Départ mardi prochain de ce raid dont j’ai commencé le tracé en 2020, pendant la pandémie.
7 étapes prévues au départ d’Agen : Mirande, Oust, Couiza, Murat-sur-Vèbre, Rodez, Saint-Germain du Bel Air.

Une incursion dans la région Occitanie, sur l’isochrone des 100 km autour de Toulouse, que je vais faire avec Dominique, compagnon régulier de route (ou plutôt de chemins en tous genres) et compagnon de route (ou de chemins en tous genres) pendant les 3 premiers jours de mon Mare Nostrum l’été 2021.

http://www.lecyclerit.com/archives/2022/05/11/39473643.html

De beaux paysages en perspective, de bons dénivelés aussi, que ce soit logiquement dans les Pyrénées avec un passage au point culminant du périple, le Port de l’Hers (en fait nous arriverons sur l’Etang de l’Hers par un superbe sentier du Grp Tour du Val du Garbet qui nous fera passer un peu plus haut que le Port de l’Hers que nous aborderons lui par la route) mais aussi dans d’autres secteurs du périple, de gros cumuls de dénivelé nous attendent …

Nous allons le faire en vélo Gravel. Mais vous pourriez le faire en VTT, en VTTAE, en monocycle ou pourquoi pas en trottinette si l’envie vous en prenait. Tous les débats autour du Gravel m’intéressent peu : c’est du Gravel, ce n’est pas du Gravel, le Gravel n’est qu’un phénomène marketing, y’a du pognon à se faire donc beaucoup s’y engouffrent, etc. Pour moi le Gravel n’a rien de nouveau, les marques y ont vu une opportunité assurément de redynamiser le marché, et alors ? Si cela amène d’avantage de pratiquants sur les routes et les chemins, le vélo a tout à y gagner ! De la même façon, je suis ravi de voir davantage de randonneurs sur les chemins, à partir du moment où leur pratique se veut respectueuse de la nature, c’est pour moi une façon de préserver les chemins d’une éventuelle bitumisation ou urbanisation. Je n’ai pas de pratique élististe ou intégriste, je ne cherche pas à donner de leçon, je partage avec plaisir mes balades et mes traces …

Cela fait un moment que je vois dans le Gravel le digne descendant des cyclomuletiers, une amélioration des randonneuses déjà tous-terrains des premiers congés payés et c’est vraiment un vélo tout-en-un, voilà pourquoi je l’ai adopté et que je le pratique, moi qui viens du VTT, y compris sur des « trucs » assez engagés et assez longs, sans que je termine cassé, ce type de vélo est donc pour moi abouti. Ma petite expérience dans cette pratique me fait privilégier l’utilisation d’un monoplateau de 38 dents pour une cassette de 11 vitesses en 11/46, de pneus de 40 ou 42 mm de largeur maximale pour des roues de 700, d’une tige de selle télescopique pour les portions gravel-enduro et d’un guidon typé route que ne m’empêche pas de prendre du plaisir dans les descentes … Je roule donc partout avec, sur route, sur chemin, sur caillasse …

Et je roule avec des sacoches montées sur porte-bagage, et je persisterai, quoique que puissent en dire les je-sais-tout. Certains préfèreront les grosses sacoches de selle ou les sacoches de fourche.

Pour la tente, j’ai privilégié une deux places, après avoir testé le bivy et la tente une place : s’il doit pleuvoir, c’est appréciable d’avoir suffisamment de place pour sortir toutes ses affaires et rester ainsi au sec. Pour le reste du matériel, j’en ferai un compte-rendu après le raid.

A Mirande et Oust (Rogalle plus exactement), nous serons accueillis, pour les autres étapes, nous aviserons chaque jour en privilégiant si possible les campings municipaux, pour le confort de pouvoir prendre un douche.

Je publierai chaque jour quelques photos et commentaires sur Facebook et un compte-rendu complet sur ce blog en fin de balade, à très bientôt donc sur le vélo !