04 octobre 2022

 

 

 

 

 

testament

Testament d’une bicyclette / Sylvain Grevedon

Si un vélo pouvait communiquer ! Matricule 03754, un deux-roues en mode partagé, nous raconte au soir de sa vie de machine, son odyssée sur l'asphalte parisien, au gré des emprunts par des milliers de mains, fesses, cuisses et pieds de tailles et formes différentes, jusqu'à sa rencontre avec une anatomie parfaite qu'il n'aura de cesse de chercher à retrouver. Lancé dans le rythme infernal d'une grande métropole, confronté à la maltraitance, au vol et au risque permanent d'accident, totalement dépendant de celles et ceux qui l'empruntent, 03754 va sillonner Paris en tous sens jusqu'à ce que sa quête prenne un tournant inattendu. Après tout, les objets ont peut-être une âme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vélo fallet

Le vélo / René Fallet

« J’aime le vélo. Comme dans pas mal d’histoires d’amour, il ne me le rend pas beaucoup. Ce n’est pas grave. Ce n’est qu’une femme, une jolie femme, ce beau vélo de creux et de bosses. Capricieux et brillant. De soleil et de pluie. De larmes et de joie. Avec lui, s’il y mettait un peu du sien, j’irais jusqu’au bout du monde.» Caustique, fantasque, provocateur, avec une sensibilité toujours à fleur de peau, René Fallet rend ici un hommage appuyé à la bécane, au biclou, à la bicyclette, le vélo, la Petite Reine. En son honneur, il créa en 1968 une pseudo-course cycliste, les Boucles de la Besbre, au règlement particulier puisque les échappées étaient interdites, le vainqueur connu d’avance et les arrêts bistrot obligatoires. Publié en 1992, Le Vélo est réédité par les Éditions Denoël à l’occasion du centième Tour de France. Agathe Fallet y a ajouté quelques textes de l’auteur publiés dans différents journaux de l’époque.

Ne dites pas : « J'ai un vélo », si vous possédez une chose informe munie de pneus ballons, d'une sonnette et d'un porte-bagages, vous feriez rire le monde, le monde merveilleux du vélo.
Vous n'avez qu'une bicyclette.
Le vélo, c'est une femme.
La bicyclette c'est un « travelot » en bottes d'égoutier.
Ce n'est pas le cheval qui est la plus belle conquête de l'homme, c'est le vélo. Il n'y a pas de boucheries vélocipédiques.

 

 

 

 

 

 

 

là où leurs mains

Là où leurs mains se tiennent / Grégory Nicolas

Quand le casque a explosé et a quitté sa tête, le réalisateur a hésité à changer de caméra. Finalement, il est resté sur cette image. Jean-Baptiste reposait sur le ventre. Ses membres semblaient désarticulés, comme ces mains collantes que l’on jette et qui dégringolent des vitres. La voiture qui le suivait s’est arrêtée à quelques centimètres de lui. Le médecin a fendu la foule des photographes qui s’amassaient autour du champion.

À proprement parler, ce n’est pas un roman sur le vélo, mais il est beaucoup question de vélo.
Il y a des histoires d’amour.
Il y a des histoires de famille.
Il y a le parcours initiatique d’un champion.
Il y a toute la drôlerie et la fraîcheur de Grégory Nicolas.

Posté par mastercycle à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 août 2022

 

 

 

 

 

 

Petit-Breton-gentleman-cycliste

Petit-breton, gentleman cycliste

Rares sont les coureurs de la Belle Époque dont la renommée a franchi tous les écueils du XXe siècle pour parvenir jusqu'à nous. Combien sont-ils, ces pionniers dont le nom semble familier même au profane ? Trois, peut-être quatre : Eugène Christophe, qui s'est offert l'éternité en réparant sa fourche à Sainte-Marie-de-Campan, François Faber et Octave Lapize, vainqueurs du Tour de France morts au champ d'honneur. Et, bien sûr, Lucien Petit-Breton. Ce nom, qui n'était d'ailleurs pas le sien, résonne encore voluptueusement à l'oreille des amateurs de cyclisme. Une volupté qui doit autant au charme de l'époque qu'à la vie et à la personnalité de l'homme. Pourtant, que savons-nous de lui ? Pas grand-chose... Pour beaucoup, Petit-Breton n'est qu'un nom vaguement familier auquel il est difficile d'accoler une image ou des faits. Le cycliste cachait pourtant un homme aux qualités remarquables. Photographe éclairé, aviateur, polyglotte, mécanicien hors-pair, amoureux des belles-lettres, le Breton multipliait les talents. Outre sa carrière bien remplie - l'un des plus beaux palmarès d'avant-guerre - cet ouvrage a pour vocation de faire découvrir les autres facettes de Lucien Petit-Breton, qui font de lui un archétype de son temps. Sa mort, survenue au cours de la Première Guerre Mondiale, participe de sa légende et contribue à l'inclure dans une époque qu'il aura marquée de son empreinte, rayonnant au-delà du seul sport cycliste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vive tour

 

Vive le tour ! 40 cartes postales des grands moments du vélo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bétisier

Le bêtisier du tour de france

Avec son rythme annuel, d'une durée de trois semaines, des dizaines de milliers de kilomètres couverts par plus de 5000 géants de la route et chantés par autant de journalistes, suiveurs, chroniqueurs, écrivains ou dessinateurs, le Tour, épreuve de démesure, d'excellence et de folie, en a suscité des bourdes, des zizanies, des délires, des extrapolations, des dérapages, des quiproquos, des bavures ! De Robert Chapatte à Gérard Holtz, du président Valéry Giscard d'Estaing à Antoine Blondin ou Lance Armstrong, cette moisson surprenante et savoureuse n'oublie ni le dopage ni le maillot jaune. Elle prolonge encore la magie du Tour, car le Tour est unique.

Posté par mastercycle à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2022

 

 

 

 

En-roue-libre-Le-velo-sur-la-sellette

En roue libre - le vélo sur la sellette

Conversations avec les plus grands cyclistes du monde - 15 entretiens exclusifs réalisés pour le livre.
Un ouvrage inédit sans langue de bois qui va vous raconter les dessous de l'histoire du cyclisme et ce que les grands champions ont dans la tête.
15 entretiens exclusifs réalisés pour le livre et des sujets inédits sur le monde du cyclisme d'hier et d'aujourd'hui.
Au programme : Virenque, Contador, Armstrong, Thévenet, Leblanc, Sagan, Roche, Pinot, Bardet, Madiot, etc...
168 pages de révélations et de petites et grandes histoires de vélos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cyclistes-belges

Cyclistes belges

Le cyclisme belge est aujourd'hui une référence mondiale. Son histoire débute en 1895 avec le sacre de Robert Protin, premier champion du Monde de vitesse sur piste à Cologne. Mais c'est véritablement sous l'impulsion de Cyrille Van Hauwaert, lauréat de Bordeaux-Paris ou de Paris-Roubaix au début du XXe siècle, que le cyclisme prend son envol en Belgique. L'intérêt pour ce sport permet très tôt la création de classiques : Liège-Bastogne-Liège en 1892, la « Doyenne », le Tour de Belgique en 1908 et le Tour des Flandres en 1913. Les routiers flandriens commencent alors à déferler sur les routes à l'image des Ronsse, Rebry et sur les tours avec Thys, Lambot, Scieur, Romain et Sylvère Maes, pour n'en citer que quelques-uns. Dans la suite de Rik Van Steenbergen arrive Eddy Merckx au milieu des années 1960. Conquérant sur les routes et les pistes, dans la montagne et contre le chrono, il se construit, au fil des saisons, le plus beau palmarès du cyclisme international. Le « Cannibale » domine son sujet, malgré la résistance des brillants De Vlaeminck, Leman, Dierickx, Verbeeck, Godefroot, Maertens et quelques autres dont le regretté Monseré. Dans ce dictionnaire, Pascal Sergent revient sur les carrières et les palmarès de près de 500 cyclistes belges, nous permettant de revivre un pan de l'histoire sportive.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le-velo-ma-vie

Le vélo, ma vie

Dans le monde du vélo tout le monde connaît Gianni Marcarini. Italien naturalisé français, breton d'adoption, après une brillante carrière de coureur, il eut le premier la géniale intuition de la vente par correspondance et en itinérant des maillots des pros. Puis, toujours bon flair, il lança la mode des tenues vintages, bien avant tout le monde. Un précurseur ! Équipier des plus grands (Anquetil, Poulidor, Van Looy), ami de nombreux champions des générations suivantes, sa biographie est une chronique d'un demi-siècle de cyclisme et d'une France heureuse.

 

 

 

 

 

 

 

1969-L-ANNEE-D-EDDY-MERCKX

1969 - L'année d'Eddy Merckx

L'année 1969 reste gravée dans la mémoire de tous les fans de cyclisme comme étant celle où Eddy Merckx a gagné son premier Tour. Cette année-là, il en a gagné bien d'autres encore : son premier Tour des Flandres, Liège-Bastogne-Liège, et Milan-San Remo pour la troisième fois. Au cours du même Tour de France, il a aussi gagné le classement par points et le classement de la montagne.

Ce superbe livre est une chronique de la percée spectaculaire d'Eddy Merckx sur la scène cycliste. Sur base d'interviews d'Eddy Merckx, mais aussi de témoignages de sa famille, de ses amis et de ses adversaires, Johny Vansevenant raconte 1969 comme lui seul peut le faire. Illustré de plusieurs dizaines de photos inédites, cet ouvrage retrace l'année qui a vu l'une des performances les plus impressionnantes de l'histoire du cyclisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gregario

Gregario

Un cycliste professionnel raconte le métier

 

 

Posté par mastercycle à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2022

 

 

 

méli vélo

Méli-vélo - abécédaire amoureux du vélo

« Le vélo est une langue. Une langue où tout se mêle dans l'essoufflement de l'effort. Une langue de cris, une langue d'alerte et de joie qui se perd dans le silence de la montagne et se retrouve au coin du bois. Une langue du soir, paisible, qui raconte et reraconte le souvenir des grands et des petits exploits. Je la parle couramment depuis mon enfance et la voici rangée de A à Z... »

 

 

 

 

 

 

 

Velo-Toro-Paris-Madrid-a-bicyclette-en-1893

Vélo ! toro ! paris-madrid à bicyclette 1893

Sur la route de Madrid, au départ de Paris le 25 juin 1893, deux aventuriers des temps modernes s'apprêtent à affronter le vent, la pluie, la chaleur, es et les crampes, le manque de sommeil, routes défoncées... et le mauvais vin. Plus proches des artistes de cirque ou des Pieds Nickelés que des idoles d'aujourd'hui, nos deux héros se répartissent les rôles pour raconter ce drame qui n'en est pas un. Le journaliste-cycliste Édouard de Perrodil tient la plume dans un style héroïcomique à la fois épique et burlesque. Son compagnon de route, qui illustre l'épopée, a un joli coup de pédale, un bon coup de crayon et un nom qui restera dans l'histoire de l'aviation : Henri Farman. En route pour une semaine cycliste d'une autre époque !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En-chae-patate-Petit-lexisque-impertinent-du-cyclisme-en-100-expreions-reedition-augmentee

En chasse-patate - petit lexique impertinent du cyclisme en 100 expressions

Les lexiques et dictionnaires du langage sportif, fleuri et imagé, sont nombreux (en sport, « on bouffe la feuille », « on sale la soupe », « on suce la roue »).
Si celui d'Erwann Mingam est si particulier, c'est parce qu'il illustre les expressions idiomatiques et décalées du cyclisme grâce à des exemples et des images elles-mêmes drôles et évocatrices (vieilles affiches, photos détournées ou vintage...).
Le parler cycliste devient alors une langue vivante que les amoureux du vélo goûtent avec délice.
Quand, en plus, l'auteur ajoute un certain nombre de citations détournées pour étayer son propos, cela devient proprement hilarant.
Toutes les expressions, les exemples, ainsi que les (fausses) citations sont remis à jour et une trentaine d'expressions ont été ajoutées pour atteindre le total de 100.

 

 

 

 

 

 

 

L-age-d-or-du-velo-50-modeles-de-bicyclettes-d-exception

L’âge d’or des bicyclettes artisanales

Le monde de la bicyclette et du cyclotourisme a connu un formidable essor technique et esthétique durant le XXe siècle : pendant cet "âge d'or", des artisans, animés par leur passion pour ces "petites reines" et toujours désireux de perfectionnement, ont construit de merveilleuses machines qui ont dépassé leur simple fonction d'objet pour devenir de véritables chefs-d'oeuvre. Chaque vélo était alors conçu et construit dans son intégralité avec une précision et un sens du détail inégalés, et destiné à allier beauté et fonctionnalité.

Ce sont ces machines d'exception, photographiées avec talent, que présente cet ouvrage, qui retrace avec un enthousiasme communicatif l'évolution de ces bicyclettes artisanales de 1900 à nos jours. Des photographies d'archives montrant les vélos "en action" nous font revivre la grande épopée de ces pièces de collection dans leur contexte historique. Chacun des 50 modèles proposés est décrit avec minutie et restitué dans son époque, d'un point de vue historique, économique et social.

Ses détails les plus remarquables sont mis en avant. Simples amateurs de vélos, cyclotouristes acharnés ou passionnés invétérés, venez découvrir dans ce très bel écrin 50 machines représentatives d'un savoir-faire qui n'a depuis jamais été surpassé !

 

 

 

 

 

 

 

louison bobet

Louison Bobet

Une évocation tendre, narquoise, en un mot fraternelle d'un grand champion doué d'un immense charisme : Louison Bobet, le plus grand dans le cœur des Français. Il est question de son enfance, de son caractère, de sa personnalité, mais aussi de son rapport au vélo, très «pro» avant la lettre. Accessoirement la plume malicieuse et affecteuse de Jean Bobet nous gratifie de portraits en pied de quelques autres divas des années 50 : Coppi, Bartali, Anquetil, Koblet, Kubler, etc.

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

plus belles histoires

Les plus belles histoires du cyclisme : Le tour du monde en 80 courses

Records, performances, magouilles... vivez le cyclisme comme jamais.

Le tour du monde en 80 courses : Les plus belles histoires du cyclisme est un florilège original et fascinant des plus incroyables événements qui ont animé l'histoire de ce sport à travers les siècles. Giles Belbin y traite le cyclisme sous toutes formes, du premier Paris-Nice aux Six Jours de New York, en passant par le Tour de France et des records improbables. Il en magnifie les héros, en raconte les légendes, celles des champions mais aussi celles des sans grade.

Retrouvez ainsi en 80 histoires les grands noms d'Eddie Merckx, de Poulidor et de Bernard Hinault, des anecdotes savoureuses et incongrues (Merckx frappé par un fan en pleine course, Kenny van Hummel nommé " pire grimpeur " du Tour 2009 en arrivant 2h30 après tout le monde...), des courses folles (le plus long Tour de l'histoire de 5 745 km et 17 étapes), et bien d'autres encore...

Chaque histoire est en outre superbement illustrée par l'artiste Daniel Seex et ses dessins colorés, vivants et originaux qui témoignent de sa vision souvent amusée et décalée du sport.

 

 

 

 

 

 

 

 

buzzati giro

Dino Buzzati sur le Giro 1949 : Le duel Coppi-Bartali

Envoyé sur le Tour d'Italie en 1949, l'écrivain relate ici la course cycliste dans une Italie d'après-guerre encore marquée par le fascisme. Il évoque notamment le duel entre les deux sportifs Gino Bartali et Fausto Coppi.
DIno Buzzati n’y connaissait rien au vélo. Et c’est pourtant lui qu’envoie le Corriere della Sera pour couvrir le Tour d’Italie 1949 et suivre le duel attendu par tout un pays entre le “ vieux lion ” Gino Bartali et Fausto Coppi, un duel épique entré dans la légende du sport.
L’auteur du Désert des Tartares, du K, véritable reporter dictant ses papiers à la fin des étapes, convoque Hector et Achille, imagine un dialogue entre deux chèvres regardant passer le peloton ou, tel un béotien, s’intéresse aux pédales – “ Quand l’une est en haut, l’autre est en bas et chacune veut imiter l’autre ”– et à Serse Coppi, le frère méconnu, Buzzati décrit l’Italie d’après-guerre, une botte encore rougie par les braises du fascisme, et les Italiens du bord des routes qui n’ont d’yeux que pour les deux champions : Gino le Toscan, le pieux, le conservateur réfugié́ au Vatican pendant la guerre, qui puise dans sa foi l’énergie pour gravir les montagnes ; et son inverse, le Campionissimo, piémontais, moderne, cartésien, progressiste, pas religieux pour un sou. Bartali est petit, Coppi est élancé. Ce sont les deux visages de l’Italie, comme l’écrira Malaparte.
L’écrivain, déjà reconnu, ne singe pas les journalistes sportifs, il chronique ce Giro à sa manière unique, avec des angles inhabituels, nous livre le récit d’une épopée plus grande que le sport, nous conte une péninsule qui oublie son quotidien avec ce merveilleux prétexte qu’est son tour à vélo.
Un texte qu’on ne peut lire sans émotion ni passion, et qui a toute sa place dans l’œuvre de Dino Buzzati.
Dino Buzzati, est bien sûr l’auteur de l’un des grands classiques du XXe siècle, Le Désert des Tartares, d’un recueil fameux de nouvelles, Le K, ou encore d’un succès de littérature jeunesse, La Fameuse Invasion de la Sicile par les ours. Il était également peintre, et surtout journaliste au Corriere della Serra, un métier qui l’a influencé dans sa quête, à partir du quotidien, de l’insolite, voire du fantastique.

 

 

Posté par mastercycle à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 avril 2022

 

 

chemins aux vents

Chemins aux vents, Pierre Sansot

« Le chemin m'exalte... Le chemin fait de moi un homme libre et fier. J'ai donc cherché à restituer avec des mots ce que j'ai cru entendre, apercevoir, respirer. Les chemins de terre avec leurs saisons, leur boue, leurs bas-côtés, leurs bornages, et les sentiers de haute montagne qui s'élancent vertigineusement vers le ciel, les chemins du tout proche mêlés à notre chair et qui en sont comme l'enveloppe, les chemins de l'ailleurs où il est bon d'affronter l'air du large et ceux qui ne mènent nulle part parce que leur destination n'est inscrite sur aucune carte. » - Pierre Sansot -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

expo coloniale

L’exposition coloniale, Érik Orsenna

Je m'appelle Gabriel.

Je suis né en 1883 à Levallois, capitale des chevaux. Louis était mon père, très gourmand de mariages. Moi, depuis plus d'un demi-siècle, j'aime deux soeurs : Clara, la longue, photographe de shtetls, et Ann, la blonde, une femme d'affaires qui ne se donne que debout.

Grâce à elles, ma vie aura ressemblé à une exposition coloniale : un faux empire, des rêves trop grands, un spectacle pour les familles…

Grâce à elles, j'aurai connu l'Amazonie, Belem do Para, le positivisme, le port de Londres, la course automobile, la vie secrète de Clermont-Ferrand, les belles amies de Freud, le visage hideux du Vélodrome d'hiver, la vieille Hué, capitale des tombeaux… Et tant d'autres curiosités.

Ann et Clara m'auront appris des vérités insoupçonnées, par exemple que le caoutchouc ressemble à la démocratie, il évite les guerres civiles entre les choses, que sans les bicyclettes jamais nous n'aurions perdu Dien Bien Phu, ou que les chagrins d'amour sont plus doux dans la jungle…

 

 

 

 

 

 

 

Le-troisieme-policier

Le Troisième policier, Flann O’Brien

Prototype (à l'irlandaise) du polar métaphysique — cartésiens s'abstenir. Joyce salua en O'Brien son égal : « Un écrivain authentique, doué du véritable esprit comique. » Brendan Behan : « Je le lis avec soulagement et jalousie. » Edna O'Brien : « Avec Joyce et Beckett il constitue notre trinité de grands écrivains irlandais. » « Écrit en 1940, refusé par tous les éditeurs et publié seulement en 1967, après la mort de Flann O'Brien, Le Troisième policier inaugure un nouveau genre de thriller : le « véli-vélo insoluble ». Histoire d'un jeune homme, affligé d'une jambe de bois, qui tue un vieillard mais, la nuit suivant le meurtre, échange avec celui-ci des considérations sur la force du refus, le Non comme principe de vie, tout en se disant qu'il est bien dommage d'avoir trucidé un homme d'aussi agréable compagnie. Sur quoi l'unijambiste continue son exploration du pays des Merveilles et rencontre des policiers ferrés en théorie atomique (selon laquelle les gens qui passent leur vie sur leur bicyclette voient leur personnalité confondue avec l'engin) et dont la principale obsession est de traquer des bicyclettes ayant un taux élevé d'humanité » (LINDA LÊ) Policiers farfelus mais peut-être perspicaces, savants fous mais cependant philosophes, assassins délirants… Le polar métaphysique à son sommet.

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2022

 

 

 

 

 

bicyclette-organes-genitaux-dr-l-o-followell

Bicyclette et organes génitaux, Dr Ludovic O’Followell

En 1900, la toute jeune médecine du sport est secouée par un débat autour d'une pratique qui se généralise : la bicyclette. Certains l'accusent de tous les maux et voient même dans cet engin une menace nouvelle sur la natalité déjà en berne de la France. La fréquentation assidue de la selle menacerait la virilité masculine et pourrait nuire à la fertilité des femmes.
Et surtout, en pleine naissance du féminisme, la bicyclette ne serait-elle pas un autre outil d'émancipation ? La femme prenant du plaisir sexuel sur sa petite reine - comme elle le fait pense-t-on alors sur la machine à coudre - ne serait-elle pas tenté de déserter le lit conjugal au risque d'accélérer le déclin de la France ? Le cyclisme féminin devient une question de défense nationale !
Rien de tout ça pour le Dr O'Followell ! C'est un moderne qui contribue au débat en voyant dans la bicyclette une chance pour tonifier les organes - tous les organes -, rapprocher les couples, lutter contre l'alcoolisme dévastateur et repeupler le pays.
Merci docteur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forcenés

Forcenés, Philippe Bordas

Le cyclisme prend la mesure du monde dans ses excès ; il exige démesure de l'homme, une tension complète qui touche aux organes et au cerveau. C'est le lieu infernal du maximalisme. Le cyclisme n'a duré qu'un siècle. Ce qui s'appelle encore cyclisme et se donne en spectacle n'est que farce, artefact à la mesure d'un monde faussé par la pollution, la génétique et le bio-pouvoir. Je veux donner l'entr'aperçu d'un monde avant sa fin. Passer le chiffon, une dernière fois, dans la Salle des illustres. Mettre un peu d'ordre parmi mes forcenés, mes champions insensés - renommer les poètes et les irréguliers qui suivent à travers champs. Rien n'obsède comme ces histoires fabulées, ces portraits amoureux, ces mythologies usinées par le peuple, ces étincelles d'Eurovision. Ce que Benjamin nomme " illuminations profanes ". Ces croyances minimes. Ces noblesses inventées.

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2022

 

 

 

 

 

mon tour du monde

Mon tour du monde à vélo

Johan David inspiré et impressionné par les grandsnavigateurs solitaires, il a fait le tour du monde à vélo en solitaire : 33 000 kmparcourus en 15 mois et demi à travers une trentaine de pays : France, Italie, Slovénie, Croatie, Monténégro, Albanie, Macédoine, Grèce, Turquie, Iran, Turkménistan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Chine, Laos, Vietnam, CambodgeThaïlande, Malaisie, Singapour, Australie, États-Unis, Royaume-Uni.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ironman

Ironman / Jonathan Dutrel

Atteint depuis la naissance de la mucoviscidose, Jonathan Drutel raconte, dans ce livre, son combat quotidien contre la maladie. Suivi avec attention par le corps médical, Jonathan subit une première greffe bi-pulmonaire à 24 ans, sans succès. Puis, un an plus tard, une double greffe cardio-pulmonaire, cette fois-ci, fonctionne : c'est une bataille gagnée. Une de plus ! Agé alors de 25 ans, il lui faut trouver un défi, une source de motivation pour donner un cap à son existence. Jonathan se met à la course à pied puis au vélo. En 2017, après une préparation de plusieurs mois, il parvient à achever le Marathon de Paris, une victoire qui lui aura fait perdre quatre kilos en cinq heures et seize minutes. Bientôt, une idée germe dans son esprit : participer à l'un des triathlons les plus durs au monde : l'Ironman, cette épreuve mythique de 3,8 km de natation, 180,2 km de vélo et 42,195 km de course à pied ! Dans cet ouvrage, écrit en collaboration avec la journaliste Laura Sahin, Jonathan Drutel nous livre sans concession ses échecs mais aussi ses victoires, sa volonté d'avancer, de ne jamais abandonner et de redonner de l'espoir à ses proches et aux malades. Au fil du récit, le portrait d'un homme touchant, déterminé et profondément altruiste se dessine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos-annees-Poulidor

Nos années Poulidor

« Sans le vélo, mon horizon n'aurait jamais dépassé la haie d'un champ, dans le Limousin. » Raymond Poulidor savait d'où il venait. Et il y revenait, toujours. Son port d'attache, Saint-Léonard-de-Noblat, se situe en plein coeur de la France. C'est un petit village niché sur le chemin de Compostelle où il a appris à traire les vaches de la ferme familiale mais où il a aussi acquis le bon sens du pays limousin, la sagesse, la patience, le travail bien fait. La casquette souvent de traviole mais les idées bien en place, l'éternel deuxième a couru quatorze Tours de France. Il paraît que les Français, en ce temps-là, n'aimaient pas tellement les gagnants, à la différence de ceux de maintenant. On était alors Anquetilistes ou Poulidoristes, une sorte de lutte des classes, même si l'un comme l'autre des deux antagonistes s'étaient présentés aussi démunis au départ de la vie. Ils auraient donc coupé la France en deux, mais c'est vite dit parce que dans toute sa ruralité d'alors, elle penchait quand même sacrément du côté de Poulidor. Il avait « percé » au temps des chanteurs yé-yé. Deux ans après Johnny, le voilà qui partait à son tour. Lui qui avait couru sous De Gaulle, Pompidou et Giscard s'en allait deux mois à peine après Chirac. Ceux qui ont grandi dans les années 1960 et 1970 n'avaient jamais connu un monde sans Poulidor. Mais ce n'est pas le souvenir des Tours d'enfance qui remuait en nous les nostalgies. Son exploit fut de ne jamais être vintage, mais intemporel. Tout changeait autour de nous et rien ne changeait tant qu'il était là. Lui restait le même. Au milieu de tout le chambard, quelque part, il était notre rassurance. « Poupou » s'était transmis de grand-père en petit-fils. Chacun pouvait se reconnaître en lui qui ne ressemblait à personne.

 

 

Posté par mastercycle à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2022

 

 

 

 

course secrète

La course secrète

« Un jour je suis un type ordinaire, avec une vie normale. Le lendemain je me retrouve sur un trottoir de Madrid avec un téléphone secret et un trou dans le bras qui dégouline de sang, à espérer que je ne me ferai pas prendre. »

Tyler Hamilton n'est pas un saint. Il a fait partie des meilleurs et des plus célèbres coureurs cyclistes du monde et remporté une médaille d'or Olympique avant d'être banni de son sport pour dopage en 2009. Il a été le premier lieutenant de Lance Armstrong au sein de l'équipe US Postal entre 1998 et 2001, puis son rival à la tête des équipes CSC et Phonak. Avant sa dégringolade, c'était un héros ordinaire sorti tout droit d'un film des années 50 : jamais un mot plus haut que l'autre, avenant, poli, l'inverse d'une superstar. Bosseur infatigable, dur à la douleur, il s'était patiemment hissé tout en haut de l'échelle.

Or cette success-story était une supercherie : dès sa première participation au Tour de France, Hamilton avait compris que pour gagner, il fallait tricher. Le boy scout menait en fait une double vie digne d'un roman d'espionnage : noms de code, téléphones secrets, versements en espèces, et un congélateur médical baptisé « Sibérie » où était entreposé le sang qui servirait pendant le Tour de France. Devenu le confident et l'ami de Lance Armstrong, il s'est retrouvé au cour du système mis en place par celui-ci pour se doper et gagner, sans se faire prendre.

Tyler Hamilton a été le bras droit de Lance Armstrong au sein de l'équipe US Postal de 1991 à 2001. Il a notamment été champion olympique du contre-la-montre en 2004 et a remporté la classique Liège-Bastogne-Liège en 2003, le Critérium du Dauphiné libéré en 2000 et le Tour de Romandie en 2003 et 2004.
Il a mis fin à sa carrière en 2009, suite à un contrôle positif à la DHEA.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le-tour-de-la-France-exactement

Le Tour de la France exactement

Un pari fou ? Lionel Daudet, alpiniste amputé de huit orteils gelés dans la face nord du Cervin, en a tenté d’autres. Mais faire le tour de la France, exactement, en suivant pas à pas, au mètre près, le trajet de la frontière et du littoral, quelle belle folie, quelle aventure pourtant si proche de nous !
Le 10 août 2011, Lionel Daudet quitte la maison : il rentrera quinze mois plus tard, après avoir arpenté le territoire à pied, à vélo, en kayak, en voilier, seul ou accompagné d’amis, d’amateurs, de rencontres. Des chiffres ? Environ 3 000 kilomètres d’arêtes, de forêts, de rivières, et 6 000 kilomètres de littoral. Des soucis ? Nombre de nuits blanches et la foudre qui le traverse. Rien qu’un exploit ? Le Tour de la France, exactement, c’est aussi une vision sociale du pays, un jeu des mille bornes, un cache-cache avec les banlieues, les parcelles privées, la végétation.
À quoi ressemble une frontière ? Lionel Daudet nous invite à réfléchir à cette réalité mouvante.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le roi René / Louis Nucéra

Vibrant hommage à René Vietto, cette figure légendaire des Tours de France de l'entre-deux-guerres, Le Roi René a été publié pour la première fois en 1976.

C'est devenu un grand classique de la littérature sportive.

 

 

 

 

 

 

 

 

rayons de soleil

Mes rayons de soleil / Louis Nucéra

Comme on sait, Louis Nucera est fou de vélo. Il a imaginé de refaire le Tour de France de 1949, que gagna Fausto Coppi, coureur de légende et de tragédie, et qui inspira Curzio Malaparte et Dino Buzzati.

Ce tour-là : 4813 kilomètres. Comment Louis Nucera a-t-il conçu son livre ? Le matin, par les plaines et les cols, dans les forêts ou sous le mistral, il roulait ; l'après-midi, il marchait dans les villes : Reims, Saint-Malo, Bordeaux, Nîmes, Briançon, Nancy.

Car on est cycliste de France comme Léon-Paul Fargue était piéton de Paris : fureteur, attentif, conquis plutôt que conquérant.

Ainsi le livre devient-il un recueil d'histoires vivantes. Là c'est l'instituteur du Cannet rendu muet car le mal l'a frappé ; ici le Normand qui sait parler aux oiseaux ; plus loin le clochard toulousain, monarque de la prose, qui mêle rugby et troubadours d'antan ; ailleurs les estaminets de Bruxelles où fleurissent des expressions semblables à celle-ci : "Tout homme a droit à vingt-quatre heures de liberté par jour..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petits cycles

Petits cycles de bonheur / Pierre-Louis Desprez

Des émotions de l'enfance à l'interrogation du philosophe, des chemins côtiers aux pentes du Ventoux, des routes d'Auvergne et des sentiers de l'île de Ré aux boulevards parisiens, Pierre-Louis Desprez, de flexions en réflexions, nous emmène en balade.

Avec ce sentiment de bonheur et de liberté que le vélo procure, passé l'angoisse du premier équilibre une fois ôtées les petites roues. S'il est ici question de plaisir, on y parle aussi d'endurance - voire de souffrance -, de rêveries solitaires et d'amitié.

Et parce que ce voyage est avant tout littéraire, on y retrouve Freud, qui interdisait à ses filles de monter sur une selle. Zola, qui y voyait au contraire un bon moyen de dégourdir les jeunes filles...

On y croise aussi Paulette, la fille du facteur, Albert Londres et Antoine Blondin, Willy Ronis et les premiers " congés payés ", Proust, Morand, mais aussi Orsenna, Fournel ou Perec... C'est donc, à l'heure où le vélo confirme son retour dans les villes, une joyeuse invitation au voyage.

 

 

Posté par mastercycle à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2022

 

 

 

 

54-x-13_5262

54 x 13 / Jean-Bernard Pouy

« J'ai démarré au kilomètre 85
dans une descente
Je fonce.
À partir de maintenant, faut tenir. »


Dans la dix-septième étape du Tour de France, Lilian Fauger, un jeune coureur dunkerquois, s'échappe contre toute attente du gros de la troupe avec une telle hargne qu'il va faire le trou.
Alors Lilian gamberge : si c'était son jour, son étape ?
Et quand derrière, la chasse est lancée, il n'est plus qu'un fuyard, un évadé qui voit revenir sur ses traces une sorte de peloton d'exécution.
À quoi pense un homme seul dans l'effort et la douleur qui monte ?
C'est la question que pose Jean-Bernard Pouy dans ce roman : quatre heures de l'histoire d'un coureur cycliste.
Quatre heures : une vie ; un suspense. Un roman noir aussi.
Car le Tour, c'est encore les équipes – celle de Lilian s'est construite de bric et de broc – les sponsors, l'argent, la télé – « le sport à la télé »...

« Pédale, camarade, le vieux monde est derrière toi... Car petit à petit, il y a le réel qui te rattrape avec son cortège de souffrance, de malheur, de petites mesquineries et de vraies embrouilles... »
Extrait du Code Wegmuller

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ange qui aimait la pluie / Laborde

Un conte romantique et plein de poésie. L'histoire d'amour entre la pluie et Charly, son ange aux ailes de cristal, durant le Tour 58 ; elle le protège dans ses écharpes de nuages, de vent et d'eau glacée, pour l'aider à s'envoler vers les sommets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petite reine kaboul

La petite reine de Kaboul / Patrick Communal

Une jeune fille à vélo dans les rues de Kaboul. Insupportable pour des hommes qui se considèrent propriétaires du corps des femmes et en appellent à Dieu pour justifier leur domination. Masomah ne se laisse pas impressionner. Sa bicyclette, c'est sa liberté. Avec ses amies, elle fait partie de l'équipe nationale féminine de cyclisme d'Afghanistan. Le soir, à la lueur des phares des voitures, elle s'entraîne, pédale sous les insultes et les menaces de mort, remporte toutes les courses qu'elle dispute et devient bientôt un symbole. Le danger s'accroît. À six mille kilomètres de là, à Orléans, Patrick, un ancien avocat passionné de vélo, entend l'appel de la jeune cycliste répercuté sur les réseaux sociaux. Au prix d'une bataille administrative de tous les instants, le juriste et Masomah vont franchir les multiples obstacles qui empêchent la jeune femme, sa soeur cadette, ses trois frères et leurs parents d'obtenir l'asile en France. Une formidable chaîne de solidarité se met alors en place pour accueillir la famille afghane dans le village breton de Guéhenno : cours de français, aide à la scolarisation, démarches administratives... Plus résolues que jamais, Masomah et sa soeur reprennent leurs études et la compétition. Cet extraordinaire périple est une ode à l'hospitalité et à la liberté. Sur son vélo de course, un casque sur le voile qui couvre sa chevelure, la petite reine de Kaboul clame au monde : « Je n'ai pas besoin d'ailes pour voler. » Le combat de Masomah et de ses coéquipières de l'équipe de cyclisme d'Afghanistan a été révélé au public par le reportage de Katia Clarens « Les Petites Reines de Kaboul » diffusé en février 2016 par Arte.

 

 

 

 

 

 

Renard à vélo / Floriane Ricard


Éditeur : Rue de l'Échiquier

Renard à vélo est une histoire pleine de poésie et d’humour, qui s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants.
« Je suis un renard.
Je vis dans la forêt.
Je suis allé au sommet d’une colline
et au loin, j’ai vu la grande ville. »
Ce magnifique conte graphique nous offre un récit touchant et drôle qui est une véritable ode au vélo.

 

Posté par mastercycle à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]