Morte.

Undergrowth, beautiful cows and bulls, beautiful panoramas on the valleys or the surrounding summits...

A guy crossed on a mountain bike, without helmet, curious echo with the stele in memory of Fabio Casartelli where I will stop a little further. In 1995, helmets were not yet customary, I do not know if Fabio Casartelli would have been saved if he had worn one, but today, I do not understand that so many people continue to ride without a helmet, "I know how to ride a bike", "I do not go far". When I was a child, I didn't wear a helmet when I went cycling with my friends, we didn't have safety belts in cars, at least in the back (although the patent existed since 1885), today its usefulness is indisputable. It is the same for the helmet ... And yet ...

My altimeter starts again its fantasies: this time, it was reluctant to give me D+, however ...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

2022 50 (15)

 

 

 

 

 

2022 50 (16)

 

 

 

 

 

2022 50 (17)

 

 

 

 

2022 50 (18)

 

 

 

 

 

2022 50 (19)

 

23 octobre 2022

Ô Gravel Surprise ride #4 La Tucayne, bistronomie, gastronomie, sport, féminisme

 

2022 43 (9)

 

 

 

Ce 4ème Surprise ride a proposé aux 27 participants une balade entre Garonne et Tarn et Garonne au départ de Grenade.

À l’inscription, c’est la règle des Surprises rides, les participants ne savent pas où sera donné le départ, les seules informations données sont le kilométrage, une idée du dénivelé positif, le fait que le repas a midi est un repas partagé (et donc que les premiers arrivés sur le lieu du repas attendent un peu les derniers, ne vous inscrivez si ce principe vous dérange), la convivialité étant le maître-mot de la journée. Elle n’est pas incompatible avec le sport. Tous les participants pourront l’attester, la journée a proposé un circuit qui a pu être exigeant (avec pour point d’orgue le raidard du 52ème km avec son pasage à 20 %, il y a eu d’autres bons coups de cul sur le parcours). Nous donnons parfois un indice, souvent pour tromper les participants. Pour cette fois par exemple, nous avons précisé que nous serions accueillis à midi par un viticulteur.
La région est réputée pour ses vignobles, on pense souvent à Gaillac et Fronton en oubliant les autres zones viticoles qui méritent elles-aussi d’être mises en valeur et citées, comme celle de Saint-Sardos. C’est bien là, au Domaine de la Tucayne, que nous avions rendez-vous.
Jean-Claude Delpech et sa famille y produisent d’excellents vins. Ils produisent aussid’excellentes bières de campagne, les bières Escumosa de la Brasserie de la Campagne. C'est l'Assocation Terres de France, un de nos partenaires fidèles, qui nous a fait connaître ce producteur passionné.

https://domainedelatucayne.blogspot.com/

Bistronomie, gastronomie et sport ne sont pas icompatibles, pour preuve le départ a été donné au Zinzins du Zinc, joli restaurant bar, où Alain son équipe nous ont servi la chocolatine du matin (ici on dit chocolatine, car un pain au chocolat, c’est du pain  avec un ou plusieurs carrés de chocolat, comme j’en mangeais gamin pour le quatre heures, certains poussent logiquement le militantiseme et appellent les pains au raisin des raisintines ). Il était un peu tôt pour goûter la cuisine de ce restaurant qui a très bonne réputation.

 

 

 

2022 43 (1)

 

 

 

 

2022 43 (4)

 

 

 

 

2022 43 (5)

 

 

 

 

2022 43 (7)

 

 

 

 

2022 43 (10)

 

 

 

La mise en bouche gravellistique, elle, a proposé assez rapidement un passage « labellisé » Ô Gravel (ces passages labellisés sont une de nos « marques de fabrique » : cela peut être un court porté, un passage gravel-enduro, un passage où on se demande où est la trace, d’où l’importance de zoomer la carte sur le GPS, etc.) pour rejoindre une très jolie piste et un passage en sous-bois qui nous a fait prendre un peu de hauteur. Cette zone très agricole occupe les anciens lits de la Garonne, nous avons passé quelques paliers avant de rejoindre les coteaux aux portes de la Lomagne.

Le tracé de la boucle « tricote » : Nous avons essayé dans un périmètre finalement pas trop étendu de proposer un florilège des passages les plus jolis sur les 111 km du parcours. Nous avons donc tourné autour du Saint-Cézert, Le Burgaud, Aucamville, etc.
Le tracé a proposé une alternance de pistes agricoles en gravier, en terre ou en herbe, des portions de petites routes très peu fréquentées (nous n’avons pas pu éviter 3 petites portions de départementales plus fréquentées), du sous-bois, du sentier, etc. Un circuit donc très varié et vallonné.
Les points d’orgue du matin ont été la traversée du Bois du Burgaud et la montée du fameux raidard du 52ème kilomètre (700 m avec une pente moyenne de 13 % et un pic à pratiquement 20 %), les autre portions de la balade n’ont pas manqué de charme. L’après-midi, un magnifique single attendait les participants après le 97ème kilomètre (que certains ont loupé … Zoomez la carte sur le GPS !).

 

2022 43 (13)

 

 

 

 

2022 43 (14)

 

 

 

 

 

 

 

2022 43 (15)

 

 

 

 

 

 

2022 43 (17)

 

 

 

 

2022 43 (19)

 

 

 

 

 

 

 

2022 43 (18)

 

 

 

 

 

2022 43 (20)

 

 

 

 

2022 43 (22)

 

 

 

 

 

2022 43 (23)

 

 

 

 

 

2022 43 (24)

 

 

 

 

2022 43 (26)

 

 

 

 

2022 43 (27)

 

 

Merci à Julien, Gilles, Jérôme, Fulbert, Bruno, Lionel, Olivier, Vincent (qui n’a pas pu faire tout le parcours suite à un pneu déchiré mais nous a rejoint pour le repas), Pascal, Mathieu, Serge, Patrick, Maurice, Guilhem, Christophe, Fabien, Fabrice (de Bayonne), Chloé, Ariadna, Jacques, Mathieu, Ludovic, Julien, Félix, Lucien et Philippe pour la bonne compagnie et les excellents retours (n’hésitez d’ailleurs pas à partager vos avis sur Facebook, Instagram, Strava ou Komoot). Philippe et Dominique ont aussi roulé avec nous sur une partie du circuit.
Certains sont adhérents à l’association, beaucoup ne nous connaissent qu’à travers nos évènements et reviennent !

Un grand merci à la famille Delpech, (particulièrement David et sa maman) pour l’accueil chaleureux, la présentation des produits et le repas copieux. David nous a d’ailleurs rejoint à l’arrivée à Grenade pour nous apporter les bières et livrer les quelques cartons achetés au Domaine.

 

 

 

2022 43 (28)

 

 

 

 

2022 43 (29)

 

 

 

 

 

2022 43 (30)

 

 

 

 

 

2022 43 (32)

 

 

 

 

2022 43 (35)

 

 

 

 

 

 

 

Et les filles ? Le cyclisme en général est malheureusement comme beaucoup de sport très sexiste et très machiste, pour preuve les inégalités de salaire et de couverture médiatiques des évènements professionnels ou plus simplement et tristement les comportements condescendants dans tous les sports. Dans le même ordre d’idée, c’est quand même bien dommage que le Parix-Roubaix ait attendu autant de temps pour s’ouvrir aux femmes. Le Tour de France avait eu sa toute première version féminine en 1955 (sans suite) puis entre 1984 et 1989, a été suivi par un éphémère Tour de la C.E.E. et a enfin retrouvé vie cette année, pourvu que ça dure !
Le VTT, le monde de l’ultra-distance (merci à des sportives comme Fiona Kolbinger qui a gagné la T.C.R. en 1919 devant des mecs très fais-plays qui l’ont accusée d’avoir triché ou comme Lauriane Plançais qui a gagné cette année le scratch du Bikingman X sur 1 000 km et 26 000 m de D+ loin devant les hommes) et le Gravel sont plus « polyvalents », plus mixtes. Le Gravel plus particulièrement car, même si les compétitions dédiées viennent d’apparaître, l’esprit est moins enclin à la compétition, les normes vestimentaires sont plus libres, etc.
Un merci donc particulier à Ariadna et Chloé pour leur présence aujourd’hui, et bravo, non pas parce ce sont des filles mais parce que cette distance n’est pas habituelle pour elles et qu’elles ont donc bien relevé le challenge.
Les femmes doivent (et c’est malheureux aussi) prendre leur place dans le sport, comme dans le monde de l’entreprise, la politique, etc. Le féminisme a encore du boulot devant lui, et d’autant plus qu’aujourd’hui quand les victoires du passé sont bien mises à mal … Par contre les évènements où l’homme est exclu ne me semblent pas judicieux dans ce combat, ce n’est qu’une opinion, ça peut aussi remettre certains à leur juste place ou nous montrer l’effet que ça fait …
Le mec qui se respecte a encore du mal à s’empêcher de se pavaner ou de montrer que c’est un vrai, qu’il « en a » quand il est en compagnie de dames …

 

 

 

 

 

 

2022 43 (37)

 

 

 

 

2022 43 (40)

 

 

 

 

2022 43 (43)

 

 

 

 

2022 43 (42)

 

 

 

 

 

2022 43 (46)

 

 

 

 

 

 

 

2022 43 (47)

 

 

 

 

2022 43 (48)

 

 

 

2022 43 (49)

 

 

 

 

J’ai passé pour ma part une excellente journée, je connaissais bien le circuit puisque tout ce que nous proposons a été roulé avant, plutôt deux fois qu’une, j’ai pris plaisir à partager autour du vélo sur ce circuit varié et bien équilibré (le plus gros du dénivelé a été fait le matin, le repas a été pris au 65ème km, l’idéal pour ce genre d’évènement étant un 2/3 le matin, 1/3 l’après-midi, il y a eu une bonne portion sur route après le repas pour bien relancer la machine avec un bon coup-de-cul très rapidement pour évacuer les toxines ou les quelques traces d’alcool que nous avons consommé bien sûr avec modération, l’après-miid a été assez roulante avec des pistes en gravier) que j’ai redécouvert par endroit et je suis très content aussi puisque je n’ai pas eu à poser le pied au sol dans le raidard cité plus haut. Je connais quelques lieux de cet acabit où les premières rencontres ont tourné à l’avantage de la pente (il faut rester très humble face à la pente) et où ensuite j’ai réussi à très régulièrement prendre le dessus. Je peux citer par exemple le Chemin de Mirepox à Montjoire que maintenant je grimpe systématiquement sans pause ou pied au sol, ou plus loin le Mont Tauch dans les Corbières, près de Tuchan …

Thierry SCHIAVI, Président de l’association

La trace :

https://www.visugpx.com/ie1M1JYH9e

 

 

Photos partagées par Jacques, Ludovic et d'autres :

 

 

 

 

2022 43 partagé (18)

 

 

 

 

2022 43 partagé (1)

 

 

 

 

 

2022 43 partagé (2)

 

 

 

 

2022 43 partagé (3)

 

 

 

 

2022 43 partagé (4)

 

 

 

 

 

 

 

2022 43 partagé (6)

 

 

 

 

2022 43 partagé (8)

 

 

 

 

2022 43 partagé (9)

 

 

 

 

2022 43 partagé (11)

 

 

 

 

2022 43 partagé (16)

 

 

 

 

2022 43 partagé (1)

 

 

 

 

2022 43 partagé (2)

 

 

 

 

2022 43 partagé (3)

 

 

 

 

2022 43 partagé (17)

 

 

 

 

2022 43 partagé (20)

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2022

 

 

sprint pour marie

Un sprint pour Marie / Philippe Barbeau

Fabien, le Tourangeau, arrive à La Ferté où son père a été muté. Il trouve en Arnaud, un camarade de sa classe de troisième, un ami qui lui communique sa passion pour la course cycliste.
Arnaud et Fabien, liés par l'amour du vélo, s'entraînent ensemble, mais lors-que la saison des courses arrive, les voici rivaux.
Rivaux aussi en amour, qui des deux amis gagnera le cœur de Marie, la belle Marie au regard vert ?

 

 

 

 

 

 

 

vélo jalabert

Le vélo vu par Laurent Jalabert

Laurent Jalabert, l'un des plus grands champions du cyclisme français dans les années 1990 et 2000, a ébloui des années durant les plus grands connaisseurs de ce sport. De ses débuts professionnels chez Toshiba en 1989 à la fin de sa carrière en 2002, Laurent Jalabert a voué une véritable passion au vélo, passion qui continue de l'animer aujourd'hui encore puisqu'il est devenu le consultant omnisports préféré des Français, notamment sur France Télévisions où il officie chaque été pendant toute la durée du Tour de France.
En une cinquantaine de mots-clés, il évoque dans cet ouvrage ses années de compétiteur, ses victoires, ses joies, ses déceptions, ses coups de gueule... D'amateurs à Zolder, en passant par anciens, champion, classiques, dopage, Fignoa, Hinault, Merckx, panache, trophées ou encore victoires, Laurent Jalabert analyse dans ce dictionnaire amoureux, avec une légitimité incontestable, ce sport auquel il a consacré la majeure partie de sa vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

giro

Giro / Hugo Sport

Depuis sa naissance en 1909, le Tour d'Italie célèbre le vélo comme on l'aime, profondément humain, flamboyant, avec ses duels épiques, ses trahisons machiavéliques, ses rebondissements tragiques et comiques. Aucun livre en français n'avait jusque-là tenté d'en percer les secrets. Voici la petite et la grande histoire du Giro.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

100 ans de pyrénées

100 Ans De Pyrénées : Légendes Du Tour De France

Le Tourmalet, l'Aubisque ou encore l'Aspin sont devenus, au fil des ans, des cols mythiques. Le journaliste Pierre Carrey a enquêté pendant plus d'un an pour nous raconter l'histoire insolite du Tour dans les Pyrénées.
Il a consulté 2 500 articles et interviewé coureurs ou descendants de champions pour rétablir certaines vérités ou dévoiler des anecdotes inédites. Année par année, il nous narre une histoire originale, parfois drôle, parfois dramatique. Fontan, Bottechia, Merckx, Thévenet, Hinault, Ocana, Anquetil et de nombreux inconnus sont présentés sous un autre jour. Pour éclairer ses propos, l'auteur nous propose également les classements de toutes les étapes pyrénéennes avec le nom de tous ceux qui sont passés au sommet de chaque col.

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2022

 

 


07:46, le lundi 17 octobre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf du lundi et du mercredi … Easy, bluffant …

 

J’utilise depuis un bon bout de temps sur mon cintre de VTT les grips ESI Chunky en silicone, les meilleurs pour ma part en terme de tenue et de confort (avec les OURY en caoutchouc classique). Je n’avais pas fait attention au fait que cette marque produisait aussi une guidoline en silicone, le modèle RCT Wrap, qu’on trouve par contre à des prix très différents …
Je viens d’en installer (pour un tarif de 31,99 €) un modèle gris sur mon cintre Gravel. Bluffant … Il n’y a pas d’adhésif, comment cela va-t-il tenir ? Je n’ai pas le bagage suffisant pour disserter sur les propriétés physiques du silicone, tu enroules, ça tient, tu peux tendre plus ou moins, ça tient, tu déroules et tu enroules à nouveau, ça tient. Même chose pour le ruban fourni pour la finition en fin d’entortillement, ça tient et bien.
On peut le laver à l’eau savonneuse, le confort est là, je viens juste de l’installer, je ne peux donc pas parler de la longévité du truc ou de l’usure, mais si c’est aussi abouti que le grip VTT, ce produit est top !

 

 

DSC06660

 

 

 

 

 

 

 

 

07:42, le lundi 10 octobre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf du lundi et du mardi

Le trajet aller ne variera pas souvent, c’est la seule option pour aller à l’école vraiment au plus court et au plus rapide, je passerai peut-être de temps en temps si je pars un peu plus tôt par le Chemin de Lourmet pour arriver sur Lapeyrouse-Fossat par le chemin de randonnée qui donne à Triguebeure.
Pour le retour, par contre, plusieurs options seront possibles pour rallngoer un peu quand je ne finis pas trop tard, que ce soit sur route ou par les chemins …

 

 

2022-10-11

 

 

 

 

 

 

07:37, le lundi 3 octobre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Vélo pour aller au boulot au plus court et pour en revenir un peu plus long pour profiter du soleil, ça fait du bien un lundi, façon de prolonger un peu le week-end, et pourquoi ne pas en profiter encore un peu le mardi, allez, on y retourne le mercredi !

Ça commence à faire long pour un titre car j’ai quand même un truc à écrire …

Depuis le temps que je passe devant, Mère et Fils sont toujours fâchés, il se tournent le dos … Et ça fait un moment que ça dure … Mais que font Père et Saint-Esprit ? Ça ne va quand même pas durer 2023 ans …

 

 

 

2022-10-04 (1)

 

 

 

 

 

 

2022-10-04 (2)

 

 

 

 

 

2022-10-04 (3)

 

 

 

 

 

2022-10-05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05:47, le samedi 1 octobre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Changement de programme … Also in english …

Changement de programme … Also in english …

Ce matin, j’étais parti pour une très longue à forte dominante cyclotouristique dans la thématique « Pour la photo », du genre avec un départ bien avant le lever du soleil et retour bien après son coucher.
Pour le départ, cela a bien été ça, départ très tôt Ouest-Nord-Ouest pour aller suivre la voie verte entre Bessières et Bressols pour traverser le Tarn à hauteur de Reyniès et rallier Montauban …
Mais quand tu décides de partie sur du très long, tous les « curseurs » doivent être au vert : météo, vent, forme, motivation et tout un tas de petites choses …
Je me suis arrêté pour immortaliser le lever de soleil, les couleurs d’automne ont une teinte particulière, dès l’aurore …

Et c’est en arrivant sur Montauban que je me suis rendu compte que les curseurs n’étaient pas tous au vert (notamment les variantes vent et « et tout un tas de petites choses ») et qu’il valait mieux revoir les prétentions du jour à la baisse … Pourquoi ne pas aller rouler le long du très joli Canal de Montech et voir ensuite … De quoi quand même aligner quelques kilomètres et s’offrir de jolies portions Gravel …
Le Canal de Montech ne fait qu’une dizaine de kilomètres mais mérite vraiment le détour. D’ailleurs il fait l’objet d’une boucle dans l’excellent guide « Boucles à vélo autour de Toulouse » paru cette année aux Éditions Chamina … Et il relie deux sites qui eux-aussi méritent le détour : Montauban, ville d’Art et d’Histoire et Montech et sa pente d’eau …

J’avais un truc à voir du côté de Comberouger, pourquoi ne pas quitter le Canal latéral pour partir vers Verdun-sur-Garonne et partir vers la Lomagne, mais pas trop non plus …
J’ai retrouvé ensuite ce joli secteur entre Lomagne et Garonne vers Grenade, qui se prête particulièrement à la pratique du Gravel, on y trouve beaucoup de pistes agricoles en gravier … Le club de Pignons voyageurs organise chaque année les jolies rando’nades chaque début septembre. Attention, les circuits proposés par les Pignons peuvent emprunter de passages privés autorisés uniquement le jour de la manifestation. Beaucoup d’évènements se font sur le même principe.
J’ai pour habitude de ne jamais récupérer une trace d’une randonnée organisée, ne serait-ce que par respect pour le boulot des traceurs … Tout ce que nous proposons par exemple avec Ô Gravel est du self-made …
Je reviendrai sur le secteur pour explorer (sans prétention) tout ce que l’on peut y faire en Gravel, j’ay ai déjà repéré quelques belle pépites …
J’ai terminé la balade en passant par Castelnau d’Estrétefonds.

 

2022 39 (2)

 Villemur-sur-Tarn

 

 

 

 

 

 

2022 39 (5)

 

 

 

 

 

2022 39 (7)

 

 

 

 

 

Montauban, Musée Ingres

2022 39 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2022 39 (9)

 

 

 

2022 39 (10)

 

 

 

2022 39 (11)

 

 

 

 

 

Change of program ... Also in french ...

This morning, I left for a very long ride with a strong cyclotouristic theme "For the photo", the kind with a departure well before sunrise and return well after sunset.
For the departure, it was indeed that, departure very early West-North-West to follow the green way between Bessières and Bressols to cross the Tarn at Reyniès and to join Montauban...
But when you decide to go for a very long ride, all the "cursors" have to be in the green: weather, wind, shape, motivation and a lot of other things...
I stopped to immortalize the sunrise, the autumn colours have a particular tint, as soon as the sun rises...

And it's when I arrived in Montauban that I realised that the cursors were not all in the green (especially the wind and "and a lot of other things" variants) and that it was better to lower my expectations for the day ... Why not ride along the very pretty Canal de Montech and see what happens afterwards ... It's enough to cover a few kilometres and to offer some nice Gravel sections ...
The Canal de Montech is only about ten kilometres long but is well worth the diversions. Moreover, it is the subject of a loop in the excellent guide "Boucles à vélo autour de Toulouse" published this year by Chamina Editions ... And it links two sites that are also worth a visit: Montauban, city of Art and History and Montech and its water slope ...

I had something to see on the Comberouger side, why not leave the Canal Latéral to go to Verdun-sur-Garonne and go to the Lomagne, but not too much either...
I then found this pretty area between Lomagne and Garonne towards Grenade, which is particularly suitable for gravel riding, there are many gravel farm tracks ... The Pignons voyageurs club organizes every year the pretty rando'nades every beginning of September. Please note that the circuits proposed by the Pignons may use private passages authorised only on the day of the event. Many events are done on the same principle.
I usually never get a track from an organised ride, if only out of respect for the work of the trackers ... Everything we offer with Ô Gravel, for example, is self-made ...
I'll come back to the area to explore (without pretension) all that can be done in Gravel, I've already spotted some nice “nuggets” ...
I finished the ride by passing through Castelnau d'Estrétefonds.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

2022 39 (13)

 

 

 

 

 

2022 39 (15)

Canal de Montech

 

 

 

 

2022 39 (16)

 

 

 

 

 

2022 39 (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 39 (19)

 

 

 

 

 

2022 39 (20)

 

 

 

 

 

 

2022 39 (21)

 

 

 

 

 

 

 

2022 39 (23)

 

 

 

 

 

 

2022 39 (25)

 

 

 

 

 

 

2022 39 (26)

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]