27 novembre 2022

 

 

 

2022 53 (3)

 

 

Ô Gravel Family ride, pique-nique, Special ride et pousse-café - Ô Gravel (ogravel.com)

 

 

2022 53 (42)

 

Posté par mastercycle à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 novembre 2022

 

 

 

000001 (14)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (15)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (16)

 

 

 

 

 

000002 (1)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (2)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (3)

 

 

 

 

 

 

000002 (4)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (5)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

000002 (7)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (8)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (9)

 

 

 

 

 

 

000002 (10)

 

 

 

 

 

 

 

000002 (12)

 

 

 

 

 

 

 

 

000002 (13)

 

 

 

 

 

 

000002 (14)

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2022

 

ogrorog

Ogrorog - Alexandre Friederich

« Octobre - j'ai quitté ma maison, je me suis mis en route » Cet automne-là, l'auteur va de l'Ain à l'Aquitaine avec un but - rejoindre une autre maison - et un projet, celui de voir la forêt. »



 

 

 

 

 

 

 

 

ruby

Elle s'appelle Ruby - Olivia Chaloin

Ne touchez pas au voyage à vélo, vous risqueriez d'y prendre goût ! Lorsqu'il vous attrape, il ne vous lâche plus ! Il vous bouleverse ! Il vous questionne ! Il vous renverse et il ébranle vos certitudes ! Plus qu'un récit de voyages à vélo, ce livre est l'histoire d’une reconstruction. Une jeune femme, avec qui la vie n’a pas été des plus tendres, décide un jour d’enfourcher un tandem avec son homme. Au fil des kilomètres parcourus et des pays traversés, elle panse petit à petit ses blessures. L'amour indéfectible de son compagnon, devenu depuis son mari ; ainsi que les innombrables leçons délivrées par deux voyages successifs en tandem lui permettent d’avancer et d’apprendre. Embarquez avec eux dans un voyage au long cours et suivez cette chronique de couple hors du commun. Bonne route ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

zen

Zen, ou l’art de pédaler / Claude Marthaler / Olizane

Voyager est une expérience très subjective, V une conspiration entre perception, imagination et contrainte physique.» Par ces mots, Claude Marthaler révèle son engagement total dans cet art de vivre qu'il a fait sien. Pédaler et jouir de cette euphorie qui le porte et le transporte, qui lui fait enchaîner envolées déraisonnables et calembours hallucinés. Il livre ici une réflexion «vélosophique» qu'il transcrit avec poésie et humour.

«Voyager lentement, c'est rencontrer rapidement». Voilà l'autre secret de cette énergie incroyable qu'il déploie : le bonheur de la rencontre et du partage.

Pour Claude, «enfourcher un vélo, c'est aussi chevaucher tous les paradoxes». La fragilité devient une force, le rythme indolent un accélérateur. Il rend ainsi à la Terre sa vraie dimension, à la fois immense et intime. La juste mesure du monde.

Posté par mastercycle à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2022

 

 

11:07, le samedi 12 novembre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Éloge du petit tour

Nul besoin d’aligner des dizaines ou des centaines de kilomètres pour prendre du plaisir sur le vélo.

Balade du jour jusqu’au Lac du Laragou (majoritairement par des petites routes même si nous avons suivi deux portions Gravel) pour un pique-nique (manches courtes un 12 novembre, on en profite mais est-ce normal ?) avec Christel, Cédric sur le tandem avec moi et Sylvie (les enfants nous ont rejoints là-bas) pour étrenner le joli et tout neuf vélo de Christel (un Moma, un bon vélo, avec moteur dans le moyeu arrière, pour la pratique de randonnée et se faire plaisir).
Certains pratiquants ne se seraient jamais mis au vélo sans l’assistance : trop dur dans les montées, trop long … C’est donc une très bonne et un plaisir que de voir nos proches prendre ainsi goût à la balade en vélo.
Et pour ma part, je n’ai aucun problème ni état d’âme à les voir me doubler dans les montées, ma masculinité n’en prend absolument pas un coup ! Au contraire, j’en suis ravi ! Et ça ne m’empêche pas ensuite sur le plat d’en mettre un petit coup pour aller vers les 25 km/h, limite d’assistance du moteur …

Et même en pratique très familiale, très loisir, le sport est toujours là, il suffit d’apprendre à gérer son assistance pour tout de même transpirer un peu, les jambes tournent, ce n’est pas une moto, même si cela en a un peu le comportement dans les descentes …

 

 

 

 

2022 51

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06989

 

 

 

 

 

 

 

07:27, le lundi 7 novembre 2022 Garidech, Haute-Garonne

 

2022 49 (1)

 

 

 

Véloboulot du lundi, du mardi et du mercredi – Vélorution - Analyse de parcours cyclable, CQFD en photos

La vélorution a été lancée il y a quelques années pour défendre une vélosophie du vélo utile et l’utilisation de ce moyen de locomotion finalement si pratique sur les trajets courts, et non polluant.
Deux pays dans le monde n’ont pas eu besoin de révolution pour défendre ce moyen de locomotion et le développer en lui donnant la place qu’il mérite : les Pays-Bas et le Danemark … D’autres pays ont suivi l’exemple et ont développé dans certaines de leurs villes ou régions des réseaux cyclables dignes de ce nom et permettant au vélo de pouvoir se substituer à l’automobile comme moyen de locomotion régulier.
En France, Grenoble et Strasbourg font figure d’exemple. Il est donc tout à fait possible, si les politiques s’en donnent vraiment les moyens, de réaliser des infrastructures cycloroutières fiables.
Mais c’est lent, très lent à rentrer dans les consciences de nos décideurs, peut-être tout simplement car très peu d’entre-eux pratiquent le vélo-utile, je ne dirai pas que c’est dû à leur corpulence bedonnante (les inaugurations, les foires agricoles, les réceptions, vous comprenez …), non ce serait vraiment très réducteur et très simpliste … Par contre, c’est un fait : nos décideurs ne sont pas des pratiquants … Je parle bien du vélo utile, pas du vélo sport car nombreux cyclosportifs rechignent à emprunter les cyclables quand elles existent et même si elles sont bien conçues (on y roule moins vite !).

Interrogez ceux qui pratiquent le vélo-boulot, le vélo pour aller faire les courses, le vélo-cargo pour amener les enfants à l’école, testez ces pseudos aménagements cyclables que vous faites aménager pour vous rendre compte de leur utilité réelle ou de leur mauvaise conception …

J’ai un exemple tout près de chez moi : des aménagements cyclables ont été faits pour mener de Garidech et Gragnague au nouveau lycée qui a ouvert cette année.
Une vraie cyclable contourne le Lycée, c’est très bien. Pour aller vers Garidech et récupérer la D45 qui passe sur l’autoroute, il y a un feu spécifique, c’est très bien, d’autant plus que la cyclable est à gauche …

 

 

 

2022 49 (5)

 

 

 

2022 49 (6)

 


Puis, premier hic : il faut passer sur un pont dont les trottoirs sont assez étroits, on indique aux cyclistes qu’ils doivent mettre pied à terre et passer sur ce trottoir, transformé en voie verte. La voie verte continue ensuite, et c’est pas mal, sur le trottoir assez élargi, pourquoi pas.
La voie verte est aménagée des deux côtés, bien …

 

 

 

2022 49 (7)

 

 

 

 

2022 49 (8)

 

 

 

2022 49 (9)

 

 

 

 

2022 49 (10)

 

 

 

 

2022 49 (11)

 

 

 

 

Arrivé au croisement avec la D20B, plus de voie verte, plus de cyclable, alors que la route monte, qu’elle a été élargie (pour le passage des bus, mais on aurait pu y placer aussi une voie cyclable) et qu’un trottoir a été aménagé d’un côté, trottoir déjà envahi par les herbes … Pas bon pour les lycéens garidéchois qui souhaiteraient aller au lycée en vélo. Vous direz peut-être qu’ils ne sont pas nombreux … Avec ce genre de réflexion, on ne fait rien.
Je crois au contraire que créer des itinéraires favorisant les mobilités douces incitera à s’y mettre. Et rêvons, on pourrait continuer les aménagements jusqu’à Montastruc-la-Conseillère ou vers Castelmaurou si la commune dépend de ce lycée …
De tels aménagements ne sont pas à réserver aux grandes agglomérations, en milieu rurbain (si, si, le mot existe), semi-rural ou rural, cela peut aussi être intéressant et utile.

Sur le pont, il aurait suffit de donner priorité aux vélos et les laisser passer sur la chaussée avec un marquage spécifique (zones marquées, chaussées à voie centrale banalisée, CVCB ou « Chaucidou », chaussée pour la circulation douce) comme on commence à en voir et qui sont très mal compris des automobilistes, c’est aussi une question d’éducation routière, de pédagogie, mais nos politiques en ont-ils vraiment envie, et n’y aurait-il pas quelques lobbies très actifs …
Pourtant la vélorution est bien en marche, nombre de personnes autour de moi souhaitent passer au vélo utile pour leurs déplacements courts, il faut occuper la route ! Et par contre se montrer très respectueux du code de la route, cela rendra le cycliste utile crédible …
De bons exemples mardi sur le trajet retour : un cycliste qui coupe tranquillement le rond-point du centre-bourg à Lapeyrouse-Fossat. Oui, il n’y avait personne, donc aucun danger ! Un autre qui grille le feu au carrefour entre la D888 et la D77. Mais quoi, c’était encore orange !
Si vous faites partie d’un club cyclo qui a l’habitude rouler dans le coin le mardi, ne lisez pas les deux lignes qui suivent …

Et ces deux troupeaux de cyclistes qui empiètent sur la voie de gauche, nous circulons tout de même aux heures de pointe … Le code de la route demande pourtant de scinder les groupes de plus de 10 cyclistes, ce n’est pas pour rien …
Et je ne dis pas qu’il ne m’est jamais arrivé de faire une petite entorse au-dit code de la route, malgré tout, j’essaie de rouler responsable.

Cordialité ! Deux voitures me remercient de leur avoir fait signe de passer car j’avais la visibilité avant eux, dans un virage. Cela ne me dérange pas d’être dépassé par une voiture, une moto, un camion, un bus, un autre vélo, je demande juste à ne pas être mis en danger à cause de cela.
Et bien sûr (malheureusement), ces deux ou trois véhicules qui me doublent trop près … C’est inconscient, c’est idiot car cela me met en danger, voilà pourquoi dans ces cas j’emploie souvent le mot « abruti(e) » car on n’a pas envie d’être tolérant, les 1,50 m hors agglomération et 1 m en agglomération ne sont pas inutiles, ils sont vitaux : le cycliste peut faire un écart, tomber, etc. On voit quand pas mal de panneaux le rappelant le long des routes. Il faudrait une vraie campagne nationale de la prévention routière pour donner très officiellement sa place au vélo sur les routes …

Le cycliste n’a que son casque pour se protéger, c’est pour cela qu’on ne peut se permettre de rester dans la demi-mesure …

Toujours au sujet de ce beau lycée de Gragnague : la commune de Gragnague a aménagé une voie verte pour rallier le lycée depuis le centre-bourg, elle est large, séparée de la route, elle traverse une fois la route mais la visibilité est bonne et cette traversée est placée pile au milieu de la ligne droite concernée, c’est donc très bien, bravo ! D’autant plus que la voie verte part ensuite à gauche, la traversée est donc obligatoire.

 

 

 

 

2022 49 (2)

 

 

 

 

2022 49 (3)

 

 

 

 

2022 49 (4)

 

 

 


Mais il y a un hic : le petit pont métallique qui enjambe le Canal du Moulin, très étroit et avec de grosses marches … Ce serait vraiment dommage d’en rester là … J’ose penser que la commune de Gragnague va remplacer ce petit pont (le problème est dans les grosses marches surtout) pour un vrai passage large.

Les sas vélo existent depuis les années 70, les CVCB depuis les années 90, les zones de rencontre et zones 30, elles, sont inspirées des cours urbaines des Pays-Bas des années 60. Les premières pistes cyclables au monde ont été aménagées au 19ème siècle : 1885 à Utrecht, 1894 à Brooklyn, 1896 en Brabant, ou encore en 1900 aux États-Unis avec la California Cycleway de 2 km sur pilotis, les premières vélorues existent depuis les années 80 en Allemagne à Brême … Le rond-point cyclable suspendu d’Eindhoven de 72 m de diamètre inauguré en 2012 et fréquenté chaque jour par 5 000 cyclistes au-dessus de 25 000 voitures laisse rêveur … Il faut tout simplement, par endroits, donner la priorité au vélo, les mentalités changeront ensuite … Mais faut-il une vraie politique pour cela …

 

1

 

 

 

 

cour urbaine

 

 

 

 

CVCB-Pays-Bas-600x400

 

 

 

 

rond-point-aerien-cyclable heindoven

 

 

 

 

 

 

 

 

06:26, le mercredi 26 octobre 2022 Garidech, Haute-Garonne

Nocturne matinale

Celle-là est à ranger dans la catégorie « changement de programme », les nocturnes je les fais plutôt le soir. Si je roule le matin en nocturne c’est en général pour partir faire une longue … Changement de programme, ça arrive, ce n’est pas un problème.
J’ai donc voulu attendre le lever du soleil pour la photo, pas concluant …
Le phénomène de baisse de température juste avant le lever du soleil est toujours impressionnant, le ressentie est réel.

 

 

2022-10-26

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15:07, le lundi 24 octobre 2022 Toulouse, Haute-Garonne

Escaliers …

Un classique maintenant de nos circuits toulousains avec Bastien. Nous avons varié un peu avec un passage à l’Île du Ramier et avec une version plus nature de la descente du centre hospitalier de Rangueil vers Rangueil. Si vous ne les connaissez pas, les escaliers sous coursive qui mènent du CHU jusqu’à la Route de Narbonne valent le détour !

 

 

2022 44 (1)

 

 

 

 

2022 44 (2)

 

 

 

 

 

2022 44 (5)

 

 

 

 

 

2022 44 (6)

 

 

 

 

 

2022 44 (8)

 

 

 

 

2022 44 (9)

 

 

 

 

 

2022 44 (10)

 

 

 

 

2022 44 (11)

 

 

 

 

2022 44 (12)

 

 

 

 

2022 44 (13)

 

 

 

 

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ô Gravel nocturne ride

 

 

 

2022 50 (13)

 

 

Ô Gravel nocturne ride - Ô Gravel (ogravel.com)

 

 

 

Posté par mastercycle à 02:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 novembre 2022

 

 

 

 

000001 (1)

 

 

 

 

 

 

000001 (1)

 

 

 

 

 

 

000001 (2)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (3)

 

 

 

 

 

 

000001 (4)

 

 

 

 

 

000001 (5)

 

 

 

 

 

 

000001 (6)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (7)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (8)

 

 

 

000001 (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

000001 (10)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (11)

 

 

 

 

 

000001 (12)

 

 

 

 

 

 

 

000001 (13)

Posté par mastercycle à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2022

 

 

 

itinéraire d'un dératé

L’étrange itinéraire d’un dératé / Bernard Leconte

La mort brutale du père de Lucien, gamin gauche et un peu bébête, est un déclic : il consacrera sa vie au sport. Il se lance à corps perdu dans le foot, le vélo, l’athlétisme, entrevoyant aussi les joies de l’amour et de la jeunesse. Mais il a beau faire, il reste l’éternel nigaud à côté de la plaque dont on rit pour éviter d’avoir à en pleurer : il grandit nonchalamment, travaille vaguement, flirte mollement, et va voir des matchs au stade avec son seul ami, Jean-Luc.
Sa vie suivra cet itinéraire touchant et pathétique, celui d’un dératé ingénu, qui pédale autant qu’il picole, qui s’engage autant qu’il dort devant la télé. C’est l’histoire d’un enthousiaste velléitaire, d’un raté magnifique, dans lequel on sera tous amenés parfois à se reconnaître malgré nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bistrot breizh

Bistrot Breizh / Pascal le Liboux

Une randonnée à vélo, décrite dans un livre plein d'humour, d'anecdotes et de photos. Découvrez des patronnes typiques et... atypiques, des brèves de comptoir inédites et les paysages magiques de la Bretagne. Pascal Le Liboux et ses amis vous embarquent sur leur porte bagage pour un Tro Breizh à vélo, à travers le pays bigouden, le Cap Sizun, le Léon, le Trégor, le Centre Bretagne, les Côtes d' Armor et le Morbihan jusqu'en pays Gallo...
Des portraits tantôt drôles, tantôt émouvants, des " breizh " de comptoir irrésistibles, des bistrots... et des clients comme vous pensiez qu'il n'en existait plus. Voilà ce que vous présente ce livre en 1019 kilomètres, 144 pages et beaucoup plus de photos. Bretagne-vélo-vieux bistrots, bistrots-vélo-Bretagne ou vélo-Bretagne-bistrots, la trilogie est la même : celle de l'amitié, de la bonne humeur et de la nostalgie.
Dans le livre, vous découvrirez en premier lieu les " Traditionnel(le)s ", 12 tenanciers et tenancières, au moins octogénaires, dont le café est resté celui qu'il était, il y a un siècle. Puis vous ferez connaissance avec les " Espoirs ", c'est à dire ceux qui se préparent au départ en retraite,puis avec les " Ambiances " et les clients qui savent la créer et l'entretenir. Nous vous racontons aussi " Les Moments de Grâce " ces belles rencontres inattendues avec... d'anciens maquisards, un druide autonomiste, un comice agricole ou un éleveur de menhirs..., les moments de plaisir et d'émotion partagés en discussions ou chansons avec des personnages improbables. Nous vous disons tout de nos itinéraires à vélo et des plus belles routes et binojenn sillonnés en Bretagne et vous dévoilons même quelques adresses de gîte et de couvert qui ont accueilli les pèlerins à vélo.
Si vous aimez la Bretagne et le caractère breton, la fête et l'amitié, l'ambiance des bistrots, la simplicité et la chaleur du monde rural, alors vous aimerez ce livre... Qui vous donnera, nous l'espérons, l'envie de remonter sur votre vélo et de convaincre quelques copains de partir, à votre tour, pour votre Bistrobreizh et retomber en enfance durant quelques jours. Ne tardez pas, rendez visite à ces belles patronnes, leurs cafés fermeront bientôt . Agnès a maintenant 97 ans dans son bistrot de Pont-Croix. Faites vite, elle vous attend !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roue-libre-dans-la-ville_9598

Roue libre dans la ville / Pierre Tanguy

Traverser la ville sur son vélo, chaque jour, pour aller au travail. De cette banale expérience, Pierre Tanguy tire une chronique poétique ponctuée de rencontres et marquée par le passage des saisons.
Un marron qui roule sur le bitume, des pois de senteur qui débordent d'un mur, le soleil couchant de juin qui illumine les immeubles : tout est prétexte, pour l'auteur, à s'émerveiller et aussi à jeter un regard amusé sur lui-même et les autres.

Ces instants chapardés dans l'ordinaire des jours, entre logis et bureau, sont de vrais moments de respiration et de souffle retrouvé. La piste cyclable devient ainsi, par la grâce de l'écriture, un véritable espace de méditation.

 

Posté par mastercycle à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2022

Gravel-cyclo trans-Volvestre, Via Garona, Garonne, à la carte – Also in english

J’avais prévu de revenir en vélo d’Ariège et voulais varier un peu : direction donc le Volvestre, et tracé à la carte, c’est-à-dire sans trace établie à l’avance …

Je descends donc la Bouigane puis le Lez en direction de Saint-Girons avec l’intention de monter à Notre-Dame de Marsan pour profiter de joli point de vue sur les massifs environnants et sur Saint-Lizier.
Je veux repasser sur un chemin que je connaissais ou que j’ai connu : il n’est plus praticable … Petite prospection donc qui me fait tourner en rond, je reste donc sur le sentier balisé qui va vers la Croix de Montcalibert, je n’y passerai pas cette fois …

 

 

 

2022 48 (1)

 

 

 

 

2022 48 (2)

 

 

 

 

2022 48 (3)

 

Saint-Lizier

 

 

 

2022 48 (5)

 

 

 

 

 

2022 48 (6)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (7)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (10)

 

 

 

 

2022 48 (11)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (12)

 

 

Je rejoins Sainte-Croix-Volvestre par de très jolies portions Gravel. Le Volvestre est très vallonné, l’agriculture et l’élevage sont bien présents mais les coins sauvages ne manquent pas. Les pistes sont en gravier, certaines plus anciennes sont pierrées, les sentiers (notamment en sous-bois) ne manquent pas.
Après Sainte-Croix, je pars en direction de Montesquieu-Volvestre, belle bastide avec sa halle pittoresque.

Quand le bitume laisse la place au gravier … J’adore ce moment où le bitume laisse la place à la piste, l’aventure commence … La piste peut aussi laisser place au chemin, au sentier, il suffit de passer ce portail pour le bétail, cela mène toujours quelque part, même si ce quelque part oblige à faire demi-tour, il t’aura amené où tu voulais aller, le nulle part n’existe pas, aujourd’hui encore j’ai pu m’en rendre compte même si cela m’aura fait tourner deux fois en rond mais je ne regrette pas, le sente de mouton était magnifique et j’ai pu approcher un superbe taureau … La trace « nettoyée » ne montre pas cela ni les quelques prospections infructueuses (dans le sens gravellistique : rejoindre la rote là-bas, où ces maisons …), la balade complète fait 160 km.

 

 

 

 

 

 

2022 48 (15)

 

 

 

 

2022 48 (17)

 

 

 

 

 

2022 48 (19)

 

 

 

 

2022 48 (20)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (21)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (23)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (25)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (28)

 

Montesquieu-Volvestre

 

 

 

 

2022 48 (29)

 

 

 

 

Ce n’est pas la première et ce ne sera pas la dernière : la balade a été laborieuse … Pas parce que j’ai pas mal prospecté, regardé la carte pour trouver des liaisons Gravel mais parce que le moteur a été très poussif … Je suis parti « tranquillement » ce matin, je savais que j’allais passer une dizaine d’heures sur le vélo (ou à côté) mais dès que j’ai entamé la traversé du Volvestre je me suis rendu compte que le moteur avait du mal a suivre (et que ça allait durer plus longtemps que prévu), je me suis donc dirigé vers Rieux-Volvestre pour suivre un bout du Gr861 Via Garona puis à Carbonne suivre le parcours cyclable de la Garonne (parcours cyclable ne signifie pas piste cyclable, ce parcours emprunte des routes moins fréquentées et certaines portions sont aménagées).

Entre Muret, Roques-sur-Garonne et Portet-sur-Garonne, j’ai tout de même suivi quelques portions plus nature au plus près de la Garonne. En pleine nuit, ambiance garantie, d’autant plus quand j’ai crois de très près deux chevreuils puis des sangliers …

Arrivé à Toulouse, j’ai fait un peu de tourisme, certaines artères sont sales (le gens sont sales) et les noctambules sont nombreux …

Lors d’une telle sortie, laborieuse, les derniers kilomètres sont très durs, ce sont des coins, des rues que tu connais par cœur mais ça n’en finit pas, le dernier kilomètre semble ne pas finir …

La trace : https://www.visugpx.com/ltWs2vJ4mH

 

 

 

 

 

2022 48 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (32)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (33)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (37)

 

 

 

 

I had planned to come back by bike from Ariege and wanted to vary a little: direction Volvestre, and traced to the map, that is to say without trace established in advance ...

So I went down the Bouigane and then the Lez in the direction of Saint-Girons with the intention of going up to Notre-Dame de Marsan to take advantage of the nice view on the surrounding mountains and on Saint-Lizier.
I want to go back on a path I used to know : it is not practicable anymore ... So, a little prospecting makes me turn in circles, so I stay on the marked path which goes to the Croix de Montcalibert, I will not go there this time ...

I join Sainte-Croix-Volvestre by some very nice Gravel sections. The Volvestre is very hilly, agriculture and breeding are very present but there is no lack of wild places. The tracks are made of gravel, some of the older ones are stony, and there is no lack of paths (especially in the undergrowth).
After Sainte-Croix, I set off in the direction of Montesquieu-Volvestre, a beautiful bastide with its picturesque market hall.

When the asphalt gives way to gravel ... I love this moment when the asphalt gives way to the track, the adventure begins ... The track can also give way to a path, to a trail, you just have to pass through this gate for the cattle, it always leads somewhere, even if this somewhere obliges you to turn back, it will have brought you where you wanted to go, nowhere exists, today I was able to realise this even if it made me turn twice in circles but I don't regret it, the sheep trail was magnificent and I was able to get close to a superb bull... The "cleaned" track doesn't show this nor the few unsuccessful prospections (in the gravelly sense : join the rote over there, where those houses ...), the complete walk is 160 km.

It is not the first and it will not be the last: the ride was laborious ... Not because I did a lot of prospecting, looked at the map to find Gravel links but because the engine was very sluggish ... I left "quietly" this morning, I knew that I was going to spend about ten hours on the bike (or next to it) but as soon as I started to cross the Volvestre I realised that the engine was struggling to keep up (and that it was going to last longer than expected), So I headed towards Rieux-Volvestre to follow a part of the Gr861 Via Garona and then in Carbonne to follow the Garonne cycle route (cycle route does not mean cycle track, this route uses less frequented roads and some parts are equipped).

 

 

 

 

 

 

2022 48 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (39)

 

 

 

 

 

2022 48 (41)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (42)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (43)

 

 

 

Between Muret, Roques-sur-Garonne and Portet-sur-Garonne, I still followed a few more natural sections closer to the Garonne. In the middle of the night, the atmosphere was guaranteed, especially when I came across two roe deers and wild boars at close quarters...

When I arrived in Toulouse, I did some sightseeing, some streets are dirty (people are dirty) and there are many night owls ...

During such a laborious ride, the last kilometres are very hard, there are corners, streets that you know by heart but it doesn't end, the last kilometre seems to never end ...

 

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

 

2022 48 (45)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (46)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (47)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (48)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (50)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (51)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (52)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (54)

 

 

 

31 octobre 2022

Vallée d’Orle, les deux versants et sentier Decauville

 

 

2022 52 (12)

 

Cela faisait quelques années que je n’avais pas fait cette balade et je voulais faire découvrir à Bastien la voie Decauville si particulière : la variante du Tour du Biros empruntant l’ancienne voie ferrée qui amenait le minerai des mines biroussannes vers la vallée.

Au XIXème siècle, l’activité minière et prospère dans le Biros : mines de plomb et zinc argentifère au Bentaillou (1 900 m, la forestière qui est mène vaut le détour), au Bulard (2 400m) ou côté espagnol. Les mines du Bentaillou seront ouvertes jusqu’en 1 942.
Les conditions de travail et de vie à ces altitudes étaient très difficiles …
Paul Decauville (1 846-1 922) a mis au point un type de voie ferrée de faible écartement (40 à 60 cm) adapté aux terrains difficiles d’accès, voie entièrement démontable, notamment pour l’hiver dans les zones avalancheuses.

Le sentier Decauville a été réhabilité et est entretenu, les six tunnels encore présents (l’éclairage peut être nécessaire au moins pour un des tunnels) sont bien accessibles ; quand je les avais passés il y a quelques années avec Hugo, nous avions dû faire quelques contorsions pour y pénétrer …

La balade du jour nous a fait prendre un peu de hauteur vers Luentein par un peu de bitume puis une superbe forestière nous a mené sous le Col de l’Arech, le panorama sur la vallée et les sommets environnants est superbe !

 

2022 52 (2)

 

 

 

 

2022 52 (3)

 

 

 

 

 

2022 52 (4)

 

 

 

 

2022 52 (9)

 

 

 

 

2022 52 (10)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (15)

 

 

 

 

2022 52 (18)

 

 

 

 

 

2022 52 (20)

 

 

 

 

2022 52 (24)

 

 

Mon altimètre continue ses fanfaronnades, le cumul de D+ est tout de même conséquent pour ce petit kilométrage, mais en montagne les « petits » kilométrages ne sont jamais anodins …

Et c’est là que nous avons attaqué la première des deux grosses descentes de la journée : une succession ininterrompue de virages serrés très techniques (zoomez la trace, vous comprendrez) d’abord dans la lande puis dans la forêt, qui nous a ramené le long de de l’Orle. Je n’aime pas les devers vers la gauche, j’ai été servi (je le savais), de toute façon cette trace ne peut se faire en vélo que dans ce sens, les montées sont impossibles à contresens …

Là, nous avons suivi le Gr10 qui mène au Port d’Orle (un porté est nécessaire) et avons bifurqué à droite pour rejoindre l’ancienne voie ferrée.
Le sentier peut être suffisamment large par endroit pour souffler un peu et se sentir en sécurité, il est sinon assez étroit, en devers, et les accumulations de feuilles n’ont pas rendu la partie facile.
Nous avons poussé jusqu’au bout de la voie et l’emplacement de la roue du funiculaire encore là.

 

 

2022 52 (25)

 

 

 

2022 52 (28)

 

 

 

 

2022 52 (30)

 

 

 

 

 

2022 52 (31)

 

 

 

 

2022 52 (32)

 

 

 

 

 

2022 52 (34)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (37)

 

 

 

 

2022 52 (38)

 

 

 

 

La deuxième descente qui commence là est elle aussi très technique par ses virages très serrés …

Vélo de montagne, oui le VTT vient bien de là, le Mountain bike, Bastien a fait la balade en VTT, je l’ai faite en Gravel (oui Gravel signifie gravier, gravelle en québécois), d’abord parce que j’ai prévu de rentrer sur Toulouse en Gravel mercredi et ensuite car je voulais tester mon vélo dans des conditions d’utilisation assez engagées, et je ne le regrette pas, Bastien a passé pas de mal de virages serrés sans poser le pied au sol, je n’ai pas sa dextérité, j’en ai quand même passé quelques-uns …

Sur ce genre de balade, la vitesse moyenne n’a pas de sens ou d’importance, tu vas plus vite en montant …

La trace : https://www.visugpx.com/9chW2GS7py

 

 

28 octobre 2022

Gravel-cyclo vers Saint-Girons, voie verte, Castelnau-Durban et à la carte, histoires

Je connais bien les différentes façons de rallier Saint-Girons depuis Argein ou Castillon-en-Couserans en longeant les rives du Lez. J’en ai suivi deux variantes ce matin avec Bastien et ce soir en solo au plus près du Lez … Variantes très agréables et variées …

 

 

 

2022 46 (1)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (2)

 

 

 

 

2022 46 (4)

 Alas

 

 

 

 

 

2022 46 (5)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (6)

 Engomer

 

 

 

 

 

 

2022 46 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (9)

 

 

 

 

2022 46 (11)

 Marbre d'Aubert

 

 

 

 

 

 

2022 46 (12)

 Canal de la Papeterie

 

 

 

 

Nous avons rejoint Sylvie et Salomé pour faire un bout de voie verte vers Foix. Je l’ai déjà écrit : le départ de la voie verte est très mal indiqué (tellement mal que c’en est certainement volontaire, quand on compare à la signalétique et aux aménagements mis en place à Foix, c’est étrange …) à la sortie de Saint-Girons, première à droite en direction de l’aire des gens du voyage qui est désaffectée (détruite plutôt), le parking est un peu plus loin.

 

 

 

 

2022 46 (13)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (15)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (17)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (18)

 

 

 

 

Petite balade familiale donc le long de cette voie verte si agréable, les passages des tunnels sont toujours pittoresques (pas besoin d’éclairage, les lumières s’allument automatiquement dès qu’on entre dans le tunnel). Petite pause à Castelnau-Durban, je laisse Sylvie, Bastien et Salomé là pour aller prendre un peu de hauteur, à la carte (pas de trace préparée) vers le Col de la Crouzette. J’essaie d’aller rejoindre la piste qui mène au Col de la Rille, juste sous la Crouzette, en passant pas Balès, il devrait y avoir une piste là. Elle y est bien, balaise, bien pentue.

 

 

 

2022 46 (20)

 

 

 

 

2022 46 (21)

 

 

 

 

 

2022 46 (23)

 

Entretemps, je suis passé à la croix d’Esplas, très caractéristique avec son socle de marbre rose, exploité ici dans une carrière à ciel ouvert jusque dans les années 70.
Le marbre a une longue histoire dans le coin, le matin nous sommes passés à la marbrière d’Aubert dont l’exploitation a repris, ce marbre a une réputation internationale, c’est le Grand Antique dont la production remonte à l’Antiquité. Ce marbre a servi notamment à décorer l’Hagia Sophia d’Istanbul, la Basilique Saint-Pierre de Rome ou la Basilique Saint-Marc de Venise.

 

 

 

2022 46 (26)

 

 

 

 

 

2022 46 (27)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (29)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (32)

 

 

 

 

Entretemps aussi, j’ai suivi le sentier de randonnée du tour de la Crie pour atteindre Balès, attention ce sentier est très caillouteux et oblige à quelques poussés … On peut l’éviter en restant sur la route mais on redescend pour remonter.
Le chemin balaise après Balès est superbe, herbeux, perpendiculaire aux lignes de niveaux, et mène à cette belle et longue forestière qui va m’amener au Col de la Rille, juste sous La Crouzette.

 

 

 

 

 

2022 46 (36)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (39)

 

 

 

 

 

2022 46 (40)

 

 

 

 

2022 46 (41)

 

 

 

Une stèle nous rappelle que les combats ont pu être rudes dans ces montagnes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Là, je suis descendu vers Riverenert par la route pour ensuite remonter un peu pour rejoindre Encourtiech et son château du XIIIème siècle, un des quatre châteaux du Vicomte du Couserans.
Je suis resté sur les crêtes pour profiter des panoramas sur les vallées et les massifs environnants avant de redescendre sur Saint-Girons.

 

 

2022 46 (46)

 Encourtiech

 

 

 

 

2022 46 (48)

 

 

 

 

 

2022 46 (49)

 Saint-Girons

 

 

 

Retour le long du Canal de la papeterie construit en 1942, pendant la guerre, alors que l’armée allemande occupe la zone libre et a établi un commandement à Saint-Girons pour lutter contre les maquis et surveiller les ports pyrénéens, les Chemins de la liberté passent par le Couserans …

Mon altimètre continue ses fantaisies, je pense qu’il est malheureusement foutu …

La trace : https://www.visugpx.com/X3fWKdLxaX