30 mars 2022

 

 

 

 

 

bicyclette-organes-genitaux-dr-l-o-followell

Bicyclette et organes génitaux, Dr Ludovic O’Followell

En 1900, la toute jeune médecine du sport est secouée par un débat autour d'une pratique qui se généralise : la bicyclette. Certains l'accusent de tous les maux et voient même dans cet engin une menace nouvelle sur la natalité déjà en berne de la France. La fréquentation assidue de la selle menacerait la virilité masculine et pourrait nuire à la fertilité des femmes.
Et surtout, en pleine naissance du féminisme, la bicyclette ne serait-elle pas un autre outil d'émancipation ? La femme prenant du plaisir sexuel sur sa petite reine - comme elle le fait pense-t-on alors sur la machine à coudre - ne serait-elle pas tenté de déserter le lit conjugal au risque d'accélérer le déclin de la France ? Le cyclisme féminin devient une question de défense nationale !
Rien de tout ça pour le Dr O'Followell ! C'est un moderne qui contribue au débat en voyant dans la bicyclette une chance pour tonifier les organes - tous les organes -, rapprocher les couples, lutter contre l'alcoolisme dévastateur et repeupler le pays.
Merci docteur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forcenés

Forcenés, Philippe Bordas

Le cyclisme prend la mesure du monde dans ses excès ; il exige démesure de l'homme, une tension complète qui touche aux organes et au cerveau. C'est le lieu infernal du maximalisme. Le cyclisme n'a duré qu'un siècle. Ce qui s'appelle encore cyclisme et se donne en spectacle n'est que farce, artefact à la mesure d'un monde faussé par la pollution, la génétique et le bio-pouvoir. Je veux donner l'entr'aperçu d'un monde avant sa fin. Passer le chiffon, une dernière fois, dans la Salle des illustres. Mettre un peu d'ordre parmi mes forcenés, mes champions insensés - renommer les poètes et les irréguliers qui suivent à travers champs. Rien n'obsède comme ces histoires fabulées, ces portraits amoureux, ces mythologies usinées par le peuple, ces étincelles d'Eurovision. Ce que Benjamin nomme " illuminations profanes ". Ces croyances minimes. Ces noblesses inventées.

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 mars 2022

 

 

 

 

MNJ6 (74)

 

 

 

 

 

 

 

MNJ6 (91)

 

 

 

 

 

 

 

ol2015 (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

olroute 2018 (10)

 

 

 

 

 

 

 

pechdavid (27)

 

 

 

 

 

 

 

RBCC 1 (54)

 

 

 

 

 

 

 

reco cham 2021-10-26 (26)

 

 

 

 

 

 

 

 

surprise ride 1 (47)

 

 

 

 

 

 

WhatsApp Image 2021-10-31 at 15

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2022

 

 

 

 

 

mon tour du monde

Mon tour du monde à vélo

Johan David inspiré et impressionné par les grandsnavigateurs solitaires, il a fait le tour du monde à vélo en solitaire : 33 000 kmparcourus en 15 mois et demi à travers une trentaine de pays : France, Italie, Slovénie, Croatie, Monténégro, Albanie, Macédoine, Grèce, Turquie, Iran, Turkménistan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Chine, Laos, Vietnam, CambodgeThaïlande, Malaisie, Singapour, Australie, États-Unis, Royaume-Uni.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ironman

Ironman / Jonathan Dutrel

Atteint depuis la naissance de la mucoviscidose, Jonathan Drutel raconte, dans ce livre, son combat quotidien contre la maladie. Suivi avec attention par le corps médical, Jonathan subit une première greffe bi-pulmonaire à 24 ans, sans succès. Puis, un an plus tard, une double greffe cardio-pulmonaire, cette fois-ci, fonctionne : c'est une bataille gagnée. Une de plus ! Agé alors de 25 ans, il lui faut trouver un défi, une source de motivation pour donner un cap à son existence. Jonathan se met à la course à pied puis au vélo. En 2017, après une préparation de plusieurs mois, il parvient à achever le Marathon de Paris, une victoire qui lui aura fait perdre quatre kilos en cinq heures et seize minutes. Bientôt, une idée germe dans son esprit : participer à l'un des triathlons les plus durs au monde : l'Ironman, cette épreuve mythique de 3,8 km de natation, 180,2 km de vélo et 42,195 km de course à pied ! Dans cet ouvrage, écrit en collaboration avec la journaliste Laura Sahin, Jonathan Drutel nous livre sans concession ses échecs mais aussi ses victoires, sa volonté d'avancer, de ne jamais abandonner et de redonner de l'espoir à ses proches et aux malades. Au fil du récit, le portrait d'un homme touchant, déterminé et profondément altruiste se dessine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos-annees-Poulidor

Nos années Poulidor

« Sans le vélo, mon horizon n'aurait jamais dépassé la haie d'un champ, dans le Limousin. » Raymond Poulidor savait d'où il venait. Et il y revenait, toujours. Son port d'attache, Saint-Léonard-de-Noblat, se situe en plein coeur de la France. C'est un petit village niché sur le chemin de Compostelle où il a appris à traire les vaches de la ferme familiale mais où il a aussi acquis le bon sens du pays limousin, la sagesse, la patience, le travail bien fait. La casquette souvent de traviole mais les idées bien en place, l'éternel deuxième a couru quatorze Tours de France. Il paraît que les Français, en ce temps-là, n'aimaient pas tellement les gagnants, à la différence de ceux de maintenant. On était alors Anquetilistes ou Poulidoristes, une sorte de lutte des classes, même si l'un comme l'autre des deux antagonistes s'étaient présentés aussi démunis au départ de la vie. Ils auraient donc coupé la France en deux, mais c'est vite dit parce que dans toute sa ruralité d'alors, elle penchait quand même sacrément du côté de Poulidor. Il avait « percé » au temps des chanteurs yé-yé. Deux ans après Johnny, le voilà qui partait à son tour. Lui qui avait couru sous De Gaulle, Pompidou et Giscard s'en allait deux mois à peine après Chirac. Ceux qui ont grandi dans les années 1960 et 1970 n'avaient jamais connu un monde sans Poulidor. Mais ce n'est pas le souvenir des Tours d'enfance qui remuait en nous les nostalgies. Son exploit fut de ne jamais être vintage, mais intemporel. Tout changeait autour de nous et rien ne changeait tant qu'il était là. Lui restait le même. Au milieu de tout le chambard, quelque part, il était notre rassurance. « Poupou » s'était transmis de grand-père en petit-fils. Chacun pouvait se reconnaître en lui qui ne ressemblait à personne.

 

 

Posté par mastercycle à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2022

Ô Gravel Family Ride bords de Garonne Toulouse

 

 

 

2022 12 family (1)

 

 

http://www.ogravel.com/archives/2022/03/19/39395727.html

 (cliquez sur le lien)

 

Posté par mastercycle à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


18 mars 2022

Los camins de la blanqueta

Limoux Camins Blanqueta 1

Posté par mastercycle à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2022

Deux ans ...

Deux ans … Notre dernière sortie date du 20 janvier 2020, un virus est passé par là ensuite et a imposé ses contraintes …

Je retrouve (avec le masque, nous le quitterons sur le vélo, et avec le fort vent présent l’air ambiant est sain) cet après-midi Bruno, Camille et Vivian, comme si nous nous étions quitté hier, ces liens d’amitié sont bien là, Camille est toujours aussi vivante mais si attachante. Vivian, toujours placide, je les retrouve tous les deux avec plaisir.

La complicité aussi est toujours là, nous montons sur les tandems pour un tour sur route vers Pechbonnieu, Saint-Loup-Cammas, Saint-Geniès et Lapeyrouse-Fossat. À l’aller, Camille est avec moi et pédale avec entrain, nous sommes face au vent. Et bien sûr, les deux tandems ne peuvent s’empêcher, sur certaines portions, de faire un peu la course …

Pause goûter (nécessaire à tout effort sportif) à Lapeyrouse-Fossat et pour le retour, nous changeons les équipages. Vent de dos, c’est beaucoup plus facile et nous dépassons les 35 km/h sans problème.

 

 

tandem 2022 01 (2)

 

 

Je ne sais plus pourquoi on a prononcé le mot « handicap », ce mot n’est pas interdit dans nos conversations mais pour notre activité, le vélo à deux, il n’a pas d’incidence et n'entre pas souvent dans la conversation. J’ai expliqué son étymologie à Camille qui est passionnée d’équitation, on en parle dans le domaine des courses hippiques, on en parle aussi en golf et dans d’autres domaines. « Handicap » vient de l’expression anglaise HAND IN CAP signifiant « Main dans le chapeau ». Lors de jeux d’échanges d’objets personnels pratiqués en Grande Bretagne, un arbitre, évaluant le prix des objets, était chargé de surveiller l’équivalence des lots afin d’assurer l’égalité des chances des joueurs. Celui qui recevait un objet de valeur supérieure devait donc mettre une certaine somme d’argent dans un chapeau pour rétablir l’équilibre.

Un bon moment donc passé sur le vélo cet après-midi, nos sorties reprennent !

 

 

Posté par mastercycle à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2022

 

 

 

 

gravel022019 (10)

 

 

 

 

 

 

grui2011 (5)

 

 

 

 

 

 

grui2011 (30)

 

 

 

 

 

 

houblon 1 (62)

 

 

 

 

 

 

 

 

houblon ride 21 (21)

 

 

 

 

 

 

invent 2 (73)

 

 

 

 

 

Larrech (13)

 

 

 

 

 

 

lavaur (38)

 

 

 

 

 

Léman (21)

 

 

 

 

 

leu 30 (7)

 

 

 

 

 

mmdi (42)

 

 

 

 

 

mn (3)

 

 

 

 

 

 

 

MNJ4 (49)

 

 

 

 

 

 

MNJ6 (54)

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2022

 

 

 

 

course secrète

La course secrète

« Un jour je suis un type ordinaire, avec une vie normale. Le lendemain je me retrouve sur un trottoir de Madrid avec un téléphone secret et un trou dans le bras qui dégouline de sang, à espérer que je ne me ferai pas prendre. »

Tyler Hamilton n'est pas un saint. Il a fait partie des meilleurs et des plus célèbres coureurs cyclistes du monde et remporté une médaille d'or Olympique avant d'être banni de son sport pour dopage en 2009. Il a été le premier lieutenant de Lance Armstrong au sein de l'équipe US Postal entre 1998 et 2001, puis son rival à la tête des équipes CSC et Phonak. Avant sa dégringolade, c'était un héros ordinaire sorti tout droit d'un film des années 50 : jamais un mot plus haut que l'autre, avenant, poli, l'inverse d'une superstar. Bosseur infatigable, dur à la douleur, il s'était patiemment hissé tout en haut de l'échelle.

Or cette success-story était une supercherie : dès sa première participation au Tour de France, Hamilton avait compris que pour gagner, il fallait tricher. Le boy scout menait en fait une double vie digne d'un roman d'espionnage : noms de code, téléphones secrets, versements en espèces, et un congélateur médical baptisé « Sibérie » où était entreposé le sang qui servirait pendant le Tour de France. Devenu le confident et l'ami de Lance Armstrong, il s'est retrouvé au cour du système mis en place par celui-ci pour se doper et gagner, sans se faire prendre.

Tyler Hamilton a été le bras droit de Lance Armstrong au sein de l'équipe US Postal de 1991 à 2001. Il a notamment été champion olympique du contre-la-montre en 2004 et a remporté la classique Liège-Bastogne-Liège en 2003, le Critérium du Dauphiné libéré en 2000 et le Tour de Romandie en 2003 et 2004.
Il a mis fin à sa carrière en 2009, suite à un contrôle positif à la DHEA.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le-tour-de-la-France-exactement

Le Tour de la France exactement

Un pari fou ? Lionel Daudet, alpiniste amputé de huit orteils gelés dans la face nord du Cervin, en a tenté d’autres. Mais faire le tour de la France, exactement, en suivant pas à pas, au mètre près, le trajet de la frontière et du littoral, quelle belle folie, quelle aventure pourtant si proche de nous !
Le 10 août 2011, Lionel Daudet quitte la maison : il rentrera quinze mois plus tard, après avoir arpenté le territoire à pied, à vélo, en kayak, en voilier, seul ou accompagné d’amis, d’amateurs, de rencontres. Des chiffres ? Environ 3 000 kilomètres d’arêtes, de forêts, de rivières, et 6 000 kilomètres de littoral. Des soucis ? Nombre de nuits blanches et la foudre qui le traverse. Rien qu’un exploit ? Le Tour de la France, exactement, c’est aussi une vision sociale du pays, un jeu des mille bornes, un cache-cache avec les banlieues, les parcelles privées, la végétation.
À quoi ressemble une frontière ? Lionel Daudet nous invite à réfléchir à cette réalité mouvante.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le roi René / Louis Nucéra

Vibrant hommage à René Vietto, cette figure légendaire des Tours de France de l'entre-deux-guerres, Le Roi René a été publié pour la première fois en 1976.

C'est devenu un grand classique de la littérature sportive.

 

 

 

 

 

 

 

 

rayons de soleil

Mes rayons de soleil / Louis Nucéra

Comme on sait, Louis Nucera est fou de vélo. Il a imaginé de refaire le Tour de France de 1949, que gagna Fausto Coppi, coureur de légende et de tragédie, et qui inspira Curzio Malaparte et Dino Buzzati.

Ce tour-là : 4813 kilomètres. Comment Louis Nucera a-t-il conçu son livre ? Le matin, par les plaines et les cols, dans les forêts ou sous le mistral, il roulait ; l'après-midi, il marchait dans les villes : Reims, Saint-Malo, Bordeaux, Nîmes, Briançon, Nancy.

Car on est cycliste de France comme Léon-Paul Fargue était piéton de Paris : fureteur, attentif, conquis plutôt que conquérant.

Ainsi le livre devient-il un recueil d'histoires vivantes. Là c'est l'instituteur du Cannet rendu muet car le mal l'a frappé ; ici le Normand qui sait parler aux oiseaux ; plus loin le clochard toulousain, monarque de la prose, qui mêle rugby et troubadours d'antan ; ailleurs les estaminets de Bruxelles où fleurissent des expressions semblables à celle-ci : "Tout homme a droit à vingt-quatre heures de liberté par jour..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petits cycles

Petits cycles de bonheur / Pierre-Louis Desprez

Des émotions de l'enfance à l'interrogation du philosophe, des chemins côtiers aux pentes du Ventoux, des routes d'Auvergne et des sentiers de l'île de Ré aux boulevards parisiens, Pierre-Louis Desprez, de flexions en réflexions, nous emmène en balade.

Avec ce sentiment de bonheur et de liberté que le vélo procure, passé l'angoisse du premier équilibre une fois ôtées les petites roues. S'il est ici question de plaisir, on y parle aussi d'endurance - voire de souffrance -, de rêveries solitaires et d'amitié.

Et parce que ce voyage est avant tout littéraire, on y retrouve Freud, qui interdisait à ses filles de monter sur une selle. Zola, qui y voyait au contraire un bon moyen de dégourdir les jeunes filles...

On y croise aussi Paulette, la fille du facteur, Albert Londres et Antoine Blondin, Willy Ronis et les premiers " congés payés ", Proust, Morand, mais aussi Orsenna, Fournel ou Perec... C'est donc, à l'heure où le vélo confirme son retour dans les villes, une joyeuse invitation au voyage.

 

 

Posté par mastercycle à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2022

 

 

07:32, le lundi 7 mars 2022 Garidech, Haute-Garonne

Vélo-boulot du lundi au soleil et du mardi sous la pluie

Trajet serein et courtois lundi, lundi soir cours particulier de vélo à Kamélia qui m’a dit qu’elle ne savait pas faire de vélo et qui finalement ne se débrouille pas si mal que ça (on va attaquer le cycle vélo avec la classe), merci Kamélia pour les délicieux gâteaux.
Mardi matin, quelques énervés ou pressés sur la route, mardi soir un chien m’agresse sur un chemin en allant à une réunion à Gratentour, un malinois en liberté (ça ne me dérange pas sauf s’il essaie de me sauter dessus pour m’attaquer) dont le maître n’a pas eu l’air plus préoccupé que ça de la situation … Un chien n’est con que parce que son maître l’est d’abord, c’est pour moi une certitude, que ce serait-il passé si c’était un enfant qui passait en vélo ? Moi, je me suis arrêté, ai menacé le chien, il est revenu plusieurs fois à la charge mais j’ai réussi à prendre le dessus …
Et une bonne saucée après la réunion, ça tombait épais … J’avais besoin de bien me « vider » la tête, cette bonne douche y aura contribué, je n’en demandais pas temps et suis très bien équipé pour rouler sous la pluie si besoin.

 

 

2022-03-08

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:21, le dimanche 6 mars 2022 Garidech, Haute-Garonne

Une petite dose, sous le soleil

Le vélo n’est pas une drogue, il est bon pour la santé, à consommer donc sans contre-indication !
Vendredi, j’avais prévu de profiter d’avoir passé quelques jours à Orlu pour revenir par un gros et beau « truc » dans ma collection « cours d’eau », je ne vais pas « spoiler » la balade mais encore un fois en traçant ce parcours je suis tombé sur de belles pépites quant aux sites à traverser ou aux chemins présagés … Partie remise, je ferai ça d’ici l’été, pourquoi pas avec un aller en train et une nuit à Ax-les-Thermes.
Vendredi, il a plu toute la journée et le vélo pour moi est assurément une passion mais pas un sacerdoce même si parfois je dois puiser profond sur certaines (très) longues ou en certaines situations (la pluie par exemple). J’ai donc annulé mon projet, la trace méritant une météo plus clémente pour vraiment en profiter. Seul regret : j’avais prévu de côtoyer la neige sur certains passages …
Il m’arrive de ne pas rouler de la semaine (si, si) mais là, j’avais envie d’une petite dose … Petit tour donc cet après-midi avec pour seul objectif de rouler au soleil …

Ciel très chargé sur Toulouse, je pars donc d’abord vers le Nord-Est où le ciel est bleu. Bon vent d’Ouest qui va d’ailleurs tourner un peu ensuite, je vais ensuite vers l’Ouest.
Et là, je ne peux m’empêcher d’aller chercher quelques portions Gravel du côté de Buzet-sur-Tarn. Les chemins ruraux au soleil ne sont pas trop gras sauf celui-là qui est emprunté par des engins de chantier …
Pour ceux qui ne connaissent pas ça et qui n’ont pas encore fait le pas vers le chemin, quitter le goudron, même la petite route au mauvais goudron et aux herbes qui reprennent du terrain au milieu (que je recherche toujours quand je dois emprunter des portions bitumées), c’est partir à l’aventure, tu sens dès les premiers coups de pédale libre, serein, en phase avec la nature qui t’entoure … Goutez-y, vous aurez envie d’y revenir !
Et ce petit chemin juste après Montjoire, pas long mais quel plaisir, le dépaysement est systématique, j’y passe pourtant souvent !

Petit tour bon pour la tête juste avant la reprise demain … De belles photos aussi dans la boîte crânienne …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:35, le samedi 26 février 2022, Garidech, Haute-Garonne

Cyclo-tandem avec Bastien

Cyclo-tandem du matin avec Bastien pour aller manger chez les grands-parents et voir le match de rugby, de jolies petites routes valllonnées (et une portion de départementale assez passante, en général j'évite ces routes), et joli match !

 

2022 10 (1)

 

 

 

 

2022 10 (2)

 

 

 

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]