03 octobre 2020

Le Tarn à vélo : véloroutes et voie verte en Cocagne

2020 29 (1)

 

 

 

 

 

 

2020 29 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 29 (4)

 

 

 

 

2020 29 (6)

 

 

 

Très belle boucle cyclo empruntant les véloroutes Vallée de l’Agout entre Saint-Sulpice-la-Pointe et Castres et Vallée du Tarn entre Albi et Saint-Sulpice et la voie verte entre Castres et Albi.

 

 

 

2020 29 (7)

 

 

 

 

2020 29 (9)

 

 

 

 

 

2020 29 (10)

 

 

 

 

 

2020 29 (11)

 

 

 

 

2020 29 (12)

 

 


Ces véloroutes proposent d’emprunter le plus possible de petites routes peu fréquentées pour profiter au maximum des campagnes traversées. Elles sont bien balisées et régulièrement des panneaux rappellent aux autres usagers de ces routes qu’elles ont partagées … La voie verte suit le tracé d’une ancienne voie ferrée à travers les jolis coteaux de ce coin du Tarn. Son revêtement n’est pas bitumé, il est sablonneux ou en terre battue, tout à fait praticable en vélo de route. Cette voie verte commence en centre-ville à Castres mais, et c’est surprenant, se termine de façon un peu « brutale » avant Albi, Puygouzon. D’ailleurs, j’ai pris 200 m de vrai Gravel à cet endroit pour grimper sur les coteaux et redescendre sur Albi par une petite route. Lautrec vaut le détour, n’hésitez pas à y grimper.

 

 

2020 29 (14)

 

 

 

 

2020 29 (16)

 

 

 

 

2020 29 (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020 29 (21)

 

 

 

 

 

ph81_lautrec2

 


J’ai déjà écrit sur le Pays de Cocagne : il doit avant tout son nom aux « coques », étape du traitement du pastel qui permet d’en tirer le célèbre « bleu pastel ».

 Le vent soufflait fort ce matin, Du Sud-Sud-Ouest, il m’a pas mal secoué sur les crêtes du côté du Laragou, du Ramel ou de Belcastel, et même le long de l’Agout. Je savais que j’allais certainement le retrouver en fin de journée, défavorable, et peut-être aussi la pluie. Tous les deux étaient au rendez-vous à Albi. 70 bornes avec fort vent de face et 60 avec une bonne pluie, difficile de garder un bon rythme, obligé de tout « débrancher » pour passer en pilotage quasi-automatique et de puiser profond … Plus de musique dans la tête, ne plus penser à rien, supporter le truc en sachant que ça va finir … Ce matin, c’était Claude François (si, si j’assume) et « Mais non mais non ti ti tididi. Mais non mais non ti ti didi », vous avez reconnu bien sûr … Une belle sortie, éprouvante.

De belles campagnes, de très jolis villes et villages traversés, chargés d’Histoire.

La trace : https://www.visugpx.com/3e6Dhgo80G

 

 

 

 

2020 29 (22)

 

 

 

 

2020 29 (24)