LE CYCLE RIT

12 juillet 2020

RBCC Gravel

Jour 1

RBCC : Ride Bike Cathare Challenge

 

 

profil-imprimer-01

 

 

 

Le titre est déjà tout un programme … Cathare … Corbières … Histoire, Corbières, caillasse, vent, rugueux … Un truc à faire avec humilité … Une sorte de quête, d’ascèse, sans commune mesure avec celle recherchée par les Parfaits cathares. N’oublions pas que ce mot « ascèse » vient du grec « askêsis » signifiant « exercice » ou « entraînement » et s’appliquait donc aux disciplines de l’athlétisme. C’est le latin « asceta » ou « asceteria » (moine/religieuse, monastère/couvent) qui apportera la dimension religieuse. Pour moi, nulle prétention à mortification, abstinence en tout genre, jeûne, juste un rendez-vous personnel avec mon ego (le « moi » pas le « sur-moi », mon ego n’est pas surdimensionné, je ne crois pas) sur une belle aventure.

Pour les chiffres, 359 km pour la version bitumée et 6280 de D+, un peu moins de distance (321 km) pour la version Gravel mais presque 600 m de plus de D+ ... Et le D+ sur une piste ou du gravier, ça compte ...

Ce raid est proposé par Ridebike11 Aventures Cyclistes, club très dynamique qui défend une bonne vélosophie …

https://www.ridebike11.fr/

Ce raid est une aventure permanente : tu t’inscris, tu reçois la trace gps, une jolie musette, une gapette et tu t’engages à le faire soit en « grand fondo » ou « ultra » soit en version « rando ». Pour ma part, j’ai décidé de de me frotter à l’aventure sur 48 heures maximum avec une nuit de repos entre les deux étapes programmées.

Pour la petite histoire, je me suis inscrit au RBCC version route début mars 2020, je lorgnais dessus depuis quelques temps, un méchant virus est arrivé ensuite … La version Gravel n’existait pas encore (Bertrand, si je me trompe …), j’ai alors contacté Bertrand Albert de Ridebike 11 pour échanger sur une possibilité de valider mon challenge si je partais sur une version Gravel, permettant notamment d’éviter certains allers-retours et empruntant les pistes existantes, il y a de quoi faire, je connais bien le secteur de l’Alaric qui donne un bon aperçu de ce qu’on peut faire et de ce à quoi on doit s’attendre (du très beau, mais dur …). L’idée germait aussi chez Ridebike11 et Bertrand m’a proposé après quelques échanges très sympas une première trace dont il a fait une partie et cette trace que je vais essayer d’honorer … Très content d’être un des premiers à s’y essayer …

J’ai prévu 2 étapes : 179 km le premier jour jusqu’à Saint-Paul-de-Fenouillet pour plus de 3800 m de D+ et le lendemain 145 km et 2900 m de D+ … La première étape devrait être comparable à l’ultra VTT de Cahors en 2019, même si le dénivelé et bien supérieur ; la difficulté sera de repartir le lendemain pour une bonne distance encore et quelques bons coups de cul.
Mon épouse et mes enfants profitent de l’aventure pour découvrir de leur côté et en voiture ce beau pays cathare. Ça me permet aussi de voyager léger, si j’avais dû partir en bikepacking, j’aurais sans doute prévu au moins 3 jours. L’intérêt du bikepacking est que tu n’as pas à te soucier du temps (chronométré) : tu roules, tu as envie de t’arrêter, tu le fais, tu campes, tu repars. J’ai un très bon équipement pour ça.

Pour ce RBCC, j’avais quand même envie de jouer avec le chrono, à ma façon … Pas d’affolement …

Compte-rendu de ce périple sous deux aspects : gravellement touristique (environnement et histoire) et sensations …

RBCC 1 (1)

 

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (2)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (4)

 

 

 

 

Départ de bon matin ce 10 juillet (la Saint Ulrich, le Jan du presque même nom, malgré tout ce qu’il a pu prendre, a quand même eu un beau palmarès, même si beaucoup voyaient en lui un plus grand champion encore, c’est peut-être pour ça d’ailleurs qu’il s’est chargé …) devant la Cité de Carcassonne en direction de la Montagne d’Alaric que je connais bien à VTT et sur laquelle j’ai déjà écrit, un coin bien rude, de façon à bien comprendre que je vais en prendre plein les yeux mais aussi qu’il va falloir se le gagner. J’espère boucler la première étape en moins de 13 heures, au vu du dénivelé qui m’attend ce sera beau si j’y arrive …

Sensation : ça va être beaucoup plus long que prévu : dès les premiers kilomètres, les jambes ne répondent pas …

Petite mise en jambes jusqu’à Barbeira, on grimpe ensuite sur l’Alaric par la route qui mène aux ruines du Château de Miramont, qui a vu la naissance en 1185 de Chabert de Barbeira, chevalier occitan fidèle à la cause cathare. Les références historiques ne vont pas manquer tout au long du raid.
On grimpe quand même assez rapidement sur la ligne de crête, au-dessus de 400 m.
On rejoint Montlaur, les paysages ont déjà bien varié : forêt, garrigue, près, vignobles, l’influence méditerranéenne est bien là.

On rejoint ensuite la vallée de l’Orbieu à Lagrasse, bastide médiévale avec son abbaye Sainte-Marie qui lui fait face.

 

 

RBCC 1 (5)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (6)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (8)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (10)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (11)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (12)

 

 

Sensation : le chant des cigales, assourdissant, une multitude de cigales chantant, il y en a partout, dans les herbes, dans tous les arbres, dans les vignes, …

 

 

RBCC 1 (40)

 

 

Le bruit de l'eau aussi : ces coins sont secs mais les ruisseaux et rivières nombreux, beaucoup asséchés ... Mais j'entendrai souvent le bruit de l'eau en fond de vallon. Les lits asséchés forment des bandes de verdure à travers le paysage.

On va suivre la vallée pendant un petit moment avant de passer à Termes pour monter au Col du même nom et au Col de Bedos. Le Château de Termes, dont on peut visiter les vestiges, surplombe la vallée et les gorges de Termenet. Il constitue un des « cinq fils de Carcassonne » avec les châteaux de Quéribus, Peyrepertuse, Puliaurens et Aguilar.

Les cols dans le coin ne présentent de grandes altitudes mais leurs accès peuvent être très pentus, le Mont Tauch en sera un parfait exemple … Tout comme les accès aux châteaux … Et le dénivelé cumulé du raid est conséquent.

 

 

 

RBCC 1 (14)

 

 

 

RBCC 1 (20)

 

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (22)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (25)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (27)

 

 

 

On passe ensuite à Félines-Termenès et Villerouge-Termenès, sur les terres du château. Pour l’histoire, Félines était déjà connue des Romains pour ses mines de fer voisines et c’est à Villerouge que Guilaume Bélibaste, dernier « bon homme » hérétique, fut brûlé en 1321.

Pause de midi à Villerouge-Termenès. Je fais attention à mon alimentation : côte de porc sauce bouchère (façon daube), frites et salade, et une petite mousse avant. Le tout à La Taverne, resto très sympa. Ce n’étais pas planifié : Sylvie et les enfants me rejoindrons là pour manger eux-aussi, bonne surprise.

Et avant le Mont Tauch, un snickers et un coca.

Samedi, je ne m’arrêterai pas pour manger, pas de restaurant sur le circuit aux heures de service et j’ai préféré me restaurer régulièrement avec mes fruits secs et me barres.
Question eau, on passe dans suffisamment de villages, mêmes petits pour trouver e quoi remplir les bidons.

La météo aussi aura été bonne : premier jour soleil et un peu de vent, couvert en fin de journée, je passerai derrière les averses, deuxième jour couvert une bonne partie de la journée, le vent et les nuages vont jouer avec le soleil …

Cette terre de Corbières est rude, elle peut être sèche mais les cours d’eau sont bien là, même si certains sont réduits aux beaux jours. Ils peuvent aussi se mettre en colère, on en reparlera …

On ne distingue pas certains châteaux : ils font partie de la roche sur laquelle ils sont bâtis.

J’arrive à Durban-Corbières et son château.
La trace reste ensuite dans la vallée, entre champs et vignes. Cette terre fournit d'excellents AOC à base de Carignan, Mourvèdre et Syrah pour les rouges ; rosés et blancs sont aussi de qualité. Mais je ne m'arrêterai pas pour déguster : même avec modération, le vin casse un peu les jambes. À réserver le soir ou pour célébrer la validation du challenge ... Ou pour le plaisir tout simplement.
Et à l'heure à laquelle je vais arriver le soir, les restaurants seront fermés, merci à Sylvie et mes enfants de m'avoir gardé des parts de pizza achetés à Saint-Paul, excellentes !

 

 

RBCC 1 (28)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (32)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (34)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (35)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (36)

 

 

 

 

Passage au Château d’Aguilar, très joli site, sur son promontoire. On descend à Tuchan pour grimper au Mont Tauch, ou plutôt montagne de Tauch, c’est un gros plateau de 4 km de long sur environ 500 m de large culminant à quelques 900 m. Au sommet du Tauch se trouve aussi la Tour des Géographes, construite en 1971.
La montée réserve de beaux pourcentages, près de 20 %, et le vent peut aussi s’inviter à la fête pour la rendre plus difficile encore, comme si cela ne suffisait pas … Grâce à cette version Gravel de la RBCC, je n’ai pas été obligé de redescendre sur Tuchan pour poursuivre mon aventure, j’ai suivi une jolie ligne de crête avec une belle descente sur Padern.

 

 

 

RBCC 1 (38)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (39)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (42)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (44)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (45)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (46)

 

 

 

 

Sensation au Mont Tauch et en descendant : impressionnant ! Et la descente Gravel qui suit l’est aussi … Après le VTT enduro ou free-ride, le Gravel s’y met … Je ne connaissais pas le Mont Tauch, la rencontre a eu lieu, à l’avantage indéniable et indiscutable du Mont …
Le sujet n'est pour moi ni tabou, ni honteux : faire du vélo, c'est aussi être à côté, pousser, porter ... Mont Tauch, Mont Venteux, Mont Ventoux, ...

Je rejoins le Verdouble, cher à Claude Nougaro …

Une rivière des Corbières (dans l’album L’Enfant phare)

On l'appelle le Verdouble
La rivière qui déroule

Ses méandres sur les pierres
La rivière des hautes Corbières
Toi le pêcheur en eau trouble
Elle n'est pas faite pour toi
Le moindre poisson te double
Et te glisse entre les doigts
Mais si tu aimes la chanson
De son hameçon
Si tu aimes le son, le son de son âme
Elle te servira comme un échanson
Les flots fous, les flots flous
De ses fraîches flammes

Il scintille le Verdouble
Mais le cours de son argent
Ni les dollars ni les roubles
Ne te le paieront comptant
Pas la peine que tu te mouilles
À percer ses coffres-forts
C'est dans l'œil de ses grenouilles
Que sont ses pépites d'or
Mais tu seras riche à millions
De ronds dans l'eau
Il suffit d'un plongeon d'une gente dame
Et si tu bois le bouillon, pars à vau-l'eau
Noyé dans un baiser
Ce n'est pas un drâme

Ô, ô mon eau, ma belle eau, ma bonne eau
Fais-moi flotter en haut de ta divine ronde
Ô ô ô, ô mon eau, radieuse radio
Passe-moi en canot stéréo sur tes ondes

Dans les gorges du Verdouble
Sur un lit de cailloux blancs
J'ai composé ces vers doubles
Que j'espère ressemblants
Si aux eaux de mon Verdouble
Tu préfères l'océan
C'est facile, tu les oublies
Tu les oublies simplement

 

 

Petite pause avant d’attaquer une nouvelle montée ardue sur chemin vers le Col des Garbès et un deuxième Col de l’Ière, démoralisant … Mais une façon originale d’arriver sur Quéribus.

Quéribus sur son piton rocheux illustre parfaitement l’appellation « Citadelles du vertige » donné à ces 7 châteaux : Peyrepertuse, Puilaurens, Termes, Quéribus, Montségur (le plus emblématique), Aguilar, Lastours.
Assurément, cette citadelle que l’on pourrait croire réduite à un donjon, pierre rapportée et roche semblent ne faire qu’une, peut donner le vertige. Et quand ça souffle, il peut être dangereux d’essayer d’y accéder …

https://www.payscathare.org/les-sites

Histoire, nature, gastronomie et culture se mêlent : comment ne pas parler aussi du fameux curé de Cucugnan.
Le Curé de Cucugnan est unsermon recueilli par Auguste Blanchot de Brenas en 1858, texte écrit en occitan par Joseph Roumanille et rendu ensuite célèbre par Alphonse Daudet. Les historiens ne sont pas tous d’accord sur la paternité à attribuer à cet écrit.
Je ne me suis pas arrêté pour savoir si les habitants de Cucugnan avaient à nouveau perdu la foi ou l’avaient bien conservée.

La montée sur Quéribus par la piste est magnifique, aussi ardue que la montée bitumée. Les accès aux châteaux en Gravel permettent de découvrir ces édifices par des faces qu’on n’a pas l’habitude de voir …

 

RBCC 1 (47)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (49)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (50)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (51)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (53)

 

 

 

 

RBCC 1 (54)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (57)

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (58)

 

 

 

 

 

RBCC 1 (61)

 

 

 

 

J’embraye sur un longue (très) longue piste qui va me conduire à Cubières-sur-Sinobre. Je vois face à moi pendant un moment Peyrepertuse. La vue du château par le Sud est impressionnante par ces falaises de plusieurs dizaines de mètres de haut. Il est surnommé « Carcassonne céleste », c’est le plus grand avec tout de même 300 m de long …

La nuit tombe, j’installe l’éclairage.

Cubières-sur-Cinobre, porte vers les superbes Gorges de Galamus, creusées par la rivière de l’Aigle, l’Agly, et les derniers kilomètres de la journée avant la halte à Saint-Paul de Fenouillet.
Je vais passer les gorges en pleine nuit, impressionnant … Sylvie et les enfants me récupéreront en sortie de gorges juste avant Saint-Paul.

Belle conclusion de ce premier jour du raid et ces quelques 180 bornes pour3864 m de D+ … En finalement 12 h 32 effectives sur le vélo.

 

 

 

 

Jour 2

Deuxième journée de mon RBCC, les jambes sont un peu dures au matin mais mon Stiff lui m’en redemande … 145 km au programme ... On fera le compte du dénivelé et du temps en fin de journée …

Les paysages sont complétement différents sur ce début de deuxième jour : de vrais paysages de montagne façon Pyrénées on y est en fait) et donc des cols plus longs et plus haut, je vais passer plusieurs fois les 1000 m. 26 bornes de montée quasi interrompue pour 900 m de dénivelé en début de parcours façon de se (re)mettre en jambes …

 

 

RBCC J2 (1)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (2)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (4)

 

 

 

 

Magnifique la forêt de Boucheville !

Un peu de répit ensuite pour arriver à Puilaurens mais la montée présente elle aussi de beaux pourcentages … Le château est en bon état et ce qui est impressionnant, c’est le chemin d’accès en chicanes, accès bien protégé …

Ce deuxième jour, c’est le bruit du vent qui sera bien présent, je retrouverai le chant des cigales en fin de journée.

On rejoint ensuite Caudiès-de-Fenouillèdes pour monter au Col de Saint-Louis pour grimper ensuite au Col du Vent qui porte bien son nom et suivre une longue piste sur une crête. Le Col de Saint-Louis, mis à part sa difficulté, présente une particularité très originale : la route fait à un endroit un colimaçon : un virage qui passe sur un pont au-dessus de la portion en dessous pour traverser le vallon et passer sur l’autre versant.

On passe dans les environs de Bugarach et on arrive à Rennes-le-Château. Le coin ne manque pas de mystère, entre fin du Monde et trésor des Templiers ou d’origine divine et le ministère de l’Abbé Saunière.
Rennes-le-Château est un très joli village, très pittoresque, qui se découvre au dernier moment : le village est sur un aplomb mais avec beaucoup de verdure, on ne le devine pas.

 

 

 

RBCC J2 (9)

 

 

 

 

 

RBCC J2 (13)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (16)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (17)

 

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (21)

 

 

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (22)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (24)

 

 

 

Les rapaces peuplent ces terres ventées : faucons, aigles, vautours percnoptères vivent là.

Deuxième jour : un renard, un chevreuil, un écureuil et une martre que j’ai surprise sur le bord d’une piste mais que je n’avais pas vue : elle m’a pratiquement sauté dessus pour me faire peur. Et un cocker con qui a essayé de me mordre …

On arrive à Couiza, commune au bord de l’Aude qui existait déjà à l’époque antique. Son très beau Château des Ducs de Joyeuse est aujourd’hui un lieu de belle gastronomie. Je ne m’y arrêterai pas : même si l’Aude est là et qu’elle mène à Carcassonne, il ne faut pas croire que c’en est fini des montées, on ne va pas suivre la vallée mais monter vers Peyrolles et ses magnifiques terres rouges …

 

 

 

RBCC J2 (27)

 

 

 

 

 

RBCC J2 (28)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (31)

 

 

 

 

 

RBCC J2 (33)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (34)

 

 

 

 

Encore un col à passer avant de basculer sur les vallées vers Carcassonne.

La fin approche, je rejoins Vilebazy puis Saint-Hilaire et son abbaye. Il reste une vingtaine de kilomètres à parcourir, je quitte la vallée du Lauquet pour retrouver l’Aude.

Les rivières du coin peuvent être terribles quand on perturbe leurs lits, elles l’ont montrée en 2018, les stigmates en sont encore là.

C’en est terminé du relief mais sur de la longue ou très longue, les derniers kilomètres peuvent être très difficiles : paradoxalement, on sait qu’on y est presque mais ça peut paraître interminable. C’est à ce moment aussi d’un long effort physique qu’une certaine libération, exultation, peuvent te gagner, et donc tu as envie d’en terminer vite malgré le plaisir éprouvé (j’écris bien éprouver qui peut donc être pris comme « ressenti » ou comme « subi »).

Un dernier château à Couffoulens avant de retrouver la Cité de Carcassonne …

Je n’ai pas compté le nombre de châteaux que j’ai pu voir, ils sont très nombreux et certains font littéralement corps avec la roche sur laquelle ils ont été bâtis. Et certains bloc rocheux ressemblent à des ruines de châteaux …

 

 

 

RBCC J2 (35)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (37)

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (38)

 

 

 

 

 

RBCC J2 (39)

 

 

 

 

 

RBCC J2 (42)

 

 

 

 

Une bien belle boucle, très exigeante mais c’est le juste prix pour la richesse des paysages traversés, que ce soit pour les sites naturels ou ceux chargés d’histoire.
Une bien belle balade hors du temps, qui a pris du temps, sur sentiers, pistes ou superbes petites routes peu fréquentées dans ce coin extraordinaire de l’Aude.
Le temps prend une autre dimension dans ce genre d’expérience, le déplacement en vélo y contribue : le temps peut paraître particulièrement long en plein effort mais finalement, au bilan, tu pourras te dire que tu ne l’as vu passer, même si par moment cela a pu être (très) difficile …

146 km pour 2978 m de D+, 11 heures effectives pour l’anecdote … Soit en tout 322 km pour 6842 m de D+ et 23h32 de vélo effectif.

Exigeant aussi pour le matériel : mon Stiff aura encore été bien secoué mais c’est bien le pilote qui a montré ses limites.
Obligé de passer les disques et étriers sous l’eau pour les refroidir après nombreuses descentes …

Si je ne devais retenir que deux images : le Mont Tauch et les terres rouges de Peyrolles … Mais j’en ai tellement pris plein les yeux, et les jambes !

Merci à Ridebike 11 Aventures cyclistes pour le tracé du RBCC et la philosophie du challenge qui fait que tu as la très agréable impression que cette expérience n’appartient qu’à toi. Fierté malgré tout d’appartenir à la confrérie des finishers … Sans prétention, dire « J’y étais, je l’ai fait. » ... Je ne sais pas s’il y a du vrai ou du faux Gravel, du vrai ou du faux vélo, mais ce RBBC Gravel est un truc pours costauds, même si pour ma part, avec le temps que j’y ai passé, je ne me qualifierai pas de costaud … Sans prétention car le monde de l’ultradistance semble ne pas avoir de limites, la Race Across America ou la Trans Continental Race en sont de bons exemples, tout comme ces périples moins médiatisés d’aventures en vélo autour du monde qui ne sont pas si rares … Pas besoin de regarder le chrono ou le temps (les ultra-riders et rideuses sont quand même impressionnants) : la distance est suffisamment éloquente.

Voir aussi l’album photo dédié :

 

http://www.lecyclerit.com/albums/ride_bike_cathare_challenge_version__gravel/index.html

 

 

Pas de trace publiée sur le blog ou sur VisuGPX : même si Bertrand m’a autorisé à publier sur Strava, il y a un passage à confirmer et la trace appartient à Ridebike 11 Aventures Cyclistes …

Merci à mon épouse Sylvie et mes deux enfants Bastien et Camille qui m'ont accompagné et profité eux-aussi de leur 2 jours de tourisme. C'est aussi pour les rassurer que je roule avec une balise Spot Gen3 qui permet un suivi live. Merci aussi à mon paternel qui me suit lui aussi et que est toujours prêt à venir me chercher si besoin. Je vous aime.

Et bravo à mon ami Jean-Pierre qui lui s'est lancé jeudi dans le Gravel TransCorbières porposé aussi par RideBike 11 Aventures cyclistes sur 3 jours, en bikepacking.


08 juillet 2020

RBCC Gravel J-2

plan

profil-imprimer-01

Ride Bike Cathare Challenge … Le titre est déjà tout un programme … Cathare … Corbières … Histoire, Corbières, caillasse, vent, rugueux … Un truc à faire avec humilité …
Pour les chiffres, 359 km pour la version bitumée et 6280 de D+, un peu moins de distance (321 km) pour la version Gravel mais presque 600 m de plus de D+ ...

Ce raid est proposé par Ridebike11 Aventures Cyclistes, club très dynamique qui défend une bonne vélosophie …

https://www.ridebike11.fr/

Départ pour ma part vendredi assez tôt pour bien profiter de la première journée programmée …

profil RBCC full

Compte-rendu complet et photos lundi …

 

Posté par mastercycle à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2020

Seudre ...

 

 

Seudre

Posté par mastercycle à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2020

stgirons (3)

Posté par mastercycle à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2020

Gravel near Toulouse : Hers-Mort, canal du Midi

Circuit vélo de garnotte au plus près possible de l’eau au départ de la confluence de l’Hers (Hers-Mort) et de la Garonne, près d’Ondes, empruntant le plus possible les chemins non bitumés.

 

2020 19 (2)

 

 

J’ai préparé plusieurs traces à thématique « eau » autour de Toulouse avec l’envie de suivre au plus près les cours d’eau du coin de leur confluence à leur source … Hers, Girou, Touch, Save, Saune, Marcaissonne, Seillonne, Sausse, Dadou, Agout, etc. Pas mal de bornes pour certains …
Ce n’est pas évident de trouver à rouler, même en tout-terrain, au plus près des cours d’eaux mais c’est une jolie excursion que de remonter le cours d’eau pour le voir évoluer, se réduire, tracer son lit, il y a quelques jolies pépites…

Aujourd’hui, l’aller jusqu’à la source puis vers Laurabuc et ensuite le long du Canal entre Castelnaudary et Villefranche-de-Lauragais aura été à forte dominante off road.
Attention, un tout-droit sur la trace : je suis passé par un endroit non autorisé, à vous de pallier à ça. L’aller se fait au plus près de l’Hers et rive droite en traversant Toulouse. C’est le retour qui suit uniquement le Canal du Midi.

De belles surprises émaillent le circuit : la confluence avec la Garonne (il faut la trouver) est superbe, la traversée de Toulouse passe inaperçue, l’Hers est bien ombragé tout le long, … Une mention particulière pour le village de Saint-Rome, village chargé d’histoire à l’architecture très particulière …

 

 

2020 19 (3)

 

 

 

 

 

2020 19 (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 19 (5)

 

 

 

 

 

2020 19 (6)

 

 

 

 

 

 

 

st rome 3

 

 

 

st rome 1

 

 

 

st rome 2

 

 

Le gibier a bien profité de la pandémie : les lapins sont légion sur le site d’Eurocentre à Castelnau-d’Estrétefonds (ils y ont élu demeure depuis un bon bout de temps, désolé petit lapin blessé, je ne pouvais rien faire pour toi), lièvres, hérons, chevreuils entre Hers et Canal du Midi, etc.

Pourquoi Hers-Mort ? Il y a deux Hers : Le Mort et l’Hers-Vif, affluent de l’Ariège qui prend sa source près du Chioula et qui sera le sujet lui-aussi d’une trace. L’Hers-Vif a gagné ce nom car il est plus long, plus puissant et sans l’alimentation de la Ganguise, l’Hers-Mort le serait vraiment aux périodes les plus chaudes. Ne pas oublier l’Hers-Vieux, lit initial avant les travaux de construction du lit actuel au XVIIIème.

Début de parcours aux portes de la grande agglomération que l’Hers traverse de façon très agréable, notamment entre Castelginest et Launaguet ou en plein Toulouse, on n’a vraiment pas l’impression de se trouver en ville …

L’Hers et le canal du Midi font lit proche sur une bonne distance entre Toulouse et Villefranche-de-Lauragais. On passe le cours de la Ganguise avant le village de Saint-Michel-de-Lanès. Si vous ne connaissez pas ce site et son grand lac, il mérite le détour …
On passe à Salles-sur-L’Hers pour finalement trouver la source entre Fronters-du-Razès et Laurac. Le lit mesure 89,3 km ; la trace pour arriver en vélo, même en Gravel, est plus longue.

 

 

2020 19 (10)

 

 

 

 

 

2020 19 (13)

 

 

 

 

2020 19 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 19 (15)

 

 

 

 

 

2020 19 (16)

 

 

Passé ce très joli vallon où l’Hers prend sa source, on arrive sur une superbe ligne de crête au niveau de la Pierre Levée, offrant un superbe panorama sur la vallée, les massifs au loin, la motte castrale et le village de Laurac et une magnifique descente hors-piste vers le très joli village de Laurabuc.

 

 

2020 19 (17)

 

 

 

 

 

 

2020 19 (19)

 

 

 

 

 

 

 

2020 19 (20)

 

 

 

 

 

2020 19 (23)

 

 

 

 

 

2020 19 (24)

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 19 (25)

 

 

 

 

 

2020 19 (26)

 

 

 

 

 

2020 19 (27)

 

 

 

Je n’ai pas fait halte à Castelnaudary pour y goûter un cassoulet local, cela n’aurait pas été forcément bon pour la suite de la balade et l’heure était passée, un peu casse-jambes … Le port de Castelnaudary est superbe, comme tout le long du Canal du midi. Direction Toulouse pour retrouver l’Hers, fin de boucle, retour aux sources …

 

 

2020 19 (28)

 

 

 

 

2020 19 (29)

 

 

 

 

2020 19 (30)

 

 

 

 

2020 19 (32)

 

 

 

 

 

2020 19 (33)

 

 

 

 

Vent bien présent : vent d'Ouest assez fort, donc de face sur tout le retour ... Malgré ça, je n’ai pas chômé au retour, quelques cyclos joueurs rencontrés … Toutes mes excuses (sans aucune prétention, face à un VAE débridé, ça ne l’aurait pas fait, quoique, sur 50 bornes …) à ce monsieur en VAE qui roulait avec sa compagne elle aussi en VAE et qui, quand je l’ai doublé, a voulu s’accrocher à ma roue, peut-être pour épater sa compagne, mais sur du plat ou presque plat, un VAE bridé n’ira pas plus vite qu’un exclusivement musculaire …  Ce commentaire n’est absolument pas une critique du vélo à assistance électrique : chacun sa pratique et chacun son plaisir. Et si le VAE permet de mettre plus de monde au vélo, tant mieux !
Sur de la longue, Chilkoot cette année avait organisé une très intéressante version « Muscle vs Electric bikes » de la mythique Blue Train Historic Race Cannes to London, mais le confinement a interrompu l’épreuve. Affaire à suivre ...
Et juste après ça, un autre gars m’accroche, j’ai bien résisté. Et j’ai regardé passer un coursier qui m’a déposé sans que je cherche à rivaliser …

Environ 230 bornes parcourues en tout, je pars de la maison pour ce genre de traces.

La trace : https://www.visugpx.com/yfsEauZJcu

 

 


26 juin 2020

Loubens-Lauragais

 

 

Loubens

Posté par mastercycle à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2020

Gravel buissonnier près de Toulouse

Circuit mixte route / garnotte (forte proportion garnotte) sans but précis autre que d’aller faire quelques bosses. Il fallait donc commencer par les Mortiers, bonne mise en condition pratiquement à froid … Je pars donc vers la forêt de Buzet avec comme idée d’aller faire la montée du Chemin de Mirepoix à Montjoire, cette montée est pour moi une des plus dures du coin, une bonne façon de savoir si tu es en cannes …

 

2020 17 (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 17 (2)

 

 

 

 

 

2020 17 (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 17 (4)

 

Arrivé à Montjoire, je pars sur les chemins de randonnée du côté de La Verrière et Vacquiers. À être là, je me dis « Et si j’allais vers l’agglomération … », direction donc Labastide-Saint-Sernin, les bois vers Pechbonnieu. Descente du Castillon vers Castelginest et balade le long de l’Hers jusqu’à Launaguet. On ne se sent pas si proche de l’agglomération, le coin est assez sauvage …
Là, il faut remonter sur les coteaux, joli mur du Chemin de la Côte Blanche pour aller chercher du chemin pour rallier Saint-Geniès-Bellevue.

 

 

2020 17 (7)

 

 

 

 

 

2020 17 (8)

 

 

 

 

 

2020 17 (9)

 

 

 

 

 

2020 17 (10)

 

 

 

 

2020 17 (11)

 

 

 

Ça faisait bien longtemps que je n’étais pas passé dans le bois de Preissac, magnifique ! Passage dans Saint-Jean et direction la Sausse vers L’Union et Montrabé.

 

 

2020 17 (12)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 17 (13)

 

 

 

 

2020 17 (14)

 

 

 

 

2020 17 (15)

 

 

On traverse le golf Saint-Gabriel pour rejoindre Beaupuy et remonter vers Castelmaurou.

Attention : arrivé en haut de la côte de Beaupuy, la trace (vous ne pouvez pas le manquer) part sur un chemin non pas privé car il est utilisé par les chasseurs mais plutôt fermé … J’y suis passé quand même, petit passage comme je les aime et en honneur du Rough Stuff Fellowship, très sympa ! Si vous ne voulez pas vous y engager, passez par-dessus l’autoroute et partez à droite, vous rejoindrez l’itinéraire.

Descente vers Gragnague et la vallée du Girou.

Là, je ne pouvais pas manquer d’aller encore saluer l’architecte du Canal du Midi et monter la belle côte qui mène à Bonrepos-Riquet …

Je regarde le compteur, aujourd’hui c’était aussi une sortie réglage/paramétrage du GPS et réglage des vitesses après l’installation d’une cassette 11-46 en vue de ce qui m’attend les 10 et 11 juillet … On va faire 100 bornes … Donc je descends vers Verfeil pour remonter dur par le sentier de randonnée vers le coteau au-dessus du Lac du Laragou.

 

 

2020 17 (18)

 

 

 

 

2020 17 (19)

 

 

 

 

2020 17 (21)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 17 (22)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 17 (23)

 

 

 

Très sympa le tour du lac …
Comme j’étais là, je ne pouvais pas manquer de monter le Petit Tourmalet vers Saint-Jean-Lherm et terminer ma boucle …
Question bosses, 9 des bosses grimpées affichent des pentes entre 10 et 16 , la palme pour le Chemin de Mirepoix ....

Très joli balade Gravel aux portes de l’agglomération toulousaine : un circuit vert, la nature est bien présente, très varié, de beaux panoramas sur les coteaux, l’agglo, les Pyrénées, de très jolis passages en sous-bois, du single, etc.

Le Gravel, ce n’est pas que pour les grandes pistes agricoles ou forestières, c’est fait aussi pour se faire secouer un peu, façon cyclo-muletiers …

 

La trace : https://www.visugpx.com/wT3oiyRnDk

 

 

 

 

15 juin 2020

La bande des quatre / Breaking away

 

breaking

 

À Bloomington, petite ville de l'Indiana, quatre adolescents issus de la classe ouvrière trompent leur ennui entre baignades dans une carrière abandonnée, bagarres et drague. L'un d'entre eux, passionné par le cyclisme et l'Italie, va participer à une course le mettant en rivalité avec des étudiants issus des milieux plus favorisés...

 

 

Posté par mastercycle à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2020

private ?

 

privé

 

Idée reçue : « Chemin privé »

 

Petit coup de gueule à l’attention de ces gens qui s’approprient de l’escape public sous prétexte de tranquillité en plaçant une barrière, une chaîne ou un panneau « chemin privé » sur des chemins communaux publics, voire même des sentiers balisés répertoriés.
La propriété privée est un droit à respecter mais ce genre de comportement pas si rare est agaçant !

Pour ma part, je connais quelques chemins très intéressants, privés et interdits à toute circulation. Dans ce cas, je ne passe plus ou j'ai demandé autorisation de passer de temps en temps ...

Il existe aussi des propriétaires qui accordent un droit de passage aux promeneurs, cavaliers ou vététistes (moins aux motos, c'est vrai) sur leurs terrains, merci à eux et veillons à bien respecter ces lieux.

 

Posté par mastercycle à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2020

 

 

 

 

 

 

grui paques 2012 (30)

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cyclo vers le Tarn

2020 16 (1)

 

 

Jolie balade vers le Tarn d’abord par les coteaux entre Montastruc-la-Conseillère, Le Laragou, Le Ramel, Belcastel, Lavaur. Lavaur mérite la halte touristique, et le samedi, le marché vaut aussi le détour.
On prend ensuite les coteaux au-dessus de Fiac pour passer à Cabanès et descendre vers Graulhet.

 

 

 

2020 16 (4)

 

 

 

 

 

2020 16 (5)

 

 

Les panoramas sont superbes, la balade passe par quelques petites routes très agréables même si le revêtement peut être inégal.

On passe la vallée de l’Agout (qu’on retrouvera à Giroussens), pour grimper sur les coteaux vers Puybegon.
Si vous aimez les raidards, faites le dérour par Puybegon, vous serez servis ! Stéphane, ça te rappelle des souvenirs …

 

 

2020 16 (6)

 

 

 

 

2020 16 (7)

 

 

 

 

2020 16 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2020 16 (10)

 

 

 

 

2020 16 (11)

 

 

J’ai fait cette balade avec Stéphane qui l’a tracée pour réaliser son premier 100 km. Il aurait pu choisir plus facile et partir le long du canal vers Toulouse par exemple. Ces 100 km présentent quand même du dénivelé,  presque 1100 m + D+, ce qui est quand même pas mal. C’est aussi pour boucler quasiment pile ces 100 bornes qu’à la fin on est revenu vers Montastruc pour aller chercher Saint-Jean-Lherm et descendre le « petit col » qui a servi d’entame.

La route vers Saint-Anatole suit une superbe ligne de crête, en bonne partie ombragée, et offrant de superbes points de vue quand elle est dégagée.
On rejoint le très beau village de Giroussens avec son superbe panorama sur la vallée de l’Agout.
On descend dans la vallée pour passer à Saint-Lieux-les Lavaur où vous pourrez prendre le petit train pour le très joli Jardin des Martels. Côté gastronomie, l’Echauguette à Giroussens a très bonne réputation.

 

 

2020 16 (12)

 

 

 

 

2020 16 (14)

 

 

 

2020 16 (15)

 

 

On termine cette belle balade en passant à Saint-Sulpice-la-pointe pour remonter sur les coteaux vers Montastruc par Roquesérière et Gémil.


Bravo Stéphane, 100 km validé !

J’aurais pu tout simplement appeler cette trace « vélo vers le Tarn » mais j’aime bien ce terme de cyclotourisme, certains l’emploient de façon péjorative. Je fais du vélo, j’ouvre grand les yeux, je prends des photos, je profite, ça n’empêche pas non plus d’appuyer sur les pédales … Et je connais un paquet de cyclos qui appuient fort !

La trace : https://www.visugpx.com/uoA2db1ehz

 

10 juin 2020

GPS drawing near Toulouse : sanglier

Avec la pandémie de la COVID (il faut dire « la » COVID maintenant), ils ont été peinards les sangliers. Ils ne sont pourtant pas trop aimés (chanson dans la tête : « Le Mal aimé » de Claude François).

Dessin au GPS sur les terres de l’animal (il est partout en fait …) et en son honneur 3 jolis passages en Gravel et un bon vrai passage version « sanglier » puisque totalement hors-piste (d’où la moyenne sur la sortie, je n’ai pas chômé sur le bitume) … Amis de la RSF, si vous lisez ces lignes … Quand j’ai fait mon service militaire et mes deux préparations militaires avant (je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, Aznavour dans la tête), quand on faisait la marche forcée et que le sergent gueulait « Technique du sanglier ! », ça voulait dire aller tout droit sans se poser de questions … La ligne droite n’est pas toujours le chemin le plus court …

Quelques bons coups de cul aussi en honneur de l’animal …

Exceptionnel : un héron s'est posé devant moi sur une petite route, j'étais dans son dos, il ne m'a pas vu, je suis passé à 1 mètre de lui ... D'habitude les échassiers sont très difficiles à approcher.

 

La trace : https://www.visugpx.com/rkrH7gmYrq

 

sanglier

 

Posté par mastercycle à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 juin 2020

Gravelling not far from Toulouse

Circuit Gravel à dominante offroad, florilège de beaucoup de ce qu’on peut trouver dans ce secteur de l’Est-Nord-est Toulousain. Je connais très bien tous ces chemins et je prends toujours beaucoup de plaisir à les rouler. D’ailleurs, aujourd’hui, j’ai encore trouvé de nouveaux chemins.

Départ le long du Girou vers Gragnague pour monter sur les coteaux vers Castelmaurou, Rouffiac, Beaupuy, Montrabé, Pin-Balma, Lavalette et le superbe vallon d’En Maux.
On revient le long du Girou pour monter à Bonrepos-Riquet pour un petit salut à l’artisan du Canal du Midi.
On reste ensuite à flanc de coteau vers Verfeil pour remonter et aller chercher les rives du Lac du Laragou. Passage au Ramel, à Garrigues pour aller faire une très jolie boucle du côté d’Azas, Roquesérière et Lugan.

Direction la vallée du Tarn et Saint-Lieux-les-Lavaur où vous pourrez prendre le petit train pour aller visiter le Jardin des Martels, superbe site.
On passe sous le très beau village de Giroussens pour aller faire un petit tour en forêt. On reste ensuite dans la plaine entre Tarn et Agout pour rejoindre Saint-Sulpice. Un peu de goudron sur cette portion.
On roule sur des chemins agricoles pour faire une petite incursion le long de la Forêt de Buzet.

Incursion dans les vignobles du Frontonnais du côté de Vacquiers et sa forêt royale.
On retrouve une nouvelle fois la vallée du Girou pour rejoindre Labastide Saint-Sernin et aller chercher les bois vers Pechbonnieu et MontberonOn repasse enfin en vallée du Girou pour monter sur les coteaux entre Lapeyrouse-Fossat et Castelmaurou pour terminer cette balade de quelques 160 km avec un peu de relief.

Deux passages peut-être en chemin privé, à vérifier. Le pré aux ruches après La Magdelaine-sur-Tarn : ça passe à gauche des ruches, il y a 3 mètres à faire dans le taillis et on retrouve la trace ensuite.

Un rayon s’est cassé, pas sur du chemin qui tapait pourtant : si vous en voulez pas être obligé de démonter le pneu pour réparer, ne pas le dévisser de son écrou, le tordre pour l’enrouler autour des rayons voisins et jouer de la clé à rayon pour détendre les rayons voisins qui tirent à l’opposé, faisant frotter le pneu sur les bases.

Je ne sais pas s’il y a du « vrai » ou du « faux » gravel : les portions non bitumées de ce circuit (elles sont nombreuses) sont de vraies portions tout-terrain avec de belles « pépites ». Dominique m’a accompagné en VTT sur les 60 premières bornes, il peut confirmer.
Ce qui explique aussi la vitesse moyenne du jour.

Ma pratique du vélo de garnotte est multiple : d’abord ce plaisir de découvrir, de s’éloigner du goudron chaque fois qu’un chemin t’en donne l’occasion et comme ça passe quasiment partout il remplace mon VTT sur tout ce que je faisais avant ici et parfois ailleurs. Je garde le VTT pour des terrains comme L’Alaric, la Montagne Noire (même s’il y a de quoi y faire du Gravel), Puycelci, etc. Des terrains où on peut trouver beaucoup de caillasse … Pour de la longue sur des terrains mixtes, c’est le vélo idéal. Pas loin aussi d’être le vélo de toutes les pratiques, mettant fin à l’hyper spécialisation ou segmentation : tu as un vélo de route, un aéro, un vélo de triathlon, un VTT de cross-country, un enduro, un all-mountain, un vélo de descente, et un très grand garage …

 

 

La trace : https://www.visugpx.com/MVzQsjpBVd

 

Alaric

 

 

Alaric Dominique

Dominique en action ...

Posté par mastercycle à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2020

Le pouvoir de la pédale

le-pouvoir-de-la-pedale-1289443140_ML

 

Le vélo est un moyen de transport rapide, fiable, bon marché, sain, peu consommateur d'espace, économe en énergie et non polluant. Pour les distances comprises entre 500 mètres et 10 kilomètres, il constitue souvent le mode de déplacement le plus efficace, le plus bénéfique pour l'économie locale et aussi le plus agréable. De nombreux usagers, ainsi que certains décideurs, semblent avoir pris conscience de ces atouts innombrables.
Mais lorsqu'on présente la bicyclette comme un moyen de transport amené à se développer, on assiste à une levée de boucliers : le vélo devient soudain « véhicule du pauvre », « instrument difficile à manier » ou « talisman écologique pour bourgeois rêveur ». Avec cet essai « poil à gratter », Olivier Razemon bat en brèche les idées reçues qui empêchent encore l'essor du vélo.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]