02 novembre 2022

Gravel-cyclo trans-Volvestre, Via Garona, Garonne, à la carte – Also in english

J’avais prévu de revenir en vélo d’Ariège et voulais varier un peu : direction donc le Volvestre, et tracé à la carte, c’est-à-dire sans trace établie à l’avance …

Je descends donc la Bouigane puis le Lez en direction de Saint-Girons avec l’intention de monter à Notre-Dame de Marsan pour profiter de joli point de vue sur les massifs environnants et sur Saint-Lizier.
Je veux repasser sur un chemin que je connaissais ou que j’ai connu : il n’est plus praticable … Petite prospection donc qui me fait tourner en rond, je reste donc sur le sentier balisé qui va vers la Croix de Montcalibert, je n’y passerai pas cette fois …

 

 

 

2022 48 (1)

 

 

 

 

2022 48 (2)

 

 

 

 

2022 48 (3)

 

Saint-Lizier

 

 

 

2022 48 (5)

 

 

 

 

 

2022 48 (6)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (7)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (8)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (10)

 

 

 

 

2022 48 (11)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (12)

 

 

Je rejoins Sainte-Croix-Volvestre par de très jolies portions Gravel. Le Volvestre est très vallonné, l’agriculture et l’élevage sont bien présents mais les coins sauvages ne manquent pas. Les pistes sont en gravier, certaines plus anciennes sont pierrées, les sentiers (notamment en sous-bois) ne manquent pas.
Après Sainte-Croix, je pars en direction de Montesquieu-Volvestre, belle bastide avec sa halle pittoresque.

Quand le bitume laisse la place au gravier … J’adore ce moment où le bitume laisse la place à la piste, l’aventure commence … La piste peut aussi laisser place au chemin, au sentier, il suffit de passer ce portail pour le bétail, cela mène toujours quelque part, même si ce quelque part oblige à faire demi-tour, il t’aura amené où tu voulais aller, le nulle part n’existe pas, aujourd’hui encore j’ai pu m’en rendre compte même si cela m’aura fait tourner deux fois en rond mais je ne regrette pas, le sente de mouton était magnifique et j’ai pu approcher un superbe taureau … La trace « nettoyée » ne montre pas cela ni les quelques prospections infructueuses (dans le sens gravellistique : rejoindre la rote là-bas, où ces maisons …), la balade complète fait 160 km.

 

 

 

 

 

 

2022 48 (15)

 

 

 

 

2022 48 (17)

 

 

 

 

 

2022 48 (19)

 

 

 

 

2022 48 (20)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (21)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (23)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (25)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (28)

 

Montesquieu-Volvestre

 

 

 

 

2022 48 (29)

 

 

 

 

Ce n’est pas la première et ce ne sera pas la dernière : la balade a été laborieuse … Pas parce que j’ai pas mal prospecté, regardé la carte pour trouver des liaisons Gravel mais parce que le moteur a été très poussif … Je suis parti « tranquillement » ce matin, je savais que j’allais passer une dizaine d’heures sur le vélo (ou à côté) mais dès que j’ai entamé la traversé du Volvestre je me suis rendu compte que le moteur avait du mal a suivre (et que ça allait durer plus longtemps que prévu), je me suis donc dirigé vers Rieux-Volvestre pour suivre un bout du Gr861 Via Garona puis à Carbonne suivre le parcours cyclable de la Garonne (parcours cyclable ne signifie pas piste cyclable, ce parcours emprunte des routes moins fréquentées et certaines portions sont aménagées).

Entre Muret, Roques-sur-Garonne et Portet-sur-Garonne, j’ai tout de même suivi quelques portions plus nature au plus près de la Garonne. En pleine nuit, ambiance garantie, d’autant plus quand j’ai crois de très près deux chevreuils puis des sangliers …

Arrivé à Toulouse, j’ai fait un peu de tourisme, certaines artères sont sales (le gens sont sales) et les noctambules sont nombreux …

Lors d’une telle sortie, laborieuse, les derniers kilomètres sont très durs, ce sont des coins, des rues que tu connais par cœur mais ça n’en finit pas, le dernier kilomètre semble ne pas finir …

La trace : https://www.visugpx.com/ltWs2vJ4mH

 

 

 

 

 

2022 48 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (32)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (33)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (37)

 

 

 

 

I had planned to come back by bike from Ariege and wanted to vary a little: direction Volvestre, and traced to the map, that is to say without trace established in advance ...

So I went down the Bouigane and then the Lez in the direction of Saint-Girons with the intention of going up to Notre-Dame de Marsan to take advantage of the nice view on the surrounding mountains and on Saint-Lizier.
I want to go back on a path I used to know : it is not practicable anymore ... So, a little prospecting makes me turn in circles, so I stay on the marked path which goes to the Croix de Montcalibert, I will not go there this time ...

I join Sainte-Croix-Volvestre by some very nice Gravel sections. The Volvestre is very hilly, agriculture and breeding are very present but there is no lack of wild places. The tracks are made of gravel, some of the older ones are stony, and there is no lack of paths (especially in the undergrowth).
After Sainte-Croix, I set off in the direction of Montesquieu-Volvestre, a beautiful bastide with its picturesque market hall.

When the asphalt gives way to gravel ... I love this moment when the asphalt gives way to the track, the adventure begins ... The track can also give way to a path, to a trail, you just have to pass through this gate for the cattle, it always leads somewhere, even if this somewhere obliges you to turn back, it will have brought you where you wanted to go, nowhere exists, today I was able to realise this even if it made me turn twice in circles but I don't regret it, the sheep trail was magnificent and I was able to get close to a superb bull... The "cleaned" track doesn't show this nor the few unsuccessful prospections (in the gravelly sense : join the rote over there, where those houses ...), the complete walk is 160 km.

It is not the first and it will not be the last: the ride was laborious ... Not because I did a lot of prospecting, looked at the map to find Gravel links but because the engine was very sluggish ... I left "quietly" this morning, I knew that I was going to spend about ten hours on the bike (or next to it) but as soon as I started to cross the Volvestre I realised that the engine was struggling to keep up (and that it was going to last longer than expected), So I headed towards Rieux-Volvestre to follow a part of the Gr861 Via Garona and then in Carbonne to follow the Garonne cycle route (cycle route does not mean cycle track, this route uses less frequented roads and some parts are equipped).

 

 

 

 

 

 

2022 48 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (39)

 

 

 

 

 

2022 48 (41)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (42)

 

 

 

 

 

 

2022 48 (43)

 

 

 

Between Muret, Roques-sur-Garonne and Portet-sur-Garonne, I still followed a few more natural sections closer to the Garonne. In the middle of the night, the atmosphere was guaranteed, especially when I came across two roe deers and wild boars at close quarters...

When I arrived in Toulouse, I did some sightseeing, some streets are dirty (people are dirty) and there are many night owls ...

During such a laborious ride, the last kilometres are very hard, there are corners, streets that you know by heart but it doesn't end, the last kilometre seems to never end ...

 

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

 

2022 48 (45)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (46)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (47)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (48)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (50)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (51)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (52)

 

 

 

 

 

 

 

2022 48 (54)

 

 

 


31 octobre 2022

Vallée d’Orle, les deux versants et sentier Decauville

 

 

2022 52 (12)

 

Cela faisait quelques années que je n’avais pas fait cette balade et je voulais faire découvrir à Bastien la voie Decauville si particulière : la variante du Tour du Biros empruntant l’ancienne voie ferrée qui amenait le minerai des mines biroussannes vers la vallée.

Au XIXème siècle, l’activité minière et prospère dans le Biros : mines de plomb et zinc argentifère au Bentaillou (1 900 m, la forestière qui est mène vaut le détour), au Bulard (2 400m) ou côté espagnol. Les mines du Bentaillou seront ouvertes jusqu’en 1 942.
Les conditions de travail et de vie à ces altitudes étaient très difficiles …
Paul Decauville (1 846-1 922) a mis au point un type de voie ferrée de faible écartement (40 à 60 cm) adapté aux terrains difficiles d’accès, voie entièrement démontable, notamment pour l’hiver dans les zones avalancheuses.

Le sentier Decauville a été réhabilité et est entretenu, les six tunnels encore présents (l’éclairage peut être nécessaire au moins pour un des tunnels) sont bien accessibles ; quand je les avais passés il y a quelques années avec Hugo, nous avions dû faire quelques contorsions pour y pénétrer …

La balade du jour nous a fait prendre un peu de hauteur vers Luentein par un peu de bitume puis une superbe forestière nous a mené sous le Col de l’Arech, le panorama sur la vallée et les sommets environnants est superbe !

 

2022 52 (2)

 

 

 

 

2022 52 (3)

 

 

 

 

 

2022 52 (4)

 

 

 

 

2022 52 (9)

 

 

 

 

2022 52 (10)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (15)

 

 

 

 

2022 52 (18)

 

 

 

 

 

2022 52 (20)

 

 

 

 

2022 52 (24)

 

 

Mon altimètre continue ses fanfaronnades, le cumul de D+ est tout de même conséquent pour ce petit kilométrage, mais en montagne les « petits » kilométrages ne sont jamais anodins …

Et c’est là que nous avons attaqué la première des deux grosses descentes de la journée : une succession ininterrompue de virages serrés très techniques (zoomez la trace, vous comprendrez) d’abord dans la lande puis dans la forêt, qui nous a ramené le long de de l’Orle. Je n’aime pas les devers vers la gauche, j’ai été servi (je le savais), de toute façon cette trace ne peut se faire en vélo que dans ce sens, les montées sont impossibles à contresens …

Là, nous avons suivi le Gr10 qui mène au Port d’Orle (un porté est nécessaire) et avons bifurqué à droite pour rejoindre l’ancienne voie ferrée.
Le sentier peut être suffisamment large par endroit pour souffler un peu et se sentir en sécurité, il est sinon assez étroit, en devers, et les accumulations de feuilles n’ont pas rendu la partie facile.
Nous avons poussé jusqu’au bout de la voie et l’emplacement de la roue du funiculaire encore là.

 

 

2022 52 (25)

 

 

 

2022 52 (28)

 

 

 

 

2022 52 (30)

 

 

 

 

 

2022 52 (31)

 

 

 

 

2022 52 (32)

 

 

 

 

 

2022 52 (34)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (36)

 

 

 

 

 

 

2022 52 (37)

 

 

 

 

2022 52 (38)

 

 

 

 

La deuxième descente qui commence là est elle aussi très technique par ses virages très serrés …

Vélo de montagne, oui le VTT vient bien de là, le Mountain bike, Bastien a fait la balade en VTT, je l’ai faite en Gravel (oui Gravel signifie gravier, gravelle en québécois), d’abord parce que j’ai prévu de rentrer sur Toulouse en Gravel mercredi et ensuite car je voulais tester mon vélo dans des conditions d’utilisation assez engagées, et je ne le regrette pas, Bastien a passé pas de mal de virages serrés sans poser le pied au sol, je n’ai pas sa dextérité, j’en ai quand même passé quelques-uns …

Sur ce genre de balade, la vitesse moyenne n’a pas de sens ou d’importance, tu vas plus vite en montant …

La trace : https://www.visugpx.com/9chW2GS7py

 

 

28 octobre 2022

Gravel-cyclo vers Saint-Girons, voie verte, Castelnau-Durban et à la carte, histoires

Je connais bien les différentes façons de rallier Saint-Girons depuis Argein ou Castillon-en-Couserans en longeant les rives du Lez. J’en ai suivi deux variantes ce matin avec Bastien et ce soir en solo au plus près du Lez … Variantes très agréables et variées …

 

 

 

2022 46 (1)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (2)

 

 

 

 

2022 46 (4)

 Alas

 

 

 

 

 

2022 46 (5)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (6)

 Engomer

 

 

 

 

 

 

2022 46 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (9)

 

 

 

 

2022 46 (11)

 Marbre d'Aubert

 

 

 

 

 

 

2022 46 (12)

 Canal de la Papeterie

 

 

 

 

Nous avons rejoint Sylvie et Salomé pour faire un bout de voie verte vers Foix. Je l’ai déjà écrit : le départ de la voie verte est très mal indiqué (tellement mal que c’en est certainement volontaire, quand on compare à la signalétique et aux aménagements mis en place à Foix, c’est étrange …) à la sortie de Saint-Girons, première à droite en direction de l’aire des gens du voyage qui est désaffectée (détruite plutôt), le parking est un peu plus loin.

 

 

 

 

2022 46 (13)

 

 

 

 

 

 

2022 46 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (15)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (17)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (18)

 

 

 

 

Petite balade familiale donc le long de cette voie verte si agréable, les passages des tunnels sont toujours pittoresques (pas besoin d’éclairage, les lumières s’allument automatiquement dès qu’on entre dans le tunnel). Petite pause à Castelnau-Durban, je laisse Sylvie, Bastien et Salomé là pour aller prendre un peu de hauteur, à la carte (pas de trace préparée) vers le Col de la Crouzette. J’essaie d’aller rejoindre la piste qui mène au Col de la Rille, juste sous la Crouzette, en passant pas Balès, il devrait y avoir une piste là. Elle y est bien, balaise, bien pentue.

 

 

 

2022 46 (20)

 

 

 

 

2022 46 (21)

 

 

 

 

 

2022 46 (23)

 

Entretemps, je suis passé à la croix d’Esplas, très caractéristique avec son socle de marbre rose, exploité ici dans une carrière à ciel ouvert jusque dans les années 70.
Le marbre a une longue histoire dans le coin, le matin nous sommes passés à la marbrière d’Aubert dont l’exploitation a repris, ce marbre a une réputation internationale, c’est le Grand Antique dont la production remonte à l’Antiquité. Ce marbre a servi notamment à décorer l’Hagia Sophia d’Istanbul, la Basilique Saint-Pierre de Rome ou la Basilique Saint-Marc de Venise.

 

 

 

2022 46 (26)

 

 

 

 

 

2022 46 (27)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (29)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (31)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (32)

 

 

 

 

Entretemps aussi, j’ai suivi le sentier de randonnée du tour de la Crie pour atteindre Balès, attention ce sentier est très caillouteux et oblige à quelques poussés … On peut l’éviter en restant sur la route mais on redescend pour remonter.
Le chemin balaise après Balès est superbe, herbeux, perpendiculaire aux lignes de niveaux, et mène à cette belle et longue forestière qui va m’amener au Col de la Rille, juste sous La Crouzette.

 

 

 

 

 

2022 46 (36)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (38)

 

 

 

 

 

 

 

2022 46 (39)

 

 

 

 

 

2022 46 (40)

 

 

 

 

2022 46 (41)

 

 

 

Une stèle nous rappelle que les combats ont pu être rudes dans ces montagnes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Là, je suis descendu vers Riverenert par la route pour ensuite remonter un peu pour rejoindre Encourtiech et son château du XIIIème siècle, un des quatre châteaux du Vicomte du Couserans.
Je suis resté sur les crêtes pour profiter des panoramas sur les vallées et les massifs environnants avant de redescendre sur Saint-Girons.

 

 

2022 46 (46)

 Encourtiech

 

 

 

 

2022 46 (48)

 

 

 

 

 

2022 46 (49)

 Saint-Girons

 

 

 

Retour le long du Canal de la papeterie construit en 1942, pendant la guerre, alors que l’armée allemande occupe la zone libre et a établi un commandement à Saint-Girons pour lutter contre les maquis et surveiller les ports pyrénéens, les Chemins de la liberté passent par le Couserans …

Mon altimètre continue ses fantaisies, je pense qu’il est malheureusement foutu …

La trace : https://www.visugpx.com/X3fWKdLxaX

 

 

27 octobre 2022

Pyrénées – Pistes – Fabio Casartelli – Also in English

 

2022 50 (1)

 

Faux départ ce matin, je devais partir de Toulouse faire cette liaison entre Mane, le Col de Larrieu, contourner le Pic de Paloumère pour rejoindre la montée au Portet d’Aspet à Henne Morte pour en faire la partie la plus pentue à partir du Pont de l’Oule (environ 4 km avec 9 % de pente moyenne, avec une pointe à 12%) et basculer sur la vallée de la Bellongue pour rallier Villeneuve où nous avons une maison de famille. Le faux départ a eu du bon, cela aurait été vraiment très dur après une centaine de bornes parcourues (j’avais prévu de suivre le Gr861 Via Garona que je connais bien et qui réserve quelques bons raidillons) car ça l’a été dur ...

 

portet 1

 

 

Superbe liaison : de belles pistes en gravier (de quoi mettre tout le monde d’accord sur ce qui est Gravel ou ce qui ne l’est pas, sachant que pour moi, la question ne se pose pas : tout est Gravel), un peu de goudron (notamment dans la montée au Portet d’Aspet, un passage comme je les aime façon Koh-Lanta à vélo, un passage comme je les aime façon Gravel enduro (là c’était carrément Gravel DH, je n’ai pas tout descendu sur le vélo) pour arriver à Henne Morte.

Du sous-bois, de belles vaches et taureaux, de beaux panoramas sur les vallées ou les sommets environnants …

 

2022 50 (2)

 

 

 

 

 

2022 50 (4)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (5)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (6)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (8)

 

 

 

Un type croisé sur un VTT, sans casque, curieux écho avec la stèle en mémoire de Fabio Casartelli où je m’arrêterai un peu plus loin. En 1995, le casque n’était pas encore de coutume, je ne sais pas si Fabio Casartelli aurait été sauvé s’il en avait porté un, mais aujourd’hui, je ne comprends pas que tant de gens continuent de rouler sans casque, « Je sais faire du vélo », « Je ne vais pas loin ». Quand j’étais enfant, je ne portais pas de casque quand j’allais faire du vélo avec les copains, nous n’avions pas de ceintures de sécurité dans les voitures, en tout cas à l’arrière (alors que le brevet existait depuis 1885), aujourd’hui son utilité est indiscutable. Il en est de même pour le casque … Et pourtant …

Mon altimètre recommence ses fantaisies : cette fois, il a rechigné à me donner du D+, pourtant …

La trace : https://www.visugpx.com/LJ4H4LeBsh

 

 

 

2022 50 (9)

 

 

 

 

2022 50 (10)

 

 

 

 

2022 50 (11)

 

 

 

 

 

 

 

2022 50 (12)

 

 

 

 

 

 

 

2022 50 (13)

 

 

 

False start this morning, I was supposed to start from Toulouse to do this link between Mane, the Col de Larrieu, around the Pic de Paloumère to join the climb to Portet d'Aspet at Henne Morte to do the steepest part from the Pont de l'Oule (about 4 km with an average slope of 9%, with a peak of 12%) and then switch to the Bellongue valley to reach Villeneuve where we have a family house. The false start was good, it would have been really hard after a hundred kilometers (I had planned to follow the Gr861 Via Garona that I know well and that reserves some good steepness) because it was hard...

Superb connection: beautiful gravel tracks (which will make everyone agree on what is Gravel or what is not, knowing that for me, the question does not arise: everything is Gravel), a little bit of tar (especially in the climb to Portet d'Aspet, a passage as I like them like Koh-Lanta on a bike, a passage as I like them like Gravel enduro (there it was definitely Gravel DH, I did not go down everything on the bike) to arrive in Henne Morte.

Undergrowth, beautiful cows and bulls, beautiful panoramas on the valleys or the surrounding summits...

A guy crossed on a mountain bike, without helmet, curious echo with the stele in memory of Fabio Casartelli where I will stop a little further. In 1995, helmets were not yet customary, I do not know if Fabio Casartelli would have been saved if he had worn one, but today, I do not understand that so many people continue to ride without a helmet, "I know how to ride a bike", "I do not go far". When I was a child, I didn't wear a helmet when I went cycling with my friends, we didn't have safety belts in cars, at least in the back (although the patent existed since 1885), today its usefulness is indisputable. It is the same for the helmet ... And yet ...

My altimeter starts again its fantasies: this time, it was reluctant to give me D+, however ...

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

 

 

 

2022 50 (15)

 

 

 

 

 

2022 50 (16)

 

 

 

 

 

2022 50 (17)

 

 

 

 

2022 50 (18)

 

 

 

 

 

2022 50 (19)

 

16 octobre 2022

Trois boucles au départ de Toulouse Argoulets pour le prix d’une

 

2022 42 (1)

 

 

Ce ne sont pas vraiment des cercles tangents intérieurement (et ça ne ressemble pas du tout à des cercles, mais c’est à ça que cela m’a fait penser), la balade du jour présente en fait trois boucles s’élargissant avec un départ commun de la zone verte des Argoulets à Toulouse, deux des trois boucles seront proposées aux adhérents de notre association Ô Gravel pour un family ride et special ride, la troisième a été faite pour rallonger quelque peu la balade du jour ou prolonger le plaisir, je fais maintenant partie des seniors, donc je ne boude pas mon plaisir quand il y a moyen de le rallonger …

Christophe et Jacques m’ont accompagné sur la journée. Nous avons donc commencé par une mise en bouche le long de l’Hers, nous sommes bien en ville et pourtant on sent déjà un petit air de nature plaisant … Pour varier, nous sommes passés dans le Bois de Limayrac puis nous avons rejoint par les piétonniers Firmis et le bois de La Terrasse.
Les bords de l’Hers sont très plaisants, très nature rive droite.

La deuxième boucle reprend un petit bout de la première pour rejoindre la Sausse à L’Union et suivre des chemins très agréables que je connais très bien mais dont je ne me lasse pas vers Beaupuy, Mons, Pin-Balma, Balma, Quint-Fonsegrives, Saint-Orens et Escalquens pour rejoindre le Canal du Midi et revenir vers la ville. Le relief commence à se faire sentir.

 

2022 42 (2)

 

 

 

 

2022 42 (3)

 

 

 

 

2022 42 (6)

 

 

 

 

2022 42 (7)

 

 

 

 

 

 

 

2022 42 (8)

 

Mondouzil

 

 

 

 

2022 42 (9)

 

 

 

 

 

 

2022 42 (10)

 

 

 

 

 

 

2022 42 (12)

 

 

 

 

2022 42 (14)

 

 

 

 

2022 42 (16)

 

 

 

 

Voilà pour l’entrée …

Le plat principal et la suite nous ont conduits de nouveau le long du Canal pour prendre un peu de hauteur du côté de Péchabou et le Gr653, le coin est bien vallonné … Là, nous avons laissé libre cours à nos papilles gravellistiques, vététistiques et vae-istiques pour une balade entre coteaux, canal et Cocagne … Nous avons poussé jusqu’à Noueilles par les sentiers de randonnée balisés puis sommes revenus vers le Canal du Midi.

Ces coteaux du Lauragais, traversés par le Gr653 et de nombreux sentiers balisés par le SICOVAL, sont superbes : on alterne entre singles en sous-bois, pistes herbeuses, gravier, etc. Ils offrent de beaux panoramas sur les alentours et les Pyrénées. Par contre, ils sont très exigeants physiquement ; les pourcentages sont assez conséquents, la quasi-totalité du dénivelé cumulé de la journée a été effectuée sur une cinquantaine de bornes dans ces coteaux …

Cela fait un petit moment que je n’affiche plus sur mon gps les données de temps, vitesse ou kilométrage. Le soleil, s’il est bien présent, donne une bonne idée du temps et c’est lorsque la fin approche que je jette un œil au kilométrage et c’est souvent une bonne surprise …

Merci à Christophe et Jacques pour la bonne compagnie, Christophe a roulé en VTT (le Gravel et le VTT font bon ménage et certains passages ont pu être typé Gravel enduro, cette balade est adaptée à tous les vélos avec des gros pneus, suspension ou pas, au minimum pour ma part du 40 mm pour des roues de 700, je roule en 42, ça suffit) et Jacques en électrique mais le môssieur est capable de faire une centaine de bornes avec une seule batterie, il gère donc ça bien et utilise rarement la puissance max, bravo !

Nous avons fait la pause pique-nique à Fonsegrives chez mes parents pour dire un petit bonjour et recharger en eau, merci pour le petit pastis, très légèrement dosé, la suite du menu était prévue bien conséquente …

J’ai pu bien exploiter les capacités de mon Gravel, notamment dans les descentes où j’ai bien lâché les freins, le coin offre de très belle descentes pour tous les niveaux, c’est sûr c’est plus facile en VTT mais là tu es vraiment en pilotage, parfois c’est de la glisse, les sensations sont garanties !

Une belle journée bien remplie, une très belle sortie sur la journée : départ au lever du soleil, retour au coucher (et un peu plus tard).

Mon GPS a pu avoir quelques dysfonctionnements ces derniers temps, je pense savoir pourquoi, j’y reviendrai, on est plutôt sur un 2 000, ce qui est déjà pas mal, d’autant plus que ce D+ s’est concentré sur une cinquantaine de bornes …

La trace : https://www.visugpx.com/3ZFvcZJuIJ

 

 

 

2022 42 (17)

 

 

 

 

2022 42 (19)

 

 

 

 

 

2022 42 (20)

 

 

 

 

2022 42 (21)

 

 

 

 

2022 42 (22)

 

 

 

 

 

 

2022 42 (23)

 

 

 

 

 

 

2022 42 (24)

 

 

 

 

2022 42 (25)

 

 

 

 

2022 42 (27)

 

 

 

 

2022 42 (28)

 

 

2022 42 (30)

 

 

 

 

 

 

 

2022 42 (31)

 

 

 

 

 

 

 

2022 42 (33)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 42 (34)

 

 

 

 

 

 

2022 42 (35)

 

 

 

Photos partagées par Jacques (il en a prises deux aussi où je marche à côté du vélo, c’est aussi du vélo !) :

 

 

2022 42 Jacques (1)

 

 

 

 

 

 

2022 42 Jacques (2)

 

 

 

 

2022 42 Jacques (4)

 

 

 

 

 

 

2022 42 Jacques (6)

 

 

 

 

2022 42 Jacques (7)

 

 

 

 

 

 

2022 42 Jacques (8)

 

 

 

 

2022 42 Jacques (9)

 

 

 

 

 

2022 42 Jacques (11)

 

 

 

 

2022 42 Jacques (12)

 

 

 

 

2022 42 Jacques (13)

 

 

 

 

 

 

2022 42 Jacques (14)

 

 

 

 

 

 

 

2022 42 Jacques (15)

 


25 septembre 2022

Cyclo-Gravel en improvisation solo vers le Tarn, staccato …

 

 

2022 38 (4)

 

 

 

 

 

 

Ce matin, départ tard car improvisé (et ça a du bon les sorties improvisées où tu roules beaucoup plus avec la carte), je me décide pour partir faire un grandfondo ou plus plutôt en cyclo, c’est le ciel et le vent qui me guideront : un vent d’Ouest souffle bien ce matin, je regarde donc le ciel et surveille les fronts nuageux … Direction plein Est, Lavaur, peut-être Castres ou Albi ?

Même si je privilégie les petites routes peu fréquentées, j’ai du mal à rester sur le goudron quand un chemin se présente …

Il y a bien plu hier soir et cette nuit, je vais tester les bords du Laragou pour voir l’état des chemins et voir si je privilégie la sortie cyclo ou si je pars sur des prospections en Gravel : la terre ici est de la glaise et donc devient très collante quand il a plus beaucoup ou en hiver ... La terre est tellement sèche que l’eau a ruisselé, si je surveille ou je pose mes roues, ça ne devrait pas trop coller … Je pars donc sur le crêtes vers la Cagougotte-Cadoul, j’adore ce nom et c’est un classique de mes sorties hivernales … Et si j’allais rejoindre Massac-Séran pour suivre une partie de la jolie voie dite romaine … j’ai déjà écrit sur ce très joli chemin de crête qui rejoint Puylaurens. Voir dite romaine : il y a des traces d’activités gallo-romaines à Massac-Séran, Marzens ou Teyssode. Des preuves de l’existence de plusieurs villae, mais même si ce chemin de crête a été utilisé par l’homme de tous temps et avant l’Antiquité, rien ne prouve qu’il a été aménagé en voie romaine.

 

 

2022 38 (1)

 

 

 

2022 38 (2)

 

 

 

2022 38 (3)

 La sacoche sur-mesure Batsoul

 

 

 

 

2022 38 (5)

 

 

 

 

 

 

2022 38 (6)

 Paulin

 

 

 

2022 38 (8)

 

 

 

 

 

 

2022 38 (9)

 

 

 

 

 

2022 38 (11)

 

 

 

 

 

2022 38 (12)

 

 

 

 

Un front nuageux approche, je dois partir vers le Nord-Est, direction donc Viterbe et Fiac, je verrai si je pousse vers Castres pour rejoindre la belle voir verte vers Lautrec et Albi.
Arrivé à Damiatte, je tombe sur un joli sentier de randonnée balisé, je pars vers les coteaux à la recherche de passages offroads. Et je n’ai pas été déçu ! Je connaissais déjà un peu le coin mais j’ai découvert de superbes sentiers du côté de Moulayrès qui vont finalement m’amener vers Graulhet et le Sentier des trois lacs.

 

 

2022 38 (13)

 

 

 

 

2022 38 (14)

 

 

 

 

2022 38 (17)

 

 

 

 

 

2022 38 (18)

 

 

 

 

 

2022 38 (19)

 

 

 

 

 

2022 38 (20)

 

 

 

 

2022 38 (21)

 

 

 

 

 

 

2022 38 (23)

 

 

 

 

2022 38 (24)

 

 

 

 

2022 38 (25)

 

 

 

 

 

2022 38 (26)

 

 

 

 

Sectarisme … Autant il a pu m’arriver souvent de saluer un pur routier et ne rien recevoir en retour car me saluer lui aurait faire perdre un temps précieux et peut-être perdre un KOM – et de toute façon un pur routier ne roule que sur de la départementale au beau goudron – autant j’ai toujours reçu réponse de cyclos ou de vététistes … Et là rien de la part de ce vététiste, peut-être n’aime-t-il pas les gravelleux, mais c’est quoi ces mecs qui roulent sur les chemins avec des vélos de route ? Je viens pourtant du VTT et si j’essaie finalement de préciser pourquoi j’aime tellement rouler en Gravel, tellement que je ne sors plus mon VTT sur ce genre de parcours (je ne compte pas les portions de goudron où tu m’emmerderais royalement en VTT), je crois que c’est parce ce serait trop facile en VTT …

Revenons-en à la balade du jour, les kilomètres commencent à compter, je regarde le ciel, pas bon vers le Nord ni trop au Sud, je vers l’Ouest, direction Lavaur le long du Dadou … Tiens, le joli Moulin de Saint-Pierre, il y a longtemps que je n’y suis pas passé …
J’arrive près le Lavaur, je veux éviter la D87 très roulante, je fais une boucle par Ambres (encore un bon pourcentage en montée, il y en aura eu quelques-uns) et les plantations de fruitiers (pommiers) et le site de Saint-Alain-le-Vieux et son vestige de chapelle qui m’avait déjà marqué …

 

 

 

2022 38 (28)

 Moulin de Saint-Pierre

 

 

 

 

 

 

2022 38 (29)

 

 

 

 

2022 38 (30)

 

 

 

 

 

2022 38 (31)

 Saint-Alain-le-Vieux

 

 

 

 

2022 38 (33)

 

 

 

 

 

Lavaur est une belle bourgade, capitale du Pays de Cocagne, chargée d’Histoire, les maisons à colombages, les petites ruelles, les pigeonniers, ne manquent pas, la cathédrale Saint-Alain est imposante et la Halle aux grains superbe.

 

 

 

2022 38 (36)

 Halle aux grains, Lavaur

 


Je passe Lavaur, il faut rejoindre les crêtes, je choisis d’aller chercher la D28 en passant par le très joli hameau de Pibres, je voudrais repasser par le Laragou par le joli sentier Plaisance depuis En Puget, une façon de boucler la boucle.

 

 

 

 

2022 38 (37)

 Pibres

 

 

 

 

 

2022 38 (39)

 

 

 

 

 

 

 

2022 38 (40)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 38 (43)

 

 

 

 

Et le Petit Tourmalet pour terminer, repasser à Saint-Jean-Lherm et rentrer entre chien et loup, l’automne est bien là, le jour diminue …

Une Belle balade improvisée ! Attention, un passage de voie ferrée non aménagé mais sans danger … 137 km pour la version non nettoyée.

J’ai enfin l’explication du dysfonctionnement estival de mon altimètre : problème électrique avec le câble d’alimentation via la dynamo. Sur ce câble, il y a un filtre que je coinçais sous le GPS pour la câble ne tombe pas avec les secousses … Pas de problèmes avant quand j’alimentais avec les piles, plus de problèmes depuis que j’utilise un câble simple, sans ce filtre … Même si maintenant l’altimètre semble avoir du mal à me gratifier de dénivelé positif …

La trace : https://www.visugpx.com/hnoIAidCJj

Le D+ cumulé réel est bien supérieur …

Comme la semaine dernière, j’ai croisé Fulbert, cette fois en course à pied et en début de balade …

26 juin 2022

Ô Gravel Special ride Seuil de Naurouze

 

 

2022 29 (3)

 

 

 

 

2022 29 (8)

 

 

 

 

2022 29 (10)

 

 

 

 

 

2022 29 (13)

 

 

Ô Gravel Special ride Seuil de Naurouze - Ô Gravel (ogravel.com)

 

 

 

 

 

2022 29 (16)

 

 

 

 

 

 

2022 29 (19)

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 29 (23)

 

 

 

 

 

 

 

2022 29 (24)

 

 

 

2022 29 (25)

 

 

 

 

 

2022 29 (27)

 

 

 

 

 

2022 29 (29)

 

 

 

 

2022 29 (30)

 

 

 

 

2022 29 (36)

2022 29 (25)

06 juin 2022

 

Compilation de 3 balades : une familiale au départ d’Auzielle vers Odars, Fourquevaux, Belberaud, inspirée d’une boucle tirée du guide « Boucle à vélo autour de Toulouse » publié et disponible aux Éditions CHAMINA et dont je connais bien l’auteur, une boucle plus sportive toujours au départ d’Auzielle vers Baziège, un retour vers Toulouse et L’Union (je ne publie pas l’aller depuis Garidech et la fin, 120 bornes en tout).

Les deux balades ont « jonglé » avec les très jolis sentiers balisés par le SICOVAL dans ce secteur du Pays de Cocagne.

Merci à Ghislaine, Nicolas, Jérôme, Jacques, Philippe, Marta, Luc, Marcel pour la bonne compagnie sur une partie ou toute la journée.

 

Ô Gravel family et Special rides et un peu plus : Cocagne - SICOVAL - Ô Gravel (ogravel.com)

 

 

 

2022 25 (1)

 

 

 

 

 

 

 

2022 25 (5)

 

 

 

 

 

 

2022 25 (10)

 

 

 

 

2022 25 (14)

 

 

 

2022 25 (20)

 

 

 

 

 

2022 25 (23)

 

 

 

 

2022 25 (26)

 

 

 

 

2022 25 (29)

 

 

 

 

2022 25 (32)

 

 

 

2022 25 (35)

27 avril 2022

Ô Gravel Toulouse Grand Tour : 80/90 km ou 170 (et un peu plus) ... 11 juin 2022

 

 

 

 

 

19tourtoulouseG (12)

 

 

 

2020 13 (3)

 

 

 

2021 29 (6)

 

 

 

 

http://www.ogravel.com/archives/2022/02/22/39358147.html

 (cliquer sur le lien)

Ne le manquez pas ! Et si la distance vous impressionne, vous pouvez ne faire « que » la moitié ...

 

 

2021 29 (59)

 

 

 

 

2021-08-02 (126)

 

 

 

 

invent 2 (42)

 

Posté par mastercycle à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 avril 2022

Circuit autour de Cépet, inventaire Ô Gravel volume 3 Toulouse nord part 1, trace ?

 

DSC04907

 

 

 

DSC04908

 

 

 

 

 

DSC04910

 

 

 

 

 

DSC04911

 

La première partie de la balade est une boucle autour de Cépet faite avec Jérôme et Olivier pour préparer les deux sorties de la semaine avec mes élèves : vérifier que ça passe bien partout et marquage au sol avec de la peinture en bombe temporaire. Merci à eux.
Les bois entre Cépet, Labastide-Saint-Sernin, Gratentour, Montberon, Pechbonnieu, puis entre Saint-Loup-Cammas et Launaguet sont superbes, très naturels et réservent quelques beaux passages techniques, de quoi ravir les élèves et les faire encore évoluer dans leur pratique.

 

 

DSC04913

 

 

 

 

 

DSC04914

 

 

 

 

DSC04917

 

 

 

 

 

 

DSC04918

 

 

 

 

DSC04919

 

La deuxième partie de la balade s’inscrit dans mes pérégrinations d’inventaires commencées pendant la période COVID et ses contraintes.  Cette fois, je pars vers le nord-toulousain, le long de la Garonne, rive droite, vers Ondes, Saint-Caprais, Grisolles pour un petit inventaire qui débute au niveau du très joli site de la confluence Hers-Garonne. La suite sur ce secteur va venir très bientôt et j’ai prévu de réaliser ces inventaires sur tout le pourtour de l’agglomération toulousaine. Je pars d’une trame que j’ai tracée et ensuite je roule avec la carte et teste les chemins à l’intuition ou à la lecture de la carte (« Ah, ce chemin n’est pas noté mais il semble rejoindre celui-ci plus loin, j’y vais ! », « Ah, ça ne passe pas, demi-tour. », « Ah, je vais longer ces cultures pour rejoindre la route là-bas. » …

 

 

DSC04920

 

 

 

 

DSC04922

 

 

 

 

DSC04924

 

 

 

 

 

 

DSC04926

 

 

 

 

 

DSC04928

 

 

La trace publiée ici présente deux « tout droit » et a été nettoyée et recoupée (120 km au total) : nous sommes passés le matin sur un chemin privé (j’ai l’autorisation d’y passer uniquement lors de mes sorties avec mes élèves), l’après-midi je suis passé deux fois sur un chemin privé (pour l’un, j’ai pu m’arrêter et discuter avec le propriétaire très cordial mais qui ne souhaite pas voir des gens passer là), j’ai traversé une gravière (le samedi, ça ne fonctionne pas), assurément interdite au public, j’ai longé un labour et il y a eu plusieurs demi-tours à effectuer. Nulle tentation ou intention de braver les interdits chez moi, j’étais « obligé » de passer là pour rejoindre un autre secteur.

 

 

DSC04929

 

 

 

 

 

 

DSC04930

 

 

 

 

 

 

DSC04933

 

 

 

 

DSC04936

 

 

 

 

 

DSC04938

 

 

 

 

DSC04940

 

 

 

 

DSC04942

 

 

 

 

DSC04943

 

 

Mes inventaires sont non exhaustifs : j’essaie de trouver sur des secteurs donnés un maximum de chemins praticables (et si possible non privés …) pour les partager.
Je rappelle aussi qu’une trace GPX n’appartient à personne, que personne (ni celui qui la partage) n’en a la responsabilité, elle ne vaut que sur l’instant.
Même des traces qui peuvent être proposés lors de manifestations (je le fais avec Ô Gravel !) peuvent réserver des surprises (et même alors que des reconnaissances ou des vérifications ont été réalisées les jours précédant l’évènement) : un arbre qui est tombé la veille, un propriétaire qui change d’avis le matin et interdit finalement le passage …

 

 

La trace : https://www.visugpx.com/uJiATqsI5z