L’an dernier, un mois plus tard dans l’année, j’ai publié un Tour de l’Alaric :

https://www.visugpx.com/shd2Ryy6fz?t=2

L’Alaric, je ne dirai pas que ça se mérite car ce serait prétentieux alors de dire que j’y suis allé et donc que j’ai mérité, mais c’est exigeant. Tu sais pourquoi tu y vas, ça va être dur … La Montagne d’Alaric fait une quinzaine de kilomètres de long pour trois à cinq de large mais est bordée de pas mal de reliefs ou plateaux. Elle culmine à 600 m. Ses dimensions ne sont pas extraordinaires mais le relief est bien là, la roche aussi.
Les paysages, les terrains, sont assez variés même si l’influence méditerranéenne est bien présente : sous-bois de feuillus, pistes, chemins, singles, garrigue, maquis, et de la caillasse … De superbes panoramas aussi sur les massifs voisins ou plus lointains.

Aucun vélo rencontré, des chasseurs en battue très sympas et des randonneurs à pied, le site est réputé pour cela.

 

alaric2020 (1)

 

Pour cette balade, j’ai choisi de partir devant la Cité de Carassonne. Temps couvert en début, le soleil fera quelques apparitions dans la journée.

Dominique m’accompagne. Il m’avait averti, il était fatigué … Je devais l’être aussi car, comme à notre habitude, ce sera lui devant et moi derrière. Le monsieur a toujours un sacré bagage technique et physique.

On passe au lac de Cavayère pour rallier Fontiès d’Aude. Belle ligne de crête vers Floure et passage de l’autoroute. On longe l’autoroute vers Barbaira et le petit lac de l’Alaric. Si ne connaissez pas le site, vous pouvez monter au ruines du château de Miramont et rester sur les hauteurs avant de rejoindre le Fer à cheval (voir la trace « Tour de l’Alaric »). Pour cette fois, nous sommes restés aux abords du Massif, nous avons en fait cherché une autre voie pour rejoindre les ruines mais cela n’a pas été possible et une chasse en cours nous a empêché de prendre la bonne voie et donc nous nous sommes engagés pendant un long moment dans un passage en poussé et porté un peu galère, d’autant plus galère que nous avons dû faire demi-tour …
Si vous ne connaissez pas non plus, les abords du lac de l’Alaric sont très jolis à rouler.
Nous avons commencé à regrimper sur le Massif après le lac. Au niveau du Ruisseau de Blanquier, soit on peut descendre comme nous l’avons fait là (jolie descente) et ensuite monter au Fer à cheval par du goudron soit continuer de monter pour récupérer une piste et la Combe du Cèdre.
Joli point de vue au Fer à cheval. Le signal de l’Alaric était dans les nuages, nous sommes partis vers Montlaur pour exploiter les pistes et sentiers sur l’Ouest du massif vers Monze.

 

 

alaric2020 (3)

 

 

 

alaric2020 (5)

 

 

 

alaric2020 (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (8)

 

 

Nous sommes passés au-dessus du site du Miramont par un superbe single qui rejoint le GR36 et passe aux Bénitiers, curiosités géologiques du coin (il y en a quatre), le calcaire qui affleure sur tout le secteur a été creusé par l’eau et la caillasse est très présente.
Le circuit part ensuite vers Monze, dont les coteaux ont été incendié pendant l’été, la végétation commence à reprendre pied, mais c’est toujours impressionnant de traverser de coins de nature ayant ainsi souffert.

La boucle repasse au Lac de Cavayère, lieu très pris en été pour ses activités aquatiques et ludiques.

Arrivée à la tombée de la nuit aux abords de la Cité éclairée …

 

 

alaric2020 (10)

 

 

 

 

 

alaric2020 (11)

 

 

 

 

alaric2020 (13)

 

 

 

 

 

alaric2020 (14)

 

 

alaric2020 (16)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (17)

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (18)

 

 

lesbenitiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (19)

 

 

 

 

 

alaric2020 (20)

 

 

 

 

 

alaric2020 (21)

 

 

 

La trace :

https://www.visugpx.com/Gt8Wf03uox

Sortie longue même si le kilométrage n’est pas extraordinaire, un peu supérieur avant de « nettoyer » la trace, mais les terrains ne permettent pas, en tout cas à mon niveau et dans l’état de forme du jour, d’affoler le compteur. Faite en très bonne compagnie, merci Dominique.

Et au sujet du compteur, ce n’est vraiment pas une priorité pour moi, je recherche avant tout du plaisir, de la découverte, et sans masochisme, de l’effort, j’aime bien me dire de temps en temps « Là, c’est dur … »

Si voulez faire plus long, combinez les deux traces que j’ai publiées et vous aurez un superbe circuit. D’autant plus sir le ciel est dégagé, le site du signal de l’Alaric (il ne faut démériter dans son ascension) est magnifique et les descentes autour sont superbes et techniques (Combe du Gravier, Combe Bandoulierle vers la Métairie sans fin, ruisseau des Baux, Roc de l’Aigle vers Saint-Michel de Nahuze, descente sur Bouscarrou)