21 octobre 2020

Saint-Girons-plage

 

 

St-Girons-plage

Posté par mastercycle à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 octobre 2020

Un salut à Monsieur de D’Artagnan

Circuit dans la même veine que la boucle Saint-Sulpice – Castres – Albi ou la longue le long du Canal du midi jusqu’à Sète, une envie de tourisme et d’aller, depuis mon domicile, vers des coins où je ne roule pas souvent …

 

auch 17102020 (1)

 

 

 

 

 

 

auch 17102020 (2)

 

 

 

 

 

auch 17102020 (7)

 

 

 

 

auch 17102020 (8)

 

 

 

auch 17102020 (9)

 

 

 

 

auch 17102020 (10)

 

 

 

Une envie d’aller saluer D’Artagnan à Auch, dont la statue surplombe le Gers par un escalier monumental. Christophe m’a accompagné sur cette longue, nous avons passé un très bonne (et longue) journée …
N’oublions pas qu’avant de devenir un héros de roman, Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan a bien existé, il fut un homme de guerre né en 1611 et décédé au siège de Maastricht en 1673, pendant la guerre de Hollande.
Son entrée vérifiée chez les Mousquetaires du Roi lui fit peut-être rencontrer Armand de Sillègue d'Athos d'Autevielle, Isaac de Portau et Henri d'Aramtiz, tous trois Béarnais, dont la présence est aussi attestée au sein des Mousquetaires. Il a aussi été proche de Mazarin qui lui fit accorder la charge de « Capitaine concierge de la volière du Roi ». Et c’est lui qui, sur ordre du Roi, alla procéder à l’arrestation de Fouquet et devenir son geôlier.
Il aura aussi été gouverneur de Lille d'avril à décembre 1672 mais a demandé à retourner au combat.

 

 

auch 17102020 (14)

 

 

 

 

 

auch 17102020 (15)

 

 

 

 

auch 17102020 (18)

 

 

La ville d’Auch est un ville d’Histoire, caractéristique avec ses Pousterles, rues étroites à forte pente, souvent en escaliers, qui relient la ville basse à la ville haute. La Rue de la Vielle Pousterle affiche tout de même 27 %, nous nous y sommes frotter, un beau mur, heureusement pas très long … Question pentes, sur toute la journée nous aurons gravi quelques bons raidillons à plus de 10 % …

Les berges du Gers ont été très bien aménagées pour la promenade.

La Gascogne est une terre de gastronomie, de rugby, elle est vallonnée et offre de très jolis panoramas. À Gimont, nous ne sommes suis pas arrêtés à son célèbre marché au foie, qui se tient les mercredis et les dimanches et qui est réservé aux particuliers.

 

auch 17102020 (19)

 

 

 

 

auch 17102020 (21)

 

 

 

 

auch 17102020 (22)

 

 

 

auch 17102020 (23)

 

 

 

L’Isle-Jourdain, Gimont, nombreuses bourgades ou petits villages valent le détour … À L’Isle-Jourdain, ne manquez pas le musée campanaire (musée de la cloche … celle qui sonne …). De beaux panoramas s’offrent à la vue, le circuit passe par de belles petites routes de crêtes et privilégie les routes peu fréquentées.

Je surveille toujours mon alimentation sur mes sorties longues, la preuve :

 

 

auch 17102020 (16)

 

.

Attention, une portion sur chemin pour traverser la Forêt de Bouconne du côté de Pujaudran, elle vaut le détour car elle vous amène ensuite sur un superbe point de vue sur la vallée de la Save. À Léguevin, passage au Lac de la Mouline.

Le retour se fait notamment par Nougaroulet, qui vaut le détour au moins pour son nom.

La trace : https://www.visugpx.com/wYE2ZTpevy

 

Toponymie : Salleboeuf, La Pignère, La Claque, Le Sourd, Gaillarvielle, Coupecourt, Le Garrabousta, La Jalousie, Les Daounes, le Bidet, Piquebise, …

 

16 octobre 2020

Strava

 

 

07:51, le vendredi 16 octobre 2020

Vélotaf, hypothèse non vérifiée, sunset

Je présente platement mes excuses aux propriétaires de grosses cylindrées à 4 roues allemandes : mon hypothèse du 9 octobre ne tient pas la route, c’est bien le cas de le dire.
L’abrutitude n’est pas le seul apanage des propriétaires mâles ou femelles des grosses bagnoles, ce qui est d’ailleurs logique, elle se répartit équitablement dans toutes les couches de la société. En d’ailleurs, cela m’aurait frappé bien plus tôt si l’hypothèse était vérifiée …
Un bel exemple ce matin avec un(e) abruti(e) dans une petite bagnole dont je tairai la marque et le modèle qui a forcé le passage en me doublant alors qu’une voiture arrivait en face. Pas mal d’automobilistes pensent qu’on se traîne en vélo et jugent mal leur capacité de dépassement.

Nice sunset …

 

 

 

DSC08316

 

10:15, le dimanche 11 octobre 2020

Grasse matinée et petit tour

Petit tour sur les petites routes du coin vers Montjoire, La Verrière, Vacquiers, Paulhac, ce coin est bien joli … Ça captait bien ce matin pour la musique dans la tête : Renaud (« J’étais tranquille, j’roulais peinard … »), Michel Fugain, Sylvie Vartan « Comme les garçons … » … Freud a étudié les rêves, Bettelheim les contes de fées, il serait intéressant voire surprenant d’interpréter les musiques dans la tête …
La météo a été beaucoup moins mauvaise que prévue ce week-end, mais les terrains et chemins sont bien gras par chez nous, la bonne glaise, d'autant plus si des engins y passent, c’est la fin de la saison pour la pratique offroad, même si l’automne peut nous réserver quelques beaux jours. Ou alors il faut aller chercher les chemins sablonneux ou caillouteux de la Montagne Noire ou des Corbières … On va y aller !
Mais Les petites routes ne manquent pas pour rendre les sorties agréables et tranquilles question trafic routier.

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

Posté par mastercycle à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2020

Cerdaggne ...

 

 

 

cerd (22)

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2020

Voyages sellestes – Les montagnes du monde à deux roues

 

voyages-sellestes-7-380x611

« Alpes, Andes, Rocheuses, Caucase, Pamirs, Himalaya, j’ai toujours été un grimpeur à deux roues. Pédaler des milliers de kilomètres pour atteindre un massif ne m’effraie pas. Le vélo et la montagne ont fait partie de tous mes voyages, comme si ces deux pratiques n’allaient pas l’une sans l’autre… »

Les alpinistes visent à gravir un sommet, le voyageur à vélo, lui, franchit les cols, traverse de hauts-plateaux. Le vélo devient son animal de bât, son allié, lui assurant de pouvoir transporter réserves d’eau et de nourriture et de couvrir une certaine distance. 

Depuis trente ans, Claude Marthaler parcourt le monde sur deux roues. Le vélo est son mode de vie et d’existence, la roue son mode de pensée et d’expression. Il s’intéresse à la bicyclette dans tous ses états, à sa culture sur les cinq continents, au vent des routes. Dans ce livre, le dixième que lui inspirent ses pérégrinations cyclistes, il relate trois voyages où la pente a été plus présente et plus exigeante que jamais : Pamir, Kirghizistan, Tadjikistan, Afghanistan, vers l’Amnye Machen au Tibet oriental, et la Great Divide, à travers les Rocheuses, au Canada et aux États-Unis.

Éditions Glénat

 

 

Posté par mastercycle à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 octobre 2020

Gravel community

 

 

 

Posté par mastercycle à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2020

 

07:46, le vendredi 9 octobre 2020

Sunrise velotaffing

Séance photo ce matin avec l’astre levant … Et Jacques Higelin dans la tête, « Tombé du ciel », un morceau qui donne la pêche en toutes conditions … Jacques Higelin fait partie de mes play-listes, j’avais oublié de le citer quand j’ai écrit sur le sujet. J’ai eu la chance de le voir en concert, un beau moment …
Le matin, sur la D45, c’est un peu comme aux abords de Toulouse et des rocades, il y les horaires bons ou moins bons et ça se joue à pas grand chose : avant 7h00, il n’y a pas grand monde, c’est fluide ; entre 7h00 et 7h30, ça commence à se charger ; entre 7h30 et 7h45, ça redevient fluide ; entre 7h45 et 8h15, il y a de nouveau du monde sur la route ... Je suis parti vers 7h45, plus de monde donc mais pas forcément plus de danger, à part deux abruti(e)s d’entrée de jeu. L’abrutitude n’est pas que l’apanage de la gente masculine, j’ai étudié cette problématique et les femmes sont bien représentées … Nouvelle question sur laquelle je vais me pencher : l’abrutitude est-elle liée à la voiture que le(la) dit(e) abruti(e) conduit ? Je m’explique : ce matin, une Audi Q3, une Mercedes classe A. Je n’ai pas assez fait attention à ça, je vais fouiller … Si l’hypothèse est vérifiée, Monsieur Audi et M’sieur Mercedes, si vous pouviez éduquer vos conducteurs … J’ai eu aussi affaire à une Porsche … Je n’ai rien contre les allemandes (voitures), les Porsche sont pour moi parmi les plus belles voitures du monde, en tout cas la 911.

 

 

DSC08235

 

 

 

 

 

DSC08238

 

 

 

 

DSC08239

 

 

 

 

 

 

 

 

07:41, le jeudi 1 octobre 2020

Vélotaf, trottoir

Il n’y a pas beaucoup de trottoirs sur mon trajet pour aller ou revenir du boulot. Je m’en suis mangé un quand même, je me suis bien vautré sur l’un de ces rares trottoirs, à Labastide-Saint-Sernin.
L’inattention, la faute de pilotage peut ne pas pardonner sur un vélo : il était tard, le jour commençait à bien décliner, une de mes deux lampes avant s’est éteinte, batterie à plat, j’ai voulu vérifier que l’arrière fonctionnait et donc me suis légèrement tourné pour passer ma main droite devant le feu arrière pour voir si ça éclairait bien. Quand tu lâches le guidon de ta main droite, que tu te tournes du même côté, tes épaules tournent aussi vers la droite, ton bras gauche aussi, ton guidon aussi … Et si tu es près d’un trottoir, tu ripe sur son long et tu t’étales … Même quand tu sais faire du vélo …
Une couleur aujourd'hui : gris ...

 

 

 

 

07:43, le mardi 29 septembre 2020

Vélotaf du jour


Pas de bla bla aujourd’hui, pas de chanson dans la tête, un peu fatigué … Une belle image : un beau lever de soleil et un superbe ciel …
Pas d’abrutis non plus, ça c’est une bonne chose …

 

 

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

 

Posté par mastercycle à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2020

 

 

« Doyenne des classiques : que tu fasses une vague dans le sprint final, ça peut arriver involontairement, tu risques la disqualification ; mais que tu lèves les bras à 10 mètres de la ligne alors que les autres sont encore à côté de toi et que le sprint n’est donc pas terminé, là c’est couillon … »

 

 

Posté par mastercycle à 19:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 octobre 2020

Le Tarn à vélo : véloroutes et voie verte en Cocagne

2020 29 (1)

 

 

 

 

 

 

2020 29 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 29 (4)

 

 

 

 

2020 29 (6)

 

 

 

Très belle boucle cyclo empruntant les véloroutes Vallée de l’Agout entre Saint-Sulpice-la-Pointe et Castres et Vallée du Tarn entre Albi et Saint-Sulpice et la voie verte entre Castres et Albi.

 

 

 

2020 29 (7)

 

 

 

 

2020 29 (9)

 

 

 

 

 

2020 29 (10)

 

 

 

 

 

2020 29 (11)

 

 

 

 

2020 29 (12)

 

 


Ces véloroutes proposent d’emprunter le plus possible de petites routes peu fréquentées pour profiter au maximum des campagnes traversées. Elles sont bien balisées et régulièrement des panneaux rappellent aux autres usagers de ces routes qu’elles ont partagées … La voie verte suit le tracé d’une ancienne voie ferrée à travers les jolis coteaux de ce coin du Tarn. Son revêtement n’est pas bitumé, il est sablonneux ou en terre battue, tout à fait praticable en vélo de route. Cette voie verte commence en centre-ville à Castres mais, et c’est surprenant, se termine de façon un peu « brutale » avant Albi, Puygouzon. D’ailleurs, j’ai pris 200 m de vrai Gravel à cet endroit pour grimper sur les coteaux et redescendre sur Albi par une petite route. Lautrec vaut le détour, n’hésitez pas à y grimper.

 

 

2020 29 (14)

 

 

 

 

2020 29 (16)

 

 

 

 

2020 29 (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 29 (21)

 

 

 

 

 

ph81_lautrec2

 


J’ai déjà écrit sur le Pays de Cocagne : il doit avant tout son nom aux « coques », étape du traitement du pastel qui permet d’en tirer le célèbre « bleu pastel ».

 Le vent soufflait fort ce matin, Du Sud-Sud-Ouest, il m’a pas mal secoué sur les crêtes du côté du Laragou, du Ramel ou de Belcastel, et même le long de l’Agout. Je savais que j’allais certainement le retrouver en fin de journée, défavorable, et peut-être aussi la pluie. Tous les deux étaient au rendez-vous à Albi. 70 bornes avec fort vent de face et 60 avec une bonne pluie, difficile de garder un bon rythme, obligé de tout « débrancher » pour passer en pilotage quasi-automatique et de puiser profond … Plus de musique dans la tête, ne plus penser à rien, supporter le truc en sachant que ça va finir … Ce matin, c’était Claude François (si, si j’assume) et « Mais non mais non ti ti tididi. Mais non mais non ti ti didi », vous avez reconnu bien sûr … Une belle sortie, éprouvante.

De belles campagnes, de très jolis villes et villages traversés, chargés d’Histoire.

La trace : https://www.visugpx.com/3e6Dhgo80G

 

 

 

 

2020 29 (22)

 

 

 

 

2020 29 (24)

 

 

02 octobre 2020

À donf ...

230319 (16)

Posté par mastercycle à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]