Ce matin, je n’avais pas les jambes à envoyer du lourd mais j’avais envie de faire une longue …
J’avais coché depuis un petit moment Mirepoix et la voie verte qui relie Mirepoix à Lavelanet en passant par le Lac de Montbel.

La bastide médiévale de Mirepoix est classée grand site d’Occitanie. Les couverts de la place encore visibles datent du XVème siècle, on peut y voir aussi de superbes maisons à colombages. Mirepoix est aussi célèbre pour sa Maison des Consuls et pour sa cathédrale aux dimensions impressionnantes.

Départ ce matin de bonne heure par de petites routes peu fréquentées pour rejoindre d’abord Mirepoix et aviser de la suite de la sortie.

 

2021 26 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 26 (3)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (4)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (5)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (6)

 

 

 

La balade traverse d’abord le Pays de Cocagne dans le Tarn, chaque village a son château (ou inversement) datant de cette époque ou plus ancien, le parcours est très vallonné et offre de très beaux panoramas sur les environs, les Pyrénées ou la Montagne Noire.
L’activité agricole est bien présente : céréales, élevages et oignon …

Je ne peux citer tous les villages traversés, en voici, après Caraman, quelques-uns assez pittoresques : Cambiac, Maures, Juzes, Mourvilles-Hautes , Montmaur, Airoux.

 

 

2021 26 (8)

 

 

 

 

 

2021 26 (9)

 

 

 

 

2021 26 (12)

 

 

 

 

2021 26 (14)

 

 

 

 

On passe ensuite à Labastide d’Anjou où vous pourrez vous arrêter (pas en vélo) à l’Hostellerie Étienne, véritable institution depuis 1956 pour son cassoulet impérial.

On rejoint la plaine et le Canal du Midi que nous traversons mais que nous retrouverons en fin de parcours.

 

 

2021 26 (15)

 

 

 

 

 

2021 26 (16)

 

 

 

 

 

2021 26 (18)

 

 

 

 

2021 26 (20)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 26 (21)

 

 

 

On traverse les coteaux du Lauragais pour passer au superbe site du Lac de la Ganguise (il y a de quoi faire par là sur les chemins) pour traverser ensuite la vallée de l’Hers-mort que j’ai déjà eu l’occasion de vous décrire, et enfin descendre sur celle de l’Hers-vif qui lui est plus important et se jette dans l’Ariège.

 

 

 

2021 26 (22)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (23)

 

 

 

 

 

2021 26 (24)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 26 (25)

 

 

 

 

 

La première étape de la balade est atteinte : la bastide de Mirepoix. Le village est animé avec le déconfinement : les terrasses des restaurants sont pleines (par contre la distanciation, contrairement à Toulouse, y est assez bien respectée) et c’est jour de vide-grenier.
Je décide de m’y restaurer, de façon raisonnable (j’ai hésité avec le magret ou l’entrecôte) avec une salade gourmande à un prix très raisonnable aussi.
Je me suis aussi arrêté plus tard à Aigues Vives, à la boulangerie pâtisserie Fermino pour manger un délicieux croissants accompagné d’un soda de marque mondialement connue et acheter un pain au raisin pour plus tard.

Il est tard, même si quand je m’engage sur de la longue je n’en fait pas un objectif, je n’ai pas tenu une moyenne habituelle, j’ai pédalé à l’économie pour me réserver sur la longueur et le couvre-feu est encore de mise, même s’il a été reculé jusqu’à 21 h. Si le vent ne se mêle pas à la partie, je peux arriver dans les temps …

Je trouve dommage d’être venu aussi loin et de ne pas profiter de la superbe voie verte qui relie Mirepoix à Lavelanet en passant par Chalabre et Montbel.
Cette voie verte est très agréable, en gravier et ses tunnels sont aménagés : les lumières s’allument automatiquement quand vous entrez dans le tunnel.
Cette voie verte de 38 km doit se poursuivre jusqu’à Bram sur 34 km (les travaux sont en cours) pour rejoindre directement le Canal du midi et doit aussi rallier Montségur, pour une longueur totale de 80 km.
J’ai eu la surprise et le plaisir d’y croiser Philippe et Judith qui venaient de Lavelanet.

 

 

 

2021 26 (27)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (28)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (29)

 

 

 

 

 

2021 26 (30)

 

 

 

 

 

2021 26 (31)

 

 

 

 

 

Le descriptif de la voie verte :

 voie_verte_mirepoix_lavelanet

 

Le site :

http://voievertepyreneescathares.fr/

 

Si vous avez le temps, ne manquez pas de vous arrêter à Chalabre, de pousser jusqu’au château de Puivert, ou de faire le tour du Lac de Montbel. Ce site ne manque pas de pistes VTT balisées, propices aussi à la pratique du Gravel.

Je n’ai pas poussé jusqu’à Lavelanet care je voulais avoir un panorama sur le Lac de Montbel et ai donc repris un peu de hauteur.

 

 

 

2021 26 (32)

 

 

 

Je suis passé à Vals, connu pour son église très particulière. Elle est bâtie sur un piton rocheux, creux, où a été aménagé une partie de l’église, elle est donc sur plusieurs étages mais on ne voit que la partie extérieure qui ressemble à un donjon.

 

 

 

2021 26 (33)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (34)

 

 

 

 

2021 26 (35)

 

 

 

 

2021 26 (36)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (41)

 

 

 

 

 

2021 26 (43)

 

 

 

2021 26 (44)

 

 

 

 

 

 

2021 26 (45)

 

 

 

 

 

On retrouve ensuite l’Hers-vif que l’on va quitter à Molandier pour reprendre encore un peu de hauteur …

Les kilomètres commencent à défiler, je rejoins Gardouch pour retrouver le Canal du Midi sur une trentaine de kilomètres et revenir sur Toulouse.

J’ai profité de la balade pour repérer des sites propices à la pratique du Gravel (il y a de quoi). J’ai roulé 4 secteurs Gravel, dont un assez long autour des 160 km, ils sont facilement contournables par les routes.

Le vent s’est invité à la balade, défavorable sur le retour, les derniers kilomètres ont été durs, pas par leur difficulté mais parce que je les connais très et après tant de kilomètres ils m’ont paru bien quelconques et lassants …

260 bornes au total pour cette belle et longue balade …

La trace nettoyée :

https://www.visugpx.com/qdTpYPtvWx

 

 

2021 26 (46)

 

 

 

 

2021 26 (48)

 

 

 

 

 

2021 26 (49)

 

 

 

 

Je le raconte mais vraiment pas pour m’en vanter : ce matin j’avais prévu qu’en fonction de ce que je ferais je pourrais rentrer de nuit et déborder du couvre-feu, j’avais donc prévu d’emporter deux éclairages dans ma sacoche … Je me suis rendu vite compte que je les avais oubliés … La traversée de Toulouse n’a pas posé problème : j’ai suivi les cyclables, j’ai traversé L’Union par les rues des quartiers pour rouler à la lumière des éclairages publics et éviter les rencontres, pas au plus court donc, j’ai traversé Saint-Jean de la même façon pour éviter la D888, j’ai roulé sur quelques trottoirs pour être tranquille, ça a bien fonctionné jusqu’à Castelmaurou … La lune était presque pleine, j’ai déjà roulé en pleine nuit sur des chemins à sa seule lumière. À l’heure qu’il était, je savais que je pouvais compter sur une circulation nulle sur la portion de route qu’il me restait à parcourir … L’exemple n’est pas à suivre, j’éviterai ça la prochaine fois …