15 août 2021

Mare Nostrum Gravel mise en bouche : Perpignan – Cerbère – 6 août 2021 (Also in english)

Mise en bouche de ce Mare Nostrum Gravel qui doit débuter très officiellement le samedi 7 août au Coll dels Belitres au-dessus de Cerbère pour se terminer au Col du Saint-Bernard au-dessus de menton 5 jours plus tard.

 

MNJ0 (26)

 

 

Pour la petite histoire (mon « exploit » n’a pas prétention à entrer dans la Grande, c’est juste une histoire, une longue balade gravellistique que je vous raconte et qui va souvent rencontrer des traces de la grande histoire) j’ai tracé ce Mare Nostrum Gravel l’hiver 2019/2020 … Pour m’occuper et me préparer à cette aventure, j’ai mainte fois étudié la trace, je l’ai modifiée, affinée … J’ai déjà écrit sur le « avant, pendant, après » d’une belle balade à vélo, cet avant a été très appétissant, le pendant sera un beau challenge, je devrais en prendre plein les yeux, aussi plein les jambes car j’ai choisi de suivre le plus possible de pistes, chemins, sentiers, voies vertes et cyclables et de prendre de la hauteur (et je vais en prendre …) chaque fois que ce sera possible, et l’après, on verra après (donc maintenant que j’écris) …

Dominique m’accompagne pour les 3 premiers jours, nous avons choisi de prendre le train jusqu’à Perpignan, le centre du monde, Dali l’a dit ! Quel meilleur point de départ ?

Nos politiques, nos décideurs (il n’y aucune nuance péjorative dans ces deux termes) parlent beaucoup des mobilités douces, le gouvernement a même voté récemment deux primes à l’entretien du vélo et à l’achat d’un vélo à assistance électrique, on nous vante les mérites du pédalage de loisir … L’idée séduit de plus en plus de pratiquants, et nombreux se mettent au bikepacking, le voyage à vélo, comme nous allons faire avec Dominique pendant 3 jours (vélo chargé de la tente et des bagages).

Peut-être faudrait-il aussi y mettre de vrais moyens en aménagements et services …

 

MNJ0 (1)

 

 

 

 

IMG_20210806_110825

 

Premier exemple : La S.N.C.F.


Nous avions acheté nos billets en ligne comme beaucoup d’autres voyageurs, avec l’impossibilité de réserver pour un transport vélo, il est mentionné pour les vélos non démontés (non rangés en sac de transport) que l’accès au train peut être refusé par un contrôleur s’il juge qu’il y a trop de monde. Point très positif et non négligeable : il n’y a pas de surcoût pour le vélo, merci Madame S.N.C.F.
Nous sommes arrivés bien en avance à la gare de Toulouse, bien nous en a pris : nous sommes montés dans le wagon et avons suspendu nos vélos aux crochets dédiés à cela. 6 attaches pour 4 voitures, bien insuffisant en période estivale. Le train est parti bondé dès Toulouse, des voyageurs en vélo et sans n’ont pas pu monter. Le même problème se posera dans toutes les gares traversées …
Madame S.N.C.F., ne pouvais-tu prévoir, avec le nombre de billets achetés, que ce train (comme d’autres sans doute) allait être particulièrement chargé et prévoir des voitures en plus ?
Pour les vélos, je pense qu’il faudrait prévoir des voitures complètes dédiés à cela ; une attache, un siège, de chaque côté du wagon, les cyclistes s’assoient à côté de leur vélo …

Nous avons fait ce périple en période de COVID, le premier intérêt a été que lorsque tu pédales dans de tels endroits, tu oublies très vite ce genre de préoccupations.
Je n’écrirai donc que deux fois à ce sujet. La première ici toujours pour m’adresser à Madame SNCF : c’est pas très COVID (je pense que cette expression va rentrer dans le langage courant pour remplacer « C’est pas très correct » ou « C’est pas cool » même si le COVID n’a rien de cool) de laisser s’entasser autant de monde dans tes wagons dans ces conditions … Chacun subit cette pandémie, beaucoup de billets sont achetés en ligne, il est donc possible de rajouter des wagons en prévision de cette fréquentation peut-être pas si exceptionnelle que ça en cette période.
Je reparlerai du COVID quand je serai à Marseille …

Liaison de 70 kilomètres à travers les vignes jusqu’au joli lac de Villeneuve-de-la-Raho puis jusqu’au Tech pour nous rapprocher d’Argelès-sur-Mer.

 

MNJ0 (2)

 

 

 

MNJ0 (3)

 

 

 

MNJ0 (4)

 

 

 

MNJ0 (5)

 

 

 

MNJ0 (7)

 

 

 

 

 

MNJ0 (8)

 

 

 

 

MNJ0 (11)

 

 

 

 

MNJ0 (13)

 

 

 

 

 

 

 

 

MNJ0 (15)

 

 

 

 

MNJ0 (17)

 

 

 

 

On pourrait croire que le bord de mer est plat, ce n’est pas toujours exact, pour preuve ce massif des Albères où nous allons faire une petite incursion du côté du château de Valmy et ses vins réputés. Nous allons surplomber le domaine par une belle forestière.

Petite erreur de manipulation de mon GPS : je me trompe en voulant enregistrer la trace de cette mise en bouche … Ce n’est pas grave …

Nous allons ensuite passer au pied de la Tour de la Madeloc et en faire le tour un peu plus bas en suivant un superbe sentier et profiter des superbes panoramas sur la grande bleue et la côte avant d’arriver à Cerbère par une superbe piste.

Nous avons monté nos tentes au camping municipal au Cap Peyrefitte, camping simple (nul besoin d’animation diverses tous les soirs) mais propre et bénéficiant d’un magnifique panorama.

Nous ne nous y essaierons pas sur nos vélos : un sentier sous-marin a été aménagé au Cap Peyrefitte. Le long d’un parcours balisé, muni d’un masque et d’un tuba, vous pouvez explorer les petits fonds rocheux et découvrir la beauté de la vie sous-marine de ce joli coin de Méditerranée. Il est équipé de 5 stations d’observation balisées avec des panneaux d’information immergés.

Pour notre intendance, nous ferons chaque jour les courses avant les repas et achèterons aussi de quoi petit-déjeuner en avance d’une journée. Dominique a emporté un petit réchaud à gaz, pour compenser le poids je transporterai mon antivol pour attacher nos deux vélos.

 

 

 

MNJ0 (19)

 

 

 

 

 

 

MNJ0 (20)

 

 

 

 

 

 

MNJ0 (22)

 

 

 

 

 

MNJ0 (23)

 

 

 

 

 

MNJ0 (28)

 

 

This Mare Nostrum Gravel will officially start on Saturday 7 August at Coll dels Belitres above Cerbère and end at the Col du Saint-Bernard above Menton 5 days later.

For the record (my "feat" does not pretend to enter the Great One, it is just a story, a long gravelly walk that I tell you and that will often meet traces of the Great One) I traced this Mare Nostrum Gravel in the winter of 2019/2020 ... To keep myself busy and prepare for this adventure, I have studied the trace many times, I have modified it, refined it ... I have already written about the "before, during, after" of a beautiful bike ride, this before was very appetizing, the during will be a great challenge, I should take a lot of eyes, also a lot of legs because I chose to follow as many tracks, paths, trails, greenways and bikeways as possible and to take height (and I will take some ...) whenever it will be possible, and the after, we will see afterwards (so now that I am writing) ...

Dominique is accompanying me for the first 3 days, we have chosen to take the train to Perpignan, the centre of the world, Dali said it ! What better starting point?

Our politicians, our decision-makers (there is no pejorative nuance in these two terms) talk a lot about soft mobility, the government has even recently voted two bonuses for the maintenance of a bike and the purchase of an electrically assisted bike, they praise the merits of leisure pedalling... The idea is attracting more and more people, and many are starting to bikepack, as we are going to do with Dominique for 3 days (bike loaded with the tent and luggage).

Perhaps we should also put real resources into facilities and services...

First example : S.N.C.F.
We had bought our tickets online like many other travellers, with the impossibility of reserving for a bike transport, it is mentioned for the not dismantled bikes (not stored in the transport bag) that the access to the train can be refused by a controller if he judges that there are too many people. A very positive and important point: there is no extra cost for the bike, thank you Madame S.N.C.F.
We arrived well in advance at Toulouse station, and we were lucky: we got into the carriage and hung our bikes on the dedicated hooks. 6 hooks for 4 carriages, which is not enough in the summer. The train left Toulouse crowded, and some passengers with bicycles and without could not get on. The same problem will arise in all the stations crossed...
Madame S.N.C.F., couldn't you foresee, with the number of tickets purchased, that this train (like others no doubt) was going to be particularly full and plan for extra cars?
For the bicycles, I think that it would be necessary to foresee complete cars dedicated to that; a fastener, a seat, on each side of the carriage, the cyclists sit beside their bicycle...

We made this trip during the COVID period, the first interest was that when you cycle in such places, you forget very quickly this kind of concerns.
So I will only write twice about this. The first one is still to address Mrs SNCF: it's not very COVID (I think this expression will become part of everyday language to replace "It's not very correct" or "It's not cool" even if COVID is not cool) to let so many people pile up in your carriages in these conditions... Everyone is suffering from this pandemic, many tickets are bought online, so it's possible to add carriages in anticipation of this perhaps not so exceptional frequentation at this time of year.
I'll talk about the COVID again when I'm in Marseille...

A 70 kilometre journey through the vineyards to the pretty lake of Villeneuve-de-la-Raho and then to the Tech to get closer to Argelès-sur-Mer.

One might think that the seaside is flat, but this is not always the case, as evidenced by the Albères massif where we will make a small incursion into the Valmy castle and its famous wines. We will overlook the domain by a beautiful forest.

I made a small mistake with my GPS: I made a mistake when I tried to record the track of this introduction... It doesn't matter...

We then go to the foot of the Tour de la Madeloc and walk around it a bit further down following a superb path and enjoy the superb panoramas on the sea and the coast before arriving in Cerbère by a superb track.

We set up our tents at the municipal campsite at Cap Peyrefitte, a simple campsite (no need for various activities every evening) but clean and with a magnificent panorama.

We won't try it on our bikes: an underwater path has been set up at Cap Peyrefitte. Along a marked route, equipped with a mask and snorkel, you can explore the small rocky bottoms and discover the beauty of the underwater life of this pretty corner of the Mediterranean. It is equipped with 5 marked observation stations with underwater information panels.

For our stewardship, we will do our daily shopping before meals and also buy breakfast a day in advance. Dominique has brought a small gas stove, to compensate I will carry my lock to secure our two bikes.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

 

IMG_20210806_202533

 

 

 

 

 

MNJ0 (31)

Posté par mastercycle à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 août 2021

Moliets, du côté du courant de Huchet ...

Moliets Huchet

Posté par mastercycle à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2021

Eric Barone, l'histoire du baron rouge

 

Eric-Barone-l-histoire-du-baron-rouge

 

 

Qu’est-ce qui poussa Éric Barone à devenir l’homme le plus rapide de la planète sur un vélo ? Celui que l’on surnommera plus tard le Baron Rouge y puisa la source de son épanouissement personnel. Son mental hors norme lui permit de surmonter bien des obstacles. Rien ne l’empêcha de suivre le chemin qu’il se traçait et de concrétiser ses envies et ses passions au cours d’une existence si riche que l’on serait tenté de lui en attribuer plusieurs. Parmi celles-ci, on compte une vie de cascadeur dans l’équipe de Rémy Julienne avec de nombreuses apparitions au cinéma, notamment dans les films Taxi, une vie de champion du monde et d’Europe de VTT, de recordman de vitesse à vélo sur terre et sur neige à douze reprises, mais aussi une vie de
conférencier, d’entrepreneur ou de coach sportif. Ce livre dévoile sans pudeur l’homme incroyablement attachant qui se cache sous cette combinaison rouge. Un champion hors norme qui captive par son authenticité et son humilité.

Valérie Pointet. Paru le 28 février 2019 Témoignage (broché)

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2021

Prospections …

 

Balade dans plusieurs directions en préparation d'un projet que devrait voir le jour en 2022, chut ! Je n'en dirai pas plus ...

Au programme du jour : Toulouse au près des eaux, les Ramiers de Blagnac et Beauzelle, le Touch, La Ramée, le Gr653, Pibrac, Bouconne ...

 

 

 

 

2021-08-02 (1)

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (9)

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (10)

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (11)

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (12)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (25)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (42)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (45)

 

 

 

2021-08-02 (47)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (49)

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (57)

 

 

 

 

 

2021-08-02 (70)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (73)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (81)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (88)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (113)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (121)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (126)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (130)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (150)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (152)

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (155)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (157)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (163)

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (165)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (166)

 

 

 

 

 

 

 

2021-08-02 (168)

Posté par mastercycle à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2021

2021 27 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 30 (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-05-20 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arachon052019 (18)

 

 

 

 

 

 

 

bastides tarn (62)

 

 

 

 

 

 

 

 

bastides tarn (111)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cantal (26)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

coeur tarn (13)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

couscrieu (11)

 

 

 

 

 

 

 

 

creuse17vtt (6)

Posté par mastercycle à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 juillet 2021

Bernal et les fils de la Cordillère - Voyage au pays des grimpeurs colombiens

 

 

Bernal

La biographie autorisée de la nouvelle star du cyclisme mondial étayée par l'incroyable histoire de ses illustres prédécesseurs.

Depuis un siècle, la Cordillère est la source de toutes les vocations cyclistes qui se sont envolées ou effondrées entre Bogota et Medellin. À Zipaquira, cité proche de la capitale, c'est entre les eucalyptus du Parque de la Sal, à 2800 m, qu'un gamin de 8 ans, prénommé Egan, s'est découvert à VTT, une vocation qui l'a propulsé sur la plus haute marche du podium du Tour de France 2019. Il se confie longuement dans ce livre.
Mais le jeune Egan Bernal est aussi l'héritier d'une dynastie de grimpeurs fameux aux destins extraordinaires. Cochise Rodriguez, recordman de l'Heure et fidèle équipier de Felice Gimondi, Lucho Herrera, meilleur grimpeur du monde des années 80, enlevé par les FARC après sa carrière, Fabio Parra, l'Homme de fer, Patrocinio Jimenez, mineur au fond d'un puits de charbon à l'âge de 10 ans, Martin Ramirez, bourreau de Bernard Hinault, en 1984, dans un Dauphiné d'apocalypse, Alfonso Florez, vainqueur du Tour de l'Avenir 1980, assassiné par des sicarios, Cacaito Rodriguez qui se levait à 4h du matin pour aller s'entraîner, Mauricio Soler, maillot à pois du Tour 2007, miraculé et handicapé pour le restant de ses jours après une chute d'une gravité extrême, Nairo Quintana dont les tests d'effort à 18 ans étaient supérieurs à ceux d'un autre colombien, âgé de 30 ans, Santiago Botero, champion du monde contre la montre 2002. Même les frères Pablo et Roberto Escobar ont tenté un jour leur chance dans le peloton. On ne peut les citer tous mais Rigoberto Uran, Superman Lopez, Fernando Gaviria, ont grandi eux aussi sur les pentes de la Cordillère, territoire Comanche pour les Européens, Bernard Hinault, Laurent Fignon, Luc Leblanc, Charly Mottet, Pascal Simon et récemment Julian Alaphilippe, venus la défier.
Ce sont ces moments de vertige, au bord du gouffre que l'auteur raconte sous forme de petites nouvelles, à travers des personnages, magiques, un peu borderline, humbles ou phénomènes, rencontrés au fil de ses voyages. Tout cela dans le décor grandiose de sa Majesté la Cordillère où s'entrecroisent des hommes épris de religion, des narcos, des FARC, tous réunis par l'amour du cyclisme.

L'auteur : Guy Roger, ancien journaliste de L'Équipe, est spécialisé dans le cyclisme. Il a voyagé de nombreuses fois en Colombie.

 

 

Posté par mastercycle à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2021

VTT entre Puycelsi et Bruniquel

Superbe balade du jour entre Puycelsi et Bruniquel proposée à Bastien et Yogann (qui roule en vélo de dirt, sans frein avant mais avec quelques vitesses quand même pour pouvoir profiter de ce genre de balade) après notre session hier à Labruguière.

J’ai déjà écrit sur la beauté des bastides du Tarn et du Tarn-et-Garonne, sur Puycelsi, Bruniquel et son château, Dame Brunehaut, personnage historique qui est entré dans la légende, Le Vieux Fusil et la magnifique et poignante interprétation de Philippe Noiret …

 

 

 

 

 

2021 39 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (6)

 

 

 

 

 

2021 39 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (10)

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (11)

 

 

 

 

 

 

Boucle entre ces deux belles bastides, les chemins de randonnée ne manquent pas, les circuits balisés VTT non plus, j’ai essayé de proposer aux deux jeunes de belles descentes, certaines assez engagées, nous avons même fait un peu de hors-piste et trouvé Le spot au-dessus de vallon du ruisseau de Beudes avant Larroque, les dunes de Maraval (pour ceux qui connaissent ce magnifique site du côté du Cordes-sur-Ciel), en plus exclusif, façon vertical …

Départ de Puycelsi en suivant le Gr46 que nous retrouverons plusieurs fois, comme le Grp Sentier du Mespel ou le Sentier du patrimoine.

De magnifiques sentiers monotraces, roulants ou très caillouteux, de superbes pistes, du dénivelé, de superbes paysages et panoramas, une grande variété de végétation, de sacrés coups-de-cul (notamment après Brian de Vère, où se trouve le repère de Pechtregon cycles pour les amateurs de très belle ouvrage), de belles descentes, etc. Trois portions goudronnées qui font liaison.

Un tout droit sur la trace publiée, après l’Ayrole vers Brian de Vère : le chemin n’est plus accessible, on arrive chez des particuliers (très gentils et compréhensifs). Cette boucle après Bruniquel vaut quand même le détour, revenir après Brian du Causse par Saint-Pierre et rallier Brian de Vère via Rayssel pour attaquer ce très gros morceau en montée le long du Gr46 … Le Pech Tregon est le nom du point culminant, on comprend là que les vélos soudés par Mathieu Chollet ne peuvent être que de belles montures …

 

 

 

2021 39 (15)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (16)

 

 

 

2021 39 (17)

 

 

 

 

 

 

2021 39 (20)

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (22)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (24)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (25)

 

 

 

 

 

2021 39 (27)

 

 

 

 

 

 

2021 39 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (33)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (35)

 

 

 

 

 

Et c’est là, en basculant sur le versant suivant que vous pourrez accéder à ce magnifique spot de terres rouges, vous ne pourrez pas vous tromper, la trace part à droite sur le Gr, tout droit dans la pente, et effectivement ça descend …

On passe ensuite au-dessus de Larroque (ne pas manquer de s’arrêter au point de vue qui surplombe le village). On grimpe ensuite au Pech de Coumo Davit pour une dernière descente avant un bon raidard qui ramène à Puycelsi …

La trace nettoyée :

https://www.visugpx.com/HfTxMxVXjZ

Bravo les jeunes pour cette performance sur cette balade tout de même exigeante ...

 

 

 

 

2021 39 (37)

 

 

 

 

 

2021 39 (39)

 

 

 

 

 

2021 39 (40)

 

 

 

 

 

2021 39 (41)

 

 

 

 

 

2021 39 (43)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 39 (47)

 

 

 

 

 

 

2021 39 (50)

 

 

 

 

 

2021 39 (49)

 

 

 

 

Pourquoi en VTT et pas en Gravel alors que j’en fais l’éloge ? Je suis déjà passé dans ce secteur en Gravel, pas plus tard que le mois dernier lors du Raid des Bastides dont j’ai publié le compte-rendu. Hier et aujourd’hui, la thématique était la descente, malgré tout un vélo avec de plus gros boudins et des suspensions passera plus facilement et plus vite … Et les deux jeunes qui m’accompagnaient se sont bien amusés dans les descentes, il fallait dons que j’essaie de suivre, d’où le VTT. Je persiste à dire et écrire qu’un Gravel passera partout où un vélo passe, la manière pourra varier …

 

Posté par mastercycle à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2021

VTT enduro à Labruguière

Je n’aime pas la segmentation qui a été faite entre les différentes pratiques du vélo : il n’y a pas si longtemps que ça, si tu avais écouté et suivi les conseils des professionnels ou des magazines spécialisés, tu aurais acheté au moins trois vélos pour assurer ta pratique (un vélo de route, un cyclocross, un VTT de XC, un All-mountain, un vélo de dirt, un vélo de descente … Ça fait plus de trois …). Et je ne parle pas de la taille des roues : pour ceci il te faut un 27,5 pouces ; pour cela un 29 et « Comment, tu roules encore en 26 ? » …Bien sûr, ces disciplines sportives ont chacune leur spécificité, leur technicité, mais pour le pratiquant qui ne cherche que le plaisir de faire du vélo sur toutes sortes de chemins, nul besoin de plusieurs vélos.

Le VTT enduro s'est développé dans les années 2000, principalement en France, et est devenu une discipline à part entière. Sa spécificité tient dans son principe des liaisons entre les spéciales de descente, liaisons montantes non chronométrées mais à effectuer sur le vélo. Et les spéciales sont assez longues et privilégient au maximum les monotraces et les éléments naturels, on est vraiment dans l’ « esprit » du vélo de montagne …
Le VTT enduro a fait lien entre la pratique de la descente et le All-mountain. J’ai un VTT tout-suspendu sans gros débattement, un 26 pouces que j’ai monté moi-même en 2008, avec lequel je pense pouvoir dire que j’ai fit des « gros » trucs (en tout cas à mon niveau), dont je n’ai jamais vu les limites et que je bichonne car je ne veux pas en changer (c’est maintenant un vélo de collection, un Titus Racer-X en titane avec une fourche Sid World Cup …), d’autant plus que depuis bientôt trois ans je me suis mis au couteau suisse du vélo, le Gravel, qui remplace très très souvent mon VTT (y compris dans la caillasse ou les escaliers, il faut juste piloter beaucoup plus « léger » ou fluide, et moins vite quand ça tabasse).

 

2021 38 (1)

 

 

 

2021 38 (2)

 

 

 

 

 

 

 

2021 38 (5)

 

 

 

2021 38 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 38 (9)

 

 

 

Session du jour avec Bastien et son copain Yogann, fans de descente, de dirt, de sauts … Je les amène en Montagne Noire, les « spots » ne manquent pas, le choix de jour porte sur Labruguière et la forêt de Montaud que j’ai déjà eu l’occasion de traverser, sur les terres des Black Mountain Riders qui ont aménagé, avec le soutien des collectivités locales, un bel espace dédié au vélo de montagne et particulièrement à l’enduro. Cette démarche de concertation, de gestion eco-responsable d’un site naturel dédié à a pratique du VTT est exemplaire et est à saluer ! Ce doit être un très gros travail mais le résultat en vaut assurément la peine.

 

https://www.blackmountainriders.org/

Le casse-croûte restera dans la voiture, nous entamons notre journée sur le parking de La Resse (de garer sur la gauche après le petit pont, le côté droit est privé) où nous reviendrons lors de notre balade, juste après Versailles, lieu-dit où nous sommes passés qui malgré tout supportera difficilement la comparaison avec l’autre Versailles, même si le site ici est superbe, un petit goût de Canada, comme on peut le trouver sur le plateau plus haut.

Les Black Mountain Riders partagent sur leur site, leurs traces et liaisons qui sont très bien balisées, nous en avons donc profité ! Merci et bravo à eux !

Vélo de montagne, nous sommes en Montagne Noire, j’écris beaucoup à son sujet, elle est tellement belle et variée et propice à la randonnée en tous genres : nous partons de 400 m environ pour grimper par deux fois à 1000 m (Strava, encore une fois ton calcul de dénivelé cumulé n’est pas bon …) par de belles pistes forestières, les premières centaines de mètres depuis La Resse proposent un bon coup de cul, façon de rappeler qu’il faut se le gagner avant de profiter des descentes. Plusieurs points de départ sont possibles pour venir rouler là.

Et question descentes, nous nous sommes régalés : les traces sont variées, il y a de la caillasse, du single à foison, des sauts, des virages relevés, du technique, du plus facile etc. Le travail a été très bien fait car tout semble naturel, et c’est appréciable. C’est aussi pour cela qu’il faut préserver ce site et le respecter.
Nous avons emprunté les Siouses (3,7 km), le Goulet (2,2 km) et la Resse (2,5 km).
Les forêts traversées sont aussi superbes : feuillus ou conifères alternent en fonction des versants, quelques espaces plus ouverts font place aux bruyères, myrtilles ou framboisiers.

Belle session enduro et un bon dénivelé cumulé … Et bravo les jeunes, vous avez bien envoyé !

 

 

2021 38 (10)

 

 

 

 

 

2021 38 (11)

 

 

 

 

2021 38 (14)

 

 

 

 

2021 38 (16)

 

 

 

 

2021 38 (17)

 

 

 

 

 

 

2021 38 (20)

 

 

 

 

2021 38 (21)

 

 

 

 

2021 38 (22)

 

 

 

 

2021 38 (23)

 

 

 

 

2021 38 (24)

 

 

 

 

2021 38 (25)

 

 

 

 

 

 

 

2021 38 (27)

 

 

 

 

2021 38 (28)

 

 

 

 

2021 38 (31)

 

 

 

 

 

 

2021 38 (34)

 

 

 

 

 

 

2021 38 (35)

 

 

 

 

 

2021 38 (37)

 

 

 

 

 

2021 38 (38)

 

 

 

 

2021 38 (40)

 

 

 

27 juillet 2021

Seudre, Pointe de l'Éguille

 

 

Éguille

Posté par mastercycle à 16:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]