21 juillet 2021

D’une île à l’autre en Gravel : Oléron, Rochefort, La Rochelle, Ré – Also in English

Nous fréquentons chaque année l’Île d’Oléron depuis plus de 25 ans, Sylvie depuis plus longtemps encore, en été ou à d’autres périodes de l’année. Nous aimons particulièrement la côte ouest, à hauteur de Dolus et du Grand-Village-Plage.

Les tarifs ont augmenté, ils augmentent aussi de façon très significative quelques jours avant le lancement de la saison touristique (nous avons pu constater une ou deux fois ce changement d’étiquetage dans les magasins du jour au lendemain aux premiers jours de juillet …) … Cet été les campings (ou celui où nous posons nos valises que nous fréquentons pourtant maintenant depuis un nombre certain d’années …) ont tablé sur une très forte demande et donc imposent des séjours de semaines entières, voilà pourquoi nous sommes passés de trois semaines il y a quelques années, à deux, puis 10 jours, et là une semaine … Mais ce n’est pas le propre d’Oléron, tous les lieux touristiques très demandés procèdent de même … Et ce camping est idéalement placé, ombragé … Digression faite, revenons à notre sujet …

J’ai déjà écrit sur la beauté de l’île d’Oléron, ses jolis coins très sauvages malgré la forte fréquentation, ses pistes cyclables, ses chemins et sentiers beaucoup moins fréquentés et sauvages que j’affectionne et retrouve avec plaisir.

Et depuis quelques années, je profite de notre villégiature sur l’île pour me balader sur le continent proche : l’estuaire de la Seudre est magnifique, Les marais du côté de Moëze, la cité de Brouage, le Canal de la Seudre à la Charente, tous ces coins méritent le détour et la balade.

Pour cette balade, j’ai choisi de rallier la Rochelle via Rochefort où vous pourrez emprunter le superbe pont transbordeur qui a été remis en état (attention aux horaires de traversée), par l’intérieur des terres, puis revenir par la côte, en passant à Port-les-Barques puis le secteur de Moëze et Brouage.

https://www.pont-transbordeur.fr/

 

 

20072021 (1)

 

 

 

 

 

20072021 (2)

 

 

 

 

20072021 (3)

 

 

 

 

20072021 (4)

 

 

Je suis donc allé chercher à Marennes le Canal de la Seudre à la Charente (et réciproquement). Ce canal est très agréable, il traverse des zones de marais, je m’en suis écarté pour me promener dans les terres ou les marais. Par contre il est peu ombragé, c’est après Saint-Agnan que l’on peut rouler à l’ombre.
Je quitte le canal avant sa confluence avec la Charente pour rejoindre Tonnay-Charente, très joli bourg avec son superbe pont suspendu et son château des Capucins.

Les marais abritent de nombreuses espèces sauvages : échassiers (vous pourrez même voir des cigognes), palmipèdes (de nombreux cygnes nichent là), bêtes à poils, etc.

 

 

 

20072021 (5)

 

 

 

 

20072021 (7)

 

 

 

20072021 (8)

 

 

 

 

20072021 (9)

 

 

 

 

20072021 (11)

 

 

 

L’île d’Erablais est une île terrestre, surélévation au milieu des marais et des terres, les collines présentes sur ces terres sont souvent vertes et contrastent avec le couleur des terrains les entourant …

Soleil et vent … Le soleil peut taper fort sur ces terres, le vent peut aussi être de la partie, comme pour cette balade où il n’a pas été franchement défavorable (mais les quelques portions où je l’ai eu de face, j’ai consommé beaucoup d’énergie) jusqu’à La Rochelle et sur la première partie du tour de Ré, mais ensuite je l’ai souvent eu défavorable. Il s’est bien calmé en début de soirée mais s’est levé et a tourné quand je suis arrivé à Bourcefranc et j’ai dons passé le pont vent de face.

Il faut penser à bien s’hydrater et s’alimenter : les cimetières sont toujours des lieux où l’on est sûr (presque) de trouver un robinet, les fontaines publiques devenant plus rares dans les villes (j’en trouverai une à La Rochelle).

 

 

20072021 (13)

 

 

 

 

20072021 (14)

 

 

 

 

 

20072021 (15)

 

 

 

 

 

20072021 (16)

 

 

 

 

 

 

20072021 (18)

 

 

 

 

 

Après Tonnay-Charente, je vais rouler à travers les terres agricoles et d’élevage. De belles pistes traversent ces plaines (le long de la Levée de Parpaings par exemple jusqu’au Pont de Parpaings, où je n’en ai pas vu), quelques bois peuvent apporter un peu d’ombre. C’est un peu vallonné …
Je vais suivre ensuite le Canal de Charras, bien ombragé, le parcours jusqu’aux portes de La Rochelle sera très agréable.
Les canaux ne manquent pas en Charente maritime, nombreux sont bordés de chemins praticables ou de belles pistes.

Je passe à Ballon, petit ou Grand, je n’en ai pas vu mais un très joli chemin va suivre à travers le bois de Plassay qui va me mener jusqu’à La Rochelle et le Canal de la Moulinette via Salles-sur-Mer.

 

 

20072021 (19)

 

 

 

 

 

 

20072021 (23)

 

 

 

 

 

 

20072021 (25)

 

 

 

 

 

20072021 (28)

 

 

 

 

20072021 (31)

 

 

 

La Rochelle est une très belle ville, mariant très bien histoire et dynamisme moderne avec notamment son pôle universitaire et son port industriel que j’ai eu l’occasion de traverser pour atteindre le pont de l’Île de Ré. La Rochelle comme Rochefort méritent la halte touristique, que ce soit pour La Rochelle pour son centre historique, son musée de la mer ou son aquarium (réservez vos entrées, le site peut être très fréquenté), vous pourrez aussi y observer le Belem qui y fait escale, Rochefort ne manque pas non plus de charme pour ses bords de Charente, sa Corderie royale ou l’Hermione, réplique du bateau de La Fayette quand il est parti aux Amériques se joindre aux insurgés indépendantistes. A cette époque (cela n’a peut-être pas trop changé) quand Français et Anglais pouvaient se créer quelques contrariétés, ils ne s’en privaient pas …  

 

 

 

20072021 (33)

 

 

 

 

 

20072021 (35)

 

 

 

 

20072021 (36)

 

 

 

 

20072021 (37)

 

 

 

 

 

20072021 (38)

 

 

 

20072021 (39)

 

 

 

 

 

Ces deux villes mériteraient aussi d’écrire bien davantage à leur sujet, la journée sera longue, je reste bref …

Je trouve un certain charme, ou un certain esthétisme dans les quartiers portuaires industriels, la zone portuaire de La Rochelle est assez étendue, je la traverse au plus près de l’eau.

Et pourquoi pas faire un saut, ou plutôt donner quelques coups de pédale supplémentaires pour faire un tour sur l’Île de Ré ? L’Île de Ré est plus petite qu’Oléron. Une certaine fréquentation plus médiatisée ou médiatique en a fait un site plus « huppé » (un certain « tri » est peut-être aussi opéré avec le péage à payer pour y accéder), l’île est magnifique, ses villages très pittoresques, ses côtes sauvages, l’image de carte postale est permanente, je ne chercherai pas à mettre les deux îles en concurrence, Oléron propose peut-être davantage de variété (et un vrai "intérieur" des terres) par sa taille …

Rochefort, La Rochelle, les îles sont bien aménagées pour la circulation cycliste : de vraies pistes cyclables sont aménagées, protégées. Le pont de l’Île de Ré, lui, propose deux voies complètement séparées pour les vélos et les piétons (par contre, une des voies est réservée aux piétons, comme me le fera gentiment remarquer une dame très agréable et très courtoise, façon pitbull ...). Ce pont et celui de Rochefort sur la Charente présentent une belle pente, ils culminent à plus de 80 mètres …

Je vais faire le tour de Ré par l’Est, au plus près de l’eau et m’autorisant quelques incursions dans l’intérieur de l’île et ses bois. Attention, le sentier du littoral est par endroit interdit à la circulation des deux roues. Je peux le comprendre en cas de grande fréquentation, l’île étant visiblement dédiée à cela ou à la circulation des grosses voitures …

 

 

 

20072021 (40)

 

 

 

 

 

20072021 (41)

 

 

 

 

 

20072021 (43)

 

 

 

 

 

20072021 (44)

 

 

 

 

20072021 (45)

 

 

 

 

De nombreux forts Vauban ont été construits sur l’île, vous pouvez visiter par exemple le Fort La Prée.
J’arrive à La Flotte, je ne m’y suis pas arrêté pour me baigner mais pour m’y alimenter.

Je m’assois donc à la terrasse du Café du Commerce. Une serveuse conviviale me dit qu’elle revient. Plus de 20 minutes plus tard et malgré mes appels, trois couples avec ou sans enfants arrivés après moi auront servis, je me lève et pars … Je n’étais pas vraiment pressé mais malgré tout je n’avais pas l’intention de m’éterniser là, je voulais profiter de ma journée. J’aurais quand même été assis juste à côté de Lionel Jospin, qui fréquente très régulièrement l’île. Quand je suis passé à côté de lui, il m’a pris pour un serveur, s’en est très gentiment excusé, je me suis permis d’échanger quelques mots sur son passé toulousain et ses débuts chez nous.
Si le (ou la) patronn(e) du Café du Commerce lit ces lignes, ce serait plus honnête de noter à l’entrée de votre Café que vous ne servez pas les cyclistes seuls et poussiéreux et vous préférez tabler sur des commandes plus conséquentes … Il y avait du monde mais pas vraiment la foule, par contre je n’étais pas en chemise au crocodile …
Je me suis arrêté à un petit snack voisin pour prendre une crêpe caramel beurre salée, une glace caramel et un soda.

Je me suis arrêté quatre fois sur la journée pour m’alimenter : le matin à Tonnay pour prendre un pain au raisin, deux fois au même snack à La Rochelle pour manger à midi (un panini au kebab-fromage avec des frites, une bière et un soda, il faut manger bien équilibré quand on pratique une activité sportive) et le soir (une glace, un beignet et deux sodas) et à La Flotte.
J’ai bu plus de 5 litres d’eau et 2,5 litres de soda pour m’assurer une bonne hydratation.
En arrivant, bière et soda, accompagné de deux parts de pizza.

Saint-Martin-de-Ré est très joli, très pittoresque.

 

 

20072021 (46)

 

 

 

 

 

 

20072021 (47)

 

 

 

 

 

 

20072021 (48)

 

 

 

 

 

 

 

20072021 (49)

 

 

 

 

20072021 (50)

 

 

 

 

 

Je passe Ars-en-Ré pour arriver en bout d’île au Phare des Baleines. Très subjectivement, je trouve la pointe de Chassiron plus jolie et plus sauvage. Mais l'impression de bout du monde est bien là ...

Le bord de l’île côté Océan est superbe, on peut le suivre pratiquement sur toute sa longueur.

 

 

 

 

20072021 (52)

 

 

 

 

 

20072021 (53)

 

 

 

 

 

20072021 (54)

 

 

 

 

 

 

20072021 (58)

 

 

 

 

 

 

20072021 (60)

 

 

 

 

 

20072021 (61)

 

 

 

 

 

 

 

 

L’activité saulnière est très développée sur l’île, témoins les nombreux marais salins et leurs monticules de sel.

Je repasse à La Rochelle pour suivre la côte au plus près. De nombreux carrelets ont été conservés, certains sont proposés à la location.

 

 

 

 

 

20072021 (63)

 

 

 

 

 

20072021 (64)

 

 

 

 

 

20072021 (65)

 

 

 

20072021 (67)

 

 

 

 

20072021 (69)

 

 

 

 

20072021 (72)

 

 

 

20072021 (74)

 

 

 

 

20072021 (75)

 

 

 

 

20072021 (76)

 

 

 

20072021 (77)

 

 

 

 

 

20072021 (78)

 

 

 

 

20072021 (79)

 

 

 

 

 

20072021 (80)

 

 

 

 

 

20072021 (81)

 

 

 

 

20072021 (82)

 

 

 

 

 

Je passe Angoulins, Châtelaillon-Plage et vais même faire une portion de vélo sur le sable au plus près de l’eau.
En parlant de sable, certains chemins empruntés sur l’Île de Ré et sur cette côte sont sablonneux, ils m’empêchent pas de les passer sur le vélo mais sont très énergivores …

 

 

 

 

20072021 (83)

 

 

 

 

 

 

 

 

20072021 (84)

 

 

 

 

 

20072021 (85)

 

 

 

 

20072021 (86)

 

 

 

 

 

20072021 (88)

 

 

 

 

 

 

 

20072021 (89)

 

 

 

 

 

 

20072021 (90)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il commence à se faire tard et le temps tourne, je sais que je vais arriver très tard, ce n’est pas un problème mais malgré tout je ne fais pas le détour jusqu’à Fouras et la Point de la Fumée qui le méritent pourtant … Je traverse la belle cité de Rochefort et longe la Charente. Je longe la Corderie royale, illuminée d’un jeu de lumière, passe près de l’Hermione.

Il est trop tard pour prendre le pont transbordeur, je gravis donc le pont sur l’estuaire de la Charente pour ensuite récupérer un sentier.

La lumière du jour est bien tombée, je ne passe pas à Port-des-Barques qui mérite aussi le détour.
Je traverse les marais autour de Moëze. Une réserve naturelle a été aménagée et mérite une halte pour se promener et observer la faune et la flore.

 

 

 

 

20072021 (93)

 

 

 

 

 

 

20072021 (94)

 

 

 

 

 

 

20072021 (96)

 

 

 

 

 

 

20072021 (97)

 

 

 

 

 

20072021 (99)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai publié il y a quelques années sur mon blog et sur VisuGPX des traces entre Bourcefranc, Moëze et Rochefort, je vous invite à les découvrir. Vous pouvez aussi consulter les publications de Stef Chatelier sur Strava. Il habite sur Oléron et publie pas mal de choses sur le secteur et vers Rochefort. Il est aussi ambassadeur de la belle Association Hors-Traces aventures qui organise notamment dans le coin l’Océan Tour Gravel, si vous ne connaissez pas le coin, inscrivez-vous :

https://www.hors-traces-aventures.fr/ocean-tour-gravel

 

J’ai dérangé quelques animaux sur une piste entre des maïs : un gros bruit dans les maïs, du lourd façon sanglier, j'ai donné un bon coup de pédale ... J'ai croisé aussi plusieurs chouettes qui ont du se questionner sur ce drôle d'animal passant sur leurs terrains de vol ...

Je traverse la cité pittoresque de Brouage de nuit et rejoins Bourcefranc par les chemins pour terminer cette belle balade en terre charentaise, même si cette année nous n’aurons pas pu profiter autant que voulu …

De l’aube au crépuscule, et plus tard … J’aime beaucoup ces longues balades sur la journée entière, j’en ai plein les jambes et plein la boîte à images. J’arrive à bien gérer mon effort sur de telles distance (je suis encore loin des ultrariders de la TCR, je ne cherche pas non plus à atteindre de telles performances). Comme je l’ai déjà écrit, ce que j’apprécie dans ce genre de balade, c’est l’avant, le pendant bien sûr, et l’après. Avant, je planifie, je trace (j’utilise MapSource installé sur mon ordinateur, des sites comme Openrunner sont très bien faits pour cela aussi), pendant je me régale, je peux aussi en baver un peu certains moments, les boîtes à images cérébrale et numériques fonctionnent à plein, je profite pour prospecter quelque peu et m’éloigner de la trace si je trouve un chemin qui me semble intéressant (j’aurai parcouru plus de 295 bornes sur cette balade), et après je prends plaisir à finaliser mon compte-rendu, nettoyer la trace ou trier les photos prises. Il y a une certaine euphorie ou en tout cas une sensation de bien-être, de sérénité qui dur les jours suivants la balade.

La trace :  https://www.visugpx.com/cGb6XNZrGl

 

 

20072021 (100)

 

 

 

 

20072021 (102)

 

 

 

 

20072021 (103)

 

 

 

 

20072021 (104)

 

 

 

 

 

We have been visiting the Ile d'Oléron for over 25 years, Sylvie for even longer, in summer or at other times of the year. We particularly like the west coast, near Dolus and Grand-Village-Plage.

Prices have increased, they also increase significantly a few days before the start of the tourist season (we have seen this change of labelling in the shops from one day to the next in the first days of July ...) ... This summer the campsites (or the one where we put our suitcases, which we have been visiting for a number of years now ...) have counted on a very high number of visitors. ) have counted on a very high demand and therefore impose stays of whole weeks, that's why we went from three weeks a few years ago, to two, then 10 days, and now one week ... But it's not only Oleron, all the tourist places in high demand proceed in the same way ... And this campsite is ideally placed, shaded ... Digression done, let's come back to our subject ...

I have already written about the beauty of the island of Oleron, its pretty and wild corners despite the high number of visitors, its cycle tracks, its paths and tracks that are much less frequented and wild, which I love and find with pleasure.

And for some years now, I have been taking advantage of our holiday on the island to go for a walk on the nearby continent: the Seudre estuary is magnificent, the marshes near Moëze, the town of Brouage, the Canal de la Seudre à la Charente, all these places are worth the diversions and the walk.

For this walk, I chose to go to La Rochelle via Rochefort where you can take the superb transporter bridge which has been restored (be careful with the crossing times), inland, then return by the coast, passing through Port-les-Barques and the Moëze and Brouage area.

https://www.pont-transbordeur.fr/

I went to Marennes to find the Canal de la Seudre à la Charente (and vice versa). This canal is very pleasant, it crosses areas of marshes, I went away from it to walk in the lands or the marshes. On the other hand it is not very shaded, it is after Saint-Agnan that one can ride in the shade.
I leave the canal before its confluence with the Charente to reach Tonnay-Charente, a very pretty town with its superb suspension bridge and its Capucins castle.

The marshes are home to many wild species: wading birds (you can even see storks), palmipeds (many swans nest there), furry animals, etc.

The island of Erablais is a terrestrial island, raised in the middle of the marshes and the land, the hills present on this land are often green and contrast with the colour of the land surrounding them...

Sun and wind ... The sun can be strong on these lands, the wind can also be part of the game, as for this ride where it was not really unfavourable (but the few portions where I had it from the front, I consumed a lot of energy) until La Rochelle and on the first part of the tour of Ré, but then I often had it unfavourable. It calmed down a bit in the early evening, but it picked up and turned when I got to Bourcefranc and I passed the bridge with a headwind.

You have to remember to keep well hydrated and fed: cemeteries are always places where you are (almost) sure to find a tap, public fountains becoming rarer in towns (I'll find one in La Rochelle).

After Tonnay-Charente, I'll ride through farmland and livestock. There are some nice tracks across these plains (along the Levée de Parpaings for example up to the Pont de Parpaings, I didn't see any), some woods can provide some shade. It's a bit hilly...
I will then follow the Canal de Charras, well shaded, the route to the gates of La Rochelle will be very pleasant.
There is no shortage of canals in the Charente Maritime, many of which are bordered by practicable paths or beautiful tracks.

I passed a balloon, small or large, I did not see any but a very nice path will follow through the wood of Plassay which will lead me to La Rochelle and the Canal de la Moulinette via Salles-sur-Mer.

La Rochelle is a very beautiful city, combining very well history and modern dynamism with in particular its university pole and its industrial port which I had the occasion to cross to reach the bridge of the island of ré. Both La Rochelle and Rochefort are well worth a visit, whether it is for La Rochelle for its historical centre, its sea museum or its aquarium (book your tickets, the site can be very busy), you can also see the Belem which stopped over there, Rochefort is also very charming for its banks of the Charente, its Corderie Royale or the Hermione, a replica of La Fayette's ship when he left for the Americas to join the independence insurgents. At that time (it may not have changed too much) when the French and the English could create a few annoyances, they did not hesitate to do so... 

These two cities would also deserve to be written about much more, the day will be long, I'll keep it short ...

I find a certain charm, or a certain aestheticism in the industrial port districts, the port area of La Rochelle is quite extensive, I cross it as close as possible to the water.

And why not take a leap, or rather give a few extra pedal strokes, to go for a ride on the Île de Ré? The Ile de Ré is smaller than Oléron. A certain amount of media attention has made it a more "posh" site (a certain "sorting" is perhaps also done with the toll to be paid to access it), the island is magnificent, its villages very picturesque, its coasts wild, the picture postcard image is permanent, I will not try to put the two islands in competition, Oleron perhaps offers more variety because of its size...

Rochefort, La Rochelle and the islands are well equipped for cycling: real cycle paths are provided and protected. The bridge on the island of Ré has two completely separate lanes for bikes and pedestrians (however, one of the lanes is reserved for pedestrians, as a very pleasant and courteous lady will kindly point out to me, like a pit bull...). This bridge and the one of Rochefort on the Charente river have a nice slope, they are more than 80 meters high ...

I'm going to walk around Ré from the east, as close as possible to the water and allowing myself a few incursions into the interior of the island and its woods.) Beware, the coastal path is in some places forbidden to two-wheelers. I can understand it in case of great frequentation, the island being visibly dedicated to that or to the traffic of big cars...

Many Vauban forts were built on the island, you can visit for example the Fort La Prée.
I arrive in La Flotte, I did not stop there to swim but to eat.

So I sit down on the terrace of the Café du Commerce. A friendly waitress tells me she's coming back. More than 20 minutes later and despite my calls, three couples with or without children who arrived after me will have been served, I get up and leave ... I was not really in a hurry but despite everything I had no intention to linger there, I wanted to enjoy my day. I would have been sitting right next to Lionel Jospin, who is a regular visitor to the island. When I passed by him, he thought I was a waiter, he apologised very kindly, and I took the liberty of exchanging a few words about his past in Toulouse and his beginnings with us.
If the owner of the Café du Commerce is reading these lines, it would be more honest to note at the entrance of your Café that you don't serve lonely and dusty cyclists and you prefer to count on bigger orders ... There were people but not really crowds, on the other hand I wasn't wearing a crocodile shirt ...
I stopped at a small snack bar nearby to get a caramel butter pancake, a caramel ice cream and a soda.

I stopped four times during the day for food: in the morning in Tonnay for a raisin bread, twice at the same snack bar in La Rochelle for lunch (a kebab and cheese panini with chips, a beer and a soda) and in the evening (an ice cream, a doughnut and two sodas) and in La Flotte.
I drank over 5 litres of water and 2.5 litres of soda to ensure I was well hydrated.

On arrival, beer and soda, accompanied by two slices of pizza.

Saint-Martin-de-Ré is very pretty, very picturesque.

I pass Ars-en-Ré to arrive at the end of the island at the Phare des Baleines. Very subjectively, I find the Pointe de Chassiron more beautiful and wilder.

The edge of the island on the ocean side is superb, you can follow it along its entire length.

The salt industry is very developed on the island, witness the numerous salt marshes and their salt mounds.

I go back to La Rochelle to follow the coast as closely as possible. Many "carrelets" have been preserved, some of them are available for rent.


I pass Angoulins, Châtelaillon-Plage and even go for a stretch of cycling on the sand as close as possible to the water.
Speaking of sand, some of the roads on the island of Re and on this coast are sandy, they don't prevent me from cycling on them but they are energy consuming...

It's getting late and the weather is turning, I know I'm going to arrive very late, it's not a problem but despite everything I don't make the diversions to Fouras and the Point de la Fumée which are worth the diversions ... I cross the beautiful city of Rochefort and ride along the Charente. I walk along the Corderie Royale, illuminated with a play of light, and pass by the Hermione.
It is too late to take the ferry bridge, so I climb the bridge over the Charente estuary and then take a path.

The daylight has fallen, I don't go to Port-des-Barques which is worth a visit.
I cross the marshes around Moëze. A nature reserve has been set up and is well worth a stop to observe the fauna and flora.

I published a few years ago on my blog and on VisuGPX some tracks between Bourcefranc, Moëze and Rochefort, I invite you to discover them. You can also check Stef Chatelier's publications on Strava. He lives on Oléron and publishes a lot of stuff on the area and around Rochefort. He is also an ambassador for the beautiful Association Hors-Traces aventures which organises the Ocean Tour Gravel in the area, if you don't know the area, sign up:

https://www.hors-traces-aventures.fr/ocean-tour-gravel

I cross the picturesque city of Brouage by night and join Bourcefranc by the paths to finish this beautiful stroll in Charente, even if this year we could not enjoy as much as we wanted...

From dawn to dusk, and later ... I really like these long walks all day long, I have plenty of legs and plenty of pictures. I manage my effort well over such distances (I'm still far from the ultrariders of the TCR, I'm not trying to reach such performances either). As I have already written, what I appreciate in this kind of ride is the before, the during of course, and the after. Before, I plan, I trace (I use MapSource installed on my computer, sites like Openrunner are very well done for that too), during I enjoy myself, I can also drool a little at certain moments, the cerebral and digital image boxes are fully functional, I take the opportunity to prospect a little and to move away from the track if I find a path that seems interesting (I will have covered more than 295 km on this walk), and then I take pleasure in finalizing my report, cleaning the track or sorting out the photos taken. There is a certain euphoria or at least a feeling of well-being, of serenity which lasts the days following the ride.

The track : https://www.visugpx.com/cGb6XNZrGl

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 


18 juillet 2021

Gravel sur Oléron autour du Grand-Village

Séjour habituel de juillet sur l’île d’Oléron, habituel, jamais lassé de ce joli coin en bord d’océan, plus court cette année, j’y reviendrai dans une prochaine publication …

Quelques dizaines d’années que nous venons sur l’île, et nous posons toujours nos valises (ou la tente) sur cette côte ouest, d’abord du côté de la passe de l’Ecuissière et sa passe à poisson puis au Grand-Village-Plage, superbe site avec sa belle forêt de feuillus et de pins et ses longues plages.

Ce circuit reprend les incontournables de ce secteur : les sentiers et pistes vers la Pointe de Gatseau, très sauvage, et son petit train, les marais des Bris, le point culminant de l’île à Saint-Trojan et sa descente (oui, oui, j’ai bien écrit descente : deux virages surélevés ont été aménagés, deux jumps aussi), le Petit-Village et ses salines, une incursion dans les marais dans les terres (du côté du Trillou et de Grand-Deau) et les vignobles, les sentiers très ludiques entre La Rémigeasse et l’Ecuissière, les dunes (oui, oui, il y du relief sur Oléron) du côté de l’Epinette, etc.

Quelques chemins empruntés sont peu fréquentées, les herbes peuvent être hautes et les ronces présentes …

La trace : https://www.visugpx.com/6M5tCvdedf

 

 

 

 

 

oléron 1907 (1)

 

 

 

 

oléron 1907 (3)

 

 

 

 

oléron 1907 (4)

 

 

 

 

oléron 1907 (5)

 

 

 

 

 

 

 

oléron 1907 (6)

 

 

 

 

 

 

oléron 1907 (7)

 

 

 

 

 

 

 

oléron 1907 (9)

 

 

 

 

 

 

oléron 1907 (10)

 

 

 

 

oléron 1907 (11)

 

 

 

 

oléron 1907 (12)

 

 

 

 

 

 

oléron 1907 (13)

 

 

 

 

oléron 1907 (14)

 

 

 

 

 

oléron 1907 (15)

 

 

 

 

 

 

oléron 1907 (16)

17 juillet 2021

Un vélo dans la tête

 

 

vélo dans la tête

" J'attends en gare de Saint-Brieuc le train de nuit pour Luchon. Années 1972-1973, j'ai 11 ou 12 ans et des chaussettes qui tire-bouchonnent sur des mollets maigres. Au matin, direction Larboust, je rejoins mon père, cantonnier en chef. Je vais découvrir les calots en papier, le Pschitt citron, le maillot Sonolor de Lucien Van Impe, le Gan de Raymond Poulidor, le Molteni d'Eddy Merckx. Je suis un rural catholique des Côtes du Nord élevé chez les frères, un monde déjà en voie d'extinction. Ici se produit ma première exploration du récit cycliste que je couche sur des cartes postales pour mon grand-père, un poilu qui s'est battu à Dixmude. Comme j'ai toujours été très lent, la sève mettra 25 ans à lever. En 1995, pour Libération, je découvre les seringues d'apothicaire et cette activité épatante où le journaliste peut s'étendre sur l'herbe verte en écoutant le cliquetis des passages de pignons. Je découvre un sport d'orgueil et de grandes forfaitures. Le cyclisme est un terreau si fertile qu'a poussé brutalement dans les années 1990 une botanique vélocipédique enrichie aux phosphates et à la potasse d'Alsace. J'ai crocheté, biné, et vu les grandes pluies acides du dopage s'abattre sur les Tours de Lance Armstrong. Aujourd'hui vieux et gris, j'ai enfin achevé ma croissance. J'ai mis 20 ans à construire sur le Tour une maison forestière avec vue imprenable sur une France qui n'existe plus et un sport désormais prisonnier des prothèses technologiques. Je mets aujourd'hui la cabane en rondins en vente, quelques semaines avant la 101e édition, en ayant fait au préalable le ménage dans plus de mille chroniques données à Libération. " J.-L. Le Touzet

 

Posté par mastercycle à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2021

Ambialet

Ambialet

Posté par mastercycle à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2021

6lacs (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 juin (11)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 13 (16)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 G Seudre (36)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 LeuTauch (22)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 sète (21)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 19 (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 25 (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 25 (50)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 26 (34)

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 juillet 2021

Ô Gravel family ride 11 juillet : Girou, Verfeil, La Balerme

 

2021 33 (22)

Rendez-vous en petit comité ce dimanche matin (certains sont déjà partis en vacances, d’autres profitent de leurs week-end, il nous tenait à cœur de lancer la dynamique des rendez-vous famille) pour une balade vers le Lac de la Balerme, balade nature et histoire : nous sommes passés sur les terres de Pierre-Paul Riquet à Bonrepos-Riquet et à côté du cimetière des Petites filles modèles chères à la Comtesse de Ségur, Camille et Madeleine de Malaret, …

 Deux VTT, deux vélos de route, deux Gravel, un piéton, un britannique, une bretonne, nous sommes dans la vélosophie de Ô Gravel et de ces rendez-vous familiaux : faire du vélo tout simplement, partager, passer un bon moment sans se demander sur quel type de vélo on est assis et on pédale.
Estelle et Jean-Christophe sont partis sur une boucle d’une bonne soixantaine de kilomètres, vallonnée (le départ après le pique-nique leur a réservé aussi un bon raidillon façon col de montagne), pendant que Stéphanie, Bastien, Nabil et Thierry s’engageaient le long du Girou (cela a pu de l’engagement, ils ont dû contourner ou enjamber plusieurs arbres couchés sur les chemins suit au fort coup de vent et de pluie d’il y a deux semaines) pour rallier Verfeil puis La Balerme.

 

 

 

2021 33 (1)

 

 

 

 

 

 

2021 33 (2)

 

 

 

 

 

 

 

2021 33 (3)

 

 

 

 

 

2021 33 (4)

 

 

 

 

 

2021 33 (5)

 

 

 

 

 

 

2021 33 (6)

 

 

 

 

 

2021 33 (7)

 

 

 

 

 

2021 33 (9)

 

 

 

 

 

 

2021 33 (49)

 

 

 

2021 33 (50)

 

Circuit très agréable le long du Girou (le hameau de Nagen mérite la halte, des jolis personnages y ont été installés, attention au puits !) puis liaison par de très jolis chemins jusqu’au lac. Les sentiers ne manquent pas et sont balisés.

 

 

 

 

2021 33 (10)

 

 

 

 

 

2021 33 (11)

 

 

 

 

 

2021 33 (12)

 

 

 

 

 

2021 33 (13)

 

 

 

 

 

 

 

2021 33 (14)

 

Dans le vallon de Rieubaque, vous pourrez voir, en fonction de l’heure, des chevreuils et autres gibiers. Les hauteurs seront le terrain des lièvres.

 Les hauteurs réservent de superbes vues sur Verfeil sur son plus beau profil, les vallées, les massifs au loin (Montagne Noire ou Pyrénées), une partie du parcours est ombragé, ce qui peut être appréciable par temps chaud.

 

 

2021 33 (16)

 

 

 

 

2021 33 (17)

 

 

 

 

 

2021 33 (21)

 

 

 

 

 

2021 33 (23)

 

 

 

 

 

2021 33 (26)

 

 

 

 

 

2021 33 (27)

 

 

 

 

2021 33 (29)

 

 

 

La descente sur le lac de La Balerme par En Bousquet est très ludique, attention tout de même à ne pas oublier que ces chemins sont aussi fréquentés par les randonneurs à pied, partage en toute convivialité.

Le tour du lac est très agréable et vallonné, il est plus facile à faire dans le sens horaire.

Au retour, nous avons suivi le Chemin de Laraignal, puis celui d’En Bax pour varier le retour sur Verfeil et ensuite avons repris les chemins le long du Girou.

 

2021 33 (31)

 

 

 

 

 

 

 

2021 33 (32)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 33 (37)

 

 

 

2021 33 (38)

 

 

 

 

 

 

2021 33 (38)

 

Encore une belle journée passée en bonne compagnie !

 

La trace nettoyée : https://www.visugpx.com/iKNWxl9iaJ

 

 

2021 33 (41)

 

 

 

 

 

 

2021 33 (44)

 

 

 

 

 

 

2021 33 (45)

 

 

 

 

 

 

2021 33 (47)

 

 

 

 

2021 33 (48)

 

 

N’hésitez pas à nous rejoindre :

https://www.helloasso.com/associations/o-gravel/evenements/o-gravel

 

Ne manquez pas non plus notre rendez-vous du 4 septembre : le Ô Gravel Houblon Ride avec ses trois circuits sportifs de 47, 60 et 100 km :

https://www.njuko.net/ogravelhoublonride/select_competition

 

09 juillet 2021

Cyclo-Gravel : véloroutes, voies vertes, le Papogay, le panorama au Saint-Sauveur et le salut à Gaston Fébus - Also in english

 

Version cyclo avec de bonnes portions Gravel (dont un très gros morceau pour rallier le Saint-Sauveur et en descendre) par la vallée de la Garonne, le Salat, Saint-Girons, les véloroutes et les voies vertes, d’un salut à Gaston Fébus et retour par Pamiers, la plaine de l’Ariège, Nailloux et le Canal du Midi.

Passage incontournable au Saint-Sauveur pour profiter du panorama sur la vallée de l’Ariège, le Mont Fourcat et la vue aérienne sur Foix et son château.

Le but de la balade était de rejoindre Bastien et Patrick engagés sur la voie verte entre Saint-Girons et Foix plus tard dans la matinée, d’où un départ très tôt pour moi … Je ne savais vraiment pas si j’allais les croiser, jonction réalisée juste avant Labastide-de-Sérou pour un petit moment avec eux, je relancerai ensuite pour m’attaquer au Saint-Sauveur … Je les retrouverai à Foix, Place Saint-Volusien, pour la pause bière-soda (je ne refuse pas le demi quand je roule mais je l’accompagne toujours d’un soda pour éviter d’avoir les jambes cassées).

 

2021 32 (1)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (3)

 

 

 

 

2021 32 (4)

 

Départ donc au chant du coq (Bertrand, si tu lis ces lignes, le clin d’œil est pour toi en saluant le formidable « boulot » que tu réalises avec Ridebike 11), et même un peu avant … En parlant de coq, j’en entendrai plusieurs tout au long de la journée …
Équipement adéquat : éclairages, veste irridescente (j’ai déjà parlé de la marque Alé et de cette veste au look si particulier, plutôt grise, constituée dans son tissu de microbilles de verre qui reflètent la lumière des phares), manchettes et jambières, frais le matin …
J’apprécie de rouler sans sac à dos, sur de la longue sur la journée je roule avec une sacoche avec le matériel nécessaire dont l’équipement de pluie au cas où …
La balade va durer du chant du coq à l’heure du lièvre (et un peu après, mais sans contrainte de couvre-feu), je rencontrerai plusieurs beaux spécimens en fin de parcours, sur les coteaux avant de descendre sur le Canal du Midi.

La balade s’annonce (très) longue, pour cette fois le part de bitume va être importante, par contre je privilégie toujours les petites routes très peu fréquentées et j’ai suivi une bonne partie du parcours cyclable de la Garonne aménagé par le département qui relie Toulouse au Comminges. Quelques jolies portions Gravel agrémenteront la sortie.

 

 

2021 32 (5)

 

 

 

 

 

2021 32 (6)

 

 

 

 

 

2021 32 (7)

 

 

 

 

2021 32 (8)

 

 

Je suis donc la rive gauche de la Garonne jusqu’à la très jolie commune de Carbonne, avant de traverser pour rejoindre la rive droite. La V83 relie Carbonne à Saint-Gaudens, un tronçon goudronné est réservé aux vélos après Saint-Julien-sur Garonne. Saint-Julien vaut le détour et la halte pour son village gaulois.
Le Gr681 Via Garona passe aussi là, c’est une très bonne alternative si vous recherchez uniquement des chemins (j’en ai déjà suivi quelques parties), même si certains tronçons de Gr peuvent emprunter, ici comme ailleurs, des portions de route, parfois très fréquentées par la gente sur 4 roues …

Si vous ne connaissez pas le site, l’AFV3, Association pour le développement des Véloroutes et des Voies Vertes, tient une carte des voies vertes françaises :

https://www.af3v.org/

Le détour par Rieux-Volvestre est incontournable, que ce soit pour essayer d’apercevoir le Papogay que pour s’arrêter devant sa cathédrale.
Le village est installé dans un méandre de l’Arize, sur le chemin de la Via Garona, chemin secondaire pour aller à Saint-Jacques. Il est très joli, avec ses maisons à colombages.

 

 

 

 

2021 32 (10)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (11)

 

 


Il est connu notamment pour avoir accueilli le procès de l’affaire Martin Guerre en 1560.
Il est connu pour sa Cathédrale de la Nativité-de-Marie et pour son trésor épiscopal. C’est un bâtiment imposant, haut de 43 m, possédant échauguettes et meurtrières, installé en bord d’Arize.

Et enfin, il est connu pour son Papogay dont les fêtesse déroulent chaque premier dimanche de mai. Cette tradition remonte à la Guerre de Cent Ans et plus précisément suite à une défaite française à la suite de laquelle le roi Charles se rendit compte de la supériorité des archers anglais (imaginez le Brexit à l’époque …). Il ordonna que l’on s’entraîne davantage à cette discipline.
À la fin du XVIème, une Compagnie des Chevaliers réservée aux nobles et aux bourgeois et une Société du jeu de l’Arc réservée aux paysans et aux artisans sont créées à Rieux.
Aujourd’hui, la Compagnie des archers du Papogay de Rieux-Volvestre (la Révolution est passée par là, il n’a plus de distinction de classes) désigne chaque année son Roy : celui qui par sa flèche (chacun fabrique ses propres flèches) parvient à faire chuter le Papogay, un perroquet de bois de bois et de métal situé au sommet d’un mat de 45 mètres. Un Papogay est aussi proposée aux plus jeunes, il est placé à 20 mètres.
Rien ne dit par contre pourquoi c’est un perroquet qui a été choisi.

Et comme souvent, une autre origine à l’évènement existe, celle-ci liée à une légende : le Diable aurait hanté il y a bien longtemps la région dans le but de séduire la fille du seigneur local. Celui-ci aurait ordonné à tous les habitants de le chasser. Et c’est un jeune berger qui parvint à transpercer d’une flèche le diable qui avait pris l’apparence d’un Papogay (couillon le Diable, il aurait pu choisir un autre animal, ou alors voulait-il être sûr d’amadouer la demoiselle avec son beau plumage …).

Une très jolie portion Gravel relie Rieux à Saint-Julien.

 

 

 

 

2021 32 (12)

 

 

 

 

2021 32 (13)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (15)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (17)

 

 

 

 

 

2021 32 (18)

 

 

 

 

 

2021 32 (19)

 

 

 

 

2021 32 (20)

 

 

 

 

2021 32 (22)

 

 

 

 

 

2021 32 (23)

 

 

L’approvisionnement en eau et les haltes pour se restaurer ne manquent pas, au moins par la présence des cimetières, les fontaines de village se faisant de plus en plus rares … Je serai très surpris à Cazères, dont le centre-bourg est quand même important, de ne pas trouver de boulangerie en ville … Amis boulangers …

Après Roquefort-sur-Garonne, j’emprunte la V81 : véloroute / voie verte du Piémont Pyrénéen de Roquefort-sur-Garonne à Saint-Girons puis à Foix, qui a été aménagée, comme nombreuses voies vertes sur une ancienne voie ferrée.

Il faut saluer l’engagement des collectivités territoriales dans ces aménagements, il faut utiliser ces parcours, et en parler pour montrer que ces investissements ont leur utilité, ne serait-ce que redynamiser, grâce à l’écotourisme, l’économie de communes délaissées par les nouveaux axes routiers.

La V81 est particulièrement agréable, et particulièrement entre Saint-Girons et Foix où elle est souvent ombragée, ses tunnels sont éclairés au passage des randonneurs. Et même si elle peut parfois être très proche de la route, la circulation routière voisine se fait facilement oublier.
L’intérêt de ces voies vertes est aussi de présenter une faible inclinaison.

Le départ après Saint-Girons est très mal indiqué, il faut prendre à la sortie de la ville et du dernier rond-point la direction de l’aire des gens du voyage (ou de ce qu’il en reste) pour trouver ce départ qui est superbe, ombragé entre deux murs de soutènement couverts de verdure.

Salies-du-Salat, Saint-Lizier, son superbe Palais des évêques et son panorama sur la chaîne des Pyrénées, Saint-Girons, Castelnau-Durban, La Bastide-de Sérou, méritent le détour et la halte, comme bien d’autres lieux, notamment le site de Labouiche et sa rivière souterraine.

 

 

 

2021 32 (24)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (26)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (27)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (28)

 

 

 

 

 

2021 32 (29)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (30)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (31)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (32)

 

 

 

 

 

2021 32 (34)

 

 

 

 

 

2021 32 (35)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (36)

 

 

 

 

2021 32 (37)

 

 

 

 

2021 32 (39)

 

 

 

 

2021 32 (41)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (42)

 

 

 

 

 

2021 32 (43)

 

 

La voie verte mène jusqu’à Vernajoul et des aménagements ont été faits en partie pour rejoindre Foix.
Je la quitte à Labouiche pour aller chercher le Saint-Sauveur, sa croix et son superbe panorama.

Gros morceau qui débute par une dure montée (avec de beaux pourcentages qui pourront obliger à pousser le vélo, mais c’est aussi ça le vélo) sur piste puis chemin pour accéder à Lizonne puis rejoindre le lieu-dit Saint-Saveur et son ancienne métairie (le chemin est théoriquement privé mais souvent fréquenté).
Le plateau est superbe, entre landes, cailloux, buis et bois. Et la vue sur les vallées, le Mont Fourcat en premier plan et les massifs est superbe !
Attention : la descente sur Foix est trialisante, très technique et pourra obliger à descendre de vélo et marcher (mais c’est aussi ça le vélo ! Comme les ronces, j’aime à  le rappeler souvent, je devrais d’ailleurs constituer un herbier avec toutes celles qui régulièrement m’accrochent …) mais cela vaut vraiment le détour !

 

 

 

2021 32 (44)

 

 

 

 

 

2021 32 (45)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (46)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (47)

 

 

 

 

 

2021 32 (49)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (51)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (52)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (53)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (54)

 

 

2021 32 (56)

 

Je retrouve Bastien et Patrick Place Saint-Volusien, Sylvie et Geneviève qui assurent leur logistique voiture, pour une petite pause goûter bière-coca.

Petit coup de pub pour les excellentes bière La Boussole, brasserie établie à Taurignan-le-Vieux :

https://www.brasserie-laboussole.fr/fr/valeurs-scop-ecologie-convivialite/

Salut à Gaston III de Foix-Béarn dit Fébus, surnom qu’il s’est choisi et qui fait référence au mythe solaire associé au dieu antique Phoibo.
Fébus occupe une place particulière dans l'histoire pyrénéenne, bénéficiant de son œuvre politique et militaire pendant la Guerre de 100 ans où il sera très puissant, mais aussi de l'impact des nombreux récits qui lui ont été dédiés. Il est lui-même l’auteur du célèbre Livre de chasse, manuscrit sur la vènerie.
Le château de Foix a été construit bien avant Gaston Fébus, lui-même n’y séjournera que très rarement mais le château lui est intimement lié dans l’imaginaire collectif.

Je reprends le vélo pour le bon morceau qui m’attend. Je longe l’Ariège vers Vernajoul, rejoindre Pamiers.
Je passe devant le siège du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes, plus ancien régiment parachutiste de France. Ce régiment s’est souvent illustré à travers le monde pour représenter la France et défendre ses valeurs, nombreux de ses membres en ont payé le prix. On peut être profondément pacifiste et saluer et respecter les militaires, eux aussi défendent la paix, en tout cas, dans nos contrées …
L
a route très peu fréquentée que je vais suivre jusqu’à Mazères traverse cette longue plaine agricole, le vent sera de la partie, défavorable. Je l’ai subi, très léger, le matin et entre Saint-Girons. Les vents s’étaient donc donné le mot.
Le vent faiblira ensuite avant de revenir à ma rencontre le long du Canal du Midi.

 

 

 

2021 32 (57)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (59)

 

 

 

 

 

2021 32 (60)

 

 

« Morne plaine » a écrit Victor Hugo lorsqu’il désigna la sinistre bataille de Mont Saint-Jean dite bataille de Waterloo. Je ne dirai pas que cette plaine entre Pamiers et Mazères est morne, elle a son charme, est traversée de nombreux chemins agricoles propices à la balade en Gravel, mais cette vingtaine de kilomètres peut sembler interminable …
Je ne suis pas arrêté pour prendre cette plante en photo, je ne la connais pas, si vous pouvez me renseigner : j’ai pu voir de grands champs de cette plante, mélange de maïs et de roseau (je ne trouve pas d'autre description), poussant en touffes …

 

Ajout après publication : merci Louis B pour l’information, cette plante est le miscanthus, utilisé comme combustible, litière ou paillage.

https://www.mso-miscanthus.com/

 

miscanthus

 

Mazères aussi mérite la halte ou le détour, je ne ferai qu’y passer …

Je vais ensuite suivre l’Autoroute A66 par les petites routes ou chemins qui la longent, le relief revient, plusieurs coteaux sont à passer … Je vais m’économiser avant de relancer un peu le long du canal.

 

 

 

2021 32 (61)

 

 

 

 

 

2021 32 (63)

 

 

 

 

2021 32 (64)

 

 

 

 

2021 32 (65)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (66)

 

 

 

 

 

 

2021 32 (67)

 

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (68)

 

 

 

 

 

 

 

2021 32 (69)

 

 

 

 

2021 32 (70)

 

 

 

 

2021 32 (71)

 

 

Le tour du Lac de La Thésauque à Nailloux est un incontournable, le site est aménagé pour le plaisir des familles, le tour du lac est très agréable, en grande partie ombragé.

Une jolie portion Gravel va suivre, les chemins ne manquent pas dans le coin et vers La Ganguise, j’ai déjà eu l’occasion d’y venir, je reviendrai prospecter plus précisement.
C’est là que j’ai pu observer deux lièvres.

Le soleil approche de son couchant, je suis le Canal du Midi sur une bonne vingtaine de kilomètres. Quelques noctambules et du gibier qui prend ses quartiers, dont un joli héron cendré qui a eu raison de juger qu’il ne risquait rien à me voir passer assez près et a continué sa toilette et son guet.

Arrivée dans les temps prévus sur l’agglomération, ça commence à être dur, le final par la Route d’Albi se fait en « pilote automatique » jusqu’à Garidech.

Superbe balade au final pour un peu plus de 300 km.

La trace nettoyée : https://www.visugpx.com/D424IedAXl

 

 

 

 

 

 

Cyclo version with good Gravel portions (including a very large piece to reach the Saint-Sauveur and descend) through the Garonne valley, the Salat, Saint-Girons, the cycle routes and the greenways, a greeting to Gaston Fébus and return via Pamiers, the Ariège plain, Nailloux and the Canal du Midi. An essential stopover at Saint-Sauveur to enjoy the panorama over the Ariège valley, Mont Fourcat and the aerial view of Foix and its castle.

The goal of the ride was to join Bastien and Patrick engaged on the greenway between Saint-Girons and Foix later in the morning, hence a very early departure for me… I really didn't know if I was going to meet them, junction made just before Labastide-de-Sérou for a little while with them, I will then relaunch to tackle the Saint-Sauveur ... I will meet them in Foix, Place Saint-Volusien, for the beer-soda break (I do not refuse the half when I roll but I always accompany it with a soda to avoid having broken legs).

So start at the crowing of the rooster (Bertrand, if you read these lines, the wink for you is for you by saluting the formidable "job" that you realize with Ridebike 11), and even a little before ... Speaking of rooster, j 'will hear several throughout the day ... Adequate equipment: lights, iridescent jacket (I have already spoken of the Alé brand and this jacket with a very particular look, rather gray, made of its fabric of glass microbeads that reflect the light from the headlights), cuffs and leg warmers, fresh the morning … I enjoy riding without a backpack, for long days I ride with a saddlebag with the necessary equipment including rain gear just in case ... The walk will last from rooster crowing to hare hour (and a little later, but without curfew constraint), I will meet several beautiful specimens at the end of the course, on the slopes before going down on the Canal du Midi .

The ride promises to be (very) long, this time the amount of bitumen will be important, on the other hand I always favor small roads with very little traffic and I followed a good part of the Garonne cycle route developed by the department which connects Toulouse to Comminges. A few nice Gravel portions will enhance the outing. I therefore follow the left bank of the Garonne to the very pretty town of Carbonne, before crossing to join the right bank. The V83 links Carbonne to Saint-Gaudens, a tarmac section is reserved for bicycles after Saint-Julien-sur Garonne. Saint-Julien is worth the detour and the stopover for its Gallic village.

The Gr681 Via Garona also passes there, it is a very good alternative if you are only looking for paths (I have already followed some parts), even if some sections of Gr can take, here as elsewhere, sections of road, sometimes very popular with people on 4 wheels ...

If you do not know the site, AFV3, Association for the development of Véloroutes et des Voies Vertes, maintains a map of French greenways:

https://www.af3v.org/

The detour to Rieux-Volvestre is a must, whether to try to see the Papogay or to stop in front of its cathedral. The village is set in a bend in the Arize, on the way to Via Garona, a secondary path to go to Saint-Jacques. It is very pretty, with its half-timbered houses. He is best known for hosting the Martin Guerre case trial in 1560. It is known for its Cathedral of the Nativity of Mary and for its episcopal treasure. It is an imposing building, 43 m high, with watchtowers and loopholes, installed on the edge of Arize. And finally, he is known for his Papogay whose festivals take place every first Sunday in May. This tradition dates back to the Hundred Years War and more precisely following a French defeat following which King Charles realized the superiority of English archers (imagine Brexit at the time ...). He ordered more training in the discipline. At the end of the 16th century, a Compagnie des Chevaliers reserved for nobles and bourgeois and a Société du jeu de l'Arc reserved for peasants and craftsmen were created in Rieux.
Today, the Compagnie des archers du Papogay de Rieux-Volvestre (the Revolution has passed through there, it no longer has any class distinction) designates its King each year: the one who by his arrow (each makes his own arrows) manages to bring down the Papogay, a wooden, wood and metal parrot located at the top of a 45-meter mast. A Papogay is also offered to the youngest, it is placed at 20 meters. However, nothing says why a parrot was chosen.

And as often, another origin for the event exists, this one linked to a legend: the Devil would have haunted the region long ago in order to seduce the daughter of the local lord. This one would have ordered all the inhabitants to drive it out. And it was a young shepherd who managed to pierce with an arrow the devil who had taken on the appearance of a Papogay (asshole the Devil, he could have chosen another animal, or else he wanted to be sure to coax the young lady with her beautiful plumage…).

A very nice Gravel section connects Rieux to Saint-Julien.

There is no lack of water supply and places to eat, at least by the presence of cemeteries, village fountains becoming increasingly rare ... I will be very surprised in Cazères, whose town center is nevertheless important, not to find a bakery in town… Friends bakers…

After Roquefort-sur-Garonne, I take the V81: cycle route / greenway of the Piedmont Pyrenees from Roquefort-sur-Garonne to Saint-Girons then to Foix, which has been developed, like many greenways on an old railway line. We must welcome the commitment of local authorities in these developments, we must use these routes, and talk about them to show that these investments have their usefulness, if only to revitalize, thanks to ecotourism, the economy of neglected municipalities. by new roads.
The V81 is particularly pleasant, and particularly between Saint-Girons and Foix where it is often shaded, its tunnels are lit as hikers pass. And although it can sometimes be very close to the road, neighboring road traffic is easily overlooked.

The departure after Saint-Girons is very poorly indicated, you have to take the exit of the city and the last roundabout in the direction of the Travelers' area (or what remains of it) to find this departure which is superb, shaded between two retaining walls covered with greenery.

The advantage of these greenways is also to have a low slope. Salies-du-Salat, Saint-Lizier, its superb Palace of the Bishops and its panorama of the Pyrenees, Saint-Girons, Castelnau-Durban, La Bastide-de Sérou, are worth a detour and a stopover, like many others places, in particular the site of Labouiche and its underground river.
The greenway leads to Vernajoul and arrangements have been made in part to reach Foix.

I left it in Labouiche to go look for the Saint-Sauveur, its cross and its superb panorama. Large piece that begins with a hard climb (with nice percentages that may require pushing the bike, but that's also the bike) on track then path to access Lizonne then join the locality of Saint-Saveur and its old smallholding (the path is theoretically private but often frequented). The plateau is superb, between moors, pebbles, boxwood and woods. And the view over the valleys, Mont Fourcat in the foreground and the massifs is superb! Warning : the descent to Foix is ​​trialising, very technical and may require you to get off your bike and walk (but that's also what cycling! Like brambles, I like to remind you often, I should also constitute a herbarium with all those who regularly hook me ...) but it's really worth the detour !

I find Bastien and Patrick Place Saint-Volusien, Sylvie and Geneviève who provide their car logistics, for a little beer-coke snack break.

A little publicity stunt for the excellent La Boussole beer, a brewery established in Taurignan-le-Vieux:

https://www.brasserie-laboussole.fr/fr/valeurs-scop-ecologie-convivialite/

Hail to Gaston III of Foix-Béarn called Fébus, a nickname he chose for himself and which refers to the solar myth associated with the ancient god Phoibo. Fébus occupies a special place in Pyrenean history, benefiting from his political and military work during the Hundred Years War when he was very powerful, but also from the impact of the many stories that have been dedicated to him. He himself is the author of the famous Hunting Book, a manuscript on venery.
Foix castle was built long before Gaston Fébus, he himself will rarely stay there, but the castle is closely linked to him in the collective imagination.

I get back on the bike for the good piece that awaits me. I go along the Ariège towards Vernajoul, joining Pamiers. I pass in front of the headquarters of the 1st Regiment of Chasseurs Parachutistes, the oldest parachute regiment in France. This regiment has often distinguished itself around the world to represent France and defend its values, many of its members have paid the price. We can be deeply pacifist and salute and respect the military, they too defend peace, in any case, in our regions ...

The very little-used road that I will follow to Mazères crosses this long agricultural plain, the wind will be there, unfavorable. I suffered it, very light, in the morning and between Saint-Girons. The winds had therefore given each other the word. The wind will then weaken before returning to meet me along the Canal du Midi.
"Morne plaine" wrote Victor Hugo when he referred to the sinister battle of Mont Saint-Jean as the battle of Waterloo. I will not say that this plain between Pamiers and Mazères is dreary, it has its charm, is crossed by many agricultural paths suitable for gravel walks, but this twenty kilometers can seem endless ... I didn't stop to take a picture of this plant, I don't know it, if you can tell me: I could see large fields of this plant, a mixture of corn and reed (I can't find any other description), growing in clumps ...

Addition after publication : thank you Louis B for the information, this plant is miscanthus, used as fuel, litter or mulch.

https://www.mso-miscanthus.com/

Mazères also deserves a stop or a detour, I will just stop by ...

I will then follow the A66 Motorway by the small roads or paths that run alongside it, the relief returns, several hillsides have to be passed ... I will save myself before starting again along the canal.

The tour of Lake La Thésauque in Nailloux is a must, the site is designed for the enjoyment of families, the tour of the lake is very pleasant, largely shaded.

A nice Gravel section will follow, there is no shortage of paths in the area and towards La Ganguise, I have already had the opportunity to come there, I will come back to prospect more precisely. This is where I was able to observe two hares.

The sun is approaching its setting, I follow the Canal du Midi for a good twenty kilometers. A few night owls and game taking up residence, including a pretty gray heron who was right in judging that there was no risk of me passing close enough and continued his toilet and his watch.

Arriving on time in the built-up area, things are starting to get tough, the final via the Route d'Albi is done on "automatic pilot" to Garidech. Superb ride in the end for a little over 300 km.

The cleaned track: https://www.visugpx.com/D424IedAXl

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2021

Gruissan, vue sur l'étang

Gruissan étang

Posté par mastercycle à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2021

 

 

 

 

08:30, le mercredi 7 juillet 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf au bureau et retour du jour

Laborieux les premiers coups de pédale ce matin : c’est presque les vacances mais je dois encore retourner au « bureau » pour les derniers petits « trucs » à régler avant de pouvoir dire « on y est ! » …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:38, le lundi 5 juillet 2021 Cépet, Haute-Garonne

Un petit dernier …

Une petite dernière avec les élèves du CM1 cépétois pour conclure notre année vélo de jolie façon. Journée passée dans les bois entre Cépet, Saint-Sauveur et Bruguières, bois très agréables et très ludiques …

 

vttbois0507 (13)

 

 

 

 

 

vttbois0507 (15)

 

 

 

 

 

 

vttbois0507 (22)

 

 

 

 

vttbois0507 (23)

 

 

 

 

vttbois0507 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:56, le vendredi 2 juillet 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf du jour

Vélotaf tranquille, en pédale douce (je détourne quelque peu cette expression) et retour Gravel buissonnier au « feeling » …

 

2021-07-02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17:29, le mercredi 30 juin 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélo utile du mercredi et du jeudi

Visite mercredi à ma mère qui habite à 9 km, au retour j’ai encore trouvé un nouveau piétonnier vert dans Saint-Jean du côté du Bois de Saget. J’y ai croisé une cousine qui habite là et que je n’avais pas vue depuis un petit moment, sympa !
Vélotaf aujourd’hui, et toujours des comportements courtois de la part des autres usagers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:48, le jeudi 17 juin 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf du jour, humide

Partage de la route très serein encore aujourd’hui : automobilistes courtois et respectueux, patients.
Gros orage en fin de journée, je suis parti après, gros dégâts sur les routes … Retour par la D20, je la prends parfois quand je rentre plus tard car il y a peu de circulation, par contre ça roule très vite, trop vite …
Bon vent de face aussi ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:27, le dimanche 13 juin 2021 Garidech, Haute-Garonne

Offroad périurbain avec la Farfelue Team

Balade tout-terrain en très bonne compagnie avec la Farfelue Team garidéchoise pour rallier pas mal de jolis coins (chemins, sentiers, voies vertes, piétonniers partagés) entre Garidech, Castelmaurou, Rouffiac-Tolosan, Saint-Jean et L’Union.
Ne récupérez pas la trace telle quelle, la fin est un plein champ avec un passage de ruisseau … Quelques liaisons bitumées mais quelques « pépites » …

 

 

2021-06-13 (1)

 

 

 

 

2021-06-13 (2)

 

 

 

 

 

2021-06-13 (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:11, le samedi 12 juin 2021 Garidech, Haute-Garonne

Vélotaf du samedi

Si, si, c’est du vélotaf : je devais venir à l’école ce matin pour faire la reconnaissance et le balisage avec Carlos et Pascal de la sortie que nous devons faire très prochainement avec les élèves. Une très jolie balade autour de Vacquiers, entre vallée du Girou, forêt et vignobles. Et comme j’économise un peu la voiture et l’ouverture de mon porte-monnaie en semaine, autant profiter des conditions de circulation du week-end, je suis donc allé à l’école en vélo.

 

 

 

Profil Strava : https://strava.com/athletes/49242926

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]