29 novembre 2017

Gadoue

 

Je retrouve Geoffrey, Jean-Christophe et Bruno en forêt de Buzet.

Geoffrey est toujours posé, poli, on parle de la fin d’année qui approche, Noël aussi, il ne sait pas encore ce qui lui ferai plaisir.

Jean-Christophe me serre la main avec entrain, en fin de ballade, il me prendra dans ses bras car la sortie aura été dure pour lui.

Geoffrey mont avec moi, il faut toujours un petit moment de « réglage » entre les deux équipiers d’un tandem, il bouge un peu, je lui explique de bien rester droit et de pédaler sans à-coups, je lui montre comment se lever légèrement quand on passe un obstacle … On pédale bien en rythme.

Dur aujourd’hui pour Jean-Christophe. Il a du mal à grimper sur le vélo, il est souvent positionné en travers, a du mal à garder les pieds sur les pédales. Bruno a monté des demi cale-pieds, ça ne suffit pas, il va falloir installer des cale-pieds complets. Bruno aura pédalé pas mal pour deux aujourd’hui.

Il a bien plu ces derniers jours, l’automne est bien là, la gadoue aussi. Un rayon de soleil nous accompagne, la forêt est belle avec son tapis de feuille et ces couleurs d’automne, Geoffrey trouve ça aussi joli. Comme on dit familièrement, on « ramasse » un peu de boue, c’est bien mouillé mais ce n’est pas grave, les pantalons (malgré mes pinces à pantalon façon collier de serrage en caoutchouc, Jean-Christophe laissera quelques morceaux de tissu de son pantalon dans le pédalier, comme souvent …) et les vestes iront au lavage ce soir et on lavera les vélos.

La fin de la ballade approche, on prend la traditionnelle photo, je demande à Jean-Christophe s’il veut qu’on reparte faire un tour ou s’il veut rentrer au foyer. Il comprend sans problème et je le comprends aussi : il baisse la tête et me fait comprendre avec ses mots qu’il veut rentrer.

2911

On a roulé une heure, Geoffrey est content, Jean-Christophe passe sa main sur le front (« Ça a été dur ! »), me fait comprendre qu’il va passer sous la douche et me serre fort dans ses bras, « À la prochaine ! ».

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 octobre 2017

à deux c'est mieux

Rendez-vous en forêt de Buzet avec Jean-Christophe et Vivian accompagnés de Bruno, Bastien est aussi avec nous.

Aujourd’hui, nous partons faire une boucle vers Montjoire, un des points culminants du secteur (233 m, le parking Sud de la forêt est à 160 m) qui offre un superbe panorama sur les Pyrénées ou les coteaux du Tarn. Boucle de 15 km environ.
Jean-Christophe semble très content, il vient me serrer la main chaleureusement et me fera la bise à la fin de la rando en me faisant comprendre en s’essuyant le front que cela a été dur aujourd’hui …
Je dis il semble content car comme Cédric, Jean-Christophe s’exprime difficilement ; ou c’est moi qui ne le comprends pas, il faut accepter de voir les choses comme ça.

111017

J’en déjà parlé : comment savoir ce que pense une personne, en situation de handicap ou non, qui ne peut s’exprimer de façon « standard » ? Les sourires, les expressions du visage, les gestes parlent. Il faut accepter que la personne puisse aussi ne pas répondre immédiatement à la sollicitation, Vivian par exemple parle seul par moment et discutera ensuite sans problème. Il est content car son anniversaire approche, 45 ans, il me pose des questions sur ce qui nous entoure, les lieux, ma voiture …
L’acceptation, le respect, l’inclusion passent aussi par ces moments où l’on peut se demander « Qu’est-ce qu’il pense ? » et accepter de ne pas avoir forcément une réponse immédiate, voire pas de réponse. Il faut proposer, stimuler et prendre quand ça vient … Accepter de ne pas tout maîtriser.
Là, je dis « chapeau » aux professionnels qui oeuvrent dans des structures comme Marie-Louise car ce questionnement, ils y sont confrontés tous les jours.
Les résidents ont besoin d’encadrement, de cadre, de soins, ils ont aussi leur propre chemin de vie, dans la structure, à côté, on doit accepter de les accompagner, parfois de suivre leur voie, pas évidente quand on part sur les « chemins de traverse », quand on quitte la norme … Notre société a du travail à faire dans ce sens, j’ose croire que les choses évoluent, les regards changent, les médias s’impliquent un peu plus …

Aujourd’hui, il a fait beau, le pédalage a été un peu plus difficile pour Jean-Christophe et Vivian mais Vivian a demandé quand est-ce qu’on se revoyait et Jean-Christophe m’a pris dans ses bras … Pour Bruno, par contre, toujours le même constat : il pédale facile et pour deux si besoin sans problème et sans assistance, vu le passif et présent sportifs du monsieur, c’est presque « normal » …

Posté par mastercycle à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2017

 

 

 

 

Ajuster : c'est venir devancer, sur la ligne d'arrivée ou dans les derniers mètres d'un sprint, un adversaire qui était tout près de gagner. « Tu fais le mort pendant deux cents kilomètres et tu viens ajuster toute la meute sur la fin. » (Géminiani).

 

photoFinish

 

 

 

 

 

 

Ramasser les casquettes : ne pas avoir gagné, avoir seulement fait acte de présence sur une course.

Posté par mastercycle à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2017

 

 

sivensbuzet (33)

Posté par mastercycle à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2017

Normal ...

Reprise de nos sorties tandems avec Marie-Louise.

Je retrouve avec Bastien Geoffrey et Cédric accompagnés de Bruno en forêt de Buzet. Tous les deux sont contents de venir faire du vélo avec nous. Nous nous saluons joyeusement.

Je vous ai déjà présenté Cédric : il est malentendant, appareillé, il parle beaucoup mais on ne comprend pas ou mal. Comment pourrais-je savoir s’il est content ? Est-ce prétentieux de dire cela ?
Je le pense car il est souriant quand on se voit, il nous parle sans arrêt, très fort, il commente sur le vélo, la communication est là, il n’est pas passif, il ne subit pas la situation.

Geoffrey est en forme, il appuie bien sur les pédales. Il sait faire du vélo seul. Bruno lui propose même, sur un secteur plat et sans danger, de prendre les commandes du tandem : sacrée aventure ! Il manœuvre, fait quelques centaines de mètres, Bruno équilibre derrière le tandem, il use un peu ses semelles. Là, Geoffrey est allé vers de l’inconnu, on sent qu’il s’est dépassé, et même si Bruno reprend rapidement les commandes, bravo à lui !
Il encourage Cédric qui pédale un peu par à-coups. À un moment je lève les pieds des pédales pour le faire pédaler seul, on rigole.

Cédric a du mal à être régulier sur le vélo. Lui aussi de temps en temps fait du vélo seul mais ses trajectoires sont parfois aléatoires, le tandem est plus sûr pour lui …

Nous croisons des promeneurs, nous les saluons, Geoffrey est un jeune homme très poli. Les promeneurs nous encouragent …

Nos sorties se passent toujours bien, les résidents passent un bon moment, nous aussi, on discute, on pédale, de temps en temps on appuie plus fort, on se « tire la bourre », on rigole, quoi de plus normal ?

090917

 

Posté par mastercycle à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 septembre 2017

 

 

Envoyer dans la moulure : relancer la course sans cesse et surtout sans laisser le temps à l'adversaire de récupérer.

 

moulure

 

 

 

 

 

 

Descendre à la cave : tomber du grenier à la cave, exprime un revers de fortune important et subit, une grosse baisse de régime.

 

Posté par mastercycle à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2017

 

 

 

 

 

 

bal (16)

Posté par mastercycle à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2017

 

 

 

 

 

Visser la poignée : se mettre à rouler très vite et à augmenter cette vitesse à la manière d'un motocycliste qui tournerait vivement la poignée des gaz de sa moto.

 

Piocher : pédaler de façon heurtée et saccadée. On dit également « enfoncer des clous », « pédaler carré », « scier du bois ».

 

Posté par mastercycle à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2017

Circuit autour de Salvagnac

 

Très joli circuit, vallonné, qui emprunte d’abord le sentier de randonnée de pays balisé du Salvagnacois pour ensuite rejoindre entre Salvagnac et Puycelsi l’autre sentier « Les Hauts de Maladène » et des portions de circuits VTT du Gaillacois ou le GR46, nombreux sentiers balisés pédestres, VTT ou cavaliers existent sur ce secteur.
Première partie sur des pistes agréables alternant de belles descentes sans difficulté technique et des montées plus ou moins raides … De beaux panoramas sur les coteaux, quelques passages ombragés. Un peu de goudron vers le 20ème kilomètre pour rallier la deuxième partie vers Puycelsi, il doit y avoir possiblité de réduire cette portion peut-être en revenant sur Salvagnac pour boucler le circuit du Salvagnacois et suivre les hauts de Maladène. La Base de loisirs des Sourigous à Salvagnac est un point de départ des sentiers de randonnée.
La deuxième partie du circuit est plus ombragée et plus caillouteuse aussi aux abords de Puycelsi.

Circuit fait avec Xavier pour une « petite » remise en jambes …

La trace : https://www.visugpx.com/lGbgSXk09d

 

sal 2708 (1)

Parking à vélo près de l'église

sal 2708 (2)

sal 2708 (4)

 

 

sal 2708 (5)

sal 2708 (7)

sal 2708 (9)

sal 2708 (10)

sal 2708 (14)

 

 

Posté par mastercycle à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 août 2017

La Bicyclette rouge

 

 

 

 

bicyclette rouge 1

bicyclette rouge 2

Empruntez les nombreux chemins de campagne à la rencontre des habitants de Yahwari. Vous croiserez sûrement cette bicyclette rouge, celle du facteur, qui circule doucement en harmonie avec la nature.

Avec la douceur de ces histoires courtes, Kim Dong Hwa est considéré comme l'un des plus talentueux auteurs de manhwa.

 

Édition Paquet, 4 tomes

 

Posté par mastercycle à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]