La métropole toulousaine a aménagé pas mal de pistes cyclables et de voies vertes, j’ai publié sur ce blog plusieurs traces qui empruntent ces pistes avant de partir un peu plus loin.

Je n’ai pas tout vu ni tout fait mais je trouvais intéressant de partir de Toulouse et j’ai publié plusieurs traces VTT (si si, vous n’avez qu’à rouler du côté de coteaux de Pech-David pour vous rendre compte que l’on peut faire du VTT, du vrai, aux portes de Toulouse) ou Gravel au départ quasiment du centre ville.
Il manquait à ma collection que je partage avec plaisir ce circuit vers Bouconne, balade entre eau et forêt …

g191019 (5)

Départ du lycée polyvalent rive gauche avec Bruno. Tu peux partir du centre-ville, rejoindre La Cépière par les pistes cyclables pour attaquer ce circuit.
On traverse d’abord le site de La Ramée puis on va chercher les rives du Touch jusqu’à Plaisance puis on revient sur Tournfeuille pour monter le coteau vers Colomiers. On traverse le très joli parc du Cabirol et Colomiers par des cyclables pour aller chercher le GR653 le long de l’Aussonnelle qui amène à la forêt de Bouconne. Ne pas manquer de rouler dans ce superbe site, notamment du côté du lac de La Bourdette, à voir en fonction du kilométrage que vous voudrez aligner en fin de balade. La partie la plus intéressante et sauvage de la forêt se trouve entre le parking du carrefour de Lévignac, Lasserre et Léguevin. On quitte la forêt pour aller vers Mondonville et Cornebarrieu pour retrouver l’Aussonnelle et le GR653. On revient sur Colomiers, le Cabirol et le Touch que l’on peut suivre si on veut jusqu’à Saint-Martin.

On a bien appuyé sur les pédales, moins de 4 heures pour 80 bornes effectives pour sortir cette trace.

Et ce que j’apprécie particulièrement dans ce genre de balade, c’est qu’on oublie très vite que l’on est si près d’une grand agglomération. Alors, oui c’est vrai, il n’y a pas de singles (si, si, deux ou trois sur le circuit), il n’y a pas de descentes hyper techniques, c’est pas de l’enduro mais je m’y retrouve autant que lorsque je roule dans le Biros pour passer un col après plus d’une heure de vrai porté et descendre sur l’étang d’Arraing par une piste très très technique et trialisante ou quand je roule dans la Montagne Noire ou dans la Clape. Le plaisir est différent mais il est là. Plaisir de faire du vélo tout simplement.

g191019 (1)

 

 

 

g191019 (2)

 

 

 

g191019 (4)

 

 

 

g191019 (6)

 

 

g191019 (8)

 

 

J’ai écrit sur le sujet très récemment quand j’ai publié la trace Gravel in Toulouse Est : tu es en ville, tu laisses ta bagnole (ou mieux, ce que j’essaie de faire, tu ne la prends pas), tu voies la rocade, le bitume, le béton et en quelques coups de pédales tu oublies tout ça et tu te dis que finalement il suffirait de pas grand-chose pour que ça marche bien la planète. Tu te rends compte aussi que tu es dans un environnement hyper privilégié où l’on est capable, tout en produisant, polluant, consommant, etc. de ménager des lieux verts où la nature reprend ses droits. Ces lieux, les berges du Touch, les coteaux après Pech-David, les coteaux après Balma, etc. ne doivent pas être juste des lieux préservés pour se donner bonne conscience ou pour servir de lieux « récréatifs » ou respecter un cahier des charges urbanistique, ils doivent nous inspirer pour faire en sorte que notre planète soit un peu plus respectée.

J’écoutais très récemment à la radio Matthieu RICARD, prêtre boudhiste français très connu et engagé qui présentait son livre de photos « Émerveillement ». Parler photo à la radio, on pourrait se dire que c’est problématique mais le monsieur a les mots pour t’expliquer ça : l’émerveillement, c’est un truc tout simple, ça peut arriver n’importe quand, devant une personne, un enfant, un vieillard, une personne que tu aimes, ton enfant, un acte, un monument ou devant la nature. Moi, ça m’arrive de temps en temps grâce au vélo, aussi le matin en voiture au lever du soleil ou le crépuscule (tu as envie de garer la voiture, je l’ai fait une ou deux fois, et de profiter), ça m’arrive aussi dans mon boulot avec mes élèves (des moments magiques) et je n’ai pas eu besoin de me retrouver dans des lieux forcément insolites ou reculés (je n’ai pas beaucoup voyagé) mais la magie opère, tu en prends plein les yeux et tu dis « Il faut que ça dure, on doit arrêter de gâcher … ». Ensuite, il faut des actes …

Le vélo (la marche aussi bien sûr), parce que la notion de temps est forcément modifiée, permet de profiter plus du spectacle naturel qui s’offre à nous et dont nous avons la charge.

Tu peux aussi rouler juste pour te défouler, prendre une bonne suée, avaler du kilomètre, mais c’est dommage non ?

 

La trace du jour : https://www.visugpx.com/wKK2X2r6VV