13 mars 2023

Toulouse Sud-Est – Also in english

Toulouse Sud-Est – Also in english

Je continue mes pérégrinations à travers les quartiers de Toulouse avec les quartiers administratifs Pont des Demoiselles – Montaudran – La Terrasse (comprenant aussi L’Ormeau et Malepère, Rangueil – Sauzelong – Pech-David – Pouvourville et Saint-Michel – Le Busca – Empalot – Saint-Agne). 
J’ai été en bonne compagnie sur une partie de parcours, jusqu’à Rangueil et après les dénivelés de Pech-David, Pascal m’a accompagné.

On peut prendre de la hauteur dans Toulouse, et de façon pentue, exemple très concret avec le Chemin des Canalets avec une pente moyenne de plus de 11 % et un pic dans les 20 % et qui mène à Pech-David, point culminant de la ville à 260m (Jolimont culmine à 193 m), reputé pour ses coteaux tournés vers le Lauragais, propices à la randonnée à pied ou à vélo (le coin sera très vallonné). Tous les accès à Pech-David sont plutôt pentus, nous avons pu le (re)vérifier aujourd’hui. Il y a quelques bons pourcentages aussi du côté des hauts de Bonnefoy, de Jolimont, Bonhoure, La Coquille ou de la Côte Pavée …

 

 

2023 09 (12)

 

 

 

 

 

2023 09 (14)

 

 

 

 

 

 

2023 09 (15)

 Pech-David

 

 

 

 

2023 09 (16)

 

 

 

 

2023 09 (17)

 Pouvourville

 

 

Le Complexe hospitalier de Rangueil y surplombe Toulouse, un téléphérique le relie à l’Université de Toulouse – Rangueil Paul Sabatier, et de l’autre côté passe au-dessus de la Garonne pour rejoindre le nouvel Oncopôle de Toulouse, pôle de recherche sur la cancer réputé, bâti sur les vestiges de l’ancienne AZF, dont l’explosion en 2001 a marqué la ville et la région.

L’Université de Toulouse date tout de même de 1229. C’est dans les années 60 que le complexe universitaire de Rangueil va prendre forme. L’E.N.A.C., Sup’Aéro, le C.N.E.S., le C.R.E.P.S. y ont aussi leurs bâtiments. Paul Sabatier enseigna à Toulouse et fut prix Nobel de Chimie en 1912.
Le campus occupe 124 ha et borde le Canal du Midi.

Deux coins que j’adore, même si l’un des deux est peuplé d’une faune un peu particulière mais pas agressive : l’Île du Ramier et ses anciens greniers à poudre et l’Île Saint-Michel avec son superbe point de vue sur la Garonne et le Pont Neuf.

 

 

 

2023 09 (1)

 Écluse Saint-Michel

 

 

 

 

2023 09 (2)

 

 

 

 

2023 09 (3)

 

 

 

 

2023 09 (5)

 

 

 

 

 

 

2023 09 (6)

 

 

 

 

l’Île du Ramier abrite aussi la Cité Universitaire et le Stade Daniel Faucher, la piscine Nakache et le Stadium.
Daniel Faucher (1882-1970) a été géographe, Professeur puis Doyen de l’Université de Lettres de Toulouse.
Alfred Nakache (1915-1983) a été nageur et joueur de Water-polo et a été déporté à Auschwitz pendant la Seconde Guerre avec son épouse et sa fille. Il en est un des survivants. Il a été plusieurs fois champion de France et d’Europe et a participé aux J-O de Berlin. 

« Je sors de la tombe. Il faut avoir vécu la vie de ces camps pour s'imaginer ce que c'était. Quand on fera le compte des rescapés et des manquants, on aura du mal à en croire les chiffres. De 85 kilos, je suis tombé à 61, et je ne dois la vie qu'à ma volonté d'en sortir, de ne pas manger d'immondices ou de cadavres malgré la faim. Je pèse actuellement 70 kilos. »

Parlant de sa femme et sa fille qui ont certainement été gazées dès leur arrivée au camp :

« Aucune nouvelle depuis que nous avons été séparés sur le quai de la gare. Je conserve un faible espoir, un espoir tout de même. Mais toutes les femmes, les enfants et tous les inaptes ont été passés au four crématoire. »

Il retrouvera la compétition et le haut du classement puisqu’il participera aux Jeux Olympiques de Londres en 1948.

 

2023 09 (7)

 

 

 

2023 09 (9)

 

 

 

 

2023 09 (10)

 Île du Ramier

 

 

 

2023 09 (11)

 

 

Depuis que le Parc des expositions a été délocalisé au M.E.E.T. du côté de Beauzelle, toute cette zone est en réhabilitation, notamment nature, souhaitons que la piscine Nakache soit aussi rénovée et continue de faire le bonheur l’été des jeunes toulousains, j’ai eu l’occasion d’y aller quelques fois enfant.

Ne pas manquer les trois jardins, Grand-Rond, Palais Royal (avec ses Ginkgo biloba) et Jardin des Plantes (où se trouve le Museum d’Histoire naturelle), à traverser à pied … J’y suis déjà passé lors de la balade centre et est Toulouse. Quand j’étais enfant, la sortie au Jardin des plantes, avec ses animaux, était toujours très attendue et très appréciée.

Je l’ai déjà écrit : l’origine du nom du quartier du Pont des Demoiselles n’est pas sûre. Il pourrait tirer son nom de la Guerre des demoiselles en Ariège, la population du quartier ayant des liens ariégeois ; il aurait pu aussi s’appeler d’abord Pont des Putes … Je n’emploie pas ce mot. Elles sont pourtant plutôt localisées dans d’autres quartiers … Encore du côté de Bayard ou de la Place de Belfort. Ou vers Fondeyre, le M.I.N., les zones de frêt camion … Je n’écris pas que nos amis routiers sont portés sur ce genre de consommation, je note juste cette réalité géographique …

Le Busca tient son nom du château (rasé en 1859) de la famille de Busca, riches propriétaires. La métaire du château se tenait dans le quartier. La proximité de bois de saules serait à l’origine du nom du quartier voisin de Sauzelong (« saouzelong », saule allongé). Le poète Henry Montaut (Anric del Busca, 1862-1909) a vécu dans ce quartier.

« De bièro, de clareto, E de bouno piqueto De l'an de la Coumeto Boudiou ! que vaou m'en embuca Per la Balôcho del Busca »

On peut trouver des maisons cossues dans tous les quartiers de Toulouse, on en trouve un grand nombre au Busca, notamment du côté du Musée Georges Labit, musée des Arts de l’Asie et de l’Égypte antique.

 

2023 09 (27)

 

 

 

 

 

 

2023 09 (29)

 

 

 

 

 

 

2023 09 (30)

Musée Georges Labit

 

 

J’ai terminé par Montaudran, quartier en plein renouveau. La piste d’envol a été en partie conservée et intégrée au nouveau quartier. L’aéroport de Montaudran, construit en 1917 par Pierre Latécoère, a vu la naissance de l’aviation civile et l’émergence de l’industrie aéronautique. Les avions de l’Aéropostale pilotés par Mermoz ou Saint-Exupéry y prenaient leur envol.
C’est là qu’on pourra aussi visiter la Halle de la Machine ou L’envol des pionniers.
De l’autre côté de la voie ferrée, sur l’Avenue Louis Bréguet, ne manquez pas le détour au n°55 pour aller voir le 50cinq, lieu dédié au street-art.

 

 

 

 

2023 09 (34)

 

 

 

 

2023 09 (35)

 Piste de Montaudran

 

 

 

 

2023 09 (36)

 

 

 

 

 

2023 09 (37)

 

 

Encore un joli gribouillis sur la carte. Il me reste à parcourir les quartiers Ouest et Rive Gauche. Ensuite, en fonction de la saison, peut-être que je m’amuserai à continuer mes balades dans les quartiers toulousains en privilégiant les rues où je ne suis pas passé …

 

 

 

 

Toulouse Sud-Est – Also in french

I continue my peregrinations through the districts of Toulouse with the administrative districts Pont des Demoiselles - Montaudran - La Terrasse (including also L'Ormeau and Malepère, Rangueil - Sauzelong - Pech-David - Pouvourville and Saint-Michel - Le Busca - Empalot - Saint-Agne).
I was in good company on part of the route, up to Rangueil and after the height differences of Pech-David, Pascal accompanied me.

You can get some height in Toulouse, and in a steep way, a very concrete example with the Chemin des Canalets with an average slope of more than 11% and a peak in the 20% and which leads to Pech-David, the highest point of the city at 260m (Jolimont culminates at 193 m), known for its slopes turned towards the Lauragais, favourable for hiking or cycling (the area will be very hilly). All the accesses to Pech-David are rather steep, as we could (re)check today. There are also some good gradients on the side of the hauts de Bonnefoy, de Jolimont, Bonhoure, La Coquille or de la Côte Pavée...

 

 

2023 09 (18)

 Pouvourville

 

2023 09 (19)

 

 

 

 

2023 09 (20)

 

 

The Rangueil hospital complex overlooks Toulouse, a cable car connects it to the University of Toulouse - Rangueil Paul Sabatier, and on the other side passes over the Garonne to reach the new Oncopôle de Toulouse, a renowned cancer research centre, built on the remains of the former AZF, whose explosion in 2001 left its mark on the city and the region.

The University of Toulouse dates back to 1229. It was in the 1960s that the Rangueil university complex took shape. The E.N.A.C., Sup'Aéro, the C.N.E.S. and the C.R.E.P.S. also have their buildings there. Paul Sabatier taught in Toulouse and was awarded the Nobel Prize for Chemistry in 1912.
The campus occupies 124 hectares and borders the Canal du Midi.

 

 

2023 09 (31)

 Université Paul Sabatier

 

 

 

 

 

2023 09 (32)

 

 

 

 

 

 

 

2023 09 (33)

 C.R.E.P.S.

 

 

 

 

Two places I love, even if one of them is populated by a rather peculiar but not aggressive fauna: the Ile du Ramier and its old gunpowder stores and the Ile Saint-Michel with its superb view of the Garonne and the Pont Neuf.

The Île du Ramier is also home to the Cité Universitaire and the Daniel Faucher Stadium, the Nakache swimming pool and the Stadium. Daniel Faucher (1882-1970) was a geographer, professor and then Dean of the University of Letters in Toulouse.

Alfred Nakache (1915-1983) was a swimmer and water polo player and was deported to Auschwitz during the Second World War with his wife and daughter. He is one of the survivors. He was several times French and European champion and participated in the Olympic Games in Berlin.

"I've come out of the grave. You have to have lived through life in those camps to imagine what it was like. When you count the number of survivors and missing persons, you can hardly believe the figures. From 85 kilos, I fell to 61, and I owe my life only to my will to get out, not to eat filth or corpses despite the hunger. I currently weigh 70 kilos.”

Talking about his wife and daughter who were certainly gassed as soon as they arrived at the camp:

"No news since we were separated on the station platform. I still have a little hope, a hope all the same. But all the women, children and unfit people were put into the crematorium.”

He returned to competition and the top of the rankings when he took part in the 1948 London Olympic Games.

Since the Exhibition Centre was relocated to the M.E.E.T. in Beauzelle, the whole area is being renovated, especially the natural area. Let's hope that the Nakache swimming pool will also be renovated and will continue to be a source of pleasure for the young people of Toulouse in the summer, as I had the opportunity to go there a few times as a child.

Don't miss the three gardens, Grand-Rond, Palais Royal (with its Ginkgo biloba) and Jardin des Plantes (where the Museum of Natural History is located), which you can cross on foot... I've already been there during the tour of the centre and east of Toulouse. When I was a child, the outing to the Jardin des Plantes, with its animals, was always much awaited and much appreciated.

 

 

2023 09 (23)

 

 

 

 

2023 09 (24)

                                                                                                                                         Jardin des plantes

 

 

I have already written about it: the origin of the name of the Pont des Demoiselles district is not sure. It could be named after the War of the Damsels in Ariège, the population of the district having Ariège links; it could also have been called Pont des Putes ... I don't use this word. They are however rather located in other districts... Still on the side of Bayard or the Place de Belfort. Or towards Fondeyre, the M.I.N., the trucking areas ... I'm not writing that our trucking friends are prone to this kind of consumption, I'm just noting this geographical reality ...

Le Busca takes its name from the castle (razed in 1859) of the Busca family, rich owners. The metary of the castle was held in the neighbourhood. The proximity of the willow woods is said to be the origin of the name of the neighbouring district of Sauzelong ("saouzelong", elongated willow). The poet Henry Montaut (Anric del Busca, 1862-1909) lived in this neighbourhood. 

"De bièro, de clareto, E de bouno piqueto De l'an de la Coumeto Boudiou ! que vaou m'en embuca Per la Balôcho del Busca".

You can find wealthy houses in all the districts of Toulouse, and there are a large number of them in Busca, particularly near the Georges Labit Museum, the Museum of Asian and Ancient Egyptian Arts.

I finished with Montaudran, a district in full renewal. The runway has been partly preserved and integrated into the new district. Montaudran airport, built in 1917 by Pierre Latécoère, saw the birth of civil aviation and the emergence of the aeronautics industry. The Aéropostale planes piloted by Mermoz and Saint-Exupéry took off from there.
This is where you can also visit the Halle de la Machine or L'envol des pionniers.
On the other side of the railway, on Avenue Louis Bréguet, don't miss the diversions at n°55 to see 50cinq, a place dedicated to street-art.

Another nice doodle on the map. I still have to go through the West and Left Bank districts. Then, depending on the season, maybe I'll have fun continuing my strolls in Toulouse's neighbourhoods, favouring the streets I haven't been to before...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

 

2023 09 (26)

 Ancienne caserne Niel

 

 

 

2023 09 (28)

 Canal du Midi

 

 

 

 


03 mars 2023

Soleil - Corbières - Batterie

VTT avec Bastien du côté de Conilhac-Corbières. Il y a un très joli petit massif entre Conilhac et Lézignan, en face de l’Alaric, on peut le comparer au Massif de la Clape à Gruissan, sans la mer, ou à certains coins de Provence, sans Marcel Pagnol, mais avec les senteurs des plantes méditerranéennes de la garrigue et du maquis. Et même sans la mer, ce massif est très agréable, très nature, même si des éoliennes y ont été installées avec les pistes d’accès en conséquence, fait d’une multitude de petits sentiers, paradis du single.

 

 

 

 

2023 09 (2)

 

 

 

 

 

2023 09 (1)

 

 

 

2023 09 (3)

 

 

J’ai déjà eu l’occasion d’y rouler en participant plusieurs fois aux randos organisées par la Fumade VTT depuis Lézignan vers l’Alaric (l’Alaric, c’est encore autre chose, très caillouteux, très pentu et plus haut …). Bastien voulait rouler au soleil, nous avons donc décidé presque au pied ou à la pédale levée (je l’ai pas mal employée celle-là ces temps-ci) d’aller vers le soleil pour lui faire découvrir ce joli coin.
Il y tellement de jolis coins dans notre région, propices à la randonnée à pied ou à vélo ...

Je ne roule pas en vélo électrique, je n’ai rien contre, je n’ai rien de condescendant envers les VAE, mais ce matin c’est la batterie de la voiture qui a lâché juste avant de partir … Petit détour donc pour aller chercher un batterie neuve et départ un peu plus tard …

Le massif approche les 200 m d’altitude, il n’y pas de gros dénivelés mais malgré tout c’est très vallonné, quelques pentes peuvent bien se sentir.
Quelques pistes plus larges traversent le massif, les sentiers sont soit en terre plutôt rouge, soit caillouteux, certains sont faits de dalles et de belles marches pierreuses.
La végétation varie entre garrigue, maquis, chêne vert, conifères vers l’Est et le Nord.

 

 

2023 09 (4)

 

 

 

 

 

2023 09 (5)

 

 

 

 

2023 09 (6)

 

 

Le sentier qui fait face à l’Alaric et Fontcouverte (du côté du Rocher du Renard), au-dessus de la Garrigue de Montbrun, offre un superbe panorama sur la vallée et l’Alaric.

 

 

 

2023 09 (8)

 

 

 

2023 09 (9)

 


Côté Est, côté Lézignan, les sentiers sont plus ombragés et très ludiques.
Quelques vignes, quelques oliviers, sont plantés dans le massif, on en trouve en quantité aux abords, le vin des Corbières est un vin riche et de caractère. Grenache, Mourvèdre, Syrah, Carignan sont les principaux cépages.

Le vent est toujours présent dans le coin mais c’est habituel, il peut souffler très fort, c’est aussi pour cela que l’on y voit pas mal d’éoliennes, plus dans la vallée malgré tout.

 

 

 

2023 09 (7)

 

 

 

 

 

 

2023 09 (10)

 

 

 

 

 

 

 

2023 09 (11)

 

 

 

 

 

2023 09 (12)

 

 

VTT ou Gravel ? Aujourd’hui, j’ai roulé avec mon « vieux » Titus. Pour moi c’est un véritable vélo collector mais je tiens à rouler avec et si je l’ai pris aujourd’hui c’est parce que Bastien était aussi en VTT, sur les portions roulantes le Gravel est bien supérieur et va plus vite, j’aurai très bien pu passer tous les obstacles de la journée mais moins vite qu’en VTT. Quoique … Le Gravel est un 29 pouces avec des pneus plus étroits, je roule encore en 26 pouces en VTT (mon Titus roule toujours très bien, le 26 pouces est plus « rock’n’roll » que le 29), ça passe bien partout. Malgré tout, si vous avez deux vélos, prenez plutôt le VTT pour rouler dans ce coin et profiter plus facilement des portions caillouteuses … 
Il y a par contre toujours un petit moment nécessaire de reprise en main du VTT après un usage régulier et long du Gravel dans le sens Gravel – VTT, j’ai toujours l’impression pendant quelques minutes de ne plus savoir piloter un VTT, c’est sans doute dû au cintre et aux roues plus petites. Le problème ne se pose pas quand je reprends le Gravel.

Plusieurs circuits sont balisés au départ de Lézignan-Corbières cela peut être un bon point de départ aussi.

 

La trace : https://www.visugpx.com/04hQDdeozK

 

 

01 mars 2023

Toulouse Est et Centre – Also in english

 

2023 08 (57)

 

 

 

 

 

2023 08 (51)

 Saint-Sernin

 

 

 

 

2023 08 (49)

 

 

 

 

 

tlsetouris (35)

 

 

 

 

2023 08 (47)

 

 

 

Je continue mes pérégrinations toulousaines sur le thème « Je suis passé (presque) partout. », en tout dans tous les quartiers et en tous sens …

Toulouse compte 2020 rues, 501 impasses, 199 places, 187 chemins, 154 avenues et 79 ronds-points. Je ne vais pas passer dans toutes les rues …

Départ au pied ou à la pédale levée ce matin, j’avais initialement prévu autre chose mais un bout de ciel bleu m’a motivé et en une demi-heure, j’étais sur le vélo.

Oui, il est un peu farfelu ce projet de balade urbaine. Je ne sais pas s’il faut être un peu zinzin, ou avoir un peu trop pris de vent d’autan, ne le surnomme-t-on « vent des fous » … Ou alors faut-il être toulousain …
Le kilométrage n’est pas énorme, le dénivelé non plus même si dans certains quartiers de Toulouse, certaines rues peuvent être bien pentues, cela a été le cas aujourd’hui …
Mais ce n’est pas si facile : le rythme est perturbé (changements incessants de direction, photos, etc), c’est un peu rébarbatif dans certains coins, les rues se ressemblent, c’est interminable … C’est pourquoi je n’ose pas proposer ça et le fais en solo … Ça se joue aussi au mental cette succession de rues et de changements de directions …
C’est aussi une sorte de retour aux sources, mais sans nostalgie, juste un rappel de souvenirs, et aussi une vision de l’évolution de la ville et de ses quartiers par rapport à ce que j’ai pu connaître, et il y en a eu des changements …

Aujourd’hui, joli gribouillis sur la carte avec l’Est et le Centre de Toulouse : quartiers de démocratie locale Lapujade – Bonnefoy – Périole – Marengo – La Colonne (Raynal, Réservoir, Arago, 10 avril, La Gloire), Jolimont – Soupetard – Roseraie – Gloire – Gramont – Amouroux (Gramont, Cité Amouroux, Michoun, Fraternité, Hérédia, Surcouf, Juncasse, Argoulets, Roseraie, Coquille, Bonhoure Nord, Soupetard), Bonhoure – Guilheméry – Château de l’Hers – Limayrac – La Terrasse (Roucoule, Jean Chaubet, Camille Pujol, Coin de la Moure, Louis Vitet, Providence, Leygue Nord, Deltour, Sainte-Claire, Cité de l’Hers), Capitole – Arnaud Bernard – Carmes (incluant aussi Saint-Georges, Saint-Étienne), Amidonniers – Compans Caffarelli, Les Chalets – Bayard – Belfort – Saint-Aubin – Dupuy (incluant aussi Matabiau)

 

 

2023 08 (15)

 

 

 

 

 

 

2023 08 (16)

2023 08 (17)

                                Parc Bonnefoy                                                            Marengo

 

 

 

 

 

 

2023 08 (18)

2023 08 (19)

              Médiathèque

 

 

 

 

2023 08 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2023 08 (9)

 

 

 

 

2023 08 (10)

 Jardin du Donjon du Capitole

 

 

 

2023 08 (11)

 Capitole

 

 

 

2023 08 (12)

 

 

 

 

J’ai passé ma scolarité primaire dans le quartier Amouroux, à l’école Michoun où ma mère était institutrice. Mes grands-parents y ont aussi habité quelques années après avoir vécu Avenue de Lyon, leur immeuble y a été rasé, tout le quartier est en mutation, les immeubles sont murés, le projet Tour occitanie, très décrié, y est pour quelque chose … Pour ma part, je n’y adhère pas, et ce n’est pas cohérent avec les grands discours sur l’environnement, les diminutions des dépenses, le développement contrôlé, les discours sur l’austérité, etc.
À Périole se trouvait un très joli minigolf où nous allions de temps en temps quand j’étais enfant, c’était jour de fête.

Belfort, Bayard, sont encore aujourd’hui occupés par des travailleurs de la nuit … Même si ces populations se sont un peu délocalisées …

Toulouse ne manque pas de parcs et jardins publics, certains sont très discrets, il faut les trouver, ils sont enchâssés dans l’urbanisation. Dans l’Est, j’apprécie toujours de traverser Limayrac ou La Plaine.

La Cité de l’Espace est un incontournable de Toulouse. Les Argoulets et sa voie verte une bande verdure très appréciée.

Je ne peux pas développer le chapitre Histoire, il y aurait trop à écrire sur le Toulouse historique … Quelques « coins » moins prisés des guides touristiques qui méritent le détour pour l’anecdote historique :

 

 

 

2023 08 (42)


- Le Rue de l’Homme Armé, d’abord appelée Rue du Sauvage, nom donné en allusion à la petite statue qu’y fit sculpter à a fin du XVème Peyronet Delfau, représentant un « sauvage armé d’une massue », pour servir d’enseigne à une de ses auberges, très nombreuses à l’époque dans ce quartier.

 

2023 08 (1)

 

 

 

 

2023 08 (44)


- L’Hôtel de pierre, Hôtel de Bagis, 25 Rue de la Balbade, fait de pierres et non de brique, ce qui était unique au XVIIème à Toulouse.

 

2023 08 (39)

- La Fontaine d’Urbain Vitry, Place de la Trinité.
- L’ancienne morgue devenue buvette Port de la Daurade. L’activité économique portuaire y était importante, les noyades fréquentes …

 

 

 

2023 08 (53)

 

 

 

- Les Filtres, que je cite souvent dans mes balades toulousaines.
- L’Île Saint-Michel.

 

 

 

tlse insolite (24)

 

 

 

2023 08 (14)

- Le parc de l’Observatoire à Jolimont, où est érigé l’obélisque commémoratif de la bataille de Jolimont, bataille napoléonienne du 18 avril 1814 face aux armées combinées anglaises, espagnoles et portugaises, conduites par le Duc de Wellington. Bataille qui opposa 42 000 soldats de l’armée française à 52 000 soldats ennemis et fit tout de même quelques morts mais qui historiquement et politiquement ne servit à rien puisqu’il n’y eut officiellement ni vaincus ni vainqueurs …

 

 

2023 08 (48)

- La Tour Maurand, 56 Rue du Taur, vestige de l’architecture civile romane de la ville. Elle est qualifiée de « célèbre » sur la plaque apposée sur son mur, très franchement seul son côté touristique est intéressant.

 

 

 

2023 08 (34)

- La Rue Neuve, qui ne vaut le détour que parce qu’elle est sans doute la rue la plus étroite de Toulouse, mais est bien placée dans le Toulouse historique.

Toulouse mérite sans aucun doute la halte ou le détour touristique, comptez 3 jours pour en avoir un bon aperçu.

Il est à noter qu’à Toulouse, on parlera de maisons à corondages plutôt que colombages. Cette technique, moins coûteuse qu’une construction entièrement en briques permettait d'élever une maison à l'aide de poteaux et de poutres de chêne ou de pin. Le remplissage se faisait avec du torchis (corondage de paillebart), ou mieux : avec des briques (corondage de massécanat). Des maisons de cette sorte ont été bâties de la fin du Moyen Âge jusqu'au xviiie siècle, il en resterait environ deux cents dans la ville. (Wikipédia).

 

2023 08 (2)

 La Dalbade

 

 

 

2023 08 (3)

 

 

 

 

2023 08 (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

2023 08 (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

2023 08 (6)

 Hôtel d'Assezat

 

 

 

Levez régulièrement la tête (pas trop quand même, certaines rues de Toulouse ne sont pas particulièrement propres, les déjections canines ou autres petits présents sont bien là), les tours d’escaliers sont typiques, on en compte une bonne trentaine, dont la Tour de Serta ou celle de Boysson ou de Bernuy.

Et si vous voulez découvrir Toulouse différemment, je vous recommande les deux balades consacrées à la ville rose du Topoguide « Boucles à Vélo autour de Toulouse » des Éditions Chamina et le livre de mon ami et poète Dominique Montalieu « De Rues en Rimes » avec photos et documentaires de Mylène Fondecave des Éditions Le Solitaire.

 

 

2023 08 (41)

 

 

 

 

 

 

2023 08 (46)

 

 

 

 

 

2023 08 (54)

2023 08 (43)

        Canal de Brienne

 

 

 

2023 08 (55)

Jardin japonais Compans Caffarelli

 

 

La brique est toujours là, historiquement et dans les nouvelles architectures, ne donne-t-elle pas son surnom de « ville rose » à Toulouse. En fonction de l’heure, de la saison, elle sera rouge, rose, orange, marron …

Et encore aujourd’hui, dans tous les quartiers, de sacrés contrastes architecturaux et de belles choses … 160 km sur la journée.

 

 

 

 

2023 08 (58)

 

 

 

 

 

2023 08 (59)

 

 

 

 

2023 08 (60)

 

 

 

2023 08 (61)

 

 

 

 

 

2023 08 (62)

 

Toulouse Est et Centre – Also in french

I continue my peregrinations in Toulouse on the theme "I've been (almost) everywhere", in all the districts and in all directions...

Toulouse has 2020 streets, 501 dead ends, 199 squares, 187 paths, 154 avenues and 79 roundabouts. I'm not going to go through all the streets ...

I had initially planned to do something else but a bit of blue sky motivated me and within half an hour I was on the bike.

Yes, it's a bit far-fetched, this urban ride project. I don't know if you have to be a bit of a zany person, or if you've had a bit too much wind from the autumn, which is nicknamed "the wind of fools"... Or if you have to be from Toulouse...
The mileage is not enormous, nor is the difference in altitude, even if in certain districts of Toulouse, certain streets can be quite steep, as was the case today...
But it's not so easy : the rhythm is disturbed (constant changes of direction, photos, etc), it's a bit boring in some corners, the streets look the same, it's endless ... That's why I don't dare to propose this and do it solo ... It's also a mental game, this succession of streets and changes of direction ...
It's also a kind of return to the roots, but without nostalgia, just a reminder of memories, and also a vision of the evolution of the city and its districts compared to what I knew, and there have been some changes ...

Today, a nice doodle on the map with the East and the Centre of Toulouse: Lapujade - Bonnefoy - Périole - Marengo - La Colonne (Raynal, Réservoir, Arago, 10 avril, La Gloire), Jolimont - Soupetard - Roseraie - Gloire - Gramont - Amouroux (Gramont, Cité Amouroux, Michoun, Fraternité, Hérédia, Surcouf, Juncasse, Argoulets, Roseraie, Coquille, Bonhoure Nord, Soupetard) Bonhoure - Guilheméry - Château de l'Hers - Limayrac - La Terrasse (Roucoule, Jean Chaubet, Camille Pujol, Coin de la Moure, Louis Vitet, Providence, Leygue Nord, Deltour, Sainte-Claire, Cité de l'Hers) Capitole - Arnaud Bernard - Carmes (also including Saint-Georges, Saint-Étienne), Amidonniers - Compans Caffarelli, Les Chalets - Bayard - Belfort - Saint-Aubin - Dupuy (also including Matabiau)

 

 

 

Tlse 2021 25 (2)

 Maison Giscard, fabricant de statuaires

 

 

 

 

Tlse 2021 25 (1)

 

 

 

 

Tlse 2021 25 (3)

 

 

 

I spent my primary school years in the Amouroux district, at the Michoun school where my mother was a teacher. My grandparents also lived there for a few years after having lived on Avenue de Lyon, their building was razed, the whole neighbourhood is undergoing change, the buildings are walled up, the much-criticized Tour Occitanie project is a factor ... For my part, I don't agree with it, and it's not consistent with the great speeches on the environment, spending cuts, controlled development, speeches on austerity, etc.
In Périole there was a very nice miniature golf course where we used to go from time to time when I was a child, it was a party day.

Belfort, Bayard, are still occupied by night workers today... Even if these populations have relocated a bit...

Toulouse has no shortage of public parks and gardens, some of them are very discreet, you have to find them, they are embedded in the urbanisation. In the east, I always enjoy walking through Limayrac or La Plaine.

The Cité de l'Espace is a must-see in Toulouse. Les Argoulets and its green lane is a much appreciated green strip.

 

 

 

2023 08 (20)

 

 

 

2023 08 (21)

 Saint-Aubin

 

Tlse 2021 25 (4)

 

 

 

 

 

2023 08 (23)

 Port Saint-Sauveur

 

 

 

 

 

2023 08 (24)

 Place Saint-Georges

 

 

 

2023 08 (22)

 

 

 

 

2023 08 (25)

 

 

 

 

 

 

2023 08 (26)

 

 

 

2023 08 (27)

                                                     Saint-Etienne

 

 

 

 

 

 

2023 08 (28)

 

 

 

2023 08 (29)

                                          Rue des Arts

 

 

 

 

Tlse 2021 25 (5) 

Les Augustins

 

 

I can't go into the History chapter, there would be too much to write about historical Toulouse...
Some "corners" less appreciated by the tourist guides which deserve the diversions for the historical anecdote:
- Rue de l'Homme Armé, first called Rue du Sauvage, name given in allusion to the small statue that Peyronet Delfau had sculpted there at the end of the 15th century, representing a "savage armed with a club", to be used as a sign for one of his inns, which were very numerous at the time in this district.
- The Hôtel de Bagis, 25 Rue de la Balbade, made of stone and not brick, which was unique in the 17th century in Toulouse.
- Urbain Vitry's fountain, Place de la Trinité.
- The former morgue which became a refreshment bar in Port de la Daurade. The economic activity in the port was important, and drownings were frequent...
- Les Filtres, which I often mention in my Toulouse walks.
- The Île Saint-Michel.
- The Observatory Park in Jolimont, where the obelisk commemorating the battle of Jolimont is erected, a Napoleonic battle of 18 April 1814 against the combined English, Spanish and Portuguese armies, led by the Duke of Wellington. This battle pitted 42,000 French soldiers against 52,000 enemy soldiers and resulted in a few deaths, but historically and politically it was of no use as there were officially no winners or losers...
- The Maurand Tower, 56 Rue du Taur, a vestige of the city's Romanesque civil architecture. It is described as "famous" on the plaque affixed to its wall, but frankly only its tourist side is interesting.
- The Rue Neuve, which is only worth a visit because it is probably the narrowest street in Toulouse.

Toulouse is definitely worth the stop or the tourist diversions, count on 3 days to get a good overview.

It should be noted that in Toulouse, we speak of houses with corbelling rather than colombages. This technique, less costly than an entirely brick construction, allowed a house to be built using oak or pine posts and beams. The filling was done with cob (strawbart corbelling), or better: with bricks (massécanat corbelling). Houses of this kind were built from the end of the Middle Ages until the 18th century, and there are about two hundred of them left in the town (Wikipedia).

Look up regularly (not too much though, some of the streets of Toulouse are not particularly clean, dog faeces and other little things are there), the stair towers are typical, there are about thirty of them, including the Tour de Serta or the Tour de Boysson or Bernuy.

 

 

 

2023 08 (30) 

Hôtel de Beringuier Maynier dit du Vieux Raisin

 

 

 

 

2023 08 (33) 

Hôtel Dahus

 

 

 

2023 08 (36)

Hôtel de Masencal

 

 

 

2023 08 (35) 

Grand-Rond

 

 

 

 

 

2023 08 (40)

 

 

 

And if you want to discover Toulouse differently, I recommend the two walks dedicated to the pink city in the Topoguide "Boucles à Vélo autour de Toulouse" published by Chamina and the book by my friend and poet Dominique Montalieu "De Rues en Rimes" with photos and documentaries by Mylène Fondecave published by Le Solitaire.

Bricks are always there, historically and in the new architecture, don't they give Toulouse its nickname of "pink city". Depending on the time of day, the season, it will be red, pink, orange, brown...

And still today, in all the districts, there are great architectural contrasts and beautiful things... 160 km.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

tlse insolite (1)

 

 

 

 

tlse insolite (2)

 

 

 

 

tlse insolite (3)

 

 

 

 

2023 08 (56)

Hôtel du Département ... Démesure ...

 

 

 

 

 

tlse03012021 (6)

 

 

 

 

tlse03012021 (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

24 février 2023

Toulouse Nord – Also in english

Depuis 2009, Toulouse est découpée en 6 secteurs subdivisés eux-mêmes en 20 quartiers « de démocratie locale » regroupant eux-mêmes la presque centaine de quartiers historiques ou plus récents.
Ces secteurs peuvent être délimités par la Garonne, le Canal des deux mers ou les grandes artères.

 

 

 

 

2023 07 (1)

 

 

 

 

2023 07 (2)

 

 

 

 

 

2023 07 (3)

 

Je connais bien Toulouse, j’y suis né même si j’ai passé mon enfance et mon adolescence à L’Union, aux portes de la grande ville, j’y ai habité, je connais bien ses rues et depuis de nombreuses années, j’ai vu les transformations de certains quartiers, l’apparition de nouveaux …
J’ai pas mal roulé dans la ville, suivant des thématiques variées (Toulouse insolite, touristique, les grands boulevards et les grandes artères, les cyclables et voies vertes, les parcs et jardins, les rocades et autoroutes, etc.), il me manquait d’en explorer plus minutieusement encore chaque recoin, sans prétendre à passer vraiment partout.

Première balade dans la ville : le secteur Nord qui englobe les secteurs Minimes – Barrière de Paris – Ponts-Jumeaux (quartiers Fondeyre, Ponts-Jumeaux, Bourbaki, Marché aux cochons, Mazades, Negreneys, Chaussas, Fenouillet, La Salade), Sept-Deniers – Ginestous – Lalande (Troenes, Embouchure, Ginestous, Lalande Nord et Sud), Trois-Cocus – Borderouge – Croix-Daurade – Paleficat – Grand Selve (Les Izards, la Vache, Borderouge Nord et Sud-Est, Lapujade, Nicol, Grand Selve, Gramont Ouest).

Un peu d’histoire sur ces quartiers …

Les Trois-Cocus était autrefois (je l’ai connu) une zone de maraîchage, et ce depuis le XVIIème siècle, on y trouve encore ces maisons dites toulousaines typiques.
L’origine vient du patois « cocut » qui signifie « coucou », désolé, il n’y a pas d’histoire d’adultère …
Les trois coucous étaient sculptés sur une bâtisse aujourd’hui disparue et auraient donné le nom de ce secteur de Toulouse. Ce sont les soldats napoléoniens qui, ne maîtrisant pas l’occitan, auraient mal compris ce que leur disaient les habitants en nommant « Tres Cocuts » leur quartier, cela a donc été traduit et diffusé comme « Trois Cocus ».
Dans les années 20 ce quartier a abrité des cités-jardins. Ces cités étaient destinées aux habitants à faible revenu, elles sont l’ancêtre des H.L.M. Elles devaient intégrer des espaces verts, des infrastructures publiques. Jean Montauriol, architecte en chef de la ville de Toulouse entre 1929 et 1949, a créé ces cités et beaucoup de monuments caractéristiques de cette époque, comme la Bibliothèque d’étude et du patrimoine Rue du Périgord ou le groupe scolaire Ernest Renan au sein du quartier des Trois-Cocus.
Plus récemment, une certaine délinquance et le trafic de stupéfiants s’y est développé, certains extrémismes aussi … Mais les médias s’emparent plus de ce genre d’information sans chercher à s’intéresser à ce qu’on peut trouver de positif dans ces quartiers, c’est plus vendeur …
Le quartier est bordé par le joli Parc de la Maourine qui abrite les Serres municipales.
Une vie culturelle et associative s’y est bien réputé.

 

 

 

2023 07 (14)

 

 

 

2023 07 (15)

 

 

 

2023 07 (16)

 

 

 

 

2023 07 (17)

 Les Izards (avec un z, et aux Izards se trouve une maison communale "des Chamois")

 

 

 

2023 07 (18)

 La Maourine

 

 

 

 

 

Pour le quartier de La Vache, l’origine est incertaine …

Le Ginestous, lui, accueille la plus importante aire d’accueil des gens du voyage de la région.

 

 

2023 07 (21)

 Le Canal latéral

 

 

 

 

2023 07 (22)

 L'Embouchure

 

 

Les Ponts-Jumeaux désignent d’abord les trois ponts du Port de l’Embouchure, chacun enjambant un canal : Canal de Brienne, Canal du Midi, Canal latéral à la Garonne. Un bas-relief de François Lucas illustre leur histoire.
Les Ponts-Jumeaux ont aussi été un point stratégique lors de la bataille de Toulouse opposant les forces napoléoniennes aux forces de la coalition anglo-hispano-portugaise commandées par le Général Wellington en avril 1814.

 

 

 

2023 07 (10)

 Église des Minimes

 

 

2023 07 (11)

 

La Place du Marché aux Cochons porte bien son nom : on y vendait autrefois des cochons que l’on pesait à la bascule toute proche. J’ai travaillé dans deux écoles de ce quartier : l’École Alfred de Musset au cœur de la Cité Bourbaki, ou l’année précédente l’École Alain Fournier, renommée depuis École Claude Nougaro, il y a 25 ans, j’y ai de très bons souvenirs …

Les Minimes, chers à Claude Nougaro, tiennent leur nom à l’installation au 15ème siècle de religieux de l’ordre des Minimes. Le nom de la Rue du Caillou Gris qui part de la Place du Marché aux Cochons et qui se situait à la limite des terres des Minimes vient de l’habitude qu’avaient les moines de jeter là les pierres qui les gênaient dans leurs terres.

Pour La Salade, le nom ne vient pas des nombreux maraîchers qui habitaient là. La « salada » désigne en occitan les fourches patibulaires, gibets de torture.

L’origine du nom du quartier des Sept Deniers remonte au Moyen-Âge. À cette époque, le secteur était une vaste lande, sur laquelle les capitouls accordaient un droit de pâturage aux habitants. Ces derniers devaient toutefois payer un loyer de sept deniers d’or par an pour y faire pâturer leurs bêtes.
Dans le parc des Septs Deniers, on peut observer un superbe fontaine Wallace, avec ses  quatre cariatides, oeuvre de Charles Lebourg.

 

2023 07 (24)

 Parc des Sept-Deniers

 

 

 

2023 07 (26)

 

 

J’ai été lycéen au Lycée Raymond-Naves et nous avons habité avec Sylvie quelques années Rue Bourdon, à la limite du quartier Lapujade, au premier étage de la maison de ma tante Tatie Nénette, maison qu’elle tenait de ses parents, joliment remise en valeur aujourd’hui par sa fille. Une tatie au cœur d’or, comme d’autres de mes taties biologiques ou de cœur, j’ai tendance à appeler Tonton ou Tatie les personnes chères (Jojo, Solange, si vous lisez ces lignes ...).

Je suis passé à Saint-Éloi, pas de chanson parlant du bon Roi Dagobert, mais un des sites industriels historiques de l’histoire de l’aéronautique toulousaine et française. Elle a vu le jour dans les années 20 sous la houlette d’Émile Dewoitine, a poursuivi son essor avec plus tard Sud-Aviation, Aérospatiale ou Airbus. Une partie de ma famille (grand-père, oncles, tante, père) y ont travaillé, sur les différents sites.

Ne pas oublier le Marché d’Intérêt National de Toulouse ou le Stade Toulousain …

Balade urbaine donc, mais pas mal de verdure malgré tout, et de l’eau : la Garonne, le Canal latéral à la Garonne, le Lac de Sesquières, l’Embouchure … Et un sacré contraste entre les sites industriels du Sang de Serp, de Fondeyre, les vieilles bâtisses de certains quartiers plus anciens (toulousaines ou maisons plus cossues du côté de la Sainte-Famille), la nouvelle urbanisation du côté de La Vache …

Et encore un joli gribouillis sur la carte … Un peu plus de 130 km parcourus.

 

 

2023 07 (28)

 Sesquières

 

 

Toulouse Nord - Also in french

Since 2009, Toulouse has been divided into 6 sectors, which are in turn subdivided into 20 "local democracy" districts, which in turn group together the almost one hundred historic or more recent districts.
These sectors can be delimited by the Garonne, the Canal des deux mers or the main arteries.

I know Toulouse well, I was born there even if I spent my childhood and adolescence in L'Union, at the gates of the big city, I lived there, I know its streets well and for many years, I have seen the transformations of certain districts, the appearance of new ones...
I've driven around the city quite a bit, following various themes (unusual and touristy Toulouse, the main boulevards and arteries, the cycle paths and greenways, the parks and gardens, the bypasses and motorways, etc.), and I wanted to explore every corner of the city in greater detail, without claiming to be everywhere.

First ride in the city: the North sector, which includes the Minimes - Barrière de Paris - Ponts-Jumeaux (Fondeyre, Ponts-Jumeaux, Bourbaki, Marché aux cochons, Mazades, Negreneys, Chaussas, Fenouillet, La Salade districts), Sept-Deniers - Ginestous - Lalande (Troenes, Embouchure, Ginestous, Lalande North and South), Trois-Cocus - Borderouge - Croix-Daurade - Paleficat - Grand Selve (Les Izards, la Vache, Borderouge North and South-East, Lapujade, Nicol, Grand Selve, Gramont West).

 

 

2023 07 (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

2023 07 (7)

 

 

 

 

 

 

 

2023 07 (8)

 

 

 

 

2023 07 (9)

 

 

 

 

2023 07 (12)

 

 

 

 

 

A bit of history on these districts...

Les Trois-Cocus was once (I knew it) a market gardening area, and this since the 17th century, you can still find these typical Toulousan houses.
The origin comes from the patois "cocut" which means "cuckoo", sorry, there is no story of adultery...
The three cuckoos were carved on a building which has now disappeared and would have given the name to this area of Toulouse. It was the Napoleonic soldiers who, not having mastered Occitan, misunderstood what the inhabitants were saying when they named their district "Tres Cocuts", which was then translated and spread as "Trois Cocus".
In the 1920s, this neighbourhood was home to garden cities. These housing estates were intended for low-income residents, and were the forerunner of the H.L.M. They had to include green spaces and public infrastructures. Jean Montauriol, chief architect of the city of Toulouse between 1929 and 1949, created these housing estates and many of the characteristic monuments of this period, such as the Bibliothèque d'étude et du patrimoine on Rue du Périgord or the Ernest Renan school complex in the Trois-Cocus district.
More recently, a certain amount of delinquency and drug trafficking has developed there, as well as some extremism... But the media are more interested in this kind of information without trying to find out what positive things can be found in these neighbourhoods, it's more commercial...
The district is bordered by the pretty Parc de la Maourine which houses the municipal greenhouses.
A cultural and associative life is well established there.

The origin of the La Vache district is uncertain...

The Ginestous is home to the region's largest reception area for travellers.

The Ponts-Jumeaux (twin bridges) first referred to the three bridges of the Port de l'Embouchure, each spanning a canal: the Canal de Brienne, the Canal du Midi and the Canal latéral à la Garonne. A bas-relief by François Lucas illustrates their history.
The Ponts-Jumeaux were also a strategic point during the battle of Toulouse between Napoleon's forces and the Anglo-Hispano-Portuguese coalition forces led by General Wellington in April 1814.

The Place du Marché aux Cochons is aptly named: pigs used to be sold here and weighed at the nearby weighbridge. I have worked in two schools in this district: the Alfred de Musset School in the heart of the Bourbaki district, and the previous year the Alain Fournier School, since renamed the Claude Nougaro School, 25 years ago, and I have very fond memories of it...

Les Minimes, dear to Claude Nougaro, takes its name from the 15th century settlement of the Minimes order. The name of the Rue du Caillou Gris, which starts at the Place du Marché aux Cochons and which was situated on the edge of the Minimes' land, comes from the habit of the monks of throwing away the stones that were in the way of their land.

 

 

 

2023 07 (13)

 

 

 

 

 

 

 

2023 07 (19)

 

 

 

 

 

 

2023 07 (23)

 La Garonne

 

 

 

2023 07 (27)

 Canal latéral

 

 

 

 

2023 07 (29)

 

 

 

 

2023 07 (30)

 

 

 

For La Salade, the name does not come from the many market gardeners who lived there. In Occitan, the "salada" refers to the "fourches patibulaires", torture gibbets.

The origin of the name of the Sept Deniers district goes back to the Middle Ages. At that time, the area was a vast moor, on which the capitouls granted the inhabitants grazing rights. However, the inhabitants had to pay a rent of seven gold denarii per year to graze their animals there.
In the Septs Deniers park, you can see a superb Wallace fountain, with its four caryatids, the work of Charles Lebourg.

I was a pupil at the Lycée Raymond-Naves and Sylvie and I lived for several years in Rue Bourdon, on the edge of the Lapujade district, on the first floor of my aunt Nénette's house, a house that she inherited from her parents, and which her daughter has now beautifully restored. An auntie with a heart of gold, like other of my biological or heart aunties, I tend to call dear people Uncle or Auntie (Jojo, Solange, if you read these lines...).

I went to Saint-Eloi, no song about the good King Dagobert, but one of the historic industrial sites in the history of Toulouse and French aeronautics. It began in the 1920s under the leadership of Emile Dewoitine, and continued to develop later with Sud-Aviation, Aérospatiale and Airbus. Part of my family (grandfather, uncles, aunt, father) worked there, on the different sites.

Don't forget the Marché d'Intérêt National de Toulouse or the Stade Toulousain ...

An urban stroll, but a lot of greenery despite everything, and water: the Garonne, the Canal latéral à la Garonne, the Lac de Sesquières, the Embouchure ... And a great contrast between the industrial sites of Sang de Serp, Fondeyre, the old buildings of some of the older neighbourhoods (toulousaines or more luxurious houses on the side of the Sainte-Famille), the new urbanization on the side of La Vache ...

And another nice scribble on the map ... Just over 130 km travelled.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

2023 07 (32)

 

 

 

 

05 février 2023

Improvisations au pied levé solo en la mineur : autoroutes, rocades – Also in english

Cette balade est à classer dans ma nombreuse série des balades improbables, voire farfelues …

Improbables : quelle idée de passer par là ? Zones industrielles, zones très urbanisées, etc.

Le thème du jour a donc été un tour de Toulouse au plus près des rocades et des autoroutes : périphériques intérieur et extérieur, A62, A64, A61, A68, et bien plus poétiques le Fil d’Ariane (j’aurais pu en faire un peu plus vers Tournefeuille et le Touch, le morceau serait à retravailler pour en faire une composition à produire) et la rocade Arc-en-Ciel.

Au sujet des périphériques toulousains ou d’ailleurs, « intérieur » et « extérieur » désignent en fait la partie de la chaussée de la rocade qui est la plus proche de la ville, et cela correspond au sens de circulation horaire des véhicules l’empruntant.

Au pied levé : j’ai été bien malade pendant une dizaine de jours, grippe … J’ai soigné en partie cela par de bonnes suées ou oxygénations fraîches en allant au travail à vélo dans la semaine, je ne savais pas si j’allais rouler ce week-end, et nous sommes bien occupés ces semaines, je me suis décidé en début d’après-midi, au retour de portes ouvertes à l’IUT d’Auch avec Bastien.

Improvisations : je ne pars pas d’une partition blanche, j’ai une trame de départ, j’affine sur le terrain, a capriccio

Au plus près : au plus près sur le vélo, et cette fois encore, j’ai pu emprunter pas mal de voies cyclables, de pistes cyclables, des voies vertes, des chemins et sentiers.

Tempo primo, je rejoins au plus court l’A62, Autoroute des deux mers qui englobe aussi l’A61, pour quelques variations vers le Paléficat, le Grand Selve, Lalande.
A piacere, je longe l’autoroute jusqu’à Castelginest et trouve un chemin qui borde au plus près les murs anti-bruit. Je suis relativement à l’abri de ce petit vent d’Ouest que j’ai senti un peu plus tôt.
Je fais demi-tour à Saint-Alban, à travers les zones industrielles et commerciales, dolce,je cherche un chemin qui borderait lui aussi au plus près l’autoroute, en vain …
Improbable … Je ne serai probablement jamais passé là en vélo si je n’avais ces idées de justement passer là …
Je passe la très jolie zone de loisirs Claude Cornac d’Aucamville, oui très jolie car enchâssée au milieu des zones industrielles, petit coin de nature …
Je tombe par hasard sur la Clinique de la Cadenne pour longer au plus près l’échangeur de Lalande.

 

 

 

2023 24 (1)

 

 

 

 

2023 24 (2)

 

 

 

 

2023 24 (4)

 

 

 

 

 

 

 

Je suis sur quelques kilomètres, allegro, le soleil est là, vent de dos, le Canal latéral à la Garonne, au plus près du périphérique, extérieur dans mon cas puisque je circule en sens anti-horaire, mais plus intérieur puisque je suis plus dans la ville que le périphérique.

Je vais rejoindre le Fil d’Ariane et l’Arc-en-Ciel vers Blagnac et Colomiers, emprunte ce petit passage en bord de Touch, que je connais bien, lui aussi improbable, coincé entre la rivière, la ville et le butime de l’A621.

Direction le Gers, traversée de Colomiers, je rejoins le petit lac de Bassac, arrive dans la grosse zone commerciale d’En Jacca. Je pars direction opposée, je retourne vers Toulouse, giocoso ma non troppo, le soleil est toujours présent, j’arrive en gare de Colomiers par la voie désaffectée.

Intermezzo, Toulouse, Casselardit, je longe l’A620, je cherche, quieto, trouve une passerelle qui m’amène vers l’échangeur de Lardenne, direction le Mirail, puis Gironis.

 

 

2023 24 (6)

 

 

 

 

2023 24 (8)

 

 

 

 

2023 24 (9)

 

 

 

Là, direction les Pyrénées, via l’A64 et les zones artisanales et industrielles. Retour vers Toulouse par le Palanques.
Fermata, cette trace improvisée n’est assurément gravellistiquement et touristiquement pas la plus intéressante que j’ai pu composer mais une des plus réussie par ses passages improbables : je suis en pleine zone artisanale de Larrieu, je viens de trouver un chemin dégagé dans des taillis entre des entreprises, j’en sors en passant un grillage qui a vécu, tombe sur des entrepôts où j’apostrophe vigoureusement mais en restant poli un livreur qui ne m’a pas vu ou n’a pas eu envie de me voir et j’arrive dans une impasse où se trouve un terrain et une salle de foot en salle, Play soccer. Je rentre, demande si je peux traverser, ça fait rigoler le personnel et les personnes présentes (j’aurais dû prendre une photo, j’y ai pensé ensuite, trop loin, le site est superbe), je traverse la salle et embraye sur l’Avenue de Larrieu pour traverser la zone du Chapitre.
C’est compliqué de trouver un itinéraire au plus près de la Pyrénéenne, l’autre dénomination de l’A64, je file donc vers l’Oncopole et la cyclable vers la Route d’Espagne pour retrouver l’A620, côté extérieur d’abord puis intérieur via Empalot mais à contre-sens, façon de parler, vous suivez ?

Je traverse Rangueil, vais vers Montaudran pour voir comment je peux passer l’échangeur du Palays. Je cherche, me résigne à suivre le Canal du Midi vers Ramonvillle-Saint-Agne.
Arrivé à la zone nature des Cinquante et à sa ferme, une intuition m’amène vers le deuxième point d’orgue de la balade : un superbe single qui part, con allegrezza, vers l’A61. Le chemin est bien dégagé mais est sinueux et traverse des fourrés, j’espère, en entendant les chiens des deux ou trois maisons longées à son départ, qu’il ne se terminera pas en cul-de-sac. L’intuition est bonne, je retrouve l’A61 que je surplombe à hauteur de Labège.

 

 

2023 24 (11)

 

 

Je retourne une dernière fois vers Toulouse à travers la très grande zone artisanale et industrielle de Labège.

A tempo, là je connais bien, je longe l’Hers pour rejoindre Gabardie et L’Union et l’A68, Autoroute du Pastel.

Calando, grosse montée de la Rue Jean Monnet.

La lune est pleine, je rejoins le lac de Rouffiac pour terminer, rallentando, par la piste gravillonneuse, blanche, nul besoin d’éclairage, du Chemin de la Bourdette.

 

 

2023 24 (12)

 

 

 

 

 

 

2023 24 (13)

 

 

Je finis ma balade, decrescendo, pianissimo et même con dolore, le dernier kilomètre le long de la D888 est très lent … Presque 130 km au compteur ...

 

 

 

 

 

 

Improvisations au pied levé solos in A minor : motorways, bypasses - Also in French

This walk is to be classified in my numerous series of improbable, even crazy walks ...

Improbable : what's the idea to go there ? Industrial areas, highly urbanised areas, etc.

So the theme of the day was a tour of Toulouse close to the ring roads and motorways: inner and outer ring roads, A62, A64, A61, A68, and much more poetically the Fil d'Ariane (I could have done a bit more towards Tournefeuille and le Touch, the piece would have to be reworked to make a composition to produce) and the Arc-en-Ciel ring road.

On the subject of Toulouse's ring roads or elsewhere, "inside" and "outside" actually refer to the part of the ring road that is closest to the city, and this corresponds to the hourly traffic direction of the vehicles using it.

On short notice: I've been quite ill for ten days, flu ... I cured it partly by sweating or fresh oxygenating while cycling to work during the week, I didn't know if I was going to ride this weekend, and we're quite busy these weeks, I decided to do it in the early afternoon, after returning from open doors at the IUT in Auch with Bastien.

Improvisations: I don't start with a blank sheet of paper, I have a starting line, I refine it on the ground, a capriccio ...

As close as possible: as close as possible on the bike, and this time again, I was able to use a lot of cycle lanes, cycle tracks, greenways, paths and trails.

Tempo primo, I join the A62, Autoroute des deux mers which also includes the A61, for some variations towards Paléficat, Grand Selve, Lalande.
I walk along the motorway to Castelginest and find a path that borders the noise barriers. I am relatively sheltered from this little west wind that I felt earlier.
I turn back to Saint-Alban, through the industrial and commercial areas, dolce, I look for a path that would also border the motorway, in vain...
Improbable ... I would probably never have passed there by bike if I didn't have these ideas of just passing there ...
I pass the very nice leisure area Claude Cornac d'Aucamville, yes very nice as it is embedded in the middle of industrial areas, a little corner of nature ...
I stumbled across the Clinique de la Cadenne to get as close as possible to the Lalande interchange.

I follow for a few kilometres, allegro, the sun is there, the wind at my back, the Canal latéral à la Garonne, as close as possible to the ring road, outside in my case since I am travelling anticlockwise, but more inside since I am more in the city than the ring road.

I will join the Fil d'Ariane and the Arc-en-Ciel towards Blagnac and Colomiers, take this small passage along the Touch, which I know well, also improbable, wedged between the river, the city and the A621 butime.

Direction Gers, crossing Colomiers, I join the small lake of Bassac, arrives in the big commercial zone of En Jacca. I leave in the opposite direction, I return towards Toulouse, giocoso ma non troppo, the sun is always present, I arrive in station of Colomiers by the disused way.

Intermezzo, Toulouse, Casselardit, I go along the A620, I look for, quieto, find a footbridge which brings me towards the Lardenne interchange, direction Mirail, then Gironis.

There, direction the Pyrenees, via the A64 and the artisanal and industrial zones. Return to Toulouse via the Palanques.
Fermata, this improvised track is certainly not the most interesting one I have ever done, but it is one of the most successful because of its improbable passages: I'm in the middle of the Larrieu industrial estate, I've just found a clear path in the thickets between companies, I come out of it by passing a fence that has lived through, I come across some warehouses where I vigorously but politely challenge a delivery man who hasn't seen me or wanted to see me, and I arrive at a dead end where there is a field and an indoor football hall, Play soccer. I go in, ask if I can cross, that makes the staff and the people present laugh (I should have taken a picture, I thought about it afterwards, too far, the site is superb), I cross the room and turn onto Avenue de Larrieu to cross the Chapter area.
It's complicated to find a route as close as possible to the Pyrénéenne, the other name of the A64, so I head towards the Oncopole and the cycle path towards the Route d'Espagne to get back on the A620, first on the outside and then on the inside via Empalot, but in the wrong direction, so to speak, do you follow?

I cross Rangueil, go towards Montaudran to see how I can get past the Palays interchange. I look for, resign myself to following the Canal du Midi towards Ramonvillle-Saint-Agne.
When I arrive at the Cinquante nature area and its farm, a hunch leads me to the second highlight of the ride: a superb single that goes, con allegrezza, towards the A61. The path is clear but winding and crosses thickets, I hope, by hearing the dogs of the two or three houses along the way, that it will not end in a dead end. My intuition is right, I find the A61 which I overhang at the level of Labège.

I go back to Toulouse one last time through the very large industrial zone of Labège.

I return one last time towards Toulouse through the very large artisanal and industrial zone of Labège.

At tempo, there I know well, I go along the Hers to join Gabardie and L'Union and the A68, Autoroute du Pastel.

Calando, big rise of the Rue Jean Monnet.

The moon is full, I join the lake of Rouffiac to finish, rallentando, by the gravelly track, white, no need for lighting, of the Chemin de la Bourdette.

I finish my walk, decrescendo, pianissimo and even con dolore, the last kilometre along the D888 is very slow... Almost 130 km on the odometer ...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

Posté par mastercycle à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


08 janvier 2023

Cyclo–Gravel en Tarn(s) et Garonne – L’occasion fait le larron

Celle-là, je la place souvent, même si elle signifie initialement que l’on va faire quelque chose de mal dans une certaine occasion, « larron » étant le brigand, « occasio facit furem » ou encore « l’occasion fait le pêché ».

 

 

 

2023 01 (1)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (3)

 

 

 

 

 

2023 01 (5)

 

 

 

 

2023 01 (6)

                                                       Bessières

 

 

 

 

2023 01 (7)

 

 

 

Exemple encore ce jour du fait de profiter de faire quelque chose en cette circonstance : nous allons passer le week-end à Albias chez Marie-Pierre et Xavier, avec Pascale, Sébastion, Anaïs et Gabin, et voir le Festival des Lanternes samedi soir à Montauban.Je profite donc de l’occasion pour faire une longue pour aller chez eux, j’y suis déjà allé plusieurs fois en vélo, de façon plus ou moins directe : au plus court, il y a une soixantaine de kilomètres. On peut rallonger un peu mais sans dénivelé en suivant le Canal latéral à la Garonne, puis le Canal de Montech jusqu’à Montauban et la vallée de l’Aveyron. J’avais fait une fois le détour par Lafrançaise, je décide de passer par les forêts (Buzet, Sivens, Grésigne où je privilégierai les passages Gravel) et les châteaux et bastides du Tarn-et-Garonne (Penne, Bruniquel, Saint-Antonin-Noble-Val), et un détour final par Septfonds et Caussade …

 

 

 

2023 01 (8)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (9)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (10)

 

 

 

 

 

2023 01 (11)

 

 

 

 

 

2023 01 (12)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (13)

 

 

 

 

 

2023 01 (15)

 

 

 

 

 

 

 

2023 01 (16)

 Salvagnac

 

 

 

 

2023 01 (17)

 Puycelsi

 

 

 

 

Souvenir du raid des Bastides fait en 2021 avec Dominique, Édouard et Sébastien : j’ai tracé en suivant la magnifique liaison entre Penne et Saint-Antonin-Noble-Val par le Gr46 (avec en préambule une bonne montée sur une piste très gravillonneuse donc très énergivore) puis un retour vers Penne au Pech de la Lego par le Gr46, le site est superbe, la descente (dans ce sens) vers la Madeleine très agréable aussi.

Deux passages Gravel-enduro, si si ça existe : la descente sur Penne et la descente sur Saint-Antonin-Noble-Val …
Que signifie Gravel-enduro ?
J’en discute souvent : ma définition du Gravel (je suis vététiste de « formation ») est « un vélo qui passe partout », je passe donc partout, même si parfois je pousse, je porte ou je descends à pied … Gravel-enduro qualifie des passages assez techniques en descente (à mon niveau) où tu dois bien calculer ta trajectoire, t’appliquer, il peut y avoir des marches, etc. Des passages où il est vrai, tu passerais plus facilement en VTT … Mais comme ça passe aussi en Gravel, pourquoi donc ne pas y passer ? Le plaisir y sera aussi, différent : plaisir accru de pilotage notamment … Nous avons croisé des randonneurs qui ont dû se questionner sur ces drôles de vélos tout-terrains avec des guidons de vélo de course …

 

 

2023 01 (20)

 

 

 

 

2023 01 (23)

 

 

 

 

2023 01 (25)

 

 

 

 

2023 01 (26)

 

 

 

 

2023 01 (27)

 Penne

 

 

 

 

2023 01 (28)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (29)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (30)

 

 

 

2023 01 (31)

 Penne

 

 

 

 

2023 01 (32)

 

 

 

 

 

Une trace n’est pas figée : nous n’avons pas hésité à nous écarter de la trace initiale pour trouver d’autres ou de nouveaux chemins, cela a été le cas du côté de Salvagnac où nous avons suivi de très jolis chemins, très vallonnés, il faut y grimper à Salvagnac …

La traversée de la Grésigne par la piste forestière a été superbe, montée continue assez roulante.

Balade faite en partie et donc en bonne compagnie avec Jacques et Julien, Jacques nous a accompagnés jusqu’aux Barrières en VAE ; même s’il gère plutôt bien ses batteries le monsieur (c’est au dire au minimum de l’aide, donc il appuie !) le dénivelé annoncé de la balade de jour et l’état éventuel des terrains allaient être rendre la balade assez exigeante, il n’aurait peut-être pas assez de ses deux batteries pour faire toute la boucle et revenir sur Toulouse … Il est reparti par Sivens et un bon nombre de chemins, le coin est très vallonné, les terrains gras, ça a donc été dur …
Julien m’a accompagné jusqu’à Bruniquel où j’ai fait un point rapide sur le temps (chronologique) : j’avais prévu d’arriver à Albias au plus tard à 17h30, j’ai donc choisi de rallier Albias au plus court en longeant d’abord l’Aveyron jusqu’à Montricoux, sans passer par Septfonds et Caussade, donc par les petites routes, j’ai trouvé tout de même trouvé deux pistes agricoles.
Julien a réparé une crevaison, même en tubeless ça peut arriver lorsque le trou est assez gros … C’est arrivé dans une descente assez roulante mais pas mal pierreuse, et en fait ce sont deux trous qu’il a dû boucher. Il est rentré « au plus court » ensuite et a donc accumulé sur la journée un bon nombre de kilomètres.

 

 

 

 

 

 

2023 01 (34)

 

 

 

 

 

2023 01 (35)

 

 

 

 

 

2023 01 (38)

 

 

 

 

 

2023 01 (39)

 Saint-Antonin-Noble-Val

 

 

 

 

 

2023 01 (40)

 

 

 

 

 

2023 01 (42)

 

 

 

 

2023 01 (43)

 

 

 

 

 

2023 01 (44)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (46)

 Bruniquel

 

2023 01 (47)

 

 

 

 

 

 

2023 01 (48)

 

 

 

 

 

2023 01 (49)

 Montricoux

 

 

 

 

2023 01 (50)

 

 

 

 

 

2023 01 (51)

 

 

 

Beaucoup de battues ce samedi : nous n’avons pas pu rentrer dans la forêt de Buzet et sur le Causse après Saint-Antonin, nous changerons de direction, sans le regretter car nous avons tout de même pu suivre une superbe piste.
Chasseurs très cordiaux, c’est à noter, non pas parce qu’ils ne pourraient pas l’être maos parce que certains ont tendance à s’approprier des lieux qui ne leur appartiennent pas … Nulle polémique dans ce propos, j’entretiens de très bon rapport avec les chasseurs, je respecte leur pratique et loisir, c’est pour cela que je m’autorise à parler de ça.

J’apprécie toujours, lors de mes balades à vélo, m’intéresser à l’histoire des lieux traversés, aux anecdotes locales, etc. J’ai décrit sur Bruniquel, sur les bastides tarnaises, grâce au vélo et particulièrement lorsqu’on quitte le goudron, on peut accéder à d’autres sites.
Là, c’est au mémorial du maquis d’Ornano que nous avons fait halte. Composé d'une quarantaine de réfractaires au S.T.O., le maquis d'Ornano avait été créé le 23 août 1943 par une poignée de jeunes qui avait décidé de refuser le travail obligatoire et préféré prendre le maquis pour combattre pour la liberté de la France. Il avait pour mission de réceptionner l'armement parachuté. Le 21 mars 1944, plusieurs sont tombés là, au cœur du causse, frappés par les balles de l'ennemi.
J’ai appris aussi qu’il y a eu une léproserie à Saint-Antonin-Noble-Val, je n’ai pas trouvé d’informations sur ce sujet, si ce n’est qu’autrefois ces lieux étaient aussi appelés maladeries …

Ce coin de notre région, surnommé la Toscane occitane, est vraiment magnifique, je m’y balade toujours avec grand plaisir. Elle est aussi très vallonnée, donc physiquement souvent exigeante. Notre région est très vallonnée …

La trace : https://www.visugpx.com/rmRcGV7zPE

 

 Photos partagées par Jacques et Julien :

 

2023 01 Jacques (1)

 

 

 

 

 

 

 

2023 01 Jacques (2)

 

 

 

 

2023 01 Jacques (3)

 

 

 

 

2023 01 Julien (1)

 

 

 

 

 

 

2023 01 Julien (2)

 

 

 

 

 

 

2023 01 Julien (3)

 

 

 

 

 

 

2023 01 Julien (5)

 

 

 

 

2023 01 Julien (7)

 

 

 

 

2023 01 Julien (9)

 

 

 

 

2023 01 Julien (12)

 

 

02 novembre 2022

Gravel-cyclo trans-Volvestre, Via Garona, Garonne, à la carte – Also in english

J’avais prévu de revenir en vélo d’Ariège et voulais varier un peu : direction donc le Volvestre, et tracé à la carte, c’est-à-dire sans trace établie à l’avance …

Je descends donc la Bouigane puis le Lez en direction de Saint-Girons avec l’intention de monter à Notre-Dame de Marsan pour profiter de joli point de vue sur les massifs environnants et sur Saint-Lizier.
Je veux repasser sur un chemin que je connaissais ou que j’ai connu : il n’est plus praticable … Petite prospection donc qui me fait tourner en rond, je reste donc sur le sentier balisé qui va vers la Croix de Montcalibert, je n’y passerai pas cette fois …

 

 

 

2022 48 (1)

 

 

 

 

2022 48 (2)

 

 

 

 

2022 48 (3)

 

Saint-Lizier

 

 

 

2022 48 (5)

 

 

 

 

 

2022 48 (6)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (7)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (10)

 

 

 

 

2022 48 (11)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (12)

 

 

Je rejoins Sainte-Croix-Volvestre par de très jolies portions Gravel. Le Volvestre est très vallonné, l’agriculture et l’élevage sont bien présents mais les coins sauvages ne manquent pas. Les pistes sont en gravier, certaines plus anciennes sont pierrées, les sentiers (notamment en sous-bois) ne manquent pas.
Après Sainte-Croix, je pars en direction de Montesquieu-Volvestre, belle bastide avec sa halle pittoresque.

Quand le bitume laisse la place au gravier … J’adore ce moment où le bitume laisse la place à la piste, l’aventure commence … La piste peut aussi laisser place au chemin, au sentier, il suffit de passer ce portail pour le bétail, cela mène toujours quelque part, même si ce quelque part oblige à faire demi-tour, il t’aura amené où tu voulais aller, le nulle part n’existe pas, aujourd’hui encore j’ai pu m’en rendre compte même si cela m’aura fait tourner deux fois en rond mais je ne regrette pas, le sente de mouton était magnifique et j’ai pu approcher un superbe taureau … La trace « nettoyée » ne montre pas cela ni les quelques prospections infructueuses (dans le sens gravellistique : rejoindre la rote là-bas, où ces maisons …), la balade complète fait 160 km.

 

 

 

 

 

 

2022 48 (15)

 

 

 

 

2022 48 (17)

 

 

 

 

 

2022 48 (19)

 

 

 

 

2022 48 (20)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (21)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (23)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (25)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (28)

 

Montesquieu-Volvestre

 

 

 

 

2022 48 (29)

 

 

 

 

Ce n’est pas la première et ce ne sera pas la dernière : la balade a été laborieuse … Pas parce que j’ai pas mal prospecté, regardé la carte pour trouver des liaisons Gravel mais parce que le moteur a été très poussif … Je suis parti « tranquillement » ce matin, je savais que j’allais passer une dizaine d’heures sur le vélo (ou à côté) mais dès que j’ai entamé la traversé du Volvestre je me suis rendu compte que le moteur avait du mal a suivre (et que ça allait durer plus longtemps que prévu), je me suis donc dirigé vers Rieux-Volvestre pour suivre un bout du Gr861 Via Garona puis à Carbonne suivre le parcours cyclable de la Garonne (parcours cyclable ne signifie pas piste cyclable, ce parcours emprunte des routes moins fréquentées et certaines portions sont aménagées).

Entre Muret, Roques-sur-Garonne et Portet-sur-Garonne, j’ai tout de même suivi quelques portions plus nature au plus près de la Garonne. En pleine nuit, ambiance garantie, d’autant plus quand j’ai crois de très près deux chevreuils puis des sangliers …

Arrivé à Toulouse, j’ai fait un peu de tourisme, certaines artères sont sales (le gens sont sales) et les noctambules sont nombreux …

Lors d’une telle sortie, laborieuse, les derniers kilomètres sont très durs, ce sont des coins, des rues que tu connais par cœur mais ça n’en finit pas, le dernier kilomètre semble ne pas finir …

La trace : https://www.visugpx.com/ltWs2vJ4mH

 

 

 

 

 

2022 48 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (32)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (33)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (37)

 

 

 

 

I had planned to come back by bike from Ariege and wanted to vary a little: direction Volvestre, and traced to the map, that is to say without trace established in advance ...

So I went down the Bouigane and then the Lez in the direction of Saint-Girons with the intention of going up to Notre-Dame de Marsan to take advantage of the nice view on the surrounding mountains and on Saint-Lizier.
I want to go back on a path I used to know : it is not practicable anymore ... So, a little prospecting makes me turn in circles, so I stay on the marked path which goes to the Croix de Montcalibert, I will not go there this time ...

I join Sainte-Croix-Volvestre by some very nice Gravel sections. The Volvestre is very hilly, agriculture and breeding are very present but there is no lack of wild places. The tracks are made of gravel, some of the older ones are stony, and there is no lack of paths (especially in the undergrowth).
After Sainte-Croix, I set off in the direction of Montesquieu-Volvestre, a beautiful bastide with its picturesque market hall.

When the asphalt gives way to gravel ... I love this moment when the asphalt gives way to the track, the adventure begins ... The track can also give way to a path, to a trail, you just have to pass through this gate for the cattle, it always leads somewhere, even if this somewhere obliges you to turn back, it will have brought you where you wanted to go, nowhere exists, today I was able to realise this even if it made me turn twice in circles but I don't regret it, the sheep trail was magnificent and I was able to get close to a superb bull... The "cleaned" track doesn't show this nor the few unsuccessful prospections (in the gravelly sense : join the rote over there, where those houses ...), the complete walk is 160 km.

It is not the first and it will not be the last: the ride was laborious ... Not because I did a lot of prospecting, looked at the map to find Gravel links but because the engine was very sluggish ... I left "quietly" this morning, I knew that I was going to spend about ten hours on the bike (or next to it) but as soon as I started to cross the Volvestre I realised that the engine was struggling to keep up (and that it was going to last longer than expected), So I headed towards Rieux-Volvestre to follow a part of the Gr861 Via Garona and then in Carbonne to follow the Garonne cycle route (cycle route does not mean cycle track, this route uses less frequented roads and some parts are equipped).

 

 

 

 

 

 

2022 48 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (39)

 

 

 

 

 

2022 48 (41)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (42)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (43)

 

 

 

Between Muret, Roques-sur-Garonne and Portet-sur-Garonne, I still followed a few more natural sections closer to the Garonne. In the middle of the night, the atmosphere was guaranteed, especially when I came across two roe deers and wild boars at close quarters...

When I arrived in Toulouse, I did some sightseeing, some streets are dirty (people are dirty) and there are many night owls ...

During such a laborious ride, the last kilometres are very hard, there are corners, streets that you know by heart but it doesn't end, the last kilometre seems to never end ...

 

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

 

2022 48 (45)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (46)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (47)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (48)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (50)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (51)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (52)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (54)

 

 

 

31 octobre 2022

Vallée d’Orle, les deux versants et sentier Decauville

 

 

2022 52 (12)

 

Cela faisait quelques années que je n’avais pas fait cette balade et je voulais faire découvrir à Bastien la voie Decauville si particulière : la variante du Tour du Biros empruntant l’ancienne voie ferrée qui amenait le minerai des mines biroussannes vers la vallée.

Au XIXème siècle, l’activité minière et prospère dans le Biros : mines de plomb et zinc argentifère au Bentaillou (1 900 m, la forestière qui est mène vaut le détour), au Bulard (2 400m) ou côté espagnol. Les mines du Bentaillou seront ouvertes jusqu’en 1 942.
Les conditions de travail et de vie à ces altitudes étaient très difficiles …
Paul Decauville (1 846-1 922) a mis au point un type de voie ferrée de faible écartement (40 à 60 cm) adapté aux terrains difficiles d’accès, voie entièrement démontable, notamment pour l’hiver dans les zones avalancheuses.

Le sentier Decauville a été réhabilité et est entretenu, les six tunnels encore présents (l’éclairage peut être nécessaire au moins pour un des tunnels) sont bien accessibles ; quand je les avais passés il y a quelques années avec Hugo, nous avions dû faire quelques contorsions pour y pénétrer …

La balade du jour nous a fait prendre un peu de hauteur vers Luentein par un peu de bitume puis une superbe forestière nous a mené sous le Col de l’Arech, le panorama sur la vallée et les sommets environnants est superbe !

 

2022 52 (2)

 

 

 

 

2022 52 (3)

 

 

 

 

 

2022 52 (4)

 

 

 

 

2022 52 (9)

 

 

 

 

2022 52 (10)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (15)

 

 

 

 

2022 52 (18)

 

 

 

 

 

2022 52 (20)

 

 

 

 

2022 52 (24)

 

 

Mon altimètre continue ses fanfaronnades, le cumul de D+ est tout de même conséquent pour ce petit kilométrage, mais en montagne les « petits » kilométrages ne sont jamais anodins …

Et c’est là que nous avons attaqué la première des deux grosses descentes de la journée : une succession ininterrompue de virages serrés très techniques (zoomez la trace, vous comprendrez) d’abord dans la lande puis dans la forêt, qui nous a ramené le long de de l’Orle. Je n’aime pas les devers vers la gauche, j’ai été servi (je le savais), de toute façon cette trace ne peut se faire en vélo que dans ce sens, les montées sont impossibles à contresens …

Là, nous avons suivi le Gr10 qui mène au Port d’Orle (un porté est nécessaire) et avons bifurqué à droite pour rejoindre l’ancienne voie ferrée.
Le sentier peut être suffisamment large par endroit pour souffler un peu et se sentir en sécurité, il est sinon assez étroit, en devers, et les accumulations de feuilles n’ont pas rendu la partie facile.
Nous avons poussé jusqu’au bout de la voie et l’emplacement de la roue du funiculaire encore là.

 

 

2022 52 (25)

 

 

 

2022 52 (28)

 

 

 

 

2022 52 (30)

 

 

 

 

 

2022 52 (31)

 

 

 

 

2022 52 (32)

 

 

 

 

 

2022 52 (34)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (37)

 

 

 

 

2022 52 (38)

 

 

 

 

La deuxième descente qui commence là est elle aussi très technique par ses virages très serrés …

Vélo de montagne, oui le VTT vient bien de là, le Mountain bike, Bastien a fait la balade en VTT, je l’ai faite en Gravel (oui Gravel signifie gravier, gravelle en québécois), d’abord parce que j’ai prévu de rentrer sur Toulouse en Gravel mercredi et ensuite car je voulais tester mon vélo dans des conditions d’utilisation assez engagées, et je ne le regrette pas, Bastien a passé pas de mal de virages serrés sans poser le pied au sol, je n’ai pas sa dextérité, j’en ai quand même passé quelques-uns …

Sur ce genre de balade, la vitesse moyenne n’a pas de sens ou d’importance, tu vas plus vite en montant …

La trace : https://www.visugpx.com/9chW2GS7py

 

 

28 octobre 2022

Gravel-cyclo vers Saint-Girons, voie verte, Castelnau-Durban et à la carte, histoires

Je connais bien les différentes façons de rallier Saint-Girons depuis Argein ou Castillon-en-Couserans en longeant les rives du Lez. J’en ai suivi deux variantes ce matin avec Bastien et ce soir en solo au plus près du Lez … Variantes très agréables et variées …

 

 

 

2022 46 (1)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (2)

 

 

 

 

2022 46 (4)

 Alas

 

 

 

 

 

2022 46 (5)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (6)

 Engomer

 

 

 

 

 

 

2022 46 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (9)

 

 

 

 

2022 46 (11)

 Marbre d'Aubert

 

 

 

 

 

 

2022 46 (12)

 Canal de la Papeterie

 

 

 

 

Nous avons rejoint Sylvie et Salomé pour faire un bout de voie verte vers Foix. Je l’ai déjà écrit : le départ de la voie verte est très mal indiqué (tellement mal que c’en est certainement volontaire, quand on compare à la signalétique et aux aménagements mis en place à Foix, c’est étrange …) à la sortie de Saint-Girons, première à droite en direction de l’aire des gens du voyage qui est désaffectée (détruite plutôt), le parking est un peu plus loin.

 

 

 

 

2022 46 (13)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (15)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (17)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (18)

 

 

 

 

Petite balade familiale donc le long de cette voie verte si agréable, les passages des tunnels sont toujours pittoresques (pas besoin d’éclairage, les lumières s’allument automatiquement dès qu’on entre dans le tunnel). Petite pause à Castelnau-Durban, je laisse Sylvie, Bastien et Salomé là pour aller prendre un peu de hauteur, à la carte (pas de trace préparée) vers le Col de la Crouzette. J’essaie d’aller rejoindre la piste qui mène au Col de la Rille, juste sous la Crouzette, en passant pas Balès, il devrait y avoir une piste là. Elle y est bien, balaise, bien pentue.

 

 

 

2022 46 (20)

 

 

 

 

2022 46 (21)

 

 

 

 

 

2022 46 (23)

 

Entretemps, je suis passé à la croix d’Esplas, très caractéristique avec son socle de marbre rose, exploité ici dans une carrière à ciel ouvert jusque dans les années 70.
Le marbre a une longue histoire dans le coin, le matin nous sommes passés à la marbrière d’Aubert dont l’exploitation a repris, ce marbre a une réputation internationale, c’est le Grand Antique dont la production remonte à l’Antiquité. Ce marbre a servi notamment à décorer l’Hagia Sophia d’Istanbul, la Basilique Saint-Pierre de Rome ou la Basilique Saint-Marc de Venise.

 

 

 

2022 46 (26)

 

 

 

 

 

2022 46 (27)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (29)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (32)

 

 

 

 

Entretemps aussi, j’ai suivi le sentier de randonnée du tour de la Crie pour atteindre Balès, attention ce sentier est très caillouteux et oblige à quelques poussés … On peut l’éviter en restant sur la route mais on redescend pour remonter.
Le chemin balaise après Balès est superbe, herbeux, perpendiculaire aux lignes de niveaux, et mène à cette belle et longue forestière qui va m’amener au Col de la Rille, juste sous La Crouzette.

 

 

 

 

 

2022 46 (36)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (39)

 

 

 

 

 

2022 46 (40)

 

 

 

 

2022 46 (41)

 

 

 

Une stèle nous rappelle que les combats ont pu être rudes dans ces montagnes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Là, je suis descendu vers Riverenert par la route pour ensuite remonter un peu pour rejoindre Encourtiech et son château du XIIIème siècle, un des quatre châteaux du Vicomte du Couserans.
Je suis resté sur les crêtes pour profiter des panoramas sur les vallées et les massifs environnants avant de redescendre sur Saint-Girons.

 

 

2022 46 (46)

 Encourtiech

 

 

 

 

2022 46 (48)

 

 

 

 

 

2022 46 (49)

 Saint-Girons

 

 

 

Retour le long du Canal de la papeterie construit en 1942, pendant la guerre, alors que l’armée allemande occupe la zone libre et a établi un commandement à Saint-Girons pour lutter contre les maquis et surveiller les ports pyrénéens, les Chemins de la liberté passent par le Couserans …

Mon altimètre continue ses fantaisies, je pense qu’il est malheureusement foutu …

La trace : https://www.visugpx.com/X3fWKdLxaX

 

 

27 octobre 2022

Pyrénées – Pistes – Fabio Casartelli – Also in English

 

2022 50 (1)

 

Faux départ ce matin, je devais partir de Toulouse faire cette liaison entre Mane, le Col de Larrieu, contourner le Pic de Paloumère pour rejoindre la montée au Portet d’Aspet à Henne Morte pour en faire la partie la plus pentue à partir du Pont de l’Oule (environ 4 km avec 9 % de pente moyenne, avec une pointe à 12%) et basculer sur la vallée de la Bellongue pour rallier Villeneuve où nous avons une maison de famille. Le faux départ a eu du bon, cela aurait été vraiment très dur après une centaine de bornes parcourues (j’avais prévu de suivre le Gr861 Via Garona que je connais bien et qui réserve quelques bons raidillons) car ça l’a été dur ...

 

portet 1

 

 

Superbe liaison : de belles pistes en gravier (de quoi mettre tout le monde d’accord sur ce qui est Gravel ou ce qui ne l’est pas, sachant que pour moi, la question ne se pose pas : tout est Gravel), un peu de goudron (notamment dans la montée au Portet d’Aspet, un passage comme je les aime façon Koh-Lanta à vélo, un passage comme je les aime façon Gravel enduro (là c’était carrément Gravel DH, je n’ai pas tout descendu sur le vélo) pour arriver à Henne Morte.

Du sous-bois, de belles vaches et taureaux, de beaux panoramas sur les vallées ou les sommets environnants …

 

2022 50 (2)

 

 

 

 

 

2022 50 (4)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (5)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (6)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (8)

 

 

 

Un type croisé sur un VTT, sans casque, curieux écho avec la stèle en mémoire de Fabio Casartelli où je m’arrêterai un peu plus loin. En 1995, le casque n’était pas encore de coutume, je ne sais pas si Fabio Casartelli aurait été sauvé s’il en avait porté un, mais aujourd’hui, je ne comprends pas que tant de gens continuent de rouler sans casque, « Je sais faire du vélo », « Je ne vais pas loin ». Quand j’étais enfant, je ne portais pas de casque quand j’allais faire du vélo avec les copains, nous n’avions pas de ceintures de sécurité dans les voitures, en tout cas à l’arrière (alors que le brevet existait depuis 1885), aujourd’hui son utilité est indiscutable. Il en est de même pour le casque … Et pourtant …

Mon altimètre recommence ses fantaisies : cette fois, il a rechigné à me donner du D+, pourtant …

La trace : https://www.visugpx.com/LJ4H4LeBsh

 

 

 

2022 50 (9)

 

 

 

 

2022 50 (10)

 

 

 

 

2022 50 (11)

 

 

 

 

 

 

 

2022 50 (12)

 

 

 

 

 

 

 

2022 50 (13)

 

 

 

False start this morning, I was supposed to start from Toulouse to do this link between Mane, the Col de Larrieu, around the Pic de Paloumère to join the climb to Portet d'Aspet at Henne Morte to do the steepest part from the Pont de l'Oule (about 4 km with an average slope of 9%, with a peak of 12%) and then switch to the Bellongue valley to reach Villeneuve where we have a family house. The false start was good, it would have been really hard after a hundred kilometers (I had planned to follow the Gr861 Via Garona that I know well and that reserves some good steepness) because it was hard...

Superb connection: beautiful gravel tracks (which will make everyone agree on what is Gravel or what is not, knowing that for me, the question does not arise: everything is Gravel), a little bit of tar (especially in the climb to Portet d'Aspet, a passage as I like them like Koh-Lanta on a bike, a passage as I like them like Gravel enduro (there it was definitely Gravel DH, I did not go down everything on the bike) to arrive in Henne Morte.

Undergrowth, beautiful cows and bulls, beautiful panoramas on the valleys or the surrounding summits...

A guy crossed on a mountain bike, without helmet, curious echo with the stele in memory of Fabio Casartelli where I will stop a little further. In 1995, helmets were not yet customary, I do not know if Fabio Casartelli would have been saved if he had worn one, but today, I do not understand that so many people continue to ride without a helmet, "I know how to ride a bike", "I do not go far". When I was a child, I didn't wear a helmet when I went cycling with my friends, we didn't have safety belts in cars, at least in the back (although the patent existed since 1885), today its usefulness is indisputable. It is the same for the helmet ... And yet ...

My altimeter starts again its fantasies: this time, it was reluctant to give me D+, however ...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

2022 50 (15)

 

 

 

 

 

2022 50 (16)

 

 

 

 

 

2022 50 (17)

 

 

 

 

2022 50 (18)

 

 

 

 

 

2022 50 (19)