« Playlist », une nouvelle inspirée d’une de mes Strava’s notes …

 

 

 

Pas d’itinéraire précis ce matin, je vais suivre ma playlist …
Brel, « Le plat pays … », je vais prendre la D45 vers Castelnau d’Estrétefonds …
Ce plat pays qui est le sien ne l’est pas tant que ça d’ailleurs, les cyclistes en savent quelque chose …Mais cette chanson est si belle …
Ciel un peu gris, quelques gouttes, « Le Nord » et ses corons … Même si ce Nord réserve de bien beaux coins et du soleil …
Un bon vent de face aussi, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai pris la D45 vers l’Ouest pour revenir vent de dos … « Marche tout droit » … « Dès que le vent soufflera … ».

J’ai des sorties à thème : les cours d’eau, les points touristiques juste-là, les voies vertes, etc. Je me dis que ce serait marrant de suivre une route sur tout son itinéraire, la D45 va d’où à où ? « Nationale 7 » … Et « Douce France », la belle reprise de Noir Désir … Et je pense à la belle reprise de « Jaurès » de Zebda …

Le soleil fait une apparition, « Heal the world » et « Over the rainbow ».

Je reviens sur Garidech, « Dès que le vent soufflera » revient, je continue sur la D45 vers Gragnague. Et là, un coup de folklore, « Les Montagnards … Halte-là, halte-là, halte-là … », je me dis qu’il faut que je trouve un petit truc qui pourrait faire penser à un col de montagne … On a ça dans le coin : le Petit Col, le Petit Tourmalet … Je prends le chemin du Bois des fusillés de la Reulle et sa montée avec ses deux lacets … le Bois de la Reulle est un lieu chargé d’Histoire : le 27 juin 1944, les SS de la tristement célèbre division Das Reich exécutèrent des résistants prisonniers des geôles toulousaines dans ce bois, 15 corps ont été découverts depuis et identifiés mais d’autres corps pourraient être retrouvés … La minute de silence … « Le Chant des partisans » …

Je repars face au vent vers Lapeyrouse-Fossat, « Je t’emmène au vent », sur les crêtes, ça souffle …

Le temps tourne … « Avec le temps va, tout s’en va … » et « Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con on est con … » … Je pense à ces chauffards auxquels j’ai affaire (trop souvent) sur mes trajets « Pour me rendre à mon bureau » …

Je repense à Brel et cette belle chanson, « Ô Toulouse » me vient alors à l’esprit, je « descends » vers l’agglomération.
Un samedi, il y a moins de monde qu’en semaine, « La Complainte de l’heure de pointe » puis « Ce que je demande n'est pas difficile : il me faut deux roues, un cadre et quelques rayons qui tournent, une chaîne et aussi quelques vitesses … Croyez-moi, à vélo, je suis plus rapide que la XM de Raymond Citroën … ».  Bon, je ne grille pas les feux rouges … Par contre, il est vrai que l’automobiliste mâle ou femelle (j’en connais de très cordiaux qui me laissent la priorité, qui saluent, répondent à mon geste pour les laisser passer si j’ai une meilleure visibilité et me serre sur la droite, etc.) n’aime pas être dépassé par un vélo, même par la gauche. La semaine dernière, j’ai échangé quelques amabilités avec une automobiliste qui n’avait pas aimé que je la dépasse et donc avait ensuite fait ronfler le moteur et m’avait doublé trop près … J’ai « Souvenirs, souvenirs » aussi d’un chauffeur de bus qui m’avait collé dans un virage en ville alors que je venais de le doubler correctement …

Un remake du clip « Bicycle race » sur la Rue Alsace, ça aurait de la gueule !

Je traverse la ville, Nougaro est toujours là, « C’est une Garonne », je vais chercher les berges, roule vers les Filtres, l’eau verte du Canal du Midi, et la brique rouge des Minimes … « Quand on s’promène au bord de l’eau » …
Je double quelques citadins sur leur vélo, une cycliste « Sexy sur mon vélo » qui montre qu’on peut allier élégance et petite reine …  
« La valse du vélo couché », j’en croise un le long du canal, je reviens vers mon domicile, le disque est rayé, « Dès que le vent soufflera … ». Laisse béton, baisse la tête, pédale, tu rentres … Le disque est rayé, je repasse à Castelnau, je reprends la D45 …

J’ai regardé en rentrant, la D45 va en fait de Gragnague à Castelnau d’Estrétefonds … Une trentaine de bornes … Pas de quoi se lancer dans un long périple … Mais c’est une autre chanson …