16 juin 2021

 

07:50, le vendredi 11 juin 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf du jour, inversion de la courbe

Vélotaf du jour, pas mal de circulation mais encore aujourd’hui davantage de comportements courtois que d’incivilités. Pour exemple, cette dame qui me remercie de la main car je lui ai fait de signe de me doubler comme j’avais une meilleure visibilité ou ce conducteur ce soir qui a ralenti derrière moi sans problème le temps que je tourne à gauche … Inversion de la courbe …

 

 

 

 

 

 

 

 

17:51, le mercredi 9 juin 2021 Buzet-sur-Tarn, Haute-Garonne

VTT à Mézens avec Bastien, interrompu, gag

VTT en fin de journée à Mézens avec Bastien, un avant-goût de week-end avant deux jours de boulot …

Gag ! Crevaison sur le vélo de Bastien qui n’est pas encore en tubeless mais qui va l’être très bientôt. On a ce qu’il faut pour réparer : chambre à air, démonte-pneus, pompe. J’enlève la chambre percée, je vérifie qu’il n’y pas d’épine dans le pneu, trouve l’épine, il n’y en a pas d’autre, l’enlève, mets la chambre de rechange, essaie de regonfler, rien !! J’accuse donc la pompe ! On n’est pas loin de la voiture, on arrête la balade …
Retour à la maison, je démonte, vérifie la chambre, elle était percée au niveau de la rustine qui était en place …

J’ai déjà écrit sur Mézens : ces bois offrent de jolis sentiers, très ludiques, par contre les pentes sont prononcées, on monte, on descend sans arrêt. Attention à ne pas oublier que ces bois sont privés et que les randonneurs et les cyclistes y sont tolérés. Ce serait dommage de se voir interdire la fréquentation de ce site si joli …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:46, le mardi 8 juin 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf, un jour sans fin, vent

« Un jour sans fin » est un très bon film américain avec Bill Murray et Andy Mac Dowell dans lequel Phil Connors, journaliste à la télévision et responsable de la météo part faire son reportage annuel dans la bourgade de Punxsutawney où l'on fête le « Groundhog Day », le « Jour de la marmotte ». Dans l'impossibilité de rentrer chez lui ensuite à Pittsburgh pour cause d'intempéries il se voit forcé de passer une nuit de plus dans cette ville perdue. Réveillé très tôt le lendemain il constate que tout se produit exactement comme la veille et réalise qu'il est condamné à revivre indéfiniment la même journée, celle du 2 février...
Revivre tous les jours la même journée et le savoir, et être le seul à le savoir, ce ne doit pas être marrant au début … Mais si je pouvais toujours avoir sur mes trajets à vélo les conditions du vélotaf de ce jour, je signe ! Pourtant il y a eu du monde sur la route, notamment ce soir, mais plusieurs automobilistes se sont montrés particulièrement courtois : deux sont restés suffisamment longtemps derrière moins sans manifester en attendant que la visibilité ou la circulation leur permettent de me doubler, d’autres ont doublé au large en respectant bien les 1,50 m, un autre n’a pas forcé la priorité et m’a laissé passer …

Le vent, comme à son habitude, peut changer dans la journée. Quand on est sur le vélo et qu’on en est témoin, en général on l’a donc deux fois de face …

 

 

2021-06-08

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:00, le mardi 1 juin 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf, gueule de bois, zef

Quand je fais une longue particulièrement réussie (j’en ai pris plein les yeux et plein les jambes), j’éprouve un espèce d’état de bien-être, de sérénité qui dépasse la fatigue, sans faire de mysticisme. Et plus la balade a été belle, plus ça dure.
Donc le mardi matin, quand je remonte sur le vélo pour m’engager sur la D45 et me rendre sur mon lieu de travail, je redoute toujours l’effet « gueule de bois » : pas de motivation, l’envie de faire demi-tour et de repartir là-bas, dans le cas présent plus particulièrement cette longue piste forestière dans la forêt domaniale de Saint-Chinian du côté du Rec de la Flourensole …
Et bien non, malgré le bitume, malgré les voitures nombreuses ce matin mais aux conducteurs courtois, malgré les gouttes qui finalement se sont montrées beaucoup plus nombreuses que je ne l’aurais cru, le coup de pédale était franc, serein …
Ce soir, retour au plus court et contre le vent insistant …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:50, le jeudi 27 mai 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf serein

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! Soleil, usagers pas pressés, les petits oiseaux, premières fauches dans les prés, bientôt l’été, quel plaisir d’aller bosser dans ces conditions. Et en plus la journée a été bonne !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:53, le mardi 25 mai 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf du jour

Parti plus tard ce matin, ou comment en quelques minutes passer du paradis à l’enfer … Festival de bêtise routière ce matin …
Pressés aussi ce soir, les autres usagers de la route …

 

 

2021-05-25

 

 

 

 

 

 

07:45, le vendredi 21 mai 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf au top et petite maraude avec Bastien

Vélotaf au top ! Courtoisie de mise sur la route à l’aller et au retour : le conducteur derrière attend pour doubler d’avoir la visibilité, il ou elle met les warnings pour me remercier de lui avoir fait signe de passer si j’avais une meilleure visibilité que lui, etc. Les jours ne suivent-ils pas sans se ressembler ?

Et le soir petite maraude à Toulouse avec Bastien. Merci Cécile pour les repas. Nous avons maintenant nos « habitudes » (malheureusement devrions-nous dire) mais à chaque fois l’accueil est très chaleureux, les bénéficiaires sont très touchés par les gentilles attentions des cuisiniers et cuisinières bénévoles …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:49, le jeudi 20 mai 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf gâché

Trajet gâché … Non pas à cause de la météo mais à cause d’un abruti en utilitaire ce matin, très pressé, que j’ai empêché de doubler car il ne passait, qui a fait ronfler son moteur ensuite et m’a doublé en trombe et pré, je devais avoir roulé 500 m sur le D45. Et ce soir, une abrutie qui n’a pas compris qu’un vélo dans une descente peut rouler à plus de 40 km/h sans pédaler et qui m’a tranquillement coupé la route alors qu’elle avait un cédez-le-passage.
Mis à part ça, le soleil, les coquelicots et d’autres usagers de la route très courtois, sans les deux imbéciles, ce trajet aurait été un des plus réussis question partage de la route …
J’adore les coquelicots …

 

 

2021-05-20 (2)

 

 

 

 

 

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 juin 2021

Un an de cavale

 

 

un an

 

 

Pendant un an, Marianne et Olaf ont fait le tour du monde à vélo et à pied. Ils ont escaladé des montagnes et vécu en Amérique du Sud, en Asie, en Afrique et en Europe.
Ce soir-là, Olaf et Marianne n'ont pas osé se déshabiller. Tout le village s'était rassemblé autour de leur paillasse, en silence, même les vieux qu'on avait levés pour l'événement, tous étaient là, pour assister à leur coucher. C'était en Éthiopie où l'on doit veiller sur le sommeil des visiteurs. En Inde, ils ont dormi dans des cabanes perchées dans les cocotiers ; en Amérique, sous les étoiles pour mieux entendre hurler les loups ; au Népal, avec des femmes qui semblaient les attendre...
Pendant un an et demi, Olaf et Marianne ont fait le tour du monde à vélo, moyen de transport idéal pour entendre battre le cœur des hommes et à pieds, pour escalader les montagnes et voir la vie d'en haut.
Ils nous rapportent le vrai sens du mot "voyage" : des gens, des grands chemins, des odeurs : la photographie fraîche et joyeuse, loin des clichés, d'un "monde peuplé de toutes sortes de salopards". Et surtout, une idée qui prend forme à chaque coup de pédale : "celui qui va pieds nus ne va pas forcément mal".
Après Un an de cabane, Olaf Candau continue l'exploration minutieuse de ses rêves d'enfant : cette fois, ce n'est plus le tour de lui-même qu'il entreprend, mais celui du monde, à vélo (20 000 km) et l'escalade de quelques sommets au passage, dont un 8000, le Cho Oyu.
Ancien fondeur de compétition, il entraîne sa femme Marianne, danseuse de formation, dans cette aventure qui est, en plus d'un voyage, et avec la même simplicité communicative qui a fait le succès de son premier livre, une très jolie histoire d'amour.

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2021

Malades de sport

À 23 ans, Vincent Guerrier se voit prescrire une chimiothérapie pour soigner le cancer du système lymphatique qui vient de lui tomber dessus. Cet amoureux de sport ne se résout pas à rester cloué au lit et peu à peu reprend goût à l’effort. Il ira jusqu’à courir un marathon, soutenu par sa compagne, Léa.

Convaincus que bouger aide à mieux vivre la maladie, les deux journalistes enquêtent pour comprendre pourquoi si peu de patients savent que l’activité physique permet aussi de se soigner.
En complément des traitements, et à un rythme adapté, elle est une vraie voie d’avenir dans la prévention de la récidive et améliore sensiblement la qualité de vie des patients.

Des études sur des milliers de malades apportent des preuves et les politiques commencent à s’engager pour que l’activité physique soit non seulement prescrite, mais aussi remboursée.

 

Malades de sport couv-large

Posté par mastercycle à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2021

 

 

2019oltour (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 19 (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bouconne (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CapNore2019 (19)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léman (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (17)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

stgirons (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ventoux2020 (8)

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2021

Portes ouvertes Ô Gravel ! 6 juin

2021 29 (14)

 

 

Journée proposée pour les portes ouvertes de notre jeune association.

 

2021 29 (4)

 

 

 

2021 29 (7)

 

 

 

2021 29 (8)

 

 

 

2021 29 (11)

 

 

 

2021 29 (15)

 

 

 

 

2021 29 (16)

 

 

 

 

2021 29 (17)

 

 

Balade familiale le matin entre Blagnac, Beauzelle, Seilh, la superbe passerelle qui traverse depuis 2021 la Garonne au niveau des gravières (il y avait avant à cet endroit un transbordeur qui servait aux entreprises de graviers), Gagnac et Fenouillet.
Cette balade de 25 km est assez connue des toulousains et assez prisée, les sentiers sont balisés par le Grand Toulouse, les bords de Garonne sont très jolis et sont restés sauvages …
On passe notamment à la base de loisirs des 15 sols entre Blagnac et Beauzelle où se trouve la piste de BMX du club de Blagnac. 7 lacs agrémentent cette zone et les bords de Garonne sont très agréables et ludiques à vélo, ainsi que le bois du Bouscassié à Seilh.

La rive droite de la Garonne est moins pittoresque mais très agréable aussi, même si en certains endroits, à certains moments de la journée ou de la nuit, on peut trouver de drôles d’animaux sur 2 pattes en quête de rencontres …

Cette balade offre aussi quelques passages techniques (si si !) qui permettent d’avoir un bon aperçu de ce que peut être le vélo offroad, Gravel, VTT ou autre …

 Nous avions toute de même deux contentieux à régler :
- Les photos que je publie « pètent » souvent, c’est volontaire, j’essaie de retrouver les couleurs pétantes des cartes postales de mes années d’enfance, je ne vous dirai à quelle décennie je fais allusion …
- Le Gravel passe les escaliers, pour preuve ceux de la passerelle de Seilh passés deux fois pour montrer que c’est bien possible, et de escaliers plus faciles dans Toulouse l’après-midi.

 

2021 29 (14) bis

 

 

 

Et ne me dites pas qu’une personne n’avait de casque, moi qui suis un fervent militant de son port, je le sais mais c’est la seule personne à qui je ne peux pas l’imposer !

Rendez-vous éclectique ce matin : des VTT, des vélos Gravel, des enfants, des VTTAE, des vélos quoi et des participants pour une balade très joyeuse et des discussions sur ce que peut proposer Ô Gravel ! La matinée a été réussie : novice ou expert, chacun a pris plaisir à rouler ensemble, à partager.
Mention spéciale à Juliette et Antoine, 5 ans, qui ont « envoyé sévère » …

 

2021 29 (2)

 

 

 

2021 29 (3)

 

 

 

2021 29 (12)

 

 

 

2021 29 (19)

 

 

 

2021 29 (25)

 

 

 

2021 29 (29)

 

 

 

 

2021 29 (31)

 

 

 

 

2021 29 (34)

 

 

 

Et une superbe photo de groupe !

 

2021 29 (14)

 

Un pique-nique a suivi au niveau des Ramiers à Blagnac, bel espace ombragé proche du centre-ville.

 

2021 29 (36)

 

 

 

2021 29 (37)

 

 

 

2021 29 (38)

 

 

 

2021 29 (39)

 

L’après-midi, un circuit plus « sportif » d’une soixantaine de kilomètres (et avec un peu de relief) a été proposé : rejoindre Toulouse par les berges, passer aux Filtres, superbe site méconnu qui n’est pas étranger à la naissance de Ô Gravel !, longer le Canal de Brienne pour rallier ensuite le Pont Neuf, remonter la Garonne par sa rive gauche (en variant par rapport au Gr861 Via Garona), avec de jolis passages assez sauvages du côté de Portet-sur-Garonne, malgré la proximité immédiate des habitations et des zones industrielles et commerciales, jusqu’au pont de Roques. Le circuit suit ensuite le bord de l’Ariège pour monter à Clermont-le-Fort.

 

 

2021 29 (40)

 

 

 

 

 

2021 29 (41)

 

 

 

 

 

2021 29 (43)

 

 

 

 

2021 29 (44)

 

 

 

 

2021 29 (45)

 

 

 

 

 

 

2021 29 (46)

 

 

 

2021 29 (50)

 

 

 

 

2021 29 (51)

 

Là, la trace suit une belle descente endugravel et suit le ruisseau de Notre-Dame par un superbe sentier en sous-bois jusqu’à l’oratoire de Notre-Dame des Bois dont j’ai déjà raconté l’histoire et la légende, ce petit monument construit en 1951 rappelle la présence en ce lieu d’une chapelle détruite à la Révolution où l’on venait en pèlerinage vénérer une statue de la Vierge.

 

 

2021 29 (53)

 

 

 

 

2021 29 (54)

 

 

 

 

2021 29 (55)

 

 

 

2021 29 (56)

 

 

 

 

2021 29 (57)

 

 

https://clermont-le-fort.org/recherches/notre-dame-des-bois-histoire-pelerinage/

Nous avons ensuite roulé sur les coteaux entre Espanès, Aureville, Rebigue, Pechbusque, Pech-David, suivi quelques portions du Gr653 pour revenir en ville et terminer par l’Île du Ramier.

La trace : 

https://www.visugpx.com/ixffslfCAG

 

 

 

2021 29 (59)

 

 

 

 

2021 29 (61)

 

 

 

2021 29 (62)

 

 

 

 

2021 29 (65)

 

 

 

 

2021 29 (67)

 

 

2021 29 (69)

 

 

 

2021 29 (70)

 

Il y avait quelques « gros » clients pour cette balade de l’après-midi : des membres de la Team GSO, des cadres de la Farfelue Team garidéchoises, l’Aigle de Tournefeuille de Ridebike 11 et d’Ô Gravel, la Team machine de Garidech du CVM et d’Ô Gravel !, la balade a été très ludique et par moment bien engagée …

Cette journée illustre bien la vélosophie de Ô Gravel ! : proposer des moments de partage, conviviaux et familiaux, proposer aussi des aventures plus longues ou beaucoup plus longues, plus exigeantes même si le mot d’ordre sera toujours de prendre du plaisir sur le vélo ; faire découvrir de jolis coins de notre Région, les mettre en valeur. Le vélo, et particulièrement le vélo Gravel qui rassemble toutes les pratiques est un formidable moyen de balade et de découverte. Et c’est bon pour la santé et pour l’environnement !

Merci à tous les participants, une bonne quarantaine de personnes sur la journée, votre compagnie a été très agréable !
Pour ma part, je prends autant de plaisir à ces moments de partage que lors de mes longues ou très longues en solo, le plaisir est différent mais réel.

Thierry SCHIAVI, Président de l’Association

 

 

Posté par mastercycle à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 juin 2021

Tour 2019 : Orage et désespoirs - Pourquoi Julian Alaphilippe pouvait gagner le tour de France ?

 

orage et désespoirs

 

Que s'est-il passé le 26 juillet 2019 sur le Tour de France ? Une décision de l'organisateur d'annuler l'étape bouleverse la course...Dans ce livre Guillaume Di Grazia, journaliste à Europsport, mène l'enquête.

Le 26 juillet 2019, l'édition du Tour de France la plus haletante de ce siècle bascule. Pour la première fois dans l'histoire de la Grande Boucle, une étape est arrêtée et ne repartira pas. Au motif d'une météo apocalyptique, les organisateurs interrompent la course entre le col de l'Iseran et Tignes. Journée d'orage mais aussi de gestion de crise dans les voitures d'ASO l'organisateur du Tour de France et de désespoir pour les rêves de victoire tricolore. Thibaut Pinot, en larmes, abandonne le Tour tandis que Julian Alaphilippe cède son maillot jaune à Egan Bernal. Fallait-il arrêter la course ? Était-ce la seule solution à la disposition des organisateurs ? La décision prise par ASO était-elle conforme au règlement ?
Guillaume di Grazia, qui suit le Tour de France pour Eurosport depuis plus de 20 ans, mène l'enquête. Agrémenté de témoignages de coureurs et patrons d'équipe (Julian Alaphilippe, Marc Madiot, Patrick Lefevere, William Bonnet, etc.) et des hommes en charge du plus grand évènement sportif annuel mondial (Christian Prudhomme, Thierry Gouvenou, etc.), ce livre revient en détails sur cette journée d'anthologie. Avec, en point de mire, cette question : Julian pouvait-il gagner le Tour ?

 

Posté par mastercycle à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2021

La Cocagne, la montagne et puis la mer – Also in english

 

J’ai déjà suivi le Canal du Midi sur la journée (longue journée) pour rejoindre la mer et Sète.
Bon nouveau prétexte à rejoindre ce beau coin de Méditerranée : rejoindre Sylvie et Bastien partis la veille et les beaux-parents pour passer le week-end ensemble pour la fête des mères entre Agde et Sète.
J’ai choisi cette fois une variante par une traversée de la Montagne Noire que j’apprécie particulièrement, en passant par son point culminant, le Pic de Nore et ses 1 211 m, ce ne sont pas les Pyrénées mais le dénivelé cumulé sur cette traversée n’est pas anodin, la sortie va prendre du temps … Et cette montagne et son pic sont magnifiques ! Si variés par les sols, la topologie, la végétation, etc. Les influences océaniques, continentales, méditerranéennes ont façonné la nature. Cela faisait aussi un moment que je voulais faire une traversée du massif sur sa longueur.

Départ donc de bon matin dès la fin du couvre-feu pour une longue balade de l’aube au crépuscule (et même plutôt à nuit) par un maximum de chemins pour rallier la Montagne Noire à Dourgne, grimper sur le plateau, traverser le massif, descendre sur Saint-Chinian, suivre un bout de Canal du Midi jusqu’à Béziers, passer Agde et arriver en bord de mer … Je n’ai pas oublié les éclairages …

 

2021 28 (1)

 

 

 

 

2021 28 (3)

 

 

 

 

 

2021 28 (4)

 

 

 

2021 28 (6)

 

 

 

 

 

 

2021 28 (7)

 

 

 

 

2021 28 (8)

 

 

 

 

 

2021 28 (9)

 

 

 

2021 28 (10)

 

 

 

 

2021 28 (11)

 

 

 

La trace pour rejoindre Dourgne traverse la Cocagne et est très vallonnée.
Début du parcours le long de la vallée du Girou, alternant chemins en herbe, pistes rurales et goudron. Le relief va commencer à se présenter du côté du Faget, je remonte la vallée du Girou pratiquement jusqu’à sa source, à côté de Puylaurens.
Là, je bascule vers le Sor et profite des beaux panoramas sur la plaine et la Montagne Noire qui m’attend.

 

 

 

2021 28 (15)

 

 

 

J’adore les Ancolies, ce sont des fleurs fines et timides : elles regardent le plus souvent le sol et vous obligent à vous baisser pour admirer leur architecture.

J’aurai vu quelques animaux sauvages aussi : nombreux rapaces, des biches, des lièvres, un écureuil, pas le temps d’attraper l’appareil photo. Juste l’image de cette biche dans ce champ de blé dont je voyais le corps bondir avec grâce puis disparaître dans le blé haut.

 

2021 28 (12)

 

 

 

 

2021 28 (13)

 

 

 

 

2021 28 (14)

 

 

Plusieurs pistes permettent d’accéder au plateau depuis la plaine, celle de Pistre depuis Sorèze est une des plus belles. Là, je suis passé par Dourgne pour monter par les ardoisières (la piste est superbe, dans la vallée du Taurou, très encaissée, on se croirait vraiment en montagne) pour longer le Désert de Saint-Ferréol et sa chapelle, site magnifique, puis arriver à la Croix des Fangasses, je ne partirai pas à gauche pour faire la jolie, facile et ludique descente vers Arfons, pas de regrets, je la connais bien.

 

2021 28 (16)

 

 

2021 28 (17)

 

 

 

 

2021 28 (18)

 

Je suis les larges pistes forestières vers Les Escudiès. Juste avant les Escudiès, je vais suivre la route pour aller jusqu’au mémorial de Fontbruno. Le Corps Franc de la Montagne a été très actif pendant la Seconde guerre, de nombreux résistants ont tués par l’armée allemande ou la milice française …
Le monument de Fontbruno est composé d'une obélisque de béton de plus de 20 mètres de haut, avec en son sommet des bras indiquant des lieux où a combattu le Corps Franc de la Montagne Noire. Dans la partie inférieure du monument, une crypte a été aménagée. Elle renferme 13 sarcophages où reposent les corps d'hommes tués au combat.

 

2021 28 (19)

 

 

 

2021 28 (49)

 

 

De nombreuses croix commémoratives ont été érigées dans le secteur.

Je poursuis ma balade sur les pistes avant de franchir une première portion engagée sur une superbe descente empruntant une piste VTT. Je suis au-dessus des Montagnès et me dirige par les pistes vers le Pic de Nore.

2021 28 (20)

 

 

 

2021 28 (23)

 

 

 

 

 

2021 28 (24)

 

 

 

 

2021 28 (25)

 

 

 

2021 28 (26)

 

 

 

2021 28 (28)

 

 

 

 

2021 28 (29)

 

 

 

 

 

2021 28 (30)

 

 

 

 

2021 28 (33)

 

 

 

2021 28 (34)

 

 

 

 

2021 28 (36)

 

 

Petite pause casse-croûte, j’ai pris la précaution sur cette sortie de partir avec mes provisions, il y a peu de points où se ravitailler dans ce secteur … Je suis en retard sur l’horaire que j’avais estimé, je pensais pouvoir manger en haut du Pic de Nore. Sur de la longue comme aujourd’hui, je ne m’impose pas de contraintes horaires mais le couvre-feu est toujours de vigueur.

 

2021 28 (37)

 

 

 

 

2021 28 (39)

 

 

 

 

2021 28 (40)

 

 

 

 

 

2021 28 (41)

 

 

 

 

Le Pic de Nore se voit de (très) loin, on peut donc se dire « Je le vois, j’arrive ! » mais il reste encore une bonne distance avant d’en approcher vraiment.
Penser avant de monter au Pic à refaire ses provisions en eau, il va être difficile d’en trouver pendant un long moment … Les cimetières ont toujours un robinet d’eau en fonctionnement.
La montée au Pic se fait par la route depuis Pradelles-Cabardès et est assez roulante. Le Pic de Nore est un site unique, entouré de landes, les influences continentales et méditerranéennes s’y disputent la place, il est d’ailleurs souvent enneigé l’hiver ou même au printemps. Le vent y souffle fort, les arbres d’ailleurs doivent lutter pour dresser leur tronc vers le ciel, le sommet est désert, la lande occupe la place, plus les pins sont tordus par le vent.

 

2021 28 (42)

 

 

 

 

2021 28 (43)

 

 

 

Arrivée au Pic : je suis pratiquement à la moitié du parcours (à peu près 130 km) et maintenant ça descend … Enfin, disons que je vais vers la mer, donc quand j’y serai j’aurai sans aucun doute abordé quelques descentes …
Effectivement, après le Pic, je vais m’engager sur de superbes pistes, superbes, très longues, mais quelques montées viendront encore « agrémenter » la balade, comme si le dénivelé positif cumulé n’était pas assez conséquent …

 

 

2021 28 (44)

 

 

 

2021 28 (45)

 

 

 

2021 28 (47)

 

 

 

 

2021 28 (50)

 

 

 

 

2021 28 (51)

 

 

 

 

2021 28 (53)

 

 

 

 

2021 28 (54)

 

 

 

 

 

2021 28 (55)

 

 

 

 

2021 28 (58)

 

 

 

2021 28 (59)

 

 

 

Je poursuis donc le long du Gr7, passe par le Col de Salettes, le Col de Serières, celui de Sainte-Colombe.

Les pistes sont superbes, je vois et je sens que je me dirige vers la mer : la végétation change, les sols, les couleurs et surtout les odeurs de romarin et de thym …

 

 

2021 28 (62)

 

 

 

 

 

2021 28 (63)

 

 

 

 

2021 28 (64)

 

 

 

 

2021 28 (65)

 

 

 

 

2021 28 (66)

 

 

 

 

J’arrive enfin dans la plaine de Saint-Chinian à Babeau-Bouldoux par une superbe descente VTT. Je ne m’arrêterai pas dans le coin pour déguster ce très bon vin. En vélo, ça « casse » un peu les jambes …Carignan, cinsault, grenache, lledone pelut, mourvèdre et syrah sont les cépages cultivés dans ces vignes. De très bons assemblages donnent ce vin AOC de qualité, Berlou et Faugères ne sont pas loin non plus.

 

 

2021 28 (68)

 

 

 

 

2021 28 (69)

 

 

 

 

2021 28 (71)

 

 

 

 

2021 28 (72)

 

 

 

 

2021 28 (73)

 

 

Encore un peu de relief avant de rejoindre le Canal du Midi juste après le tunnel du Malpas à Colombiers, où passe aussi la voie domitienne romaine qui reliait l’Italie à l’Espagne.
Une autre curiosité est l’étang de Montady, étang asséché et aménagé au XIIIème siècle.
L’oppidum d’Ensérune est aussi tout près, ce site a été occupé par les Gaulois entre le VI 6ème siècle avant notre ère et le Ier siècle après. De nombreux vestiges témoignent de cette époque.

Passage à Béziers le long des neuf écluses de Fonséranes permettant de franchir un dénivelé de 21,50 m sur plus de 300 m. La vue sur la Cathédrale Saint-Nazaire est superbe.

 

2021 28 (77)

 

 

 

2021 28 (78)

 

 

 

2021 28 (79)

 

Je poursuis le long le Canal du Midi, rejoins Vias, Agde, arrive à Marseillan-plage et enfin au Castellas pour conclure cette belle et longue balade, 250 km et 3 500 m de D+ …

La trace nettoyée :

https://www.visugpx.com/nqCaZr9IcY

 


La Cocagne, the mountain then te sea

I have already followed the Canal du Midi during the day (long day) to reach the sea and Sète.
Good new pretext to join this beautiful corner of the Mediterranean: join Sylvie and Bastien who left the day before and the in-laws to spend the weekend together for Mother's Day between Agde and Sète.
This time I chose a variant by crossing the Montagne Noire which I particularly appreciate, passing through its highest point, the Pic de Nore and its 1211 m, it is not the Pyrenees but the cumulative difference in altitude over this crossing is not trivial, the exit will take time ... And this mountain and its peak are magnificent! So varied by soils, topology, vegetation, etc. Oceanic, continental, Mediterranean influences have shaped nature. It had also been a while since I wanted to cross the massif along its length.

So start early in the morning at the end of the curfew for a long ride from dawn to dusk (and even rather at night) by as many paths as possible to reach the Montagne Noire in Dourgne, climb on the plateau, cross the massif , descend to Saint-Chinian, follow a section of the Canal du Midi to Béziers, pass Agde and arrive at the seaside… I have not forgotten the lights …

The trail to reach Dourgne crosses the Cocagne and is very hilly. Beginning of the route along the Girou valley, alternating grass paths, rural tracks and tarmac. The relief will begin to appear on the Faget side, I go up the Girou valley almost to its source, next to Puylaurens. There, I switch to the Sor and enjoy the beautiful panoramas over the plain and the Montagne Noire which awaits me.

I love Ancolies, they are fine and shy flowers: they most often look at the ground and force you to bend down to admire their architecture.
I will have seen some wild animals too: many raptors, hinds, hares, a squirrel, no time to catch the camera. Just the image of this doe in this wheat field whose body I could see leaping gracefully and then disappearing into the tall wheat.

Several tracks allow access to the plateau from the plain, that of Pistre from Sorèze is one of the most beautiful. There, I went through Dourgne to climb through the slate quarries (the track is superb, in the Taurou valley, very deep, it really feels like a mountain) to go along the Desert of Saint-Ferréol and its chapel, a magnificent site, then arriving at the Croix des Fangasses, I will not go to the left to make the pretty, easy and fun descent to Arfons, no regrets, I know it well.

I follow the wide forest tracks towards Les Escudiès. Just before Les Escudiès, I will follow the road to go to the Fontbruno memorial. The Corps Franc de la Montagne was very active during the Second World War, many resistance fighters were killed by the German army or the French militia ... The Fontbruno monument is made up of a concrete obelisk more than 20 meters high, with arms at the top indicating places where the Black Mountain Franc Corps fought. In the lower part of the monument, a crypt has been built. It contains 13 sarcophagi containing the bodies of men killed in combat. Many commemorative crosses have been erected in the area.

I continue my ride on the tracks before crossing a first section engaged on a superb descent borrowing a mountain bike track. I am above the Montagnès and head for the slopes towards the Pic de Nore.

Small snack break, I took the precaution on this outing to leave with my provisions, there are few points where to get supplies in this sector… I am behind on the schedule that I had estimated, I thought be able to eat at the top of the Pic de Nore. In the long run like now, I don't impose time constraints on myself, but the curfew is still in effect.

The Pic de Nore can be seen from (very) far away, so we can say to ourselves "I see it, I'm coming ! " But there's still a fair bit of distance before we get really close.
Thinking before going up to the Peak to replenish your water supplies, it will be difficult to find any for a long time ... Cemeteries always have a working water tap.
The climb to the Pic is done by road from Pradelles-Cabardès and is fairly easy. The Pic de Nore is a unique site, surrounded by moors, continental and Mediterranean influences compete for its place, and it is often snowed in in winter or even in spring. The wind blows strongly there, the trees besides must struggle to raise their trunk towards the sky, the summit is deserted, the moor occupies the place, the more the pines are twisted by the wind.

Arrival at the Peak: I'm almost halfway there (about 130 km) and now it's going down ... Finally, let's say I'm going towards the sea, so when I get there I will undoubtedly have tackled a few descents ...
Indeed, after the Peak, I will embark on superb slopes, superb, very long, but a few climbs will still "enhance" the ride, as if the cumulative positive elevation was not substantial enough ...

I therefore continue along the Gr7, passing by the Col de Salettes, the Col de Serières, that of Sainte-Colombe.

The slopes are superb, I see and I feel that I am heading towards the sea: the vegetation changes, the soils, the colors and especially the odors of rosemary and thyme…

I finally arrive in the plain of Saint-Chinian in Babeau-Bouldoux by a superb mountain bike descent. I will not stop in the area to taste this very good wine. By bike, it “breaks” your legs a bit ... Carignan, Cinsault, Grenache, Lledone Pelut, Mourvèdre and Syrah are the grape varieties grown in these vines. Very good blends give this quality AOC wine, Berlou and Faugères are not far either.

A little more relief before joining the Canal du Midi just after the Malpas tunnel in Colombiers, where also passes the Roman Domitian road which linked Italy to Spain. Another curiosity is the Montady pond, a dry pond built in the 13th century. The Oppidum of Ensérune is also nearby, this site was occupied by the Gauls between the 6th century BC and the 1st century AD. Numerous remains bear witness to this period.

Passage through Béziers along the nine locks of Fonséranes allowing to cross a drop of 21.50 m over more than 300 m. The view of the Saint-Nazaire Cathedral is superb.

I continue along the Canal du Midi, join Vias, Agde, arrive at Marseillan-plage and finally at Castellas to conclude this beautiful and long walk, 250 km and 3 500 m of D +…

The “cleansed” track : https://www.visugpx.com/nqCaZr9IcY

Du côté de Limoux ...

Limoux Camins 2

Posté par mastercycle à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2021

Portes ouvertes Ô Gravel !

 

 

6 juin

 

 

 

Et si, grâce au vélo, nous (re)trouvions des chemins de traverse pour chercher des lieux insolites, de jolis coins de verdure, même aux portes des grandes agglomération … C’est ce que vous propose Ô Gravel à travers ses randonnées et raids, à vous de choisir à quel rythme vous vous y engagerez …

Nous vous proposons de nous retrouver le dimanche 6 juin pour nos portes ouvertes avec 2 sorties au choix le long de la Garonne :

- Le matin, première sortie d’une trentaine de kilomètres le long des deux rives de la Garonne entre Toulouse, Blagnac, Beauzelle, Seilh, Gagnac-sur-Garonne, Fenouillet. Du plaisir et du dépaysement garanti sur des chemins, des sous-bois, des pistes, un peu de goudron et très peu de dénivelé, sortie « familiale » par excellence, très bonne première expérience de ce type de randonnée !

- L’après-midi, un circuit plus physique d’une soixantaine de kilomètres, cette fois en remontant la Garonne jusqu’à Roques-sur-Garonne pour rallier ensuite l’Ariège et les coteaux du Lauragais sous Clermont-le-Fort et poursuivre par les coteaux jusqu’à Pech-David pour retrouver la Garonne au niveau de l’Île du Ramier.

Ceux qui le souhaitent pourront participer aux deux sorties, un lieu de pique-nique sera fixé.

Ces deux sorties nous permettront d’échanger sur les pratiques, les envies et vous donneront peut-être envie de rejoindre l’aventure Ô Gravel …

Merci de me contacter si vous êtes intéressés par ces rendez-vous, je vous enverrai quelques jours avant la sortie les heures, les lieux de rendez-vous et la trace de l’après-midi.

Ô Gravellement !

Thierry

Ô Gravel ! est sur Strava, Komoot, VisuGPX, Facebook, Instagram

 

 

19tourtoulouseG (7)

 

 

 

 

19tourtoulouseG (8)

 

 

 

 

 

19tourtoulouseG (11)

 

 

 

 

19tourtoulouseG (19)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

berges (1)

 

 

 

 

 

 

gravel022019 (10)

 

 

 

 

 

gravel022019 (13)

 

 

 

 

Save 30102020 (4)

 

 

 

 

tlsetouris (19)

 

Posté par mastercycle à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2021

Downstairs and upstairs Toulouse – Also in English

Nouvelle thématique pour visiter Toulouse en vélo : les escaliers … Plutôt avec suspension le vélo, même si récemment j’ai pu descendre quelques escaliers avec mon Gravel. Là, comme nous avions prévu d’en faire beaucoup, j’ai roulé en VTT.

Départ de Jolimont avec Bastien, quelques escaliers intéressants sont dans ce coin.

Nous avons cherché quelques « beaux » escaliers, « beaux » à descendre, certains à remonter (pour cet exercice, les escaliers sur le côté de l’église Saint-Aubin sont parfaits).

 

2021 27 (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 27 (2)

 

 

 

 

 

2021 27 (3)

 

 

 

 

2021 27 (4)

 

 

 

 

 

 

Nous sommes allés du côté de Saint-Georges, sommes passés devant la cathédrale Saint-Étienne pour partir vers la Prairie des filtres et les îles du Ramier.

 

2021 27 (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 27 (6)

 

 

 

Les escaliers les plus longs d’une traite (sans palier) sont certainement ceux de l’Hôtel de Région, assez impressionnants au premier abord …

 

 

 

2021 27 (7)

 

 

 

Les escaliers le long du Boulevard du Maréchal Juin au niveau du Boulevard des Recollets ne sont assurément pas très beaux mais proposent aussi une bonne descente …

 

 

2021 27 (8)

 

Les plus longs escaliers de Toulouse (avec paliers, nous ne les avons pas comptés) relient l’hôpital de Rangueil à la faculté de médecine quelques 60 m plus bas.

Pour les rejoindre, nous sommes montés à Pech-David par le Gr653. Ces escaliers sont toujours là, j’y suis venu pour la première fois il y plus de 20 ans avec Xavier, on cherchait aussi à descendre des escaliers …

 

 

 

2021 27 (9)

 

 

 

 

 

 

2021 27 (11)

 

 

 

 

2021 27 (13)

 

 

 

 

 

 

Nous sommes ensuite vers le centre-ville par les bords de Garonne, il y quelques beaux escaliers, notamment les tous nouveaux aménagés Place Saint-Pierre, pour revenir à notre point de départ.

La trace : https://www.visugpx.com/8j7H3Lve2R

 

 

2021 27 (14)

 

New theme for visiting Toulouse by bike: the stairs ... Rather with suspension of the bike, although recently I was able to descend a few stairs with my Gravel.
There, as we had planned to do a lot, I rode my mountain bike.

 Departure from Jolimont with Bastien, some interesting stairs are in this corner. We looked for some “beautiful" stairs, "beautiful" to go down, some to go up (for this exercise, the stairs on the side of the Saint-Aubin church are perfect).

We went towards Saint-Georges, passed in front of the Saint-Etienne cathedral to leave towards the Prairie of the filters and the islands of the Ramier.

The longest stairs in a row (without landing) are certainly those of the Hôtel de Région, quite impressive at first glance ...

The stairs along the Boulevard du Maréchal Juin at the level of the Boulevard des Recollets are certainly not very beautiful but also offer a good descent ...

The longest stairs in Toulouse (with landings, we have not counted them) connect the Rangueil hospital to the faculty of medicine some 60 m below.

To join them, we went up to Pech-David by the Gr653. These stairs are still there, I came there for the first time over 20 years ago with Xavier, we were also trying to go down stairs ...

We are then towards the city center by the banks of the Garonne, there are some beautiful staircases, in particular the all new arranged Place Saint-Pierre, to return to our starting point.

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,