Avant … Challenge …

Ça ne fait que 3 ans que je publie et partage sur Strava, cela fait 27 ans que je pédale avec plaisir et assiduité non forcée. J’apprécie ce réseau social sportif : même si on peut se permettre quelques digressions, le sujet est toujours le sport, on peut y lire des compte-rendu de sorties intéressants humainement, touristiquement, culturellement, les membres partagent aussi des photos. Je prends toujours plaisir à consulter les publications des membres auxquels je suis abonné ou de ceux qui me laissent des kudos, des likes quoi … Avec certains, nous échangeons régulièrement, certains sont à l’autre bout du monde …
Strava propose des challenges et distribue des badges (majoritairement virtuels) : le grandfondo chaque mois si on fait une sortie de plus de 100 km, la régularité (400 km, 800 km, 1200 km sur le mois), des challenges proposés par les partenaires commerciaux (on peut gagner des lots), etc.
Je n’ai pas besoin de Strava pour me challenger mais j’y trouve un aspect ludique, bon enfant (quoique pour certains challenges, ce n’est pas un jeu d’enfant).

Tout comme la bonne sortie en Montagne Noire le premier week-end des vacances de Noël, j’aime bien faire une de mes plus longues sorties entre Noël et le 31 décembre … J’ai pu ainsi prendre la photo à Saint-Bertrand-de-Comminges ou remonter le long de la Garonne pour rallier Agen …

La marque Rapha, réputée pour ses vêtements de vélo, propose chaque année le challenge Rapha festive 500 : parcourir 500 km entre le 25 et le 31 décembre. 500 km sur 7 jours, rien d’exceptionnel non ? Modérons un peu cet avis tout d’abord par le contexte festif, gastronomique : le réveillon de Noël vient de passer, les repas ont été copieux … C’est aussi la fin de l’année, la fatigue est là, les températures en certains coins du globe comme la durée du jour ont bien chuté (même si le jour le plus court de l’année vient juste de passer, nous regagnons quelques instants de lumière solaire chaque jour).
Les années précédentes, je me « contentais » de cette longue en Gravel proche des 300 km.
Cette année, j’ai voulu relever différemment le challenge en traçant une plus longue de près de 400 km, cyclotouristique, avec une variante ou une rallonge possible (avec une prise d’altitude et un peu de Gravel) dans laquelle je me lancerai pendant en fonction de la forme et du temps.

Avant : j’ai tracé une boucle de 380 km environ sur la thématique des véloroutes, des voies vertes et des châteaux. Près de Toulouse, deux sites sont particulièrement prisés des touristes : Foix, Carcassonne.

J’ai donc tracé une balade, sur des terrains que je connais bien, au départ de Toulouse suivant la véloroute de la Garonne jusqu’à Roquefort-sur-Garonne pour emprunter ensuite les deux voies vertes vers Saint-Girons puis vers Foix. La balade part ensuite vers Lavelanet parallèlement au Sentier cathare. Elle passe à Roquefixade et non loin de Montségur (tiens, je pourrais y passer …) pour emprunter la troisième très joie voie verte vers Mirepoix où je ne passerai pas (pourtant cette bastide médiévale mérite largement le détour et la halte, j’y suis déjà passé lors d’une de mes longues « pour la photo »), j’aurai encore à faire pour rejoindre Carcassonne … Le compteur devrait alors afficher dans les 270 km … Quelle heure sera-t-il ? En fonction de l’heure du départ (je ne veux pas partir trop tôt, je préfère rouler plus longtemps le soir et de nuit), je pourrai y être avant 19h30 …
De là, la première option sera de suivre le Canal du Midi pour une centaine de kilomètres pour rejoindre Toulouse ... De là, je pourrai, si je suis encore en jambes, continuer le long du Canal latéral à la Garonne pour rajouter du kilomètre et (soyons fous !) approcher les 500 km, l’objectif du challenge sur 7 jours …
Une deuxième option (là par contre, ce sera une autre histoire) sera de traverser la Montagne Noire par les routes et les pistes, passer le Pic de Nore de nuit, rallier Mazamet puis la voie verte Castres-Albi et rentrer par la véloroute de la vallée du Tarn entre Albi et Saint-Sulpice que j’ai parcourue plusieurs fois et souvent dans des conditions difficiles …

On verra bien pendant, et si j’arrive à Carcassonne je n’aurai comme solution courte que de partir le long du Canal du Midi vers Toulouse, ce sera donc long …

Juste avant, lundi 5h du matin … Le réveil devait sonner à 6h …
Je me réveille à 5h malade, le bide à l’envers, les intestins retournés et donc des allers et retours incessants entre le lit et les toilettes. Impossible dans ces conditions de monter sur le vélo … Je me recouche, façon de parler … Tant pis pour le challenge et pour la longue, il y a bien plus important dans la vie et il me reste (je pense et j’espère) quelques bonnes années de vélo devant moi … Cette longue balade est prête, je pourrai la programmer une autre fois … J’ai un bon nombre de traces dans ma traçothèque personnelle …

Après : donc changements de programmme …

Mardi matin : crachin, flemme, je ne sors pas le vélo …

Mercredi, changement de programme …

Je ne ferai pas les 500 km sur la semaine, il y a plus important, mais le challenge était intéressant … Je vais quand même essayer de passer la barre de 8 000 pour cette année, même si je privilégie le qualitati, les photos, les jolis chemins, comme chacun j’aime bien voir combien j’ai parcouru sur l’année.

Jeudi (aujourd’hui) double urbain (si j’ai les jambes) par les cyclables, piétonniers, parcs, voies vertes et quelques chemins de randonnée en périphérie immédiate de la grande ville.

Deuxième version de cette balade très urbaine à travers la grande agglomération avec l’envie de passer le plus possible sur des cyclables, des piétonniers et à travers les parcs et jardins (il est à noter que dans la plupart des parcs et jardins la circulation à vélo se fait à pied à côté du vélo …).

Au programme donc de la journée, inventaire non exhaustif écrit avant la balade (j’ai pris le risque d’écrire avant, cette année il y aura eu quelques changements de programme ou imprévus …) :
- Des piétonniers, des chemins pour « descendre » vers l’agglomération en évitant ou jonglant avec la D888, route d’Albi, principal axe pour aller sur Toulouse, à travers Castelmaurou, Rouffiac-Tolosan, Saint-Jean, L’Union, j’y repasserai différemment au retour.
- L’Hers vers Launaguet et Castelginest.
- La zone verte de Sesquières.
- Les berges de Garonne.
- Du « tricot » dans Toulouse pour aller chercher les piétonniers, les cyclables, les parcs et jardins publics, rive droite ou gauche (très jolis le Parc de la Mounède, le Petit Bois de Bellefontaine, le Parc Monlong, la Promenade Bernard Marot, le Parc de la Reynerie ou celui du Mirail).
- Quelques escaliers, à monter ou descendre …
- Le Canal du Midi.
- L’Île du Ramier.
- Pech-David.
- Les Argoulets.
- Le (tout petit) Lac Saint-Clair à Balma que j’affectionne particulièrement.
- Le Lac de L’Union.
- La Sausse.
- Le Girou.
- Etc. Il y a bien d’autres passages sympas et dépaysants (si si) en pleine agglomération. Je ne vais pas rouler plus au centre de la ville, il y a pourtant de quoi y faire, j’ai déjà publié sur le sujet.

 

 

 

 

 

2022 58 (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 58 (4)

 

 

 

2022 58 (5)

 

 

 

 

 

 

2022 58 (6)

 Sesquières

 

 

 

 

 

2022 58 (7)

 

 

 

 

2022 58 (8)

 Berges de Garonne face à Blagnac

 

 

 

 

 

 

2022 58 (9)

 

 

 

 

 

2022 58 (10)

 

 

 

 

 

 

 

2022 58 (11)

 

 

 

 

Après, c’est maintenant, je publie …

Je me suis régalé, vraiment ! Pourtant j’affectionne ces coins nature très sauvages que j’ai plaisir à visiter (car c’est une visite) en vélo … Mais je prends toujours plaisir à ces balades très urbaines, d’autant plus quand je privilégie les piétonniers, les voies vertes, les parcs.
Je connais bien Toulouse, vraiment bien, mais j’ai encore découvert des passages, des parcs, aujourd’hui. Tellement que par moments, j’avais du mal à me situer dans la ville …
Il faut dire, vous pouvez le voir en consultant la trace, que je n’ai pas arrêter de « tricoter », de changer de direction, de tourner, d’aller et revenir … Un dessin de trace comme je les aime ! Je ne suis pas parti d’une feuille blanche, j’ai tracé en amont mais j’ai aussi fait de la prospection et ai pu varier au « feeling ».

Perruches … Il y a des perruches à Toulouse ! Je n’ai rien consommé ou fumé de particulier lors de cette balade même si je suis passé dans certains coins où les odeurs et le public ne pouvaient prêter à confusion, pas forcément là où on pourrait le croire …
Il y a bien des perruches à Toulouse, des perruches à collier très exactement.

 

 

 

2022 58 (22)

 

 


J’ai fait halte aux Jardins du Barry pour le pique-nique (2 parts de pizza, 1 soda, 1 financier pistache et framboise goûteux), un ragondin pas peureux s’est approché de moi pour quémander quelques restes et de drôles de cris d’oiseaux m’ont interpelé, cris très stridents. Des perruches qui ont niché dans les trous d’un platane mort. J’ai pu les observer, une dame qui a l’habitude de se promener dans ce parc m’a confirmé leur présence. Ces perruches se seraient en fait issues de volières et, la perruche étant un oiseau s’adaptant particulièrement bien et opportuniste, elles ont pris leurs quartiers dans la ville. En 2018, on en comptait 155 dans Toulouse.

 

 

 

 

 

 

2022 58 (12)

 Lac de La Maourine, à côté des Jardins du Muséum

 

 

 

 

 

2022 58 (13)

 

 

Jardin Bonnefoy

 

 

 

 

 

2022 58 (14)

                                                  Jardin de l'Observatoire, Jolimont

 

 

 

2022 58 (15)

 

 

 

 

 

2022 58 (16)

 

 

 

 

2022 58 (17)

 Confluence du Touch et de la Garonne

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 58 (18)

 Berges de Garonne

 

 

 

 

 

 

2022 58 (19)

 

 

 

 

 

2022 58 (21)

 Jardins du Barry

 

 

 

 

 

2022 58 (23)

 Du côté de la Cépière

 

 

 

 

 

 

Cyclables, voies cyclables, pistes cyclables, voies vertes.
Une piste cyclable n’est pas une voie cyclable : une piste cyclable est une voie aménagée et séparée, réservée à la circulation des vélos, une voie peut être un truc sur une chaussée qui ne ressemble pas à grand-chose, qui flatte peut-être certaines statistiques et qui te laisse croire que tu peux t’y déplacer de façon sécurisée … Et qui a malgré tout le mérite d’exister …Il faudrait peut-être éduquer les autres usagers de la route sur ces marquages au sol sensés donner un peu de poids à la présence des deux roues …
C’est comme les CVBD, ou « chaucidoux », les Chaussées à Voie Centrale Banalisée, c’est un très bon aménagement, on en voit de plus en plus, mais il faut plus communiquer sur le fait qu’elles donnent bien la priorité aux vélos. Il est primordial de donner sa juste place au vélo dans la circulation routière et de lui donner si besoin priorité. Dans le même ordre d’idée, cela ne me choquerait pas que l’on interdise certaines départementales aux cyclistes (et qu’on y augmente la vitesse limitée) si en parallèle un autre itinéraire existe où alors on réduit plus la vitesse autorisée.
Le piétonnier est, au cas où sa domination pourrait prêter à confusion, réservé à la circulation piétonne. Il est dommage que certains soient interdits aux vélos. Mais cela se comprend quand on voit comment peuvent se comporter certains cyclistes envers les piétons … C’est pourquoi on peut trouver des barrières ou des aménagements pour freiner l’entrée de piétonnier ou empêcher l’accès aux scooters ou autres engins à moteur … Ce qui est quand même un peu con (je n’ai pas d’autre mot), c’est quand ces barrières ou aménagements empêchent le passage des poussettes … Palme d’or du jour – et pourtant j’en ai fait – à ce piétonnier à Rouffiac-Tolosan dont l’accès est tout simplement obstrué (il n’y a aucun espace) par 4 gros rochers …

 

 

2022 58 (2)

 

 

Cela explique aussi pourquoi j’ai mis autant de temps sur cette trace, entre les barrières, tourniquets, croisements, changements de direction, piétons croisés, etc.

Il faut aussi quand on est cycliste accepter que l’on va rouler moins vite sur une cyclable ou une voie verte que sur une route standard …

J’ai ramassé aujourd’hui : pluie en fin d’après-midi (et de bonnes averses), les terrains sont bien gras, c’est de saison, vélo et pilote sont rentrés très crottés …

La nuit est tombée depuis un moment, j’arrive Route de Revel, je passe devant un camion à pizza, allez, je m’arrête, regarde la carte et demande un panini classique … Je ne pensais pas avoir une telle bonne surprise, le panini est en fait un véritable panuozzo (ou panozzo) : le pain est fait à partir de pâte à pizza d’abord cuite seule au feu de bois, ensuite le pain est coupé comme un sandwich, le pizzaiolo très sympathique le garnit avec des produits manifestement frais (il ne fait pas semblant) et remet au four pour servir un vrai délice ensuite !
Il s’agit du camion à pizza « Pizza Basilico ».

 

 

2022 58 (50)

 

 

 

 

2022 58 (51)

 

 

Et c’est juste après que j’ai découvert (encore) une nouvelle portion de chemin de randonnée, entre le château de Viguerie et celui du Cayras, entre Marcaissonne et Saone et dans l’enthousiasme du plaisir à rouler ce chemin en sous-bois, je me suis engagé sur le Chemin du Plastron sans me rendre compte qu’il était sans issue (1,6 km aller et retour, et c’était pourtant noté sur le panneau de randonnée indicateur du SICOVAL, dont j’ai déjà souvent salué le travail de mis en valeur du territoire par le balisage de chemins de randonnée) …

J’ai fait un peu plus court que prévu, je n’ai pas tourné dans Balma et Pin-Balma (il y a de quoi y faire) et suis revenu au presque plus court par L’Union … Un peu plus de 200 km au compteur en fin de balade ...

Je vous souhaite à tous une très bonne fin d’année et un très bon début de nouvelle qui va commencer, qu’elle vous permette de bien profiter des jolis chemins autour de chez vous, il y en a certainement ! Le vélo c’est bon pour la santé et c’est bon pour la planète !

 

 

 

 

2022 58 (24)

 

 

Parc de Monlong

 

 

2022 58 (25)

 

 

 

 

 

2022 58 (26)

 

 

 

 

 

2022 58 (28)

 Parc de la Reynerie

 

 

 

2022 58 (29)

 

 

 

 

 

 

 

2022 58 (30)

 Château de la Reynerie

 

 

 

 

 

2022 58 (31)

 

 

 

 

 

2022 58 (33)

 

 

Château du Mirail

 

 

 

 

2022 58 (34)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Before: challenge / Just before: sick / So no during, changes of program for after / After, parakeets / Also in french

Before ... Challenge ...

I've only been posting and sharing on Strava for 3 years, I've been cycling for 27 years with pleasure and unforced assiduity. I appreciate this social sports network: even if we can allow ourselves a few digressions, the subject is always sport, we can read reports of interesting outings humanly, touristically, culturally, members also share photos. I always take pleasure in consulting the publications of the members to whom I am subscribed or of those who leave me kudos, likes ... With some, we exchange regularly, some are at the other end of the world ...
Strava offers challenges and gives out badges (mostly virtual): the grandfondo each month if you ride more than 100 km, regularity (400 km, 800 km, 1200 km over the month), challenges offered by commercial partners (you can win prizes), etc.
I don't need Strava to challenge myself, but I find it fun, good-natured (although for some challenges, it's not child's play).

Just like the good ride in the Montagne Noire on the first weekend of the Christmas holidays, I like to do one of my longest rides between Christmas and 31 December ... I could take the photo in Saint-Bertrand-de-Comminges or ride up the Garonne to Agen ...

The Rapha brand, famous for its cycling clothes, proposes each year the Rapha festive 500 challenge: ride 500 km between December 25th and 31st. 500 km over 7 days, nothing exceptional, right? Let's moderate this opinion a bit, first of all by the festive, gastronomic context: Christmas Eve has just passed, the meals have been copious ... It's also the end of the year, tiredness is there, the temperatures in some corners of the globe as well as the length of the day have dropped (even if the shortest day of the year has just passed, we regain a few moments of sunlight each day).
In previous years, I was "content" with this long Gravel run of about 300 km.
This year, I wanted to take up the challenge in a different way by drawing a longer one of almost 400 km, cyclotouristic, with a variant or a possible extension (with a gain of altitude and some Gravel) in which I will launch myself during depending on the form and the weather.

Before: I traced a loop of about 380 km on the theme of cycle routes, greenways and castles. Near Toulouse, two sites are particularly popular with tourists: Foix and Carcassonne.
I therefore mapped out a walk, on terrain that I know well, starting in Toulouse and following the Garonne cycle route to Roquefort-sur-Garonne and then taking the two greenways to Saint-Girons and then to Foix. The walk then heads towards Lavelanet, parallel to the Cathar Trail. It passes Roquefixade and not far from Montségur (I could pass there ...) to take the third very happy greenway towards Mirepoix where I will not pass (however this medieval bastide largely deserves the turning and the halt, I already passed there at the time of one of my long "for the photograph"), I will have still to make to join Carcassonne ... The meter should then post in the 270 km ... What time will it be? Depending on the departure time (I don't want to leave too early, I prefer to ride longer in the evening and at night), I could be there before 7:30 pm ...
From there, the first option will be to follow the Canal du Midi for about 100 km to reach Toulouse ... From there, I could, if I am still in shape, continue along the Canal latéral à la Garonne to add more kilometres and (let's be crazy!) approach 500 km, the objective of the challenge over 7 days ...
A second option (but this will be another story) will be to cross the Montagne Noire by roads and tracks, pass the Pic de Nore at night, join Mazamet and then the Castres-Albi greenway and return via the Tarn valley cycle route between Albi and Saint-Sulpice, which I have ridden several times and often in difficult conditions...

We'll see during the ride, and if I get to Carcassonne I'll only have to go along the Canal du Midi to Toulouse, so it will be a long ride...

Just before, Monday 5am ... The alarm clock was supposed to ring at 6am ...
I wake up at 5am, sick, with my stomach upside down, my intestines turned inside out and so I'm constantly going back and forth between the bed and the toilet. Impossible in these conditions to get on the bike ... I go back to bed, so to speak ... So much for the challenge and the long ride, there are much more important things in life and I still have (I think and hope) a few good years of cycling ahead of me ... This long ride is ready, I will be able to program it another time ... I have a good number of tracks in my personal track library ...

After : so changes of program ...

Tuesday morning : drizzle, laziness, I don't take the bike out ...

Wednesday, change of program ...

I won't do the 500 km during the week, there are more important things to do, but the challenge was interesting ... I'll still try to pass the 8 000 mark for this year, even if I prefer the qualitative, the pictures, the nice paths, as everyone I like to see how much I've ridden during the year.

Thursday (today) double urban (if I have the legs) by the cyclables, pedestrians, parks, greenways and some hiking trails in the immediate periphery of the big city.

Second version of this very urban walk through the big city with the desire to spend as much as possible on cycle paths, pedestrian paths and through parks and gardens (it should be noted that in most of the parks and gardens the bike traffic is done on foot next to the bike...).

So, on the programme for the day, a non-exhaustive inventory written before the walk (I took the risk of writing before, this year there were some changes in the programme or unforeseen events ...) :
- Pedestrian paths, paths to "go down" to the town, avoiding or juggling with the D888, the road to Albi, the main route to Toulouse, through Castelmaurou, Rouffiac-Tolosan, Saint-Jean, L'Union, I will go through it again differently on the way back.
- The Hers towards Launaguet and Castelginest.
- The green zone of Sesquières.
- The banks of the Garonne.
- Knitting" in Toulouse to find pedestrians, cyclists, parks and public gardens, on the right or left bank (the Parc de la Mounède, the Petit Bois de Bellefontaine, the Parc Monlong, the Promenade Bernard Marot, the Parc de la Reynerie or the Parc du Mirail are very nice).
- Some stairs, to go up or down...
- The Canal du Midi.
- The Ile du Ramier.
- Pech-David.
- The Argoulets.
- The (very small) Lake Saint-Clair in Balma which I particularly like.
- The Lake of L'Union.
- The Sausse.
- The Girou.
- Etc. There are many other nice and exotic places (yes, there are) in the middle of the city. I'm not going to ride more in the centre of the city, but there's plenty to do there, I've already published on the subject.

 

 

 

2022 58 (35)

 

 

 

 

 

 

 

2022 58 (36)

 

 

 

 

 

2022 58 (37)

 

 

 

 

 

2022 58 (38)

 Pech-David

 

 

 

 

 

 

 

2022 58 (41)

 Port-Sud

 

 

 

 

 

 

 

Afterwards, I publish ...

I really enjoyed it ! Yet I love these wild places that I enjoy visiting (because it's a visit) by bike ... But I still enjoy these very urban walks, especially when I favor pedestrian paths, greenways, parks.
I know Toulouse well, really well, but I still discovered some passages, parks, today. So much so that at times, I found it hard to locate myself in the city...
It must be said, you can see it by consulting the trace, that I did not stop "knitting", changing direction, turning, going and coming back... A trace drawing as I like them! I didn't start with a blank sheet of paper, I traced beforehand but I also did some prospecting and was able to vary by feeling.

Parakeets ... There are parakeets in Toulouse! I did not consume or smoke anything in particular during this walk even if I passed in certain corners where the smells and the public could not lead to confusion, not necessarily where one could believe it...
There are indeed parakeets in Toulouse, collared parakeets to be exact.
I stopped at the Jardins du Barry for a picnic (2 slices of pizza, 1 soda, 1 tasty pistachio and raspberry financier), a coypu approached me to beg for some leftovers and some strange bird calls called out to me, very shrill calls. Parakeets that have nested in the holes of a dead plane tree. I was able to observe them, a lady who is used to walking in this park confirmed their presence. These parakeets would in fact have come from aviaries and, the parakeet being a particularly adaptable and opportunistic bird, they have taken up residence in the town. In 2018, there were 155 of them in Toulouse.

Cycle paths, cycle lanes, cycle tracks, greenways.
A cycle track is not a cycle lane: a cycle track is a separate lane reserved for bicycle traffic, a lane can be something on a road that doesn't look like much, that perhaps flatters certain statistics and lets you believe that you can travel safely on it ... And that nevertheless has the merit of existing ... Perhaps we should educate other road users about these markings on the ground that are supposed to give some weight to the presence of two wheels ...
It's like the CVBDs, or "chaucidoux", the Centralized Traffic Lanes, it's a very good arrangement, we see more and more of them, but we need to communicate more on the fact that they give priority to bikes. It is essential to give the bicycle its rightful place in road traffic and to give it priority if necessary. In the same vein, I wouldn't be shocked if certain secondary roads were closed to cyclists (and if the speed limit was increased) if another route existed in parallel, where the speed limit was further reduced.
Pedestrianisation is, in case its dominance is confusing, reserved for pedestrian traffic. It is a pity that some of them are forbidden to bicycles. But this is understandable when you see how some cyclists behave towards pedestrians ... This is why you can find barriers or facilities to slow down the entrance to the pedestrian area or prevent access to scooters or other motorised vehicles ... What is a bit stupid (I have no other word), is when these barriers or facilities prevent the passage of pushchairs ... Golden award of the day - and yet I did - to this pedestrian walkway in Rouffiac-Tolosan whose access is simply obstructed (there is no space) by 4 large rocks ...

This also explains why it took me so long to do this track, between barriers, turnstiles, crossings, changes of direction, pedestrians crossing, etc.

When you are a cyclist, you have to accept that you will ride slower on a cycle track or a greenway than on a standard road...

I picked up today: rain in the late afternoon (and some good showers), the grounds are quite greasy, it's the season, bike and rider came back very dirty ...

 

 

 

 

2022 58 (43)

 La Piste des Géants

 

 

 

 

2022 58 (45)

 

 

 

 

 

2022 58 (46)

 La Halle des Machines

 

 

 

 

2022 58 (47)

 

 

 

 

2022 58 (48)

 

 

 

The night has fallen for a while, I arrive on Route de Revel, I pass a pizza truck, I stop, look at the menu and ask for a classic panini ... I didn't think I would have such a good surprise, the panini is in fact a real panuozzo (or panozzo): the bread is made from pizza dough first cooked alone on a wood fire, then the bread is cut like a sandwich, the very nice pizzaiolo tops it with obviously fresh products (he doesn't pretend) and puts it back in the oven to serve a real delight afterwards!
This is the "Pizza Basilico" pizza truck.

And it was just after that I discovered (again) a new section of hiking trail, between the castle of Viguerie and that of Cayras, between Marcaissonne and Saone and in the enthusiasm of the pleasure of riding this trail in the undergrowth, I set off on the Chemin du Plastron without realising that it was a dead end (1.6 km round trip, and yet it was noted on the SICOVAL hiking sign, whose work in promoting the territory by marking out hiking trails I have often praised)...

I made it a bit shorter than planned, I didn't shoot in Balma and Pin-Balma (there's plenty to do there) and came back to the almost shorter one by L'Union ... A little more than 200 km at the end of the ride ...

I wish you all a very good end of the year and a very good start to the new one which is about to begin, may it allow you to enjoy the beautiful paths around you, there are certainly some! Cycling is good for your health and good for the planet!

 

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)