13 octobre 2019

Gravel (ou VTT) in Toulouse Est et blabla (ou pas)

G131019 (11)

Circuit au près de la grande agglomération : Montaudran, Firmi, Limayrac, rive droite de l’Hers jusqu’à L’Union, Saint-Jean, Montrabe, Beaupuy, Rouffiac-Tolosan, Castelmaurou, Beaupuy, Mondouzil, Mons, Flourens, Mons, Pin-Balma, Balma, Lasbordes, Fonsegrives …

Le circuit emprunte les traces balisées de la métropole ou des sentiers variés dans ces jolis coteaux où la nature est préservée entre les zones urbanisées.
Du dénivelé aussi avec de bons « coups de cul ». Du sentier, du sous-bois, de la piste, du single (si si), du gravier, etc. Et de jolies surprises tout au long du parcours. De très jolis points de vue sur les coteaux environnants, sur Toulouse et les Pyrénées.
Une soixantaine de kilomètres, que vous pouvez réduire facilement à Beaupuy (gros dénivelé à cet endroit pour aller faire la boucle de Rouffiac qui vaut quand même le détour) ou Lasbordes par exemple (partir directement le long de l’Hers, mais l’incursion dans la ville est sympa à faire).

Circuit fait en Gravel mais on y croise beaucoup de vététistes, vous roulez aussi en partie sur les « terres » du sympathique club de Montrabe.

Fort vent de sud-est. Même sur du chemin, tu sens quand il est défavorable et ça couche quand il est latéral ...

La trace du jour : https://www.visugpx.com/NG2KnP4qXnla

La 100ème publiée sur ce blog ... 

J’ai pas mal exploré les chemins autour de Toulouse (voir les traces publiées régulièrement), je voulais présenter cette trace très intéressante. On peut partir sur son vélo depuis le centre ville pour aller rouler sur du tout-terrain. Prochaine trace prévue : vers Tournefeuille, le Touch qui est aménagé et Bouconne … Prévu aussi, un circuit exclusivement urbain hors des grandes artères à la recherche des petites rues pittoresques, des piétonniers, pourquoi pas en nocturne.

 

 

G131019 (1)

 

 

 

 

G131019 (2)

 

 

 

 

G131019 (3)

 

 

 

G131019 (4)

 

 

Gravel or VTT ? Vélo tout simplement. Ce circuit est l’exemple parfait où VTT et vélo de garnotte se rejoignent dans la pratique.

En vélo de garnotte, pneus plus fins obligent et en tout cas à mon niveau, le pilotage sera plus fin, donc plus attentif, tu pourras quand même lâcher les freins et avoir de belles sensations (tu glisses), le rendement est supérieur et donc intéressant sur ce genre de terrains (tu feras plus de kilomètres, 80 là en 4 heures pour sortir cette trace), tu abordes les quelques portions goudronnées plus sereinement, etc.
Bien sûr ce type de vélo ne pourra quand même pas vraiment passer partout : la grosse caillasse, les marches, seront à aborder beaucoup plus attentivement, doucement, voire à pied. Quoique … Quand tu vois certaines vidéos sur la toile …

Le tout est de se faire plaisir au guidon d’un vélo, le garnotte permet vraiment de réduire la segmentation à outrance qui a pu être instaurée dans le vélo et le VTT : route, cyclo, aéro, course, VTT, all mountain, enduro, descente, 27,5, 29, etc. J’ai encore deux vélos (et le tandem), avec ces deux vélos je sais que je passerai partout (y compris à pied, c’est aussi faire du vélo), je sais aussi que mon VTT m’est bien utile (indispensable même) sur de nombreux circuits et que je prends énormément de plaisir avec lui et qu’il m’ouvre des portes vers des coins plus sauvages encore …

Vélo, donc ! Inutile de préciser une éventuelle pratique ..

 

G131019 (5)

 

 

 

G131019 (6)

 

 

 

G131019 (8)

 

 

 

G131019 (10)

 

 

 

Ce ciruit péri ou semi urbain est très intéressant : j’ai vu très récemment le très beau film « The heat road » (que j’ai d’ailleurs mis en lien sur ce blog), documentaire de Stéven Le Hyaric, ancien coureur cycliste, aventurier, qui raconte dans ce film son Paris-Dakar en vélo fait pour réaliser un défi personnel et faire méditer sur l’état de notre planète, le réchauffement climatique, la pollution, la désertification …

Quel rapport avec mon petit circuit gravel aux portes de Toulouse ?

Il est simple le rapport : j’aime beaucoup rouler aux portes de l’agglomération car à la fois ça me rassure quant à ces sujets d’environnement et de société et à la fois, je mesure le péril … Oui, quand tu roules seul en vélo, tu as le temps de réfléchir, à tout, à rien … Et comme tu fréquentes des lieux naturels ou pas loin, tu penses à ça …
Rassuré : Toulouse n’est pas une mégapole, tout de même une métropole qui dépasse le million de personnes. Elle est donc soumise aux problématiques urbaines : urbanisation galopante, saturation des voies de communication, pollution, gestion des espaces verts, misère dans et aux portes de la ville, etc.
Et dans mes balades près de la ville, je peux trouver des sites quasi-sauvages, ce qui me rassure, mais je peux trouver aussi des sites déguelasses (j’en ai touvé aussi dans des coins pourtant très reculés des agglomérations), des décharges sauvages, des détritus, des coins de misère (bidonvilles dans la ville ou au près) alors que la richesse s’étale un peu plus loin … Et ça, c’est vrai, ça inquiète … C’est juste un constat, je n’ai pas de leçon à donner.

Constat aussi : toutes ces problématiques que l’on trouve dans nos pays « riches » sont mulipliées par 10 ou 100 dans les pays pauvres et émergents. Il faut donc trouver des solutions.

Le vélo est-il écolo ? En tant que mode de locomotion oui, en tout cas pour le vélo exclusivement musculaire, même si l’empreinte carbone de l’indutrie mondiale du cycle n’est pas négligeable puisque cette industrie obéit aux lois de la mondialisation.
Malgré tout, quand tu pratiques, tu ne pollues pas et l’empreinte carbone de la pratique est minime sur route : tu empruntes des routes asphaltées mais partagées, que tu abîmes moins et si tu ne roules que sur des pistes exclusivement cyclables, le bilan carbone pour les fabriquer et les entretenir est moindre que pour les routes ; tu n’a pas besoin de parkings coûteux et volumineux, etc. Et si tu roules en tout-terrain, là le bilan est encore plus positif.
Même bilan question entretien de la machine, à moins d’être un accro de la dernière nouveauté, le bilan carbone sera moindre que pour la voiture.

Oui, le vélo en tant que moyen de locomotion – mis à part la marche à pied – présente la facture bilan carbone la moins importante. Et dans les villes ou grandes villes au moins, il est tout à fait possible de choisir ce mode de locomotion pour se rendre au travail, encore faut-il mettre en œuvre une réelle politique pour cela … Sur de petits trajets en plus, le temps de trajet sera quasiment le même.

En vélo, tu as le temps de laisser vagabonder ton esprit au fil de la balade … De penser à rien, à tout …

Bonnes balades, bonnes rêveries …

 

 

 

 


12 octobre 2019

Petit éloge de la bicyclette

 

éloge bicyclette

 

« Aujourd'hui encore, quand me guettent des pages d'écriture, mes ordres de grandeur sont convertis en intensité physique. Cela peut sembler incongru ou trivial de comparer le noble effort des lettres et celui du rémouleur de bitume. Pour moi, ils sont égaux et, pour tout dire, la fibre cycliste, parce qu'elle m'a souvent remué la chair, m'est apparue comme une préparation sans pareille pour affronter le vertige des mots, l'épaisseur du langage au milieu duquel le chemin est étroit pour trouver le ton juste, le bon rythme, l'image, la couleur, la musique, l'émotion, la grâce. » Éric Fottorino.

 

Posté par mastercycle à 01:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2019

Sorèze

Sorèze

Posté par mastercycle à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2019

La fabuleuse histoire du Tour de France

 

 

fabuleuse histoire

 

" Voici l'ouvrage de référence sur le vélo et le Tour de France. La Fabuleuse histoire du Tour de France relate, année après année, un siècle d'épopée, un siècle d'exploits réalisés et de drames vécus par des champions d'exception, un siècle de perfectionnements d'une compétition cycliste qui fait dorénavant partie du patrimoine français et mondial. Chaque Tour depuis 1903 est raconté avec une grande précision historique et replacé dans son contexte sportif et social par Pierre Chany et Thierry Cazeneuve. Ces deux grands maîtres de la petite reine ont couvert à eux deux tous les grands événements cyclistes de l'après-guerre à aujourd'hui. En annexe figurent tous les classements indispensables aux amateurs de statistiques du sport cycliste.

Pierre Chany est justement considéré comme le maître de la profession. Grand historien du cyclisme, Pierre Chany a obtenu le Grand prix de littérature sportive en 1972, le prix Henri-Desgrange de l'Académie des sports en 1982, le prix Lucien d'Apo, l'année suivante, pour
la Fabuleuse histoire du Tour de France.
Thierry Cazeneuve a été le compagnon de route de pierre Chany pendant de longues années. Ancien journaliste au Dauphiné Libéré et organisateur de l'épreuve éponyme, il a pris le relais de Pierre Chany, disparu à la veille de prendre part à son 50e tour de France, pour prolonger la Fabuleuse histoire du Tour de France. "

 

Posté par mastercycle à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2019

 

 

 

« J’ai encore trouvé des chemins que je ne connaissais pas dans des coins que je connais pourtant si bien … Merci Gravel ! »

 

 

Posté par mastercycle à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2019

Monts de Lacaune du côté de Moulin Mage

Premier circuit d’une soixantaine de kilomètres au départ de Moulin Mage pour aller faire un grand tour en hauteur du lac du Laouzas et monter au Roc de Montalet, à 1259 m, un des points culminant des Monts de Lacaune (Il est juste à côté du Puech de Rascas, plus haut d’une dizaine de mètres et occupé par des installations militaires radio et radar) et son superbe panorama.

mmsa (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (4)

 

 

 

  

 

 

mmsa (6)

 

 

 

 

 

 

mmsa (10)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (15)

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (22)

 

 

 

 

mmsa (27)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (30)

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (31)

 

 

 

 

 

mmsa (32)

 

 

Pour la petite histoire, le Roc est un lieu de pèlerinage, une statue de Marie trône en son sommet et un original chemin de croix en fonte a été installé.

 

 

mmsa (34)

 

 

 

 

 

mmsa (36)

 

 

 

 

 

WhatsApp Image 2019-09-28 at 17

 

 

 

 

 

mmsa (39)

 

 

 

 

mmsa (42)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (44)

 

 

 

 

 

mmsa (46)

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (52)

 

 

 

 

 

mmsa (54)

 

 

 

Du dénivelé, du sentier, du single, des pistes, du cailloux, du gros cailloux, une grande variété aussi dans la végétation et la géologie, les influences climatiques étant différentes d’un versant à l’autre, entre Tarn, Hérault, Aveyron. On traverse des zones cultivées et de nombreux sites naturels, bois de feuillus, conifères, landes, bruyères, etc.

 

 

 

mmsa (55)

 

 

 

 

mmsa (58)

 

 

 

 

 

mmsa (60)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (61)

 

 

 

 

mmsa (63)

 

 

 

 

mmsa (64)

 

 

 

 

mmsa (66)

 

 

 

Les paysages sont magnifiques. Les vieilles bâtisses en pierre aussi, notamment les jasses avec leurs voûtes en pierre.
Une très belle boucle concoctée par Cyril pour la Farfelue team garidéchoise pour un week-end dédié au VTT et à la bonne compagnie. Week-end réussi, deux jours bien remplis question VTT et bonne humeur entre potes et en toute simplicité, de façon très naturelle, sans "chichis" (Pascal, si tu lis ces lignes …). Bonne chère aussi, la diététique est importante quand on pratique comme nous le sport de haut niveau plaisir, avec notamment un excellent sanglier dégusté le samedi soir avec des pommes de terre du cru, sans oublier bien sûr la charcuterie du coin et l’importance de bien s’hydrater en boissons bio à base de houblon ou de raisin, avec modération bien évidemment ! Mention spéciale à Philippe qui a pas mal œuvré en cuisine.

 

 

WhatsApp Image 2019-09-29 at 18

 

La trace : https://www.visugpx.com/yKCy9nmv91

 

Le dimanche matin, liaison d’une trentaine de bornes entre Moulin Mage et la Croix de Mounis, porte vers l’Hérault.
Belle trace avec une longue montée sur piste pour aller chercher la ligne de crête à près de 1200 m d’altitude (le coin est peuplé d’éoliennes). Sur ce ciruit, grande variété de terrains, de végétation, de paysages, la bascule vers la Méditerranée est spectaculaire à partir du sommet de l’Espinouse.
En fin de parcours, un tout droit dans un pré, à faire après le fauchage, sinon possibilité de passer ailleurs.
Si vous préférez parcourir une boucle, partir depuis la Coix de Mounis vers le Col du Coustel puis Canac et Pallemalbiau pour une bonne cinquantaine de kilomètres.

 

 

mmdi (1)

 

 

 

mmdi (3)

 

 

 

 

 

 

mmdi (4)

 

 

 

 

mmdi (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (6)

 

 

 

 

 

mmdi (8)

 

 

 

 

mmdi (9)

 

 

 

 

 

mmdi (13)

 

 

 

Beaucoup de randonneurs croisés, des cyclosportifs, un couple en bikepacking électrique, des chasseurs de champignons et des chasseurs de gibier plus vivace aussi, très conviviaux : aucun problème pour nous laisser passer, même si nous étions en nombre et donc suceptibles de faire fuir le gibier à notre passage … C’est à souligner, non pas que ce soit rare mais parce que certains chasseurs (j’ai déjà écit sur le sujet) ne sont pas aussi loquaces … Je l’ai déjà écrit aussi : qu’on soit randonneur, vététiste, cavalier, chasseur, on peut partager un même plaisir, celui de parcourir des sites naturels et sauvage, et pour apprécier il faut respecter …

 

La trace : https://www.visugpx.com/oUdNCkDCDo

 

mmdi (16)

 

 

 

 

mmdi (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (19)

 

 

 

 

mmdi (20)

 

 

 

 

mmdi (21)

 

 

 

 

 

mmdi (23)

 

 

 

 

mmdi (25)

 

 

 

 

mmdi (28)

 

 

 

 

mmdi (29)

 

 

 

 

 

mmdi (30)

 

 

 

 

 

Merci Cyril pour l’organisation de ce beau week-end ensoleillé et pour l’accueil (merci aussi donc Véronique). Du bon VTT dans l’esprit raid, physique et technique, avec un dénivelé conséquent (c'est ça le vélo de montagne, le mountain bike : tu montes pour encore mieux apprécier ce que tu vas descendre, il y a des montées qui s'apprécient autant mais différemment des descentes par le plaisir d'avoir réussi sans poser pied à terre ...), avec de belles pépites que ce soit sur le terrain ou par les paysages offerts... Chacun a bien donné, le rythme a été assez soutenu ! Il faut dire que nous avions quelques VTTAE aux avants-postes et aussi quelques descendeurs affutés ...
Et le top du top question « prestations » : les maillots lavés le soir pour pouvoir repartir en tenue farfelue le dimanche matin.
Et merci Pascal pour les playlists bien choisies …

 

 

mmdi (31)

 

 

 

 

mmdi (33)

 

 

 

 

mmdi (34)

 

 

 

 

 

mmdi (36)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (39)

 

 

 

 

 

mmdi (42)

 

 

 

 

mmdi (43)

 

 

 

 

mmdi (44)

 

 

Voir aussi l’album dédié.

 

Vocabulaire cycliste : connaissez-vous l’expression « être en chasse-patate », en voici une illustration originale …

WhatsApp Image 2019-09-27 at 18

 

 

 

 

25 septembre 2019

Pistes cyclables ...

Idée reçue : « Super, une piste cyclable, je suis en sécurité ! »

Oui, une piste cyclable devrait être une voie sur laquelle on devrait se sentir en sécurité à vélo. Il en existe bien sûr de telles voies sécurisés et sécurisantes : des chaussées de qualité, vraiment isolées des voies pour véhicules motorisés par des moyens non musculaires par un véritable terre-plein ou vraiment isolées de toute autre circulation, et ayant leur signalisation propre …
Mais une piste cyclable, ça peut être un petit machin de 30 cm de large, le long du trottoir, le plus souvent envahi de voitures en stationnement et ne te protégeant pas efficacement quand un autre véhicule te dépasse puisque ces 30 cm rognent la voie existante et donc réduisent la voie voitures … Quand la dite-piste cyclable n'empiète pas en fait sur le couloir bus ...
Il y a aussi ces pistes cyclables qui longent les voies voitures mais qui n’ont pas priorité au premier feu venu ou plus vicieux qui t’offrent un feu vert mais un feu clignotant orange pour les voitures venant derrière toi et tournant à droite, le truc pour te tuer si tu fais pas attention car tu penses passer tranquille ...
Il y a aussi l’excès de confiance : une piste cyclable n’est pas un lieu « no rules, no limits », tu dois tenir ta droite, faire attention aux autres usagers, souvent aux piétons qui l’empruntent aussi, etc. Et dans certaines villes, les vélos y sont soumis à contrôles de vitesse …

piste 1

piste 2

piste 3

 

piste 5

 

 

piste 4

 

Posté par mastercycle à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2019

Là où leurs mains se tiennent

 

 

là où leurs mains

Le mot de l’éditeur :

Là où leurs mains se tiennent est le premier roman de Grégory Nicolas. Il a été largement salué par la presse bretonne et a retenu l'attention du Monde des Livres.
À proprement parler, ce n'est pas un roman sur le vélo, mais il y est beaucoup question de vélo.
Il y a des histoires d'amour.
Il y a des histoires de famille.
Il y a le parcours initiatique d'un champion.
Il y a toute la drôlerie et la fraîcheur de Grégory Nicolas.
Quand le casque a explosé et a quitté la tête de Jean-Baptiste, le réalisateur a hésité à changer de caméra. Finalement, il est resté sur cette image. Le coureur reposait sur le ventre. Ses membres semblaient désarticulés, comme ces mains collantes que l'on jette et qui dégringolent des vitres. La voiture qui le suivait s'est arrêtée à quelques centimètres de lui. Le médecin a fendu la foule des photographes qui s'amassaient autour du champion.
Pierre Rolland, splendide vainqueur de l'étape de la Toussuire du Tour de France 2012 et de l'étape de l'Alpe d'Huez en 2011, prête sa silhouette, en couverture, à Jean-Baptiste Moisan, orphelin rageur devenu champion, vainqueur solitaire qui va découvrir, avec l'amour, à cause d'un drame, la douceur des liens et le bonheur de vivre en famille.

Grégory Nicolas est né en Bretagne, en 1984.
Après un 16,5/20 en rédaction sur le thème « Raconte un moment heureux de tes vacances » obtenu en CM2, il se destine tout naturellement à la carrière d'écrivain. Mais parce que un roman c'est long à écrire il décide d'attendre. Il a été vendeur de vin.
Puis il part prendre l'air.
Il emprunte un grand sac à dos, achète une toile de tente chez Decathlon et part pendant 8 mois un peu partout à travers le monde.
Il revient en France et devient un homme respectable.
Il écoute Thomas Fersen et les Cowboys Fringants trop fort et il pense que Didier Wampas est le Roi.
Il écrit pour arriver en tête au sommet du col du Tourmalet.

 

 

Posté par mastercycle à 01:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2019

 

 

 

6lacs (22)

Posté par mastercycle à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]