15 août 2021

Mare Nostrum Gravel étape 3 : Marseillan – Port-de-Bouc – 9 août 2021 (as well in english)

Étape la plus longue de ce raid.

Départ très tôt de Marseillan pour rouler au bord de l’étang de Thau vers Mèze, Bouzigues et Balaruc par des pistes balisées (notamment du côté des Prés du Baugé) et un peu de route. Ce bord d’étang est superbe, il offre une vue sur les parcs à huîtres et au loin Sète. J’aurai aussi plus loin une belle vue sur la cité quand j’aurai attaqué les massifs …

Je rejoins le site d’Issanka, site oublié qui était en 1900 un lieu de promenade particulièrement prisé par les Sétois. Là se trouve une vieille bâtisse, ancienne maison bourgeoise appelée la maison « Mon plaisir » qui aurait été une maison close et serait hantée … Deux familles s’y seraient entretuées lors d’une querelle concernant une histoire d’amour entre la fille de la première famille et le garçon de la deuxième, un Roméo et Juliette local.

http://thau-infos.fr/index.php/patrimoine/histoire/histoire-du-pays-de-thau/23691-issanka-oublie-2

Autre légende à la Pierre-Tintante proche : pendant les périodes de grande sécheresse, les habitants de Gigean allaient jeter une figurine en plomb dans ce trou, elle avait le pouvoir de faire cesser le fléau. Une procession spéciale accompagnait « la figurine Totem » jusqu'au gouffre de Gigean, le plomb dans sa chute, faisait tinter la pierre …

 

 

MNJ3 (1)

 

 

 

 

MNJ3 (5)

 

 

 

 

 

MNJ3 (9)

 

 

 

 

MNJ3 (10)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (11)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (15)

 

 

 

 

MNJ3 (17)

 

 

 

 

MNJ3 (25)

 

 

 

 

MNJ3 (27)

 

 

 

 

 

MNJ3 (28)

 

 

 

 

 

 

J’essaye tout au long de ce parcours qui se veut aussi touristique de passer par des lieux moins fréquentés, pittoresques, naturels. Dès qu’on quitte le littoral immédiat, la nature peut vite reprendre ses droits, qu’elle revendique aussi dès que le littoral peut être découpé, hâché, escarpé et que l’accès en nus-pieds et parasol est plus difficile …

Sur la Gardiole et Mireval, je vais essayer en vain de trouver une piste pour traverser directement le massif jusqu’à Mireval : je vais passer le long du circuit automobile Goodyear, profiter d’un boulevard descendant en beau goudron (du velours !) mais me retrouver avec pour seule possibilité de m’engager sur une 4 voies … Demi-tour donc pour ces quelques kilomètres … J’en profiterai pour recharger en eau à Mireval, la dame s’occupant de l’entretien de l’église m’autorisant gentiment à remplir mes bidons là.

J’arrive à Palavas-les-flots où je me restaure au snack « Le Tostaqui », le patron aura la délicatesse de rajouter des glaçons dans mes bidons en les rechargeant.

Je suis le canal du Rhône à Sète jusqu’à Aigues-Mortes, porte de la petite Camargue. Certains passages le long de ce canal sont panneautés interdits aux vélos, j’aimerais savoir pourquoi …

Je vais croiser un grand nombre d’échassiers en poste le long des canaux. Très joli le site des Cabanes du Roc …

 

 

MNJ3 (32)

 

 

 

 

MNJ3 (33)

 

 

 

 

MNJ3 (34)

 

 

 

 

MNJ3 (40)

 

 

 

 

 

 

Impressionnantes les portes du Vidourle : deux énormes écluses qui commandent le passage du Canal du Rhône à travers ce fleuve et protégent le canal mais aussi la cité d'Aigues-Mortes en cas de crues du fleuve que l’on appelle dans le pays "les Vidourlades".

J’arrive à Aigues-Mortes, porte de la Camargue. La cité fortifiée est magnifique et très fréquentée, comme tous les lieux touristiques que je vais traverser. Le contraste entre les passages sauvages où je serai seul et ces lieux bondés sera saisissant.

 

 

 

MNJ3 (42)

 

 

 

 

 

MNJ3 (43)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (46)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (50)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (53)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (65)

 

 

 

MNJ3 (68)

 

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (69)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (70)

 

 

 

 

 

MNJ3 (74)

 

 

 

 

Après le très joli site du Fort du Peccais, le Fort de Sel, la trace publiée fait un tout-droit : je vais parcourir une bonne distance par des pistes pour me trouver devant un grand portail fermé et l’impossibilité de le contourner … Heureusement, il n’était pas cadenassé mais je ne peux garantir que ce sera toujours ainsi … Vous pouvez partir directement d’Aigues-Mortes vers Silveréal ou bifurquer au Peccais.

Les salins royaux du Peccais, au bord du Canal de Silveréal, employaient jusqu’à 2000 saisonniers venus de l’arrière-pays. Le sel du Peccais était distribué dans tout le royaume via le Rhône et des chalands surdimensionnés (jusqu’à 14 tonnes au XIVème siècle). Le fort subira les guerres de religion et sera abandonné

Je rejoins ensuite le Petit Rhône que l’on traverse au bac du Sauvage, gratuit, c’est à noter.

J’arrive aux Sainte-Maries, capitale de la Camargue, site aussi exceptionnel, parc naturel …

Je traverse les salins, on ne sait plus où est la terre, où est la mer …

Je longe l’Étang du Grand Rascaillan et celui du Fangassier qui accueille l’unique station de nidification de flamants roses en France. Je passe ensuite à la Machine du Petit Rascaillan, ensemble de martelières, rouages hydrauliques servant à irriguer l’intérieur du delta et les salines. Le Château de la Tourvieille, érigé au XVIIème siècle, servait à surveiller le trafic fluvial et à lutter contre la piraterie.

Je longe les étangs salins vers le Domaine de Palissade et je rejoins le Grand Rhône à Salin-de-Giraud. Je le traverse par le bac de Barcarin, lui aussi gratuit pour les piétons et vélos.

Le Domaine de Palissade est un des derniers vestiges de la Camargue sauvage, un bout de delta naturel.

Nombreux coins où je passe méritent une étape de plusieurs jours pour profiter des lieux, visiter, se promener, flâner, se baigner, etc. En 6 jours, je vais en prendre plein les yeux …

Le vent, la chaleur … Quand le vent et le soleil s’invitent à la balade, cela doit être pris en compte … Notamment pour la traversée des massifs protégés et des interdictions qui peuvent être données de les traverser. J’aurai de la chance, j’ai pu traverser sans problème ces massifs, pensez bien à consulter les sites officiels pour avoir l’information.
Nous ne choisissons pas les conditions météo de nos balades, et heureusement.  Par contre, il est indéniable que nous, êtres humains, les avons perturbées par nos modes de production et de consommation …
Sur le vélo, avec la vitesse, on sent plus l’air qu’à pied et si le vent peut nous rafraîchir, en tout cas si on se place à l’ombre, j’en profiterai souvent lors de ce périple …
Pour le soleil, une bonne crème solaire permet d’éviter les coups de soleil … Par contre, je revendique mon bronzage cycliste malgré les critiques … Il faut en parcourir des kilomètres au soleil pour avoir un bon résultat !

 

 

 

MNJ3 (75)

 

 

 

MNJ3 (77)

 

 

 

 

MNJ3 (79)

 

 

 

 

MNJ3 (83)

 

 

 

 

MNJ3 (84)

 

 

 

 

 

MNJ3 (86)

 

 

 

 

 

MNJ3 (87)

 

 

 

L’arrivée et la traversée de Fos vont être compliquées après avoir longé le Canal de navigation du Rhône à Fos-sur-Mer : je vais arriver dans la zone industrielle par un chemin et me retrouver un peu coincé entre des voies rapides ou des voies d’accès aux sites industriels … La trace non nettoyée fait plus de 200 km.

Je vais croiser un grand nombre de pêcheurs le long de ce canal qui viennent y pêcher la sole et le loup.

Arrivée en soirée à Port-de-Bouc où règne une jolie ambiance populaire. J’y retrouve Sylvie et Bastien qui me rejoignent pour les trois prochains jours, je vais pouvoir me délester d’une bonne partie de mon chargement pour les trois prochaines étapes que je ferai avec une seule sacoche, nous nous retrouverons le soir pour dormir en location, ils en profiteront pour faire du tourisme de leur côté en journée …

Ce premier soir ensemble sera passé dans un voilier, expérience intéressante … Nous mangerons une excellente coupe glacée à la Marie-Madeleine. Je consulte de temps en temps les avis sur les restaurants ou logements sur les sites de partage spécialisés, j’ai du mal à comprendre comment on peut y lire des avis parfois si diamétralement opposés … Il est aussi tellement facile de cliquer « négatif » à la moindre contrariété … Mais il est aussi vrai que certains établissements devraient se remettre vraiment en question …

La trace : https://www.visugpx.com/sKMTm8nWn1

 

 

 

MNJ3 (89)

 

 

 

 

MNJ3 (91)

 

 

 

 

MNJ3 (92)

 

 

 

 

MNJ3 (93)

 

 

 

 

MNJ3 (95)

 

 

 

 

The longest stage of this raid.

Early departure from Marseillan to ride along the edge of the Thau Lagoon towards Mèze, Bouzigues and Balaruc on marked trails (notably on the side of the Prés du Baugé) and a little road. This edge of the pond is superb, it offers a view on the oyster beds and in the distance Sète. I will also have a nice view of the city when I will have attacked the massifs...

I reach the Issanka site, a forgotten site which in 1900 was a particularly popular place for walks by the Sétois. There is an old building, a former bourgeois house called the "Mon plaisir" house which would have been a brothel and would be haunted... Two families would have killed each other there during a quarrel concerning a love story between the daughter of the first family and the boy of the second, a local Romeo and Juliet.

http://thau-infos.fr/index.php/patrimoine/histoire/histoire-du-pays-de-thau/23691-issanka-oublie-2

Another legend at the nearby Pierre-Tintante: during periods of great drought, the inhabitants of Gigean would throw a lead figurine into this hole, which had the power to stop the plague. A special procession accompanied the "Totem Figurine" to the Gigean chasm, and the falling lead caused the stone to tinkle...

Throughout this route, which is also meant to be touristy, I try to go through less frequented, picturesque, natural places. As soon as you leave the immediate coastline, nature can quickly reclaim its rights, which it also asserts as soon as the coastline can be cut up, chopped up, steep and that access in bare feet and parasol is more difficult...

On the Gardiole and Mireval, I will try in vain to find a track to cross the massif directly to Mireval: I will pass along the Goodyear car circuit, take advantage of a descending boulevard in beautiful tarmac (velvet! I will take the opportunity to refill my water bottles in Mireval, the lady in charge of the church maintenance kindly allowing me to fill them there.

I arrive in Palavas-les-flots where I eat at the snack bar "Le Tostaqui" (the owner will have the delicacy to add ice cubes in my cans while refilling them.

I follow the Rhône à Sète canal to Aigues-Mortes, gateway to the Petite Camargue. Some passages along this canal are broken down and forbidden to bikes, I would like to know why...

I'm going to see a lot of waders along the canals.

Very nice the site of the Cabanes du Roc ...

The Vidourle gates are impressive : two enormous locks which control the passage of the Rhône Canal through this river and protect the canal but also the city of Aigues-Mortes in case of floods of the river which are called in the country "les Vidourlades".

I arrive at Aigues-Mortes, gateway to the Camargue. The fortified city is magnificent and very busy, like all the tourist places I will cross. The contrast between the wild passages where I will be alone and these crowded places will be striking.

After the very pretty site of the Fort du Peccais, the Fort de Sel, the published track is an all-right: I will cover a good distance by tracks to find myself in front of a large closed gate and the impossibility of bypassing it... Fortunately, it was not padlocked but I cannot guarantee that it will always be like that... You can leave directly from Aigues-Mortes towards Silveréal or branch off at the Peccais.

The Royal Salt Works of Peccais, on the banks of the Silveréal Canal, employed up to 2000 seasonal workers from the hinterland. The salt from Peccais was distributed throughout the kingdom via the Rhône and oversized barges (up to 14 tons in the 14th century). The fort suffered from the Wars of Religion and was abandoned.

I then join the Petit Rhône, which we cross at the Sauvage ferry, which is free of charge, it should be noted.

I arrive at Sainte-Maries, capital of the Camargue, an exceptional site, a natural park...

I cross the salt marshes, one does not know any more where is the land, where is the sea...

I walk along the Grand Rascaillan pond and the Fangassier pond, which is home to the only pink flamingo nesting station in France. I then go to the Machine du Petit Rascaillan, a set of hammer mills, hydraulic wheels used to irrigate the interior of the delta and the saltworks. The Château de la Tourvieille, built in the 17th century, was used to monitor river traffic and fight piracy.

I walk along the salt ponds towards the Domaine de Palissade and join the Grand Rhône at Salin-de-Giraud. I cross it by the Barcarin ferry, also free for pedestrians and bicycles.

The Domaine de Palissade is one of the last vestiges of the wild Camargue, a piece of natural delta.

Many of the places I visit deserve a stopover of several days to enjoy the place, to visit, to walk, to stroll, to swim, etc. In 6 days, I should be able to see a lot ...

The wind, the heat ... When the wind and the sun come to the walk, that must be taken into account ... In particular for the crossing of the protected massifs and the prohibitions which can be given to cross them. I will be lucky, I was able to cross these massifs without any problem, think of consulting the official sites to have the information.
We do not choose the weather conditions of our walks, and fortunately. On the other hand, it is undeniable that we, human beings, have disturbed them by our modes of production and consumption ...
On the bike, with the speed, you can feel the air more than on foot and if the wind can refresh you, at least if you are in the shade, I will often take advantage of it during this trip ...
As for the sun, a good sun cream will help to avoid sunburns... On the other hand, I am proud of my cycling tan despite the critics... You have to ride many kilometres in the sun to get a good result!

The arrival and the crossing of Fos will be complicated after having gone along the Rhone navigation canal in Fos-sur-Mer: I will arrive in the industrial area by a road and will find myself a bit stuck between fast lanes or access roads to industrial sites... The uncleaned track is more than 200 km long.

 

MNJ3 (97)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (99)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (100)

 

 

 

 

MNJ3 (104)

 

 

 

 

 

MNJ3 (105)

 

 

 

 

 

 

MNJ3 (108)

 

 

 

 

MNJ3 (109)

 

 

 

 

MNJ3 (112)

 

 

 

 

MNJ3 (113)

 

 

 

 

MNJ3 (115)

 

 

 

 

I will meet a lot of fishermen along this canal who come to fish for sole and bass.

Arrival in the evening in Port-de-Bouc where there is a nice popular atmosphere. I find Sylvie and Bastien who join me for the next three days, I will be able to unload a good part of my load for the next three stages which I will make with only one pannier, we will meet again the evening to sleep in rented accommodation, they will benefit from it to make tourism on their side during the day...

This first evening together will be spent in a sailboat, an interesting experience ... We will eat an excellent ice-cream sundae at the Marie-Madeleine. I consult from time to time the reviews of restaurants or accommodations on the specialized sharing sites, I find it difficult to understand how one can read reviews that are sometimes so diametrically opposed ... It is also so easy to click "negative" at the slightest annoyance ... But it is also true that some establishments should really question themselves ...

 

 

 

 

 


Mare Nostrum Gravel étape 2 : La Palme – Marseillan – 8 août 2021 (in english too)

 

MNJ2 (2)

 

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (3)

 

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (6)

 

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (10)

 

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (12)

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (13)

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (16)

 

 

 

Départ de La Palme par la route pour rejoindre Port-la-Nouvelle et le superbe site de l’île Sainte-Lucie pour suivre le Canal de la Robine pour rallier Gruissan et la Clape, ce coin de l’Aude que j’affectionne particulièrement. Nous passerons tout près des Auzils ou du gouffre de l’Oeil-doux mais cette fois je ne m’attarderai pas dans le massif, le raid ne fait que commencer, il reste encore du chemin à parcourir.

Nous quittons le Canal de la Robine pour longer l’Etang de Campignol.

Nous allons traverser La Clape sur toute sa longueur, en commençant par le site de La Capoulade.

Tout au long du raid, j’aurai à aborder des sections très caillouteuses, engagées par la pente ascendante ou descendante, le Gravel est tout à fait adapté à ces terrains, on n’y va pas simplement peut-être pas aussi vite qu’avec un VTT à suspension, on soigne son pilotage pour ne pas être trop secoué. La machine et le matériel vont être durement mis à l’épreuve mais je n’aurai à déplorer ni crevaison, ni casse (mon porte-bagage en carbone va souffrir et casser, j’y reviendrai, je ferai une réparation de fortune pour pouvoir continuer mais la qualité de sa fabrication n’est pas à mettre en cause, je pense avoir l’explication à cette casse …). Et dans le cas des bons raidards montants ou sur les passages vraiment problématiques, je n’hésiterai ni n’aurai de remords à poser le pied à terre pousser le vélo, voire le porter … Si aussi ainsi que l’on découvre des sites exceptionnels, je serai gâté …

Nous passons sous le site des Auzils pour aborder un très joli single en sous-bois que je connais bien. Nous prenons ensuite de la hauteur au niveau de Narbonne-Plage pour rejoindre les hauts de Saint-Pierre-la-Mer du côté du Domaine des Karantes en passant au très joli site des Exals.
Notre traversée se termine au site de l’Oustalet, tout proche de l’œil-Doux.

Nous passons l’Aude pour rejoindre Valras-Plage et rouler sur des cyclables.

L’eau salée est une dominante de ce raid, le vin y a aussi bonne place, les vignes seront toujours présentes et les appellations renommées : Côtes du Roussillon, Côtes catalanes, Banyuls, Fitou, Corbières, la Clape, Languedoc, Cassi, Bandol, Côtes de Provence, Bellet, Muscat de Rivesaltes, de Frontignan ou de Mireval, etc.

J’ai une affection particulière pour tous ces vignobles authentiques que l’on trouve dans toutes les régions de France.

Mais autant je ne rechigne pas à boire une petite bière quand je roule sur du long ou après une sortie, autant c’est un peu plus compliqué pour le vin qui se marie mal avec la pratique sportive, ça casse un peu les jambes … À réserver le soir et avec modération. Et pour la bière, si je la prends en journée, je l’accompagne immédiatement d’un verre de soda … Je boirai quelques litres de soda tout au long du périple …

Passage à Sérignan et un petit bonjour à Monsieur Riquet, nous longeons un bout de Canal du Midi pour rejoindre Agde, surnommée « perle noire de la Méditerranée » à cause de ses bâtiments construits en pierre basaltique, connue aussi pour ses joutes ou ses plages naturistes …

 

MNJ2 (18)

 

 

 

 

MNJ2 (19)

 

 

 

 

MNJ2 (26)

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (28)

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (29)

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (32)

 

 

 

 

 

MNJ2 (33)

 

 

 

 

 

 

MNJ2 (35)

 

 

 

 

MNJ2 (36)

 

 

 

 

MNJ2 (37)

 

 

 

 

Le site du Libron sur le Canal du Midi est très particulier : le canal étant pratiquement au même niveau que ce petit fleuve côtier, il était impossible d’utiliser un aqueduc traditionnel. Le fleuve est aussi capricieux et entre en crue plusieurs fois par an. Le lit du Libron a été d’abord modifié, scindé en deux bras, et un aqueduc édifié. Les cours du fleuve passent par six « portes » donnant surt six corps d’écluses de chaque côté d’une zone « protégée » permettant à un bateau de s’y arrêter.
Avant la fin de l’édification de cet ouvrage, c’était une « radeau », grosse barge qui permettait au Libron en crue de passer par-dessus le canal sans déposer limon ou débris …

J’ai déjà parcouru l’intégralité du Canal du Midi à vélo, nous roulerons sur des véloroutes bien balisées ou des voies europénnes (l’Eurovélo 8 que nous longerons plusieurs fois et plus loin la Via Rhôna). Certains de ces itinéraires mériteraient un meilleur balisage …

La problématique du bivouac se pose, nous téléphonons à plusieurs campings, nous arrêtons près de certains, c’est complet … Même si, comme je l’ai déjà écrit, des emplacements sont visiblement vides …

Nous décidons avec Dominique de nous arrêter dès que possible et pourquoi pas chez l’habitant …

Arrivés à Marseillan, bout de Canal du midi, nous voyons une habitation avec un grand terrain et des campings-cars, nous pensons que les propriétaires accueillent peut-être des voyageurs et tentons notre chance. Manou et José nous accueillent chaleureusement, ils sont en plein repas de famille, nous leur racontons notre début de périple et notre projet, ils nous offrent l’hospitalité et un bout de terrain à proximité.
Nous allons faire quelques courses pour notre repas du soir et leur ramenons une bouteille de pastis pour les remercier. Ils nous invitent à trinquer avec eux et partager le dessert. Nous passerons un très bon moment en leur compagnie ! Nous pourrons même profiter du jet d’eau pour faire notre toilette et pourrons recharger nos téléphones. Manou nous amènera même sur notre bivouac deux belles tomates et deux parts d’espadon mariné et cuit à la plancha qu’elle avit cuisiné. Merci à vous deux pour cette belle hospitalité. Brassens n’est pas loin, vous rendez bien hommage à sa « chanson pour l’Auvergn     at » et à ses « Copains d’abord ».

Je n’ai pas snobé Sète et le Mont Saint-Clair : cette ville, avec ses canaux, ce Mont qui la surplombe, est une très belle ville, chargée d’histoire, qui concile aussi très bien activités industrielles, tourisme et nature. Son canal la fait d’ailleurs surnommer la « Venise du Languedoc ».
La ville est pittoresque, unique, vivante, ne pas manquer d’aller faire un tour à Pointe Courte.
C’est la ville de Brassens, Paul Valéry, Manitas de Platas ou Jean Viar.
La ville est aussi réputée pour ses joutes ou ses spécialités gastronomiques : la tielle ou les zézettes. Sans oublier les huîtres de l’Étang de Thau et de Bouzigues.
La gastronomie est aussi à l’honneur tout au long du raid.

L’Étang de Thau est relié au canal du Midi, à la mer et au Rhône par le Canal du Rhône à Sète, ou plutôt de Sète au Rhône pour ce qui concerne notre balade.
Les moules et les huîtres font la renommée de Thau. La biodiversité y est aussi très riche.

Je connais bien la ville, je ne connaissais par contre pas les bords de l’étang côté Marseillan, Mèze, Bouzigue, Balaruc, c’est la voie que j’ai choisie mais que je dois remettre au lendemain à cause de ce problème de camping.

Etape la plus courte du périple : 95 km pour 500 m de D+ et 5h47 de vélo

Demain, longue étape pour nous deux : Dominique rentre sur Toulouse en faisant l’intégralité du bord du Canal du Midi sur la journée, je pars vers Port-de-Bouc avec la traversée de la Camargue …

La trace : https://www.visugpx.com/kYAqlc6cmh

 

Departure from La Palme by road to reach Port-la-Nouvelle and the superb site of the Sainte-Lucie island to follow the Canal de la Robine to reach Gruissan and the Clape, this corner of the Aude that I particularly like. We will pass close to the Auzils or the Oeil-doux chasm but this time I will not linger in the massif, the raid has only just begun, there is still some way to go.

We leave the Canal de la Robine to go along the Etang de Campignol.

We will cross the whole length of La Clape, starting with the site of La Capoulade.

Throughout the raid, I will have to tackle very stony sections, engaged by the ascending or descending slope, the Gravel is completely adapted to these grounds, one just may not be as fast as with a suspension mountain bike, one takes care of one's piloting so as not to be too shaken. The machine and the material will be hard tested but I will not have to deplore any puncture or breakage (my carbon rack will suffer and break, I will come back to it, I will make a makeshift repair to be able to continue but the quality of its manufacture is not to blame, I think I have the explanation for this breakage ...). And in the case of the good uphill sections or on the really problematic passages, I will not hesitate or have any remorse to put my foot down and push the bike, or even carry it ... If this way we discover exceptional sites, I will be spoiled ...

We pass under the site of Les Auzils to tackle a very nice single in the undergrowth that I know well. We then climb up to Narbonne-Plage to reach the heights of Saint-Pierre-la-Mer on the side of the Domaine des Karantes, passing the very pretty site of Les Exals.
Our crossing ends at the Oustalet site, very close to the Oeil-Doux.

We cross the river Aude to reach Valras-Plage and ride on cycle paths.

The salt water is a dominant feature of this raid, the wine also has a good place, the vines will always be present and the appellations renowned: Côtes du Roussillon, Côtes catalanes, Banyuls, Fitou, Corbières, la Clape, Languedoc, Cassi, Bandol, Côtes de Provence, Bellet, Muscat de Rivesaltes, de Frontignan or de Mireval, etc.

I have a particular affection for all these authentic vineyards that can be found in all regions of France.

But as much as I don't mind drinking a little beer when I ride for a long time or after a ride, it's a bit more complicated for wine, which doesn't go well with sports, it breaks the legs a bit... To be reserved for the evening and in moderation. And for beer, if I take it during the day, I immediately accompany it with a glass of soda ... I will drink a few litres of soda throughout the trip ...

Passing through Sérignan and saying hello to Monsieur Riquet, we ride along a stretch of the Canal du Midi to reach Agde, nicknamed the "black pearl of the Mediterranean" because of its buildings built of basalt stone, also known for its jousting and naturist beaches...

The site of the Libron on the Canal du Midi is very particular: the canal being practically at the same level as this small coastal river, it was impossible to use a traditional aqueduct. The river is also capricious and floods several times a year. The bed of the Libron was first modified, split into two arms, and an aqueduct built. The courses of the river pass through six "gates" leading to six bodies of locks on either side of a "protected" area allowing a boat to stop there.
Before the end of the construction of this structure, it was a "raft", a large barge which allowed the Libron in flood to pass over the canal without depositing silt or debris...

I have already cycled the whole of the Canal du Midi, and we will be cycling on well-marked cycle routes or European routes (the Eurovélo 8, which we will follow several times, and further along the Via Rhôna). Some of these routes could do with better signposting ...

The problem of the bivouac arises, we call several campsites, we stop near some of them, it's full ... Even if, as I already wrote, some places are visibly empty ...

We decide with Dominique to stop as soon as possible and why not at the inhabitant's place...

When we arrived in Marseillan, at the end of the Canal du Midi, we saw a house with a large plot of land and some campervans, we thought that the owners might be welcoming travellers and we tried our luck. Manou and José welcome us warmly, they are in the middle of a family meal, we tell them about our journey and our project, they offer us hospitality and a piece of land nearby.

We go shopping for our evening meal and bring back a bottle of pastis to thank them. They invite us to drink with them and share the dessert. We have a great time with them! We can even take advantage of the water jet to wash ourselves and recharge our phones. Manou will even bring us 2 beautiful tomatoes and 2 pieces of marinated swordfish cooked a la plancha that she cooked. Thank you both for this beautiful hospitality. Brassens is not far away, you pay tribute to his "chanson pour l'Auvergn at" and his "Copains d'abord".

I did not snub Sète and Mont Saint-Clair: this city, with its canals and this mountain that overlooks it, is a very beautiful city, full of history, which also combines industrial activities, tourism and nature very well. Its canal makes it nicknamed the "Venice of Languedoc".
The town is picturesque, unique and lively, so don't miss a visit to Pointe Courte.
It is the city of Brassens, Paul Valéry, Manitas de Platas or Jean Viar.
The town is also famous for its jousting or its gastronomic specialities: the tielle or the zézettes. Not forgetting the oysters of the Thau Lagoon and Bouzigues.

Gastronomy is also in the spotlight throughout the raid.

The Etang de Thau is linked to the Canal du Midi, the sea and the Rhône by the Canal du Rhône à Sète, or rather from Sète to the Rhône for our trip.

Mussels and oysters make the reputation of Thau. The biodiversity is also very rich.

I know the town well, but I didn't know the banks of the lake on the Marseillan, Mèze, Bouzigue and Balaruc sides. This is the route I chose, but I had to put it off until the next day because of the camping problem.

Shortest stage of the trip: 95 km for 500 m of D+ and 5h47 of cycling

Tomorrow, a long stage for both of us: Dominique is going back to Toulouse and will ride the entire length of the Canal du Midi during the day, I'm going to Port-de-Bouc with the crossing of the Camargue...

 

 

MNJ2 (40)

 

 

 

 

 

MNJ2 (42)

 

 

 

 

MNJ2 (43)

 

 

 

 

MNJ2 (47)

 

 

30 août 2020

Toulouse – Sète par le Canal du Midi - Gadoue

Prétexte à rouler : repas de famille (avec distanciation) à Montpellier dimanche (bon anniversaire Cathy !). Halte prévue à Sète le samedi, nous apprécions particulièrement ce coin de Méditerranée et cette ville chargée d’Histoire, à la fois industrielle, portuaire et pittoresque avec son Mont Saint-Clair et ses canaux. J’y vais en vélo par le Canal du Midi ! Je pense pouvoir boucler le trajet en moins de 14h. Départ de la maison pour aller rejoindre au plus court le Canal du Midi à la sortie de Toulouse.

 

 

 

 

2020 sète (1)

 

 

 

 

 

2020 sète (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 sète (3)

 

 

 

 

2020 sète (5)

 

 

 

J’ai déjà roulé sur une partie du canal dans les deux sens, jusqu’à Narbonne. Il ne faut pas oublier que le goudron s’arrête à Avignonet-Lauragais pour laisser la place ensuite à des pistes en gravier, en terre ou parfois à un revêtement plus cahoteux sur les chemins de halage, on alterne aussi le passage sur les deux rives.

Le Canal du Midi ne manque pas de charme, le longer n’est pas monotone, certaines écluses sont vraiment pittoresques et particulières. Certains sites sont remarquables : le Seuil de Naurouze qui reçoit l’eau de la Rigole de la Montagne Noire, le port de Castelnaudary, les ponts-canaux, la traversée de Carcassonne, le tunnel de Malpas (traversant la colline d’Ensérune, qui a failli faire arrêter les travaux du Canal, Riquet a persisté et réussi), Béziers, l’écluse ronde d’Agde, l’arrivée au Bassin de Thau, etc.

 

 

2020 sète (7)

 

 

 

 

 

 

2020 sète (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 sète (10)

 

 

 

 

 

 

 

2020 sète (13)

 

 

 

 

 

 

2020 sète (15)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 sète (16)

 

 

 

 

 

2020 sète (17)

 

 

 

 

 

2020 sète (20)

 

 

 

 

 

2020 sète (21)

 

 

 

 

 

 

2020 sète (22)

 

 

 

Gigantesque, c’est l’adjectif pour qualifier l’œuvre de Riquet : quand on voit le nombre d’écluses, le nombre d’ouvrages d’art qui longent le Canal, ses méandres, etc. On ne peut qu’être admiratif devant cette œuvre gigantesque … Aujourd’hui, l’homme est capable de réaliser de grandes œuvres architecturales mais malgré tout, je ne sais pas si on se lancerait dans un tel projet.
Visionnaire … Le Canal est toujours vivant : que ce soit par l’activité touristique et de loisir que par le nombre de personnes qui vivent près de ses rives.

Gadoue : il a plu les jours précédents, la pluie nous a accompagnés aussi un petit moment en quittant Toulouse, certains passages sont particulièrement gadoueux et très collants, j’ai dû m’arrêter trois fois pour débourrer.

Quelques cigales sur le parcours, des odeurs de lavande et d’anis …

Merci Dominique pour la compagnie sur les 100 premiers kilomètres.

 

2020 sète (25)

 

 

 

 

 

 

2020 sète (27)

 

 

 

 

 

 

2020 sète (30)

 

 

 

 

 

2020 sète (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 sète (33)

 

 

 

Alimentation toujours surveillée : un kebab à Carcassonne à midi et le soir une friture d’éperlans.

Sète, avec son Mont Saint-Clair (un beau profil pour les cyclistes) se voit de loin (très loin) : c’est à la fois « rassurant » ou motivant (« j’y suis ! ») mais aussi difficile (« Bon, je vais arriver oui ! » ou « Non, je ne vais jamais y arriver ! »), d’autant plus de nuit … J’ai vu ses lumières à plus de 15 bornes … J’ai toujours cette double impression dans ces situations.

La trace : https://www.visugpx.com/nNZE7jENlM

 

 

 

2020 sète (35)

 

 

 

 

2020 sète (37)

 

 

 

 

2020 sète (38)