05 octobre 2019

 

 

 

« J’ai encore trouvé des chemins que je ne connaissais pas dans des coins que je connais pourtant si bien … Merci Gravel ! »

 

 

Posté par mastercycle à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2019

Monts de Lacaune du côté de Moulin Mage

Premier circuit d’une soixantaine de kilomètres au départ de Moulin Mage pour aller faire un grand tour en hauteur du lac du Laouzas et monter au Roc de Montalet, à 1259 m, un des points culminant des Monts de Lacaune (Il est juste à côté du Puech de Rascas, plus haut d’une dizaine de mètres et occupé par des installations militaires radio et radar) et son superbe panorama.

mmsa (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (4)

 

 

 

  

 

 

mmsa (6)

 

 

 

 

 

 

mmsa (10)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (15)

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (22)

 

 

 

 

mmsa (27)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (30)

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (31)

 

 

 

 

 

mmsa (32)

 

 

Pour la petite histoire, le Roc est un lieu de pèlerinage, une statue de Marie trône en son sommet et un original chemin de croix en fonte a été installé.

 

 

mmsa (34)

 

 

 

 

 

mmsa (36)

 

 

 

 

 

WhatsApp Image 2019-09-28 at 17

 

 

 

 

 

mmsa (39)

 

 

 

 

mmsa (42)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (44)

 

 

 

 

 

mmsa (46)

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (52)

 

 

 

 

 

mmsa (54)

 

 

 

Du dénivelé, du sentier, du single, des pistes, du cailloux, du gros cailloux, une grande variété aussi dans la végétation et la géologie, les influences climatiques étant différentes d’un versant à l’autre, entre Tarn, Hérault, Aveyron. On traverse des zones cultivées et de nombreux sites naturels, bois de feuillus, conifères, landes, bruyères, etc.

 

 

 

mmsa (55)

 

 

 

 

mmsa (58)

 

 

 

 

 

mmsa (60)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (61)

 

 

 

 

mmsa (63)

 

 

 

 

mmsa (64)

 

 

 

 

mmsa (66)

 

 

 

Les paysages sont magnifiques. Les vieilles bâtisses en pierre aussi, notamment les jasses avec leurs voûtes en pierre.
Une très belle boucle concoctée par Cyril pour la Farfelue team garidéchoise pour un week-end dédié au VTT et à la bonne compagnie. Week-end réussi, deux jours bien remplis question VTT et bonne humeur entre potes et en toute simplicité, de façon très naturelle, sans "chichis" (Pascal, si tu lis ces lignes …). Bonne chère aussi, la diététique est importante quand on pratique comme nous le sport de haut niveau plaisir, avec notamment un excellent sanglier dégusté le samedi soir avec des pommes de terre du cru, sans oublier bien sûr la charcuterie du coin et l’importance de bien s’hydrater en boissons bio à base de houblon ou de raisin, avec modération bien évidemment ! Mention spéciale à Philippe qui a pas mal œuvré en cuisine.

 

 

WhatsApp Image 2019-09-29 at 18

 

La trace : https://www.visugpx.com/yKCy9nmv91

 

Le dimanche matin, liaison d’une trentaine de bornes entre Moulin Mage et la Croix de Mounis, porte vers l’Hérault.
Belle trace avec une longue montée sur piste pour aller chercher la ligne de crête à près de 1200 m d’altitude (le coin est peuplé d’éoliennes). Sur ce ciruit, grande variété de terrains, de végétation, de paysages, la bascule vers la Méditerranée est spectaculaire à partir du sommet de l’Espinouse.
En fin de parcours, un tout droit dans un pré, à faire après le fauchage, sinon possibilité de passer ailleurs.
Si vous préférez parcourir une boucle, partir depuis la Coix de Mounis vers le Col du Coustel puis Canac et Pallemalbiau pour une bonne cinquantaine de kilomètres.

 

 

mmdi (1)

 

 

 

mmdi (3)

 

 

 

 

 

 

mmdi (4)

 

 

 

 

mmdi (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (6)

 

 

 

 

 

mmdi (8)

 

 

 

 

mmdi (9)

 

 

 

 

 

mmdi (13)

 

 

 

Beaucoup de randonneurs croisés, des cyclosportifs, un couple en bikepacking électrique, des chasseurs de champignons et des chasseurs de gibier plus vivace aussi, très conviviaux : aucun problème pour nous laisser passer, même si nous étions en nombre et donc suceptibles de faire fuir le gibier à notre passage … C’est à souligner, non pas que ce soit rare mais parce que certains chasseurs (j’ai déjà écit sur le sujet) ne sont pas aussi loquaces … Je l’ai déjà écrit aussi : qu’on soit randonneur, vététiste, cavalier, chasseur, on peut partager un même plaisir, celui de parcourir des sites naturels et sauvage, et pour apprécier il faut respecter …

 

La trace : https://www.visugpx.com/oUdNCkDCDo

 

mmdi (16)

 

 

 

 

mmdi (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (19)

 

 

 

 

mmdi (20)

 

 

 

 

mmdi (21)

 

 

 

 

 

mmdi (23)

 

 

 

 

mmdi (25)

 

 

 

 

mmdi (28)

 

 

 

 

mmdi (29)

 

 

 

 

 

mmdi (30)

 

 

 

 

 

Merci Cyril pour l’organisation de ce beau week-end ensoleillé et pour l’accueil (merci aussi donc Véronique). Du bon VTT dans l’esprit raid, physique et technique, avec un dénivelé conséquent (c'est ça le vélo de montagne, le mountain bike : tu montes pour encore mieux apprécier ce que tu vas descendre, il y a des montées qui s'apprécient autant mais différemment des descentes par le plaisir d'avoir réussi sans poser pied à terre ...), avec de belles pépites que ce soit sur le terrain ou par les paysages offerts... Chacun a bien donné, le rythme a été assez soutenu ! Il faut dire que nous avions quelques VTTAE aux avants-postes et aussi quelques descendeurs affutés ...
Et le top du top question « prestations » : les maillots lavés le soir pour pouvoir repartir en tenue farfelue le dimanche matin.
Et merci Pascal pour les playlists bien choisies …

 

 

mmdi (31)

 

 

 

 

mmdi (33)

 

 

 

 

mmdi (34)

 

 

 

 

 

mmdi (36)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (39)

 

 

 

 

 

mmdi (42)

 

 

 

 

mmdi (43)

 

 

 

 

mmdi (44)

 

 

Voir aussi l’album dédié.

 

Vocabulaire cycliste : connaissez-vous l’expression « être en chasse-patate », en voici une illustration originale …

WhatsApp Image 2019-09-27 at 18

 

 

 

 

25 septembre 2019

Pistes cyclables ...

Idée reçue : « Super, une piste cyclable, je suis en sécurité ! »

Oui, une piste cyclable devrait être une voie sur laquelle on devrait se sentir en sécurité à vélo. Il en existe bien sûr de telles voies sécurisés et sécurisantes : des chaussées de qualité, vraiment isolées des voies pour véhicules motorisés par des moyens non musculaires par un véritable terre-plein ou vraiment isolées de toute autre circulation, et ayant leur signalisation propre …
Mais une piste cyclable, ça peut être un petit machin de 30 cm de large, le long du trottoir, le plus souvent envahi de voitures en stationnement et ne te protégeant pas efficacement quand un autre véhicule te dépasse puisque ces 30 cm rognent la voie existante et donc réduisent la voie voitures … Quand la dite-piste cyclable n'empiète pas en fait sur le couloir bus ...
Il y a aussi ces pistes cyclables qui longent les voies voitures mais qui n’ont pas priorité au premier feu venu ou plus vicieux qui t’offrent un feu vert mais un feu clignotant orange pour les voitures venant derrière toi et tournant à droite, le truc pour te tuer si tu fais pas attention car tu penses passer tranquille ...
Il y a aussi l’excès de confiance : une piste cyclable n’est pas un lieu « no rules, no limits », tu dois tenir ta droite, faire attention aux autres usagers, souvent aux piétons qui l’empruntent aussi, etc. Et dans certaines villes, les vélos y sont soumis à contrôles de vitesse …

piste 1

piste 2

piste 3

 

piste 5

 

 

piste 4

 

Posté par mastercycle à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2019

Là où leurs mains se tiennent

 

 

là où leurs mains

Le mot de l’éditeur :

Là où leurs mains se tiennent est le premier roman de Grégory Nicolas. Il a été largement salué par la presse bretonne et a retenu l'attention du Monde des Livres.
À proprement parler, ce n'est pas un roman sur le vélo, mais il y est beaucoup question de vélo.
Il y a des histoires d'amour.
Il y a des histoires de famille.
Il y a le parcours initiatique d'un champion.
Il y a toute la drôlerie et la fraîcheur de Grégory Nicolas.
Quand le casque a explosé et a quitté la tête de Jean-Baptiste, le réalisateur a hésité à changer de caméra. Finalement, il est resté sur cette image. Le coureur reposait sur le ventre. Ses membres semblaient désarticulés, comme ces mains collantes que l'on jette et qui dégringolent des vitres. La voiture qui le suivait s'est arrêtée à quelques centimètres de lui. Le médecin a fendu la foule des photographes qui s'amassaient autour du champion.
Pierre Rolland, splendide vainqueur de l'étape de la Toussuire du Tour de France 2012 et de l'étape de l'Alpe d'Huez en 2011, prête sa silhouette, en couverture, à Jean-Baptiste Moisan, orphelin rageur devenu champion, vainqueur solitaire qui va découvrir, avec l'amour, à cause d'un drame, la douceur des liens et le bonheur de vivre en famille.

Grégory Nicolas est né en Bretagne, en 1984.
Après un 16,5/20 en rédaction sur le thème « Raconte un moment heureux de tes vacances » obtenu en CM2, il se destine tout naturellement à la carrière d'écrivain. Mais parce que un roman c'est long à écrire il décide d'attendre. Il a été vendeur de vin.
Puis il part prendre l'air.
Il emprunte un grand sac à dos, achète une toile de tente chez Decathlon et part pendant 8 mois un peu partout à travers le monde.
Il revient en France et devient un homme respectable.
Il écoute Thomas Fersen et les Cowboys Fringants trop fort et il pense que Didier Wampas est le Roi.
Il écrit pour arriver en tête au sommet du col du Tourmalet.

 

 

Posté par mastercycle à 01:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2019

 

 

 

6lacs (22)

Posté par mastercycle à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2019

VTT du côté de Pechbonnieu

Boucle entre Pechbonnieu, Montberon, Labastide-Saint-Sernin, Cépet, Gratentour. La majorité de la boucle se fait dans les bois très agréables sur des sentiers très ludiques ; vous pourrez même y rencontrer en journée quelques animaux sauvages (aujourd’hui 3 chevreuils et des poules faisanes). Ce coin est vraimet très agréable : nous sommes aux portes de la grande agglomération et malgré cela, la nature est encore très présente et sauvage. Le relief et les bois y sont pour beaucoup.
Un passage en plaine dans la vallée du Girou pour rallier Cépet et depuis Gratentour descente dans la vallée de l’Hers pour remonter et profiter d’un beau point du vue sur les Pyrénées. Il y a de quoi faire dans les bois traversés, attention tout de même, certaines parties sont privées, ne sortez pas des traces existantes.

Le circuit peut se faire en Gravel, j’y passe régulièrement ainsi.

Boucle faite avec Bastien, Romain et Jérôme, en bonne compagnie ! 

La trace : https://www.visugpx.com/i1QTOQXAsR

 

pech210919 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

pech210919 (4)

 

 

 

 

 

pech210919 (7)

 

 

 

 

pech210919 (10)

 

 

 

 

pech210919 (11)

 

 

Posté par mastercycle à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
20 septembre 2019

Mes coureurs imaginaires

 

Mes-coureurs-imaginaires

Le mot de l'Éditeur :

Après Le Coureur et son ombre, unanimement salué par la critique, Olivier Haralambon brosse une galerie de portraits de cyclistes imaginaires. Un texte qui prend sa source dans le monde du vélo mais dont chaque ligne touche à l'universel.

" Il s'est entiché de son vélo comme on s'attache à une machine, et il s'entraîne non pas pour gagner, mais pour stagner : s'étant bâti de muscle, pour rester cet ouvrier qu'il aurait dû être. Ou il est un champion moderne. Il s'entraîne selon les méthodes et la morale de son époque, il communique adroitement sur les réseaux sociaux et soigne son image. Champion, il est aussi ce corps qui passe dans la foule, et qui ne fait que passer, objet d'un désir impossible. Il prend sa retraite et se reconvertit dans une existence forcément plus ordinaire. Alors il regarde ses vieux maillots comme ses propres reliques, comme l'évocation sacrée de celui qu'il n'est plus. " Ils sont au nombre de douze. Douze cyclistes, en selle ou non, jeunes ou retraités, glorieux ou las, champions modernes gérant leur image sur les réseaux sociaux, anciennes vedettes caressant le maillot de leurs victoires passées, hommes – et quelques femmes – pédalant pour une raison qu'ils ignorent parfois eux-mêmes. Certains reconnaîtront dans ces croquis quelques personnalités du cyclisme. Les autres y trouveront des fils, des pères, des amants, et le vertige de la littérature.


La presse en parle :


" Il faut vraiment que vous lisiez ces odes aussi différentes soient-elles les unes des autres à la Petite Reine parce qu'elles en valent vraiment le coup. " Joy Raffin, France Inter


" Fin, mystérieux et subtil. Une boîte à rêves de belle sorte. Et puis si bien écrit et si évocateur, si littéraire, dans ses sueurs et ses destins, dans la pétarade des motos et les craquements de la piste. " Paul Fournel
" L'auteur rend sensible l'effort qu'exige ce sport, qui mêle la métaphysique et la plongée dans les bas-fonds. " Virginie Bloch-Lainé, Libération


" Parce qu'il transmet à hauteur d'homme l'inoxydable passion, Mes Coureurs imaginaires aurait bien mérité de s'aligner pour un grand prix. " Pierre Vavasseur, Le Parisien


" Il faut le lire, ce recueil de portraits de coureurs cyclistes, mais aussi y jouer. Le lire d'abord pour retrouver la langue exigeante d'Olivier Haralambon qui, il y a deux ans, racontait si bien l'exaltation de l'effort cycliste et le frisson de la course dans Le Coureur et son ombre. Y jouer ensuite pour identifier ces 12 portraiturés que l'auteur aime avec leurs tourments et qu'il ne nomme jamais " Clément Guillou, Le Monde


" Olivier Haralambon signe des portraits-essais sur le vélo au-delà du vélo, vélo comme façon d'être et d'exister : pédaler pour rester debout. " Sean James Rose, Livres Hebdo


" Quand Haralambon parle de cyclisme, c'est toujours une expérience intime et inspirée. " Vincent Hubé, L'Équipe


" Nul besoin d'aimer le vélo pour goûter la plume exceptionnelle d'Olivier Haralambon, ancien coureur cycliste devenu philosophe et écrivain. " Jean-François Nadeau, Le Devoir


" Les coureurs imaginaires, nouvel opus d'Olivier Haralambon confirme une chose : nous avons un nouveau styliste dans la littérature sportive ! " Marc-Olivier Amblard, Boojum


" Plongez-vous sans retenue dans ce livre, un livre magnifiquement écrit. Un livre juste, précis, enchanteur. Un livre païen que vous pouvez lire pieusement. " Bike Café


" Olivier Haralambon est aujourd'hui l'une des belles plumes du cyclisme moderne [...]. Lire Mes coureurs imaginaires, c'est saisir autrement les subtilités du pédalage et de la danseuse. Éclairer notre regard sur ces corps en mouvement, offerts en sacrifice à une foule électrisée. Car Olivier Haralambon griffe les pages comme on caresse les pédales. " L'Espadon


" Inspiré et inspirant. Mes coureurs imaginaires est une ode à tous les cyclistes. Une prose cadencée, un style qui marque. La littérature sportive nouvelle génération. " Lire le sport.fr


" Le style d'Haralambon, [...] permet des échappées vers un ailleurs qui dépasse les limites mêmes de son sujet. " capbd.be

Posté par mastercycle à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2019

Pratviel

Pratviel

Posté par mastercycle à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2019

 

 

https://youtu.be/ZDbNe3mS0aw



 

Behind The Scenes | Fabio Wibmer's Law

 

 

Posté par mastercycle à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]