19 décembre 2021

Pleine lune – Il fait plus froid au soleil – And in english : full moon - It's colder in the sun

J’avais prévu de faire plus long, je suis donc parti très tôt ce matin, aussi pour profiter de la pleine lune, rouler de nuit et voir son ombre est toujours spectaculaire …

Rencontre avec des chevreuils et des rapaces nocturnes.

La température baisse juste avant le lever du soleil, deux explications à cela :
- C'est l'heure à laquelle l'atmosphère a été le plus longtemps sans la chaleur du soleil. La chaleur s’est dissipée progressivement pendant la nuit et la température est au minimum à ce moment-là. C’est aussi à ce moment-là que le givre peut apparaître sur le sol.
- Le soleil crée une vague de pression qui atteint des points bas deux fois par jour, avant son lever et avant son coucher, cette baisse de pression entraîne une baisse de la température de l'air. 
Au moment du lever, ce sont les parties hautes de l’atmosphère qui sont réchauffées pas les rayons du soleil, la terre tourne, l’air est donc poussé devant le soleil qui se lève et cela entraîne des différences de pression amenant l’air froid près du sol.
Quand le soleil commence à bien balayer la surface du sol, le sol se réchauffe et ce phénomène disparaît.
En hiver, c’est plus spectaculaire car le soleil est plus bas, les rayons rasants.

J’avais déjà remarqué cela et cherché la cause, mais ce matin cela n’a pas été qu’une histoire de ressenti : au moment le crépuscule s’annonçait la température a vraiment chuté et dans les endroits très humides où je suis passé, le givre s’est formé. Et j’ai senti un petit mouvement d’aire venant de l’ouest …

 

 

2021 60 (2)

 

 

 

 

 

2021 60 (3)

 

 

 

 

 

 

 

2021 60 (4)

 

 

 

 

 

 

 

2021 60 (5)

 

 

 

 

 

 

2021 60 (6)

 

 

 

 

Full moon - It's colder in the sun - And in english.

I had planned to do longer, so I left very early this morning, also to take advantage of the full moon, riding at night and seeing its shadow is always spectacular...

Encounter with deer and night raptors.

The temperature drops just before sunrise, two explanations for this:
- This is the time when the atmosphere has been without the heat of the sun for the longest time. The heat has gradually dissipated during the night and the temperature is at its lowest at this time. This is also the time when frost can appear on the ground.
- The sun creates a pressure wave that reaches low points twice a day, before it rises and before it sets.
When the sun rises, it is the upper parts of the atmosphere that are heated by the sun's rays, the earth rotates, the air is pushed in front of the rising sun and this causes pressure differences bringing the cold air close to the ground.
When the sun starts to sweep over the surface of the ground, the ground warms up and this phenomenon disappears.
In winter it is more dramatic because the sun is lower.

I had already noticed this and looked for the cause, but this morning it was not just a matter of feeling: as dusk was coming the temperature really dropped and in the very wet places I passed, frost formed. And I felt a little air movement coming from the west ...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

Posté par mastercycle à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 décembre 2021

Ô Gravel Black mountain pèlerinage 2021 – Also in english

Pèlerinage non pas parce que nous sommes passés sur le désert de Saint-Ferréol et donc devant sa chapelle, ou parce que l’abbaye D’en Alcat n’est pas loin et accueille des retraites, je n’ai rien contre les religions quelles qu’elles soient. Pèlerinage cyclopédique : je fréquente la Montagne noire en VTT ou en Gravel depuis plus de 25 ans grâce à Pierre-Yves qui m’a mis le pied à la pédale du VTT, j’y vais rouler régulièrement, j’y vais en famille pour pique-niquer à Saint-Ferréol, je l’ai traversée, … Et chaque premier samedi des vacances de Noël, j’y fais une sortie, un pèlerinage auquel je convie les amis avec qui je roule régulièrement et ceux qui suivent l’aventure du cyclerit ou d’Ô Gravel …

Au programme cette année un départ depuis Massaguel pour grimper sur le Désert de Saint-Ferréol, rallier ensuite la Croix des Fangasses pour descendre sur Arfons, partir sur le plateau vers le lac de La Galaube, celui de Laprade basse, rejoindre le versant audois vers le joli village de Fontiers-Cabardès pour ensuite passer à la prise d’eau l’Alzeau, rejoindre le bassin du Lampy, suivre un bout de rigole de la Montagne Noire qui alimente le canal du Midi, passer en bout du lac des Cammazes et revenir par Dourgne.

 

 

 

 

2021 59 (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (4)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (5)

Le Désert de Saint-Ferréol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (9)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (10)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (11)

 

 

 

 

 

2021 59 (13)

 

 

 

 

 

2021 59 (15)

 

 

 

 

 

 

2021 59 (17)

 

 

 

 

 

 

2021 59 (18)

 

 

 

 

 

De superbes pistes, quelques passages sur sentiers, du dénivelé, un temps superbe, la vue sur les Pyrénées, pas de quoi salir le vélo (terrains secs ou quand ils étaient humides, c’était de l’eau claire qui ruisselait sur du sable ou du gravier, la portion après Dourgne en versant nord était boueuse) et une très bonne compagnie (Édouard, Félix, Jacques, Jean-Philippe, Ludovic et Sébastien), tous les ingrédients étaient réunis pour passer une très belle journée !

Je l’écris à chaque fois, ce massif de la Montagne noire est magnifique par sa variété : ses reliefs, ses terrains, sa végétation, ses lacs … On passe de la lande à la garrigue à la forêt de feuillus ou de conifères en quelques coups de pédale, on y trouve des belles pistes et de beaux singles, tout pour ravir les amoureux de la nature …

La trace : https://www.visugpx.com/QVXzB3JS5b

 

 

2021 59 (20)

 

 

 

 

 

2021 59 (21)

 La Galaube

 

 

 

 

 

 

2021 59 (23)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (24)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (27)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (28)

 

 

 

 

 

 

2021 59 (29)

 

 

 

 

 

 

2021 59 (31)

 Laprade-basse

 

 

 

 

 

 

2021 59 (32)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (33)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (35)

 

 

 

 

 

 

2021 59 (36)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (37)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (38)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (40)

 

 

 

 

2021 59 (41)

 Fontiers-Cabardès

 

 

 

 

 

2021 59 (43)

 

 

 

 

 

2021 59 (44)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (46)

 

 

 

 

Pilgrimage not because we passed over the desert of Saint-Ferréol and thus in front of its chapel, or because the abbey of D'en Alcat is not far away and welcomes retreats, I have nothing against religions whatever they are. Cyclopedic pilgrimage: I have been riding the Montagne Noire on a mountain bike or a Gravel for more than 25 years thanks to Pierre-Yves who put my foot on the mountain bike pedal, I ride there regularly, I go there with my family to picnic at Saint-Ferréol, I have crossed it, ... And every first Saturday of the Christmas holidays, I make an outing, a pilgrimage to which I invite the friends with whom I ride regularly and those who follow the adventure of the cyclerit or Ô Gravel ...

This year's programme includes a departure from Massaguel to climb the Désert de Saint-Ferréol, then to the Croix des Fangasses to descend to Arfons, to leave on the plateau towards the lake of La Galaube, that of Laprade basse, join the slope of the Aude towards the pretty village of Fontiers-Cabardès to then pass the Alzeau water intake, join the Lampy basin, follow a section of the Montagne Noire channel which feeds the Canal du Midi, pass the end of the Cammazes lake and return via Dourgne.

Superb tracks, a few passages on paths, a lot of difference in altitude, a superb weather, the view on the Pyrenees, no need to dirty the bike (dry grounds or when they were wet, it was clear water which ran on sand or gravel, the portion after Dourgne on the northern side was muddy) and a very good company (Édouard, Félix, Jacques, Jean-Philippe, Ludovic and Sébastion), all the ingredients were gathered to spend a very beautiful day!

I write it every time, this massif of the Montagne Noire is magnificent by its variety: its reliefs, its grounds, its vegetation, its lakes... We pass from the moor to the scrubland to the forest of broad-leaved trees or conifers in a few strokes of the pedal, we find there beautiful tracks and beautiful singles, everything to delight the lovers of the nature...

The cleaned track and more pictures on www.lecyclerit.com.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

 

2021 59 (47)

 

 

 

 

 

2021 59 (48)

 

 

 

 

 

2021 59 (49)

 Le Lampy

 

 

 

 

 

 

2021 59 (51)

 La rigole de la Montagne Noire

 

 

 

 

 

 

2021 59 (52)

 Les Cammazes

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (53)

 

 

 

 

2021 59 (54)

 

 

 

 

 

2021 59 (55)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (56)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (57)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (58)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (59)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (60)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 (61)

 

 

 

 

 

2021 59 (62)

 

 

 

 

 

 

2021 59 (64)

 

 

 

 

 

 

2021 59 (65)

En Calcat

 

 

 

 

Photos partagées par Édouard, Félix, Ludovic, Sébastien :

 

 

 

2021 59 Édouard (1)

 

 

 

 

 

2021 59 Édouard (2)

 

 

 

 

2021 59 Édouard (3)

 

 

 

 

 

2021 59 Édouard (4)

 

 

 

 

 

2021 59 Édouard (5)

 

 

 

 

 

 

2021 59 Félix (2)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 Ludovic (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 Ludovic (3)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 Ludovic (4)

 

 

 

 

 

2021 59 Sébastien (1)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 Sébastien (2)

 

 

 

 

 

 

 

2021 59 Sébastien (3)

 

 

 

 

 

15 décembre 2021

4:17, le mercredi 15 décembre 2021 Garidech, Haute-Garonne

Petit tour dans Toulouse - Also in english

Petit tour dans Toulouse pour proposer une dernière boucle cyclotouristique dans ce que l’on appelle l’hypercentre et le centre historique pour un projet éditorial qui est en cours, je vous en parlerai bientôt …

Il n’y aucune prétention à dire qu’on connaît bien « sa » ville, je suis Toulousain même si j’habite la banlieue rurbaine (celui je l’adore ! Rurbain : tu n’es plus en ville mais tu n’es pas encore à la campagne, tu es nulle part donc ?) mais la lumière, les couleurs, varient au fil des jours et des saisons, d’autant plus avec la brique qui passe du marron au rose tout au long de l’année, les arbres nus permettent aussi de voir des détails auxquels on ne faisait pas attention.
Et se balader en ville en vélo ou à pied sans autre but que la promenade est à chaque fois une redécouverte.

Lors d’une prochaine sortie, j’essaierai de trouver des points de vue inédits des sites que j’ai souvent pris en photo …

 

Tlse 2021-12-15 (1)

 

 

 

 

 

 

 

Tlse 2021-12-15 (3)

 

 

 

 

 

 

 

Tlse 2021-12-15 (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

Tlse 2021-12-15 (5)

 

 

 

 

 

 

 

Tlse 2021-12-15 (7)

 

 

 

 

 

 

A little tour in Toulouse to propose a last cycle tour in what is called the hypercentre and the historical centre for an editorial project which is in progress, I will speak to you about it soon...

There is no pretence to say that one knows "one's" city well, I am a Toulousan even if I live in the rurban suburbs (I love this word ! Rurban : you're not in the city anymore but you're not in the country yet, you're nowhere so ?) but the light, the colours, vary with the days and the seasons, especially with the brick that goes from brown to pink throughout the year, the bare trees also allow you to see details that you didn't notice.
And walking or cycling around the city with no other purpose than to walk is a rediscovery every time.

On a future outing, I will try to find new points of view of the sites I often take pictures of...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

Posté par mastercycle à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2021

 

 

 

 

 

2020 sète (22)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 24 reco (24)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 25 (21)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 26 (49)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RBCC J2 (32)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ronce (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

st-juéry (21)

 

 

 

 

 

 

 

surprise ride 1 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vélotour19 (29)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vil 2012 (81)

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2021

 

 

14:24, le samedi 11 décembre 2021 Garidech, Haute-Garonne

Riding down to town – In english too

Traversée de Toulouse vers Muret avec de bonnes portions de cyclables, et de vraies cyclables : des voies protégées et bien pensées … Pas des bandes rajoutées au sol entre la voie de circulation et une rangée de véhicules garés, tu te demandes quelle portière tu vas manger … Par contre quand une cyclable traverse un accès à un domicile, un immeuble, un parking, ce serait bon de donner la priorité aux cyclistes, trop de cyclables sont en fait des pointillés …
Et un connard, je suis obligé d’employer ce terme, en fin de balade de nuit du côté de Castelmaurou vers Rouffiac, qui me double en plein virage à droite sans aucune visibilité donc (j’étais suffisamment éclairé, il m’a donc bien vu avant de me doubler, tout ça pour gagner quelques secondes puisqu’on arrivait sur un cedez le passage) et une voiture est arrivée en face, j’avoue l’avoir traité de tout, crescendo en commençant par abruti, lui a juste trouvé comme insulte suprême « Pédale ! ». J’assume, je pédale ! Il aurait pu être plus original, que dis-je un nez, une péninsule …


J’ai tricoté un peu sur le retour pour faire un Granfondo (historiquement le Granfondo faisait 75 miles, soit 120 km, aujourd’hui on le valide à 100 km).
Très franchement, je n’ai pas d’objectif sur le nombre de bornes parcourues dans l’année. Par contre, je cherche à faire régulièrement des longues ou des très longues, je vois plutôt ça en heures ou journée sur le vélo … Je ne m’arrête pas non plus au dénivelé d’une sortie quand je la prépare, c’est après coup que j’apprécie le truc … Malgré tout, je suis assez admiratif devant des 15000 bornes ou plus par an, ça représente quand même soit un grand nombre de sortie (ce n’est pas rare chez les cyclos retraités qui enquillent 3 sorties pas semaine dont une longue), soit de sacrées longues … Ça flatte tout de même l’ego de voir le compteur passer à 5 chiffres …

 

Crossing Toulouse towards Muret with good sections of cycle paths, and real cycle paths: protected and well thought-out lanes ... Not strips added to the ground between the traffic lane and a row of parked vehicles, you wonder which door you're going to eat ... On the other hand, when a cycle path crosses an access to a home, a building, a car park, it would be good to give priority to cyclists, too many cycle paths are in fact dotted lines ...
And an asshole, I am obliged to use this term, at the end of a night ride on the side of Castelmaurou towards Rouffiac, who overtook me in the middle of a right-hand bend without any visibility (I was sufficiently well lit, so he saw me well before overtaking me, all that to gain a few seconds since we were arriving on a cedez le passage) and a car arrived in front, I confess to having called him everything, crescendo starting with moron, he just found him the supreme insult "Pédale! ". I assume, I pedal! He could have been more original, what shall I say, a nose, a peninsula...


I knitted a bit on the way back to do a Granfondo (historically the Granfondo was 75 miles, i.e. 120 km, nowadays it is validated at 100 km).
To be honest, I don't have a target for the number of kilometres I ride in a year. On the other hand, I try to do long or very long rides regularly, I see it more in hours or days on the bike ... I don't stop at the difference in altitude of a ride when I prepare it, it's afterwards that I appreciate the thing ... Nevertheless, I'm quite admiring when I see 15000 km or more per year, that represents either a large number of rides (not uncommon for retired cyclists who ride 3 times a week, one of which is long), or some pretty long rides ... It's quite flattering for the ego to see the counter reach 5 digits ...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

Posté par mastercycle à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 décembre 2021

 

 

07:49, le lundi 6 décembre 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélo boulot du lundi et du mardi

Constantes ces jours-ci et ça devrait durer : brouillard le matin, ciel bien couvert la journée. Ces derniers temps, j'ai réussi à passer entre ou plutôt avant ou après les gouttes, même mardi soir malgré ce qu’il est tombé dans la journée puis en soirée ...

Cette année, j'aurai fait une bonne soixantaine de trajets en vélo pour aller travailler, soit environ 2000 km. En faire plus m'obligerait à partir encore plus tôt les jours où je ne suis pas au bureau. Le parcours, même si je fais des détours le soir, soit par sécurité soit par plaisir quand c'est sec, oblige aussi, surtout à l'aller quand je ne peux pas profiter des portions Gravel sans me couvrir de gadoue, à être très attentif et concentré sur la route (je roule en périurbain, ou semi-rural, ou rurbain, sur routes "normales" donc très peu fréquentées en semaine par les cyclistes, il faut s'y faire sa place ...), ce n'est pas toujours une partie de plaisir. Car même si je fais ça pour mon empreinte carbone et pour économiser du carburant et de l'entretien sur ma voiture, il y a quand même du plaisir (si, si, et pourtant j'en fais de belles balades sur d'autres terrains et en d'autres circonstances) à rouler en allant au boulot, plaisir ou bienfait pour la santé : on s'oxygène, on se vide la tête, parfois ça fait travailler la voix quand on échange des amabilités avec les autres usagers ; c'est un sorte de sas de décompression (même ces fois-là quand on rencontre des conducteurs/trices abruti/es ...) très efficace, ça détend.
La possibilité de prendre une douche sur son lieu de travail est par contre nécessaire à ces trajets pour se rendre au boulot.
Le vélotaf de 2021 se termine (encore un ou deux trajets la semaine prochaine), rendez-vous ensuite en 2022 !

La D20 de nuit est un régal : quelques bornes en ligne droite, l’impression d’infini …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:42, le mardi 30 novembre 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélo-boulot du mardi

Froid, c’est de saison et avec le bon équipement on le supporte sans difficulté.
Brumeux ce matin, brouillard épais ce soir, dégagé sur les hauteurs avec la vue sur les Pyrénées …

 

 

2021-11-30 (1)

 

 

 

 

 

 

 

2021-11-30 (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021-11-30 (4)

 

 

 

 

 

 

 

2021-11-30 (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15:36, le samedi 27 novembre 2021 Garidech, Haute-Garonne

Un tour en ville – Also in english

Petit tour en ville sur les cyclables et les voies vertes vers le canal latéral, les berges ou les quais de Garonne, l’île du Ramier que j’affectionne particulièrement pour cette sensation de petit havre de verdure malgré sa fréquentation assez éclectique, le canal du Midi, Montaudran, les Argoulets.
Ciel chargé, quelques gouttes et donc très peu de monde croisé, virée très agréable.

Pourquoi je roule ? On lit beaucoup sur le sujet … Pour moi, c’est d’abord un plaisir, c’est comme ça, ça me suffit, ce n’est qu’un vélo et pourtant tu as une impression de grande liberté, que tu peux aller partout … Tu vas assez vite pour aller loin, pour découvrir ou redécouvrir, mais pas trop vite pour pouvoir vraiment profiter, contempler … Cette activité me place hors du temps : quand je pédale le temps prend une autre dimension, l’espace aussi d’ailleurs. Hors du temps dans la tête, l’esprit est libre, il vagabonde, le cerveau s’aère, tu arrives à bien oublier les « tracas du quotidien », et ça fait du bien …
Et pour moi, il n’y a rien de viril à ça : j’aime bien cet effort, j’aime bien me dire « Ah ouais, pas mal là, j’en ai un peu bavé mais à la fin quel pied ! ». Une bonne sortie, c’est d’abord de beaux paysages, une belle trace, et c’est aussi un peu de dénivelé, de la borne, donc de l’effort physique, un peu de transpiration. Rien de viril puisque je n’ai aucun remord à poser le pied à terre et marcher à côté de mon vélo, c’est aussi ça le vélo.

Partager aussi, passer un bon moment sans forcément beaucoup parler, ou parler de tout et de rien, partager de jolies balades, en faire découvrir, avec des proches, des amis, mes élèves, mes amis de Marie-Louise que je n’ai pas vu depuis le début de la pandémie …
Ce n’est pas une drogue, mais le besoin est là mais sans me sentir en dépendance, j’avoue pratiquer la vélothérapie en automédication et ça fait du bien !

Le vélo est assez diversifié dans ses pratiques, exclusivement musculaire, électrique, route, chemin, couché, en descente, en montée … pour que chacun puisse y trouver son plaisir, alors, pédale !

 

 

 

 

A little tour in the city on the cycle paths and greenways towards the lateral canal, the banks or quays of the Garonne, the Ile du Ramier which I particularly like for its feeling of a small green haven despite its rather eclectic frequentation, the Canal du Midi, Montaudran, the Argoulets.
The sky was heavy, a few drops and therefore very few people passed by, a very pleasant ride.

 

Why do I ride? You read a lot about it ... For me, it's first of all a pleasure, it's like that, it's enough for me, it's only a bike and yet you have a feeling of great freedom, that you can go everywhere ... You go fast enough to go far, to discover or rediscover, but not too fast to really enjoy, to contemplate ... This activity puts me out of time: when I ride, time takes on another dimension, space too. Out of time in the head, the mind is free, it wanders, the brain is aired, you manage to forget the "daily worries", and it feels good ...
And for me, there's nothing manly about it: I like this effort, I like to say to myself "Oh yeah, not bad, I've had a bit of a hard time, a distance,  but in the end, what a great feeling! A good outing is first of all beautiful landscapes, a nice track, and it's also a little bit of difference in altitude, so physical effort, a little bit of sweat. Nothing virile because I have no remorse to put my foot down and walk next to my bike, that's also what cycling is.

Sharing too, having a good time without necessarily talking a lot, or talking about anything and everything, sharing nice walks, making people discover them, with relatives, friends, my students, my friends from Marie-Louise that I haven't seen since the beginning of the pandemic...
It's not a drug, but the need is there, but without feeling addicted, I admit to practising bicycle therapy as a self-medication and it feels good!

Cycling is quite diversified in its practices, exclusively muscular, electric, road, recumbent, downhill, uphill ... so that everyone can find their pleasure, so pedal!

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2021

En vallée d'Orle

Orle 3

Posté par mastercycle à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2021

 

 

little miss

 

20 000km à vélo à travers l'Europe et l'Afrique. Vous êtes-vous déjà dit que vous aimeriez laisser tomber votre routine et partir à l’aventure ? Vous êtes-vous déjà dit que ceux qui osent le faire sont un peu fous ? 20,000 kilomètres à vélo ça vous paraît irréaliste ? Je l’ai fait. Et je ne suis ni sportive ni dérangée - a priori. Je suis juste une fille ordinaire, qui un jour a décidé d’arrêter de se conformer à une vie qui semblait déjà toute tracée. Je suis partie le jour de mes 23 ans, seule, avec mon vélo et ma tente, sans entrainement. J’ai laissé de côté ce confort auquel nous accordons tant d’importance, pour retrouver le temps d’un voyage simplicité et modestie. Et ce que j’ai découvert a dépassé mes espérances. J’ai quitté Paris, sans projet précis, pour suivre mon cœur. J’ai d’abord pédalé seule en Europe pendant 7 mois. Puis je me suis finalement retrouvée en Afrique avec Martin, un cycliste allemand, pour une autre expérience hors du commun. Je suis rentrée de ce voyage qui a duré plus d’un an, avec un nouveau regard, et d’innombrables histoires à raconter, que je veux à présent partager avec vous. J’espère que ce récit sera une source d’inspiration, et prouvera que les rêves peuvent devenir réalité. 

Auteur: Tiphaine Muller

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au-temps-des-criteriums

 

 

 

Les critériums, ou épreuves en circuit fermé, connaissent leur âge d'or dans les années 1950 et 1960. Ils sont l'occasion de contacts privilégiés avec les Bobet, Robic, Anquetil, Darrigade, Van Steenbergen, et tous les autres champions cyclistes du Tour. Les spectateurs peuvent alors se livrer à leur sport favori : la chasse aux autographes.
La Bretagne et plus spécialement les Côtes-d'Armor connaissent la plus forte concentration de ces épreuves, dont Mario Cotti est l'initiateur. Nul mieux que lui ne sait « remplir le seau des primes », relançant sans cesse la bagarre si la course vient à s'endormir. Et quelle bagarre ! Car les indépendants se permettent quelquefois (crime de lèse-majesté) de battre des vedettes du Tour de France ou un champion du monde en titre.
Les critériums amorcent un premier déclin dans les années 1970, puis repartent de plus belle entre 1978 et 1985, à l'époque du roi Hinault. De nos jours, il en reste en tout et pour tout 25 en France, et tout le monde regrette leur disparition car ils apportaient au cyclisme une note de folklore qui lui manque cruellement aujourd'hui. A travers des anecdotes, des récits et de nombreuses illustrations, les auteurs nous font revivre une époque où se pratiquait un autre cyclisme.

Arsène Maulavé a été coureur, cyclotouriste, collectionnant les randonnées dans les massifs montagneux de l'Hexagone (membre des Cent Cols et de l'ordre des Cols Durs). Tantôt pratiquant, tantôt dirigeant, il a toujours évolué dans le milieu du cyclisme. Normand, quand il ne pédale pas, il est pigiste au journal Ouest-France. Il écrit aussi dans Coups de pédales et rédige des portraits d'anciens coureurs dans Normandie-Cyclisme.

Marcel Le Roux vit à Lamballe. Son père était mécanicien de vélos à Plounévez-Quintin et, tout jeune, il baigna dans l'ambiance du cyclisme. Archiviste passionné, il a tout conservé : cartes postales, programmes, livres et revues. Véritable mémoire vivante du cyclisme breton, il est souvent sollicité pour participer à des ouvrages. Speaker officiel de la FFC, il anime une cinquantaine d'épreuves dans l'année. Il a relancé, avec son ami Denis Penndu, le critérium de Lamballe en 2003 et 2004

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2021

 

 

 

 

benta19 (44)

 

 

 

 

 

 

 

creujanv (10)

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC02061

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC03018

 

 

 

 

 

IMG_20210806_110825

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léman (18)

 

 

 

 

 

 

 

massaguel270221 (30)

 

 

 

 

 

 

 

 

mn (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (86)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ol2015 (8)

 

 

Posté par mastercycle à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2021

Hippocampe

 

 

hippocampe

 

La tête me semblait évidente, pour le reste ...

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]