26 août 2021

Il était une fois Anquetil

Il-etait-une-fois-Anquetil

 

 

Anquetil, sa ténacité, sa grâce. Le grand blond flamboyant dans des courses invraisemblables. Le héros solitaire, autant admiré que jalousé face à Poulidor. On le connaît pourtant moins pour sa retenue, sa profonde humilité. Trente ans après sa disparition, Raphaël Geminiani, qui fut son rival puis son directeur sportif, le dévoile dans l'intimité. Entre l'ivresse des soirs de victoire et les coups bas du peloton, il raconte tout. Sans mâcher ses mots. Avec lui, on revit l'ambiance électrique des Tours, mais aussi ces moments de doute où Anquetil est à deux doigts de lâcher prise. Et, dans un dernier sursaut, il se dresse sur ses pédales, file droit comme l'éclair et franchit la ligne d'arrivée. L'intensité est intacte. Son souvenir aussi. Raphaël Geminiani fut le grand coureur cycliste connu sous le nom du « Grand Fusil » avant de devenir le directeur sportif de Jacques Anquetil. Âgé de 92 ans, il vit aujourd'hui près de Clermont-Ferrand, sa ville natale. Jean-Marc Millanvoye est animateur radio et traducteur d'ouvrages de Steve Fossett, Richard Branson et Al Gore.

Raphaël Geminiani fut un grand coureur cycliste avant de devenir le directeur sportif de Jacques Anquetil. Il a déjà publié Mes 50 Tours de France (éd. du Rocher, 2003). Âgé de 92 ans, il vit aujourd'hui près de Clermont-Ferrand, sa ville natale. Jean-Marc Millanvoye, co-auteur du livre, est animateur radio et traducteur d'ouvrages de Steve Fossett, Richard Branson et Al Gore.

 

 

Posté par mastercycle à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 août 2021

Eric Barone, l'histoire du baron rouge

 

Eric-Barone-l-histoire-du-baron-rouge

 

 

Qu’est-ce qui poussa Éric Barone à devenir l’homme le plus rapide de la planète sur un vélo ? Celui que l’on surnommera plus tard le Baron Rouge y puisa la source de son épanouissement personnel. Son mental hors norme lui permit de surmonter bien des obstacles. Rien ne l’empêcha de suivre le chemin qu’il se traçait et de concrétiser ses envies et ses passions au cours d’une existence si riche que l’on serait tenté de lui en attribuer plusieurs. Parmi celles-ci, on compte une vie de cascadeur dans l’équipe de Rémy Julienne avec de nombreuses apparitions au cinéma, notamment dans les films Taxi, une vie de champion du monde et d’Europe de VTT, de recordman de vitesse à vélo sur terre et sur neige à douze reprises, mais aussi une vie de
conférencier, d’entrepreneur ou de coach sportif. Ce livre dévoile sans pudeur l’homme incroyablement attachant qui se cache sous cette combinaison rouge. Un champion hors norme qui captive par son authenticité et son humilité.

Valérie Pointet. Paru le 28 février 2019 Témoignage (broché)

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2021

Bernal et les fils de la Cordillère - Voyage au pays des grimpeurs colombiens

 

 

Bernal

La biographie autorisée de la nouvelle star du cyclisme mondial étayée par l'incroyable histoire de ses illustres prédécesseurs.

Depuis un siècle, la Cordillère est la source de toutes les vocations cyclistes qui se sont envolées ou effondrées entre Bogota et Medellin. À Zipaquira, cité proche de la capitale, c'est entre les eucalyptus du Parque de la Sal, à 2800 m, qu'un gamin de 8 ans, prénommé Egan, s'est découvert à VTT, une vocation qui l'a propulsé sur la plus haute marche du podium du Tour de France 2019. Il se confie longuement dans ce livre.
Mais le jeune Egan Bernal est aussi l'héritier d'une dynastie de grimpeurs fameux aux destins extraordinaires. Cochise Rodriguez, recordman de l'Heure et fidèle équipier de Felice Gimondi, Lucho Herrera, meilleur grimpeur du monde des années 80, enlevé par les FARC après sa carrière, Fabio Parra, l'Homme de fer, Patrocinio Jimenez, mineur au fond d'un puits de charbon à l'âge de 10 ans, Martin Ramirez, bourreau de Bernard Hinault, en 1984, dans un Dauphiné d'apocalypse, Alfonso Florez, vainqueur du Tour de l'Avenir 1980, assassiné par des sicarios, Cacaito Rodriguez qui se levait à 4h du matin pour aller s'entraîner, Mauricio Soler, maillot à pois du Tour 2007, miraculé et handicapé pour le restant de ses jours après une chute d'une gravité extrême, Nairo Quintana dont les tests d'effort à 18 ans étaient supérieurs à ceux d'un autre colombien, âgé de 30 ans, Santiago Botero, champion du monde contre la montre 2002. Même les frères Pablo et Roberto Escobar ont tenté un jour leur chance dans le peloton. On ne peut les citer tous mais Rigoberto Uran, Superman Lopez, Fernando Gaviria, ont grandi eux aussi sur les pentes de la Cordillère, territoire Comanche pour les Européens, Bernard Hinault, Laurent Fignon, Luc Leblanc, Charly Mottet, Pascal Simon et récemment Julian Alaphilippe, venus la défier.
Ce sont ces moments de vertige, au bord du gouffre que l'auteur raconte sous forme de petites nouvelles, à travers des personnages, magiques, un peu borderline, humbles ou phénomènes, rencontrés au fil de ses voyages. Tout cela dans le décor grandiose de sa Majesté la Cordillère où s'entrecroisent des hommes épris de religion, des narcos, des FARC, tous réunis par l'amour du cyclisme.

L'auteur : Guy Roger, ancien journaliste de L'Équipe, est spécialisé dans le cyclisme. Il a voyagé de nombreuses fois en Colombie.

 

 

Posté par mastercycle à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2021

Les petits coureurs - enfants du cyclisme

 

 

 

 

petits coureurs

 

 

Ce livre tente de décrypter la « religion » cycliste. À travers les visages de passionnés, l'auteur nous propose de découvrir la partie immergée de la petite reine, celle qui a lieu dans les villes et villages de province, loin des caméras du Tour de France. Le monde des petits coureurs, c'est celui du cyclisme amateur et des courses de clochers, c'est celui de passionnés qui vivent et grandissent à travers la passion d'un sport hors du commun. Peu importe leur nom, leur palmarès ou encore l'image qu'on leur attribue à travers celle du cyclisme dans les médias, Romain Carpentier donne la parole à celles et ceux qui mangent, dorment et vibrent vélo. Histoire d'une passion, histoires de familles. Qu'apporte la pratique de ce sport à ces enfants du cyclisme ?

 

 

Posté par mastercycle à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2021

Un vélo dans la tête

 

 

vélo dans la tête

" J'attends en gare de Saint-Brieuc le train de nuit pour Luchon. Années 1972-1973, j'ai 11 ou 12 ans et des chaussettes qui tire-bouchonnent sur des mollets maigres. Au matin, direction Larboust, je rejoins mon père, cantonnier en chef. Je vais découvrir les calots en papier, le Pschitt citron, le maillot Sonolor de Lucien Van Impe, le Gan de Raymond Poulidor, le Molteni d'Eddy Merckx. Je suis un rural catholique des Côtes du Nord élevé chez les frères, un monde déjà en voie d'extinction. Ici se produit ma première exploration du récit cycliste que je couche sur des cartes postales pour mon grand-père, un poilu qui s'est battu à Dixmude. Comme j'ai toujours été très lent, la sève mettra 25 ans à lever. En 1995, pour Libération, je découvre les seringues d'apothicaire et cette activité épatante où le journaliste peut s'étendre sur l'herbe verte en écoutant le cliquetis des passages de pignons. Je découvre un sport d'orgueil et de grandes forfaitures. Le cyclisme est un terreau si fertile qu'a poussé brutalement dans les années 1990 une botanique vélocipédique enrichie aux phosphates et à la potasse d'Alsace. J'ai crocheté, biné, et vu les grandes pluies acides du dopage s'abattre sur les Tours de Lance Armstrong. Aujourd'hui vieux et gris, j'ai enfin achevé ma croissance. J'ai mis 20 ans à construire sur le Tour une maison forestière avec vue imprenable sur une France qui n'existe plus et un sport désormais prisonnier des prothèses technologiques. Je mets aujourd'hui la cabane en rondins en vente, quelques semaines avant la 101e édition, en ayant fait au préalable le ménage dans plus de mille chroniques données à Libération. " J.-L. Le Touzet

 

Posté par mastercycle à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 juillet 2021

Journal à bicyclette / David Byrne

 

journal à bicyclette byrne

 

Dès le début des années 1980, le vélo devient le principal moyen de transport de David Byrne à New York, pour sillonner la ville de rendez-vous de travail en sorties nocturnes. Dix ans plus tard, il découvre le vélo pliant, qu’il emporte avec lui au cours de ses tournées et autres voyages à travers le monde. Plus il découvre les villes depuis sa bicyclette, plus il devient accro à ce mode de transport lui procurant un sentiment de libération et d’exaltation. Bicycle Diaries recueille les observations et les idées de l’auteur lorsqu’il pédale à travers les plus grandes villes du monde. Dans des endroits comme Buenos Aires, Istanbul, San Francisco et Londres, l’accent est davantage mis sur les musiciens et les artistes qu’il rencontre. La politique vient au premier plan dans les chapitres sur Berlin et Manille, tandis que les passages sur la ville de New York et les paysages industriels de la banlieue de Detroit, Pittsburgh et Columbus sont plus attentifs à l’histoire dans le paysage urbain. L’auteur nous fait part de ses idées sur la mode, l’architecture, l’isolement culturel, la mondialisation, et la façon radicalement nouvelle dont certaines villes accueillent de mieux en mieux le vélo, avec un mélange très personnel d’humour, de curiosité, et d’humanité. L’avenir ne peut être qu’écologique, c’est le credo du musicien en vadrouille.

David Byrne est principalement connu comme fondateur et parolier du mythique groupe de new wave Talking Heads. Il est aussi acteur, vidéaste, artiste, et vit à New York.

Posté par mastercycle à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2021

Un an de cavale

 

 

un an

 

 

Pendant un an, Marianne et Olaf ont fait le tour du monde à vélo et à pied. Ils ont escaladé des montagnes et vécu en Amérique du Sud, en Asie, en Afrique et en Europe.
Ce soir-là, Olaf et Marianne n'ont pas osé se déshabiller. Tout le village s'était rassemblé autour de leur paillasse, en silence, même les vieux qu'on avait levés pour l'événement, tous étaient là, pour assister à leur coucher. C'était en Éthiopie où l'on doit veiller sur le sommeil des visiteurs. En Inde, ils ont dormi dans des cabanes perchées dans les cocotiers ; en Amérique, sous les étoiles pour mieux entendre hurler les loups ; au Népal, avec des femmes qui semblaient les attendre...
Pendant un an et demi, Olaf et Marianne ont fait le tour du monde à vélo, moyen de transport idéal pour entendre battre le cœur des hommes et à pieds, pour escalader les montagnes et voir la vie d'en haut.
Ils nous rapportent le vrai sens du mot "voyage" : des gens, des grands chemins, des odeurs : la photographie fraîche et joyeuse, loin des clichés, d'un "monde peuplé de toutes sortes de salopards". Et surtout, une idée qui prend forme à chaque coup de pédale : "celui qui va pieds nus ne va pas forcément mal".
Après Un an de cabane, Olaf Candau continue l'exploration minutieuse de ses rêves d'enfant : cette fois, ce n'est plus le tour de lui-même qu'il entreprend, mais celui du monde, à vélo (20 000 km) et l'escalade de quelques sommets au passage, dont un 8000, le Cho Oyu.
Ancien fondeur de compétition, il entraîne sa femme Marianne, danseuse de formation, dans cette aventure qui est, en plus d'un voyage, et avec la même simplicité communicative qui a fait le succès de son premier livre, une très jolie histoire d'amour.

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2021

Malades de sport

À 23 ans, Vincent Guerrier se voit prescrire une chimiothérapie pour soigner le cancer du système lymphatique qui vient de lui tomber dessus. Cet amoureux de sport ne se résout pas à rester cloué au lit et peu à peu reprend goût à l’effort. Il ira jusqu’à courir un marathon, soutenu par sa compagne, Léa.

Convaincus que bouger aide à mieux vivre la maladie, les deux journalistes enquêtent pour comprendre pourquoi si peu de patients savent que l’activité physique permet aussi de se soigner.
En complément des traitements, et à un rythme adapté, elle est une vraie voie d’avenir dans la prévention de la récidive et améliore sensiblement la qualité de vie des patients.

Des études sur des milliers de malades apportent des preuves et les politiques commencent à s’engager pour que l’activité physique soit non seulement prescrite, mais aussi remboursée.

 

Malades de sport couv-large

Posté par mastercycle à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2021

Tour 2019 : Orage et désespoirs - Pourquoi Julian Alaphilippe pouvait gagner le tour de France ?

 

orage et désespoirs

 

Que s'est-il passé le 26 juillet 2019 sur le Tour de France ? Une décision de l'organisateur d'annuler l'étape bouleverse la course...Dans ce livre Guillaume Di Grazia, journaliste à Europsport, mène l'enquête.

Le 26 juillet 2019, l'édition du Tour de France la plus haletante de ce siècle bascule. Pour la première fois dans l'histoire de la Grande Boucle, une étape est arrêtée et ne repartira pas. Au motif d'une météo apocalyptique, les organisateurs interrompent la course entre le col de l'Iseran et Tignes. Journée d'orage mais aussi de gestion de crise dans les voitures d'ASO l'organisateur du Tour de France et de désespoir pour les rêves de victoire tricolore. Thibaut Pinot, en larmes, abandonne le Tour tandis que Julian Alaphilippe cède son maillot jaune à Egan Bernal. Fallait-il arrêter la course ? Était-ce la seule solution à la disposition des organisateurs ? La décision prise par ASO était-elle conforme au règlement ?
Guillaume di Grazia, qui suit le Tour de France pour Eurosport depuis plus de 20 ans, mène l'enquête. Agrémenté de témoignages de coureurs et patrons d'équipe (Julian Alaphilippe, Marc Madiot, Patrick Lefevere, William Bonnet, etc.) et des hommes en charge du plus grand évènement sportif annuel mondial (Christian Prudhomme, Thierry Gouvenou, etc.), ce livre revient en détails sur cette journée d'anthologie. Avec, en point de mire, cette question : Julian pouvait-il gagner le Tour ?

 

Posté par mastercycle à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2021

400 vélos de légende

 

 

 

 

400 vélos

 

Pour découvrir l’histoire passionnante de la bicyclette de ses origines à nos jours.

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]