Après une version en bikepacking sur trois jours en 2018 puis une version sur la journée avec un départ à 0h00 en 2019 pour être sûr d’arriver avant minuit et la rencontre de supporters bien particuliers (lire ce que j’ai écrit sur le sujet), j’avais prévu initialement cette troisième version toujours sur la journée l’an dernier pour revenir d’Oléron.

 

Nous avons réservé le camping deux semaines mais j’avais beaucoup de travail entre la Direction et la classe que je quitte et mes nouvelles Direction et classe, j’ai donc décidé de partir cinq jours après Sylvie, Bastien et Camille, en vélo donc, toujours le long du Canal de Garonne, puis vers Bordeaux mais cette fois pour longer la Gironde jusqu’à Royan par la rive droite. Bon test aussi pour mon nouveau vélo et cette alimentation sur moyeu dynamo SON 28 pour les deux éclairages k-lite et le GPS.

 

Départ donc hier à 4h de Castelnau d’Estrétefonds avec Jacques qui doit m’accompagner sur 150 km pour revenir et faire un 300 km, il n’a pas fait ça depuis quelques temps …

 

 

DSC05878

 

 

 

 

DSC05873

 

 

 

DSC05874

 

Montech, son port, ses vestiges industriels bien remis en valeur et sa pente d'eau ...

 

 

DSC05875

 

 

 

DSC05876

 

 

 

 

 

 

Nous partons sur un bond rythme, il fait même frais.

 

Nous passons à la pente d’eau de Montech, passons le pont canal de Moissac, le soleil se lève et prenons notre premier ravitaillement à Agen (merci Jacques pour ce ravito et celui de midi, et évidemment merci pour ta bonne compagnie ! Et bravo pour ta perf’ !). Il y a plusieurs ponts canaux sur le Canal des deux mers (cette appellation comprend le Canal du Midi et le Canal latéral à la Garonne), ceux de Moissac et Agen sont impressionnants … Cette fois, nous passerons Golfech de jour, nous n’aurons pas l’occasion, comme en 2019, de comprendre tout le sens de l’expression « Mais, c’est Versailles ici ! ».

 

Le canal latéral est bien ombragé, c’est très appréciable, ces allées de platanes sont magnifiques !

 

 

 

 

 

DSC05879

 

 

 

 

 

 

DSC05881

 Le pont-canal de Moissac

 

 

 

 

DSC05883

 

 

 

 

 

DSC05884

 

 

 

 

DSC05885

 

 

 

 

 

 

DSC05886

 

 

 

 

 

 

DSC05887

 Le pont-canal d'Agen

 

 

 

 

DSC05889

 

 

 

 

 

 

DSC05890

 

 

 

 

 

DSC05891

 

 

DSC05893

 

 

 

 

DSC05895

 

 

 

 

C’est à Meilhan-sur-Garonne (160 km pour Jacques) que nous décidons de manger et de nous quitter. Le site est très agréable, bucolique, mais nous sommes un peu pressés (surtout moi, j’avais tablé sur au moins 20 heures de trajet mais ne pensais pas alors à ce qui allait se dérouler), le service est très long, nous ne sommes pas très nombreux. J’en profite pour répondre aux nombreux encouragements et commentaires laissés sur mon Facebook, merci à tous, ce lien va bien m’aider …

Et c’est donc à partir de là que cela va commencer à être difficile : un petit vent défavorable souffle et la canicule est bien là, il n’y a plus d’ombre, je vais donc me ménager et faire de nombreuses pauses pour baisser la température corporelle, je n’ai pas comptabilisé le nombre de canettes de soda que je vais boire (précédées de quelques bières pression) et le nombre de bidons que je vais utiliser …

 

 

 

DSC05896

 

 

 

 

DSC05897

 

 

 

 

 

DSC05898

 

Castets-en-Dorthe

 

 

DSC05899

 

 

 

J’arrive à Castets-en-Dorthe, point de confluence du canal et de la Garonne. Je vais emprunter quelques portions Gravel (dont un passage labellisé « O Gravel » dont je me serais bien passé …) pour me diriger vers l’agglomération bordelaise. La traversée de Bègles et Bordeaux se feront facilement par des cyclables bien conçues.

Je traverse la Garonne au Pont de Pierre pour aller vers Carbon-Blanc et donc prendre de la hauteur … Je vais longer la Gironde mais cela va être très vallonné, certaines pentes seront bien prononcées (avec par exemple un joli 18 % du côté de Meschers)

Le corps commence à souffrir, je n’arrive pas à manger solide, je bois donc beaucoup …

 

 

DSC05901

 

 

 

DSC05902

 

 

 

DSC05903

 

 

 

DSC05904

 

 

 

 

DSC05905

 

 

 

 

DSC05906

 

 

 

 

DSC05907

 

 

 

 

DSC05909

 

 

 

 

DSC05911

 

 

 

Je vais traverser la Dordogne sur un superbe pont Eiffel à Cubzac-les-ponts, direction donc Blaye, puis Royan, le temps tourne, je continue mes haltes régulières.

Je m’arrête à Bourg, il faut que je mange quelque chose, je choisis une délicieuse coupe glacée au restaurant Les 4 baigneurs (la carte est très bien faite, mais je ne pouvais pas manger de solide), accompagnée d’une pression et d’un soda non américain, très bon d’ailleurs ….

La nuit est tombée, je suis loin de Blaye et reste sur les petites routes pour aller plus vite … Fête foraine à Blaye, je me requinque une dernière fois, Sylvie m’a appelé plusieurs fois pour me proposer de venir me chercher, j’aurais eu des sangles, je lui aurai pris une peluche … Aucune réaction de mâle dominant là-dedans, je veux aller plus loin mais ça tire …

 

 

 

 

DSC05912

 

 

 

 

 

DSC05913

 

Un banc public, bien symlpathique ...

 

 

 

Je continue mais je me rends compte qu’il faut que je fasse une vraie et grosse pause si je veux continuer. J’arrive à Braud-Et-Saint-Louis vers minuit passé, un banc à la maison de santé semble là pour moi ! En plus, une noce a lieu dans la salle des fêtes voisines, je ne serai donc pas seul. Je vais remplir mon bidon à la salle des fêtes, discute avec le traiteur et vais m’installer pour une pause de quatre heures, il me reste trop de trajet à parcourir.

Je dors par période, ça me fait du bien, je me réveille à quatre heures et relance l’aventure … Un petit vent défavorable est de la partie, il me suit (ou plutôt me freine) depuis Castets-en-Dorthe, je me dis que je dois au moins aller jusqu’au pont de Marennes, j’appellerai Sylvie là-bas si besoin.

 

 

 

 

DSC05914

 

 

 

 

 

 

DSC05915

 

 

 

 

 

DSC05917

 

 

 

 

DSC05918

 

 

 

 

 

 

DSC05919

 

Talmont-sur-Gironde

 

DSC05920

 

 

 

 

DSC05921

 

 

 

 

DSC05922

 

Royan par le bord de côte, très vallonné Royan ...

 

 

DSC05923

 

 

 

 

DSC05925

 

 

 

Je longe la Gironde et ça n’arrête pas de grimper et descendre (ce ne sont quand même pas des cols de montagne, mais il y a de bons pourcentages dont ce 18 % …). J’alterne entre rouler au plus près de l’eau et rester sur les hauteurs, il y a de nombreuses falaises et même des habitations troglodytes, notamment à Meschers-sur-Gironde.
Un incontournable : Talmont-sur-Gironde et sa superbe église Saint-Radegonde.

Je veux essayer de manger une peu solide (j’ai les intestins « à l’envers »), je m’arrête à Meschers, achète un pain aux raisins, deux Cacolac (j’adorais ça enfant, toujours encore) mais ne peut manger la viennoiserie …

Je sais que sur de la longue ou très longue, on a plus besoin de sel que d’autre chose en fait et que le sucré est quasi inutile, beaucoup consomment des lipides aussi. Pour le sel je suis convaincu car quand je rentre c’est ce que je recherche avant tout, j’avais essayé des « gels » lipidiques mais la consistance et le goût type beurre de cacahuètes ne m’avaient pas convaincu. Et sur cette longue, je n’avais pas pris mes sachets de fruits secs / fruits à coques, que j’apprécie pourtant … D’où l’erreur (mais n’apprend-on pas de ses erreurs ?) sur l’alimentation …

J’arrive enfin à Royan, rejoint Saint-Palais-sur-Mer et choisis de modifier mon itinéraire pour couper au plus court dans la Forêt de Ronces-les-bains pour rallier La Tremblade et les deux ponts de Marennes (plein vent de face) puis Oléron (vent favorable). A la Tremblade, je remplis une dernière fois mes bidons mais n’arrive pas à boire, je vomis, me vide, ça va mieux. J’avais aussi accumulé une grosse fatigue psychique en cette fin d’année scolaire bien chargée, d’habitude ça me booste, là ça m’a desservi …

 

 

 

DSC05927

 

 

 

 

DSC05930

 Estuaire de la Seudre

 

 

 

DSC05932

 

 

 

 

DSC05933

 

 

 

DSC05934

 

 

 

 

 

DSC05935

 

 

 

 

 

426,9 km, combien d’heures finalement ? Est-ce bien important ? Je voulais relever ce challenge, j’y suis arrivé même si cela a été laborieux …

 

Concernant le vélo, le montage est parfait, l’alimentation électrique du moyeu dynamo couplé à la connectique et les éclairages K-lite au top ! L’éclairage est puissant, l’intensité diminue quand on roule moins vite mais ce n’est pas gênant, j’ai pu assurer l’alimentation du GPS (j’y ai laissé deux piles car quand tu t’arrêtes, le système t’avertis que tu dois passer sur ce mode d’alimentation) et les deux éclairages. La selle Repente est un peu plus dure que l’Astute, je dois aussi revoir son inclinaison, je dégonflerai un peu les pneus en conditions purement Gravel. J’adore la marque Rose, en ai plusieurs produits mais je dois dire que je suis déçu par la guidoline, déjà bien usée après cette seule utilisation et les petits tests de la semaine dernière.

 

Je vais laisser reposer et récupérer l’organisme cette semaine à Oléron : pas de longue, j’irai rouler avec Bastien. Un « gros » truc nous attend Dominique et moi du 26 juillet au 1er août …

 

Je n’ai pas tenté la halte et la dégustation : les vignobles de la Gironde et leurs châteaux sont superbes. J’adore aussi les vins de nos terroirs !

 

 

 

 

 

Photos partagées par Jacques :

 

IMG-20220716-WA0000

 

 

 

IMG-20220716-WA0010

 

 

 

IMG-20220716-WA0009

 

 

 

IMG-20220716-WA0007

 

 

 

 

 

IMG-20220716-WA0012

 

 

 

 

 

 

IMG-20220716-WA0002

 

 

 

 

IMG-20220716-WA0003

 

 

 

 

IMG-20220716-WA0001

 

 

 

Direction Oléron - Third version - (Very) long, laborious (also in french)

 

 

After a three-day bikepacking version in 2018 and then a one-day version with a midnight departure in 2019 to be sure to arrive before midnight and meet some very special supporters (read what I wrote about this), I had initially planned this third version, still on the day, last year to come back from Oléron.

We booked the campsite for a fortnight but I had a lot of work to do between the Direction and the class I was leaving and my new Direction and class, so I decided to leave five days after Sylvie, Bastien and Camille, by bike, still along the Canal de Garonne, then towards Bordeaux but this time to ride along the Gironde river to Royan by the right bank. Good test also for my new bike and this SON 28 dynamo hub power supply for the two k-lite lights and the GPS.

I left Castelnau d'Estrétefonds at 4am yesterday with Jacques, who was to ride with me for 150km to come back and do a 300km ride, he hasn't done that for some time...

We set off at a good pace, it was even cool.

We pass the water slope of Montech, pass the canal bridge of Moissac, the sun rises and we take our first food stop in Agen (thanks Jacques for this food stop and the one at noon, and of course thanks for your good company! And bravo for your performance). There are several canal bridges on the Canal des deux mers (this name includes the Canal du Midi and the Canal latéral à la Garonne), those of Moissac and Agen are impressive ... This time, we will pass Golfech during the day, we will not have the opportunity, as in 2019, to understand all the meaning of the expression "But, it's Versailles here!

The lateral canal is well shaded, it is very appreciable, these alleys of plane trees are magnificent!

It is in Meilhan-sur-Garonne (160 km for Jacques) that we decide to eat and leave. The site is very pleasant, bucolic, but we are in a bit of a hurry (especially me, I had counted on at least 20 hours of travel but didn't think about what was going to happen), the service is very long, we are not very numerous. I take this opportunity to answer the many encouragements and comments left on my Facebook, thank you all, this link will help me ...

And it's from there that it's going to start to be difficult: a small unfavourable wind blows and the heat wave is there, there is no more shade, I'm going to take it easy and make many breaks to lower the body temperature, I didn't count the number of soda cans I'm going to drink (preceded by a few draught beers) and the number of cans I'm going to use ...

I arrive in Castets-en-Dorthe, where the canal and the Garonne meet. I'll take a few Gravel sections (including a passage labelled "O Gravel" which I could have done without ...) to head towards the Bordeaux area. The crossing of Bègles and Bordeaux will be done easily by well designed cycle paths.

I cross the Garonne at the Pont de Pierre to go towards Carbon-Blanc and thus take some height ... I will ride along the Gironde but it will be very hilly, some slopes will be quite pronounced (with for example a nice 18 % on the side of Meschers)

My body is starting to suffer, I can't eat enough, so I drink a lot...

I cross the Dordogne on a superb Eiffel bridge at Cubzac-les-ponts, then head for Blaye, then Royan, the weather turns, I continue my regular stops.

I stop in Bourg, I have to eat something, I choose a delicious ice-cream sundae at the restaurant Les 4 baigneurs (the menu is very good, but I couldn't eat anything solid), accompanied by a draught and a non-American soda, very good by the way ....

Night has fallen, I'm far from Blaye and stay on the small roads to go faster ... Fair in Blaye, I take a last shakedown, Sylvie called me several times to offer to pick me up, I would have had straps, I would have taken her a plush ... No dominant male reaction in there, I want to go further but it fires ...

I continue but I realise that I need to take a real big break if I want to continue. I arrive in Braud-Et-Saint-Louis around midnight, a bench at the health centre seems to be there for me! Moreover, a wedding is taking place in the neighbouring village hall, so I won't be alone. I go to the village hall to fill up my water bottle, talk to the caterer and settle down for a four-hour break, I still have too much ground to cover.

I sleep for periods of time, it does me good, I wake up at four o'clock and start the adventure again... A small unfavourable wind is following me (or rather slowing me down) from Castets-en-Dorthe, I tell myself that I must at least go to the bridge of Marennes, I will call Sylvie there if needed.

I ride along the Gironde river and it keeps on going up and down (these are not mountain passes, but there are some good percentages including this 18% ...). I alternate between riding close to the water and staying on the heights, there are many cliffs and even troglodyte dwellings, especially in Meschers-sur-Gironde.

A must-see is Talmont-sur-Gironde and its beautiful church of Saint-Radegonde.

I want to try to eat something solid (my intestines are upside down), I stop in Meschers, buy a loaf of raisin bread, two Cacolac (I loved it as a child, still do) but can't eat the viennoiserie...

I know that over a long or very long period of time, we need salt more than anything else in fact and that sweet is almost useless, many consume lipids too. I'm convinced about the salt because when I come home it's what I'm looking for above all else, I've tried lipid "gels" but the consistency and the peanut butter-like taste didn't convince me. And on this long trip, I didn't take my bags of dried fruits / nuts, which I do appreciate ... Hence the mistake (but don't we learn from our mistakes?) about food ...

I finally arrived in Royan, joined Saint-Palais-sur-Mer and chose to modify my route to cut as short as possible in the Forest of Ronces-les-bains to reach La Tremblade and the two bridges of Marennes (full headwind) then Oléron (favourable wind). At La Tremblade, I fill my water bottles one last time but I can't drink, I vomit, I empty myself, it gets better. I had also accumulated a lot of mental fatigue at the end of this busy school year, which usually boosts me, but that didn't help me...

426.9 km, how many hours in the end? Is it really important? I wanted to take up this challenge, I did it even if it was laborious ...

Concerning the bike, the assembly is perfect, the power supply of the dynamo hub coupled with the connectivity and the K-lite lights are top notch! The lighting is powerful, the intensity decreases when you ride slower but it is not annoying, I was able to ensure the power supply of the GPS (I left two batteries because when you stop, the system warns you that you must switch to this mode of power supply) and the two lights. The Repente saddle is a bit harder than the Astute, I also need to review the tilt, I'll deflate the tyres a bit in pure Gravel conditions. I love the Rose brand, I have several products but I have to say that I am disappointed by the handlebar, already well worn after this only use and the small tests of the last week.

I will let the body rest and recover this week in Oleron: no long rides, I will go riding with Bastien. A "big" thing is waiting for Dominique and me from July 26th to August 1st ...

I haven't tried the stop and tasting: the vineyards of the Gironde and their châteaux are superb. I also love the wines of our terroirs!

 

 

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)