27 novembre 2020

Cerdagne

 

Rééditon d'un message déjà publié, le reconfinement nous empêchant d'aller nous promener au delà du kilomètre du domicile ...

 

 

 

 

cerd (7)

Boucle en Cardagne au départ de Dorres, très joli village de Cerdagne, très pittoresque, paisible, avec ses bains. Départ vers l’église Santa Maria de Belloc par le col de Juell, sur les chemins de Saint-Jacques ; descente vers Villeneuve-des-Escaldes, puis montée dans le vallon d’Angoustrine pour aller chercher le Grp Tour de Cerdagne qui passe au-dessus de Targassonne et d’Egat, le circuit passe ensuite en forêt pour rejoindre le Col Del Pam. Le circuit suit le GR10 par le sentier des trois lacs, vous pourrez même pousser jusqu’aux Bouillouses.
Attention, à partir de là, le circuit suit le Grp Tour du Carlit Tour du Capcir et est très trialisant (des rochers à gogo et donc du pousser ou du porter pendant un bon moment) mais le site est vraiment superbe. On récupère ensuite le circuit aller. Vous pouvez aussi remonter sur Font-Romeu le long du télésiège de Calma nord.

 

cerd (16)

 

cerd (22)

 

 

 

cerd (44)

 

 

De magnifiques panoramas, en altitude (entre 1300 et 2000 m), des pistes ou sentiers très variés, pour un petit aperçu de ce que peut vous offrir ce site magnifique qu’est le plateau de Cerdagne. De bien belles couleurs en automne, des lits de colchiques sur les chemins, cela doit aussi être bien beau à la fin du printemps après la fonte des neiges et avec le réveil de la végétation et les premières floraisons.

Depuis Font-Romeu, vous pourrez aussi vous engager sur les circuits VTT balisés.

Voir l'album photo.

Trace : http://www.visugpx.com/?i=1382803219

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 novembre 2020

Piémont

 

Rééditon d'un message publié en 2013, le reconfinement nous empêchant d'aller nous promener au delà du kilomètre du domicile ...

 

On vient d’abord en montagne pour aller chercher les cimes, l’essence première du vélo de montagne : grimper dur, accéder en altitude sur une crête, au niveau d’un col, s’offrir un panorama grandiose et descendre, si possible par une belle trace …

stlizier (1)

 

 

 

stlizier (10)
stlizier (14)

Mais le piémont, les derniers reliefs avant la montagne proprement dite, offrent aussi de belles randonnées.

 

 

stlizier (20)

 

stlizier (23)

 

Compte-rendu d’une jolie boucle entre Saint-Lizier (qui vaut le détour touristique), Lasserre, Lara, Contrazy, Montesquieu Avantès, Audinac-les-bains (à voir aussi pour le site, le camping très agréable et sa piscine) et Montjoie-en-Couserans, de 45 km environ, entre 400 et 700 m, pas mal vallonnée, hors des sentiers battus … Hors des sentiers battus car certaines portions se font à travers champs, à réserver donc en fin d’été ou à l’automne (et par temps plutôt sec), attention aussi au bétail … Le circuit emprunte des sentiers balisés, certains balisés VTT (le n°7 de Montesquieu Avantès autour du magnifique petit village de Contrazy), des traces existantes mais non balisées, quelques portions goudronnées mais pas désagréables qui permettent en plus de faire des liaisons en montée.

 

 

stlizier (24)

 

Du chemin agricole, de la piste forestière, du sentier, du single, de jolis chemins en sous-bois ou entre des haies de Buis, etc. De quoi varier les plaisirs ! La cerise sur le gâteau sera la descente du Tuc de Montcalibert (qu’il faut « se gagner » avant en montant au Tuc avec notamment un petit porté). De magnifiques panoramas à contempler avec une large vue sur le massif pyrénéen et le Mont Valier en particulier.

 

stlizier (29)

 

stlizier (32)

 

stlizier (34)

La trace : http://www.visugpx.com/?i=1383158399

 

stlizier (37)

 

stlizier (40)

 

Posté par mastercycle à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 mai 2020

Les 5 lacs 2020

 

2020 15 (3)

 

Circuit de presque 100 km ralliant les lacs de Saint-Ferréol, des Cammazes, du Lampy, de La Galaube, de Laprade-Basse, actualisation d’une trace déjà publiée.

Départ sous le barrage de Saint-Ferréol par un superbe sentier le long du Laudot vers Vaudreuille que j’ai fait dans l’autre sens en Gravel la semaine dernière. On monte ensuite dans le massif vers Les Brunels.

Beau circuit alternant piste le long de la rigole de la Montagne Noire, pistes, sentiers, une bonne partie du circuit est à l’ombre. Il présente une grande variété de végétation, de sols, et de superbes panoramas sur le Massif, les vallées, les Pyrénées.
Ce circuit est une excellente façon d’appréhender ce magnifique massif, on roule beaucoup sur piste mais de très bonnes surprises vous attendent … Par contre, un « tout-droit » sur cette trace, il faut passer Vaudreuille et aller chercher Le Capelié pour grimper au niveau de la base de vol à voile. Nous sommes passés sur un chemin privé, à éviter donc.

 

 

2020 15 (1)

 

 

 

 

2020 15 (4)

 

 

 

 

2020 15 (5)

 

 

 

 

2020 15 JP (4)

 

 

 

 

2020 15 (6)

 

 

 

 

2020 15 (9)

 

 

Le petit chemin ... La chanson dans la tête ... Là, il sentait le cèpe ...

Chaque lac a sa « personnalité ». Saint-Ferréol, plus vaste barrage-masse d’Europe à sa construction, aménagé, touristique, qui ne manque pas de cachet avec sa pinède et la rigole qui le borde. Les Cammazes, le plus vaste mais étroit, encaissé, mystérieux. Le Lampy, entouré de bois, buccolique. La Galaube, très prisé par les pêcheurs, juste au-dessus de la prise d’eau d’Alzeau, clé de voûte des prise d’eau de la Montagne Noire imaginées par Riquet pour alimenter son canal. Laprade-Basse, aussi vaste que les Cammazes mais plus ouvert, où la nature a su garder sa place avec ses tourbières à plantes carnivores droseras, site connu dès l’Antiquité puisque les Gallo-Romains y avaient établi un site dédié à l’extraction du minerai de fer et à la métallurgie. Les Montagnès, petit lac très prisé des habitants du bassin de Mazamet.

Sur le retour, passage incontournable à la Croix des Fangasse pour rallier Arfons par un sentier à travers bois en pente assez douce.
Fin du circuit par la Forêt de l'Aiguille et par le chemin des amoureux pour revenir à Saint-Ferréol.

 

 

2020 15 (10)

 

 

 

 

2020 15 (11)

 

 

 

 

2020 15 (12)

 

 

 

 

2020 15 (14)

 

 

 

 

2020 15 (16)

 

 

 

2020 15 JP (1)

 

Balade faite en bonne compagnie avec Jean-Pierre.

On devait faire les 6 lacs, nous en avons fait 5. Une raison principale à cela : je n’étais pas canne. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai mal dormi les deux dernières nuits, si c’est parce que j’ai eu trop chaud en début de balade, peu importe, il y des jours ou t’as pas de jus, donc tu gères … Jean-Pierre devait aussi étalonner son VTTAE pour savoir combien de bornes il peut faire en gérant lui aussi. Quand je roule avec les potes en VTTAE de la Farfelue, je me dis toujours qu’ils vont régulièrement m’attendre, ce qu’ils font gentiment … Jean-Pierre cherche à économiser au maximum sa batterie, donc il coupe souvent, mais il roule fort quand même, surtout si toi t’as pas de jus. Un signe pour savoir ça : il dodeline sur le vélo … Costaud, le monsieur …
Pour rallier le 6ème lac des Montagnès, vous pouvez récupérer la trace des 6 lacs que j’ai déjà publiée, au retour des Montagnès suivre le GR7 et la forestière si ça ne passe pas.

 

 

 

2020 15 (17)

 

 

 

 

2020 15 (19)

 

 

 

 

2020 15 (21)

 

 

 

 

2020 15 (23)

 

 

 

La diététique a son importance dans ce genre d’exercice : merci Jean-Pierre pour ce toujours excellent jambonneau « Le Revelois », entreprise traditionnelle de Revel qui propose de très bons produits.

 

La trace : https://www.visugpx.com/feomKc6rki

 

 

 

 

24 mai 2020

VTT entre Puycelci et Bruniquel

2020 14 (25)

 

Le Massif de la Grésigne est très prisé des randonneurs, des cueilleurs de champignons, des chasseurs et des vététistes qui cohabitent ou plutôt partagent le plaisir de fréquenter ces lieux en bonne intelligence. De nombreux sentiers balisés et bien entretenus traversent le site, notamment les GR36 et GR46. Des circuits VTT balisés sont aussi accessibles.
Le site est magnifique, très vallonné, technique pour le VTT, de quoi ne pas bouder son plaisir. Les terrains sont variés, les paysages et panoramas superbes …

Sortie du jour proposée par Philippe au départ de Puycelci avec quelques membres de la Farfelue Team, Chris, Clément, Philippe, Stéphane, et Pascal. Un bon test pour Stéphane qui vient d’acquérir une superbe belle monture, un Merida One-sixty, le monsieur aime la descente, ce vélo devrait remplir sa fonction. Clément qui ne s’en laisse pas conter non plus, a pris l’option sans frein avant, chaud … Chris, Pascal et Philippe, en VTTAE, ont eu la gentillesse de ne pas trop nous en mettre plein la vue dans les montées, des gars polis … Pas de recherche de « chrono », ce genre de circuit est suffisamment accidenté pour l’aborder avec humilité, là c’est le dénivelé qu’il faut étudier de près …

Départ depuis le superbe village fortifié de Puycelci, sur les hauteurs de la vallée de la Vère, aux portes de la Grésigne. Le site, comme de nombreux sites d’Occitanie, a été assiégé par les armées de Montfort pendant la croisade contre les Albigeois.

2020 14 (1)

 

 

2020 14 (2)

 

 

2020 14 (5)

 

 

 

2020 14 (6)

 

 

 

2020 14 (8)

 

 

 


Le circuit va être assez exigeant, par le relief proposé et par quelques passages assez techniques. De très belles descentes sur des terrains très variés, souvent en sous-bois, sur la terre rouge ou un peu de caillasse, et de belles montées avec quelques coups de cul, sur du sentier en single ou de la piste.

La descente depuis les Abriols vers l’Escourat est superbe, technique, le coin est prisé des enduristes.
Sur les hauteurs, la végétation se fait plus rare et les panoramas sont magnifiques.

 

2020 14 (12)

 

 

2020 14 (17)

 

 

2020 14 (18)

 

 

2020 14 (22)

 

 

2020 14 (24)

 

 

Bruniquel est connu pour son château légendaire de la reine Brunehaut qui a accueilli le tournage du magnifique film « Le Vieux fusil » de Robert Enrico, avec Romy Schneider et Philippe Noiret.
La Vère se jette là dans l’Aveyron.

2020 14 (27)

 

 

 

2020 14 (28)

 

 

 

2020 14 (29)

 

 

 

2020 14 (32)

 

 

 

2020 14 (34)

 

 

Depuis Bruniquel, on remonte sur le causse, un passage en vrai hors-piste avant Noual mais ça passe bien, les bois sont bien dégagés. Une belle descente suit pour passer à proximité de Larroque avant d’attaquer une grosse montée pour repasser à Nespel, pour monter encore et faire une dernière descente avant la grosse montée qui revient à Puycelci.

 

La trace : https://www.visugpx.com/mWdrHKZxam

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

05 mai 2020

Gravel (ou VTT) autour de l’étang de Leucate-Salses

 

Réédition d'un message déjà publié, coronavirus oblige ...

 

 

Départ ce jour-là de Port-Leucate pour passer au Grau de Leucate et son village ostréicole pittoresque et ses restaurants de dégustations de produits de l’étang et de la mer, nous avons testé Le Petit Bigorneau, endroit très sympa.

 

 

leu 30 (2)

 

 

La trace rejoint Leucate-Plage pour ensuite monter sur les falaises pour aller rejoindre le phare par un sentier en escaliers … Là-haut, dépaysement garanti avec un petit air de calanques … De jolis sentiers traversent ce petit massif au milieu des anciens champs bordés de murs de pierre. Ces sentiers sont caillouteux, à piloter « léger » en Gravel … Le circuit peut aussi se faire en VTT, les portions goudronnées sont raccourcies au maximum.

 

leu 30 (5)

 

 

 

leu 30 (12)

 

 

Le circuit passe ensuite à La Franqui, vue sur le site des Coussoules, base de char à voile et sports à voiles et de glisse.
On borde l’étang de La Palme pour revenir tout au bout de l’étang de Leucate-Salses.

 

 

19leutour (3)

 

 

 

 

19leutour (6)

 

 

 

 

19leutour (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19leutour (16)

 

 

 

 

19leutour (18)

 

 

 

Incursion dans les vignes de Fitou pour monter ensuite dans la garrigue et la caillasse sur les hauteurs au-dessus de Port-Fitou, un petit goût de Corbières …
N’essayez pas de descendre à Port-Fitou, le village a été privatisé … Superbe panorama sur l’étang et sur les massifs des Albères et du Canigou. Un peu de dénivelé donc puisqu’on passe à un peu plus de 150 mètres pour profiter de ces superbes vues.

Le circuit passe ensuite au superbe site de la forteresse de Salses-le-Château, visite incontournable, ce site est vraiment unique, cette forteresse était espagnole, l’archtecture est vraiment particulière.

 

 

19leutour (19)

 

 

 

 

19leutour (21)

 

 

 

 

 

19leutour (24)

 

 

 

 

 

19leutour (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19leutour (28)

 

 

Le circuit suit ensuite au plus près la rive de l’étang : cabanes de l’anse de la Roquette, passage à la très jolie chapelle de Garrieux, etc. De très jolis sites traversés, entre étang et marais. Nombreux échassiers, toujours aussi méfiants de la gente bipède.

On longe ensuite le terrain militaire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, spot de kite-surf et de planche à voile. On arrive au bout de l’étang. Attention : un passage peut-être pas forcément autorisé mais pas privé après cette zone avec un passage au bord d’un grillage, vous pouvez l’éviter en prenant à droite après le terrain militaire pour aller vers Saint-Laurent-de-la-Salanque, couper vers le Mas Pagnon, puis vers les berges de l’Agly pour rejoindre Le Barcarès.

Passage à Port-Barcarès, vous pouvez pousser jusqu’au Lydia, ce bateau échoué symbole de ce site.

 

 

19leutour (30)

 

 

 

19leutour (32)

 

 

19leutour (36)

 

 

 

19leutour (37)

 

 

 

19leutour (38)

 

 

Le circuit passe à Port-Leucate par un lieu insolite à découvrir : un petit lac entre lotissements, route très passante, zones de loisirs … Ce petit lac est peuplé de nombreuses tortues d’eau douce Cistudes, très jolies et très curieuses … Site à protéger et respecter, ces tortues sont à protéger, notamment de la tortue de Floride, véritable fléau car très invasif, importé par l’homme …

Merci à Claudine et Henri de nous avoir permis de passer quelques jours là.

 

 

19leutour (40)

 

 

 

19leutour (41)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19leutour (43)

 

 

 

leu 30 (15)

La trace : https://www.visugpx.com/giLMUE7gNk

 

Voir aussi l’album photo dédié.

 

Le vélo, d’autant plus quand il peut s’affranchir du goudron posé par l’homme, permet une approche touristique très intéressante et respectueuse de l’environnement de n’importe quel lieu. Il suffit de se laisser aller à la promenade au grè des possibilités offertes, même si de temps en temps on doit marcher, pousser, porter ou faire demi-tour (aujourd’hui, par exemple, j’aurai parcouru 75 km pour sortir cette trace de 63 km). Il permet aussi d’accéder à des sites pittoresques ou peu fréquentés, d’avoir de jolies surprises, d’avoir un contact direct avec la nature quand celle-ci réussit à faire respecter ses droits. Par cette démarche de dévouverte, j'ai pu souvent passer dans des coins peu fréquentés, superbes, et même peu connus des habitués ou des habitants du coin.
Il  suffit d'accepter de lever la tête du guidon, de ne pas regarder le chrono, le capteur de fréquence de pédalage (je n'en ai ni n'en veux), de ne pas soucier d'un éventuel KOM sur Strava, etc. Le même plaisir qu'une randonnée pédestre, sur une plus longue distance et peut-être avec plus de jeu si le terrain s'y prête ...

 

 


21 avril 2020

Mountain bike

 

 

Réédition d'un message déjà publié, coronavirus oblige ...

 

 

benta19 (32)

 

 

Mountain bike … Même si les américains (états-uniens) reconnaissent une certaine paternité française (merci le Vélo Cross Club Parisien des années cinquante), c’est à eux que l’on doit le développement du VTT dans le monde, son succès, et donc l’appelation Mountain bike. Le Mont Tamalpais, site mythique du MTB culmine à 785 m, ce circuit rend bien hommage à cette première appelation.

Vélo de montagne donc avec cette boucle au départ d’Eylie pour monter aux anciennes mines du Bentaillou pour basculer ensuite sur l’étang d’Arraing.
2 heures (ou moins pour les plus rapides) de montée ininterrompue et 30 virages (un peu plus qu'à L'Alpe d'Huez et non gourdronnés) jusqu’au site des anciennes mines du Bentaillou, par la route forestière, d’abord en sous-bois dans une hêtraie puis à decouvert, immersion dans un monde quasi-minéral, où l’activité de l’homme a laissé des traces, et où le pastoralisme est présent mais où la nature a aussi su garder ses droits.

benta19 (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

benta19 (5)

 

 

 

benta19 (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

benta19 (12)

 

 

 

benta19 (15)

 

 

 

Vélo de montagne : après cette montée sur le vélo, un vrai porté d’une heure environ (ou moins pour les plus rapides) est nécessaire pour atteindre la serre d’Arraing et basculer vers 2200 m sur l’autre versant avec un splendide panorama sur les massifs environnants, le Valier, le Crabère et l’étang d’Arraing qui semble à nos pieds alors qu’il est quand même quelques 300 mètres plus bas.

 

 

 

benta19 (16)

 

 

 

benta19 (20)

 

 

 

benta19 (21)

 

 

 

benta19 (23)

 

 

 

benta19 (26)

 

 

 

benta19 (28)

 

benta19 (37)

 

 

 

benta19 (30)

benta19 (38)

 

 

 

 

benta19 (40)

 

 

 

benta19 (42)

 

 

Vélo de montagne : la descente commence, superbe, très ludique, puis très technique voire trialisante … Du porté aussi donc sur certains passages (ou moins ou pas du tout pour les trialistes ou enduristes ou descendeurs très chevronnées ou en tout cas bien meilleurs que moi) …

Arrivé à l’étang d’Arraing, une variante en vélo de montagne (du gros …) prend le GR10, passe au Col d’Auéran, suit le Grp Tour du Cagire Burat, monte à la Calabasse, descend au Col D’Osquet puis au Col de Nédé pour basculer sur la bellongue ou rester sur le Biros et passer au-dessus d’Antras, Irazein, Balacet et Uchentein … Un sacré programme !
Pour ma part, j’avais quand même déjà prévu un bon programme en descendant au site de la Fontaine d’Illau pour ensuite remonter sur un autre versant pour aller chercher la Chapelle de l’Isard. Les pélerins ont rendez-vous chaque début août à la chapelle, pour ma part, ce circuit était aussi une sorte de pèlerinage aux fées du vélo de montagne car j’avais fait ce circuit il y a un certain nombre d’années et je voulais le refaire, la beauté des lieux a de nouveau opéré.

benta19 (43)

 

 

 

benta19 (51)

benta19 (53)

 

 

 

 

benta19 (56)

 

 

 

benta19 (57)

 

 

L’Ariège est le pays de la Fiat Panda 4x4 et de la Lada Niva, j’en ai croisé une qui descendait des Bentaillou.

 

benta19 (22)

 

Même si ce circuit est connu des vététistes, les randonneurs croisés sont toujours étonnés de voir des types sur un vélo à ces altitudes et surtout dans cette caillasse.

Si vous n’avez jamais goûté au vélo de montagne en version originale, c’est-à-dire en immersion dans la nature, même si le site est marqué par l’empreinte de l’homme mais la nature a su s’y faire respecter – ou craindre -, sans remontées mécaniques, sans bike park (je n’ai rien contre les bike parks, ils sont une bonne activité pour les stations l’été), c’est un truc à faire !

La trace : https://www.visugpx.com/26OgydDr5U

Voir aussi l'album photo dédié. 

 

benta19 (58)

benta19 (60)

 

Un peu d’histoire ...

Pendant plus d’un siècle (1850-1950) le Biros est un pays minier, on y extrait du zinc et du plomb argentifère sur les sites de Bulard et du Bentaillou. Deux autres concessions espagnoles sont aussi exploitées par les Français : celle du Fourcail qui ramène le minerai par le Port d’Orle et celle de Montoulieu qui descend le « tout venant » par l’infranchissable Port d’Urets. Le minerai est concassé et trié selon les époques au cirque de la Plagne, à Orle et au Bocard d’Eylie.

Le Baron de Boisrouvray et le banquier Espeletta constituent en 1848 la première compagnie des Mines…Bien d’autres suivront.

Le paysan, laissant sa femme à l’agriculture, devient mineur.
Partout, on bati des baraques dont les plus spectaculaires sont sans doute celles du piton rocheux de Bulard qui plus tard lui vaudra le nom de Macchu Picchu, faisant d’elle la mine la plus haute d’Europe. On taille des chemins dans des falaises impressionantes comme à Bulard ou au port d’Urets. On trace sur 10 kilomètres de descente la piste du Bentaillou pour les charrettes à bœufs ou des goulottes pour acheminer le minerai jusqu’au fond de la vallée. On perce des tunnels pour installer les porteurs Decauville parfois démontables afin de passer les hivers sans trop de dégâts. Plus tard on hissera pylônes et câbles pour des descentes plus sûres et plus rapides. Tous ces travaux se font en altitude avec le vide, le froid, la neige, le vent, la pluie et certains ne serviront à rien !

La main de l’homme laisse dans le paysage une empreinte de souffrance mais surtout de richesse et de grandeur…

Les premières galeries sont attaquées au pic de mineur et à la dynamite. En 1910, le marteau pneumatique fait son apparition mais ne soulage guère le travail du mineur sur le Front de Taille. Les mineurs se sont familiarisés avec les galeries en les appelant : Ste Amèlie, Ste Eugénie, Ste Geneviève, Ste Victorine, Ste Cécile, Anita, Pépita ou encore Jesussita, Maison neuve ou quartier de Ita. Ils y ont vu aussi un côté maudit comme « La mangeuse d’Homme » à la Mail de Bulard. Mais la galerie n’a pas toujours été saine, outre l’explosif et la poussière du minerai, c’est à la « colique du plomb » et la silicose que le mineur a du faire face. Certains y ont péri par la maladie, l’explosion, l’accident et même la chute dans le vide. Quelques enfants ont travaillé sur le site du Bentaillou et deux à la mine de Bulard. Trente à quarante femmes ont trié le minerai au fond de la vallée du Bocard d’Eylie. En 1907, dans le plein essor, la mine du Bentaillou emploie plus de 500 mineurs. Il faut deux écoles pour contenir les 200 élèves de la commune de Sentein.

Au début du siècle, les mineurs travaillent 12 heures par jour et les conditions sont déplorables (froid et nourriture infecte). Une suite de grève s’installe…les salaires arrivent enfin et on ne travaille plus que 10 heures par jour. En 1926, le cours du zinc s’effondre, s’instaure alors une gigantesque grève et la mine ferme. Beaucoup d’ouvriers iront travailler au chantier du barrage d’Araing jusqu’en 1942. L’Union Minière des Pyrénées réouvre la mine pour 14 années jusqu’à sa fermeture définitive…

 

https://www.ariege.com/decouvrir-ariege/geologie/les-mines-du-biros

 

  

L'étang d'Araing, 1910 m, 33 ha et profond de 43 mètres, long de près d'1 km, fut domestiqué par EDF qui construisit le barrage (1939-1942) à la place d'un autre, très rudimentaire, façonné de toutes pièces au XVIIIe siècle ! Celui-ci était destiné à "déchaîner", en l'ouvrant, l'afflux de courant des eaux libérées afin d'entraîner des coupes de bois dans la vallée.
Années de construction : 1939-1942 Mise en service : 1942
Type de barrage : enrochements et masque amont
Surface du bassin versant : 2,90 km2 - Surface de la retenue : 33 ha
Volume de la retenue : 8,44 millions de m3

 

 

 

 

 

16 avril 2020

Chacun son pèlerinage ...

 

 

Réédition d'un message déjà publié, coronavirus oblige ...

 

 

Chaque année depuis maintenant un certain temps, le premier samedi des vacances de Noël, je vais rouler en Montagne Noire, véritable paradis pour la pratique du VTT par la variété des terrains, des paysages. Montagne aussi chargée d’Histoire, pas seulement parce que Monsieur Riquet s’y est intéressé pour alimenter son canal …
J’y ai pas mal roulé et essaye d’y retourner régulièrement.

Ce site mérite son titre de montagne : côté Revel, Cammazes, elle dépasse les 800 m et atteint 1211 m au pic de Nore et réserve de jolis dénivelés, d’autant plus quand on décide d’y accéder par la plaine.
Cette montagne n’a rien de noir, ou alors doit-elle ce nom à l’activité charbonnière qui a pu y être bien présente ou à ses forêts de conifères qui lui donnent une couleur sombre.
Elle offre une grande variété de terrains, de végétation, de panoramas en fonction de son exposition et ses influences océanique tempérée, continentale ou méditerranéenne.

 

Arfons

 

Boucle au départ de Massaguel, florilège des belles descentes du coin, passage « incontournable » à la Croix des Fangasses pour descendre à Arfons et passage sur le Désert de Saint-Ferréol et sa chapelle.
Ce coin honore plusieurs saints : Saint-Stapin à l’histoire un peu mystérieuse, Saint-Ferréol, Saint Macaire (ou Moniès) et Saint Hippolyte Chipoli. Sans oublier les lieux comme l’abbaye bénédictine d’En Calcat ou l’Abbaye-école Sorèze.

 

211219mass (4)

 

 

 

 

 

211219mass (5)

 

 

 

 

211219mass (7)

 

 

Pour moi, le pèlerinage était surtout sportif, mais tout aussi vertueux, communion avec la nature et le sport en ces superbes lieux.

En cette période, j’ai pu trouver la neige. Hier, en la très bonne compagnie de Jean-Pierre, nous avons bien réussi notre sortie côté météo : soleil tout au long de la sortie, un peu de fraîcheur à la fin avec le vent qui s’est levé, une petite ondée du côté d’Arfons.
Les terrains étaient bien humides, rendant certaines descentes déjà techniques plus difficiles mais la terre là-bas ne colle pas, le nettoyage a été nécessaire après la sortie mais aisé.

 

 

211219mass (12)

 

 

 

 

 

211219mass (13)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

211219mass (14)

 

 

 

 

211219mass (15)

 

Circuit mine de rien exigeant, le dénivelé cumulé est conséquent pour le kilométrage parcouru (une cinquantaine de bornes, et donc du dénivelé en plus pour sortir cette trace de 42 km) …
Je savais que j’allais l’avoir un peu dure : fin de période très rythmée, microbes et virus virulents … Pas de recherche du chrono donc (de toute façon ce n’est jamais mon objectif prioritaire sauf quand je participe à des randos ou raids organisés où on a envie de s’amuser un peu avec le chrono, j'essaie d'abord de profiter des coins denature traversés), j’ai pu mettre pied à terre mais la fatigue physique est toujours bonne et le vélo me permet quand j’en ai besoin d’évacuer ma fatigue psychique, thérapie à très bon prix.

Jean-Pierre, même s’il était sur son très joli VTTAE SUNN, a toujours un bon coup de pédale et n’hésite pas à couper l’aide électrique, même en montée, pour mieux ressentir l’effort (là, avec plus 20 kilos à pousser, tu dois le sentir !). Il a la pêche le monsieur, respect !

Quelles belles couleurs que celles de l’automne même si la végétation entame son sommeil saisonnal. Le soleil plus rasant a aussi son rôle à jouer dans cette palette automnale.
Et après toutes les pluies de semaines passée, l’herbe est bien grasse, son vert est intense. Et s’il a bien plu, les terrains sont glissants … Les ruisseaux du coin sont chargés.

 

 

211219mass (16)

 

 

211219mass (17)

 

 

211219mass (18)

 

 

211219mass (20)

 

 

 

211219mass (21)

 

 

 

Le circuit présente une bonne variété de terrains et de paysages : sous-bois de feuillus ou de conifères, sentiers caillouteux, sablonneux, belles traces, belles pentes, clairières, grands espaces et ce magnifique plateau du Désert de Saint-Ferréol, espace dépouillé et rocailleux avec son superbe panorama.

La trace :

https://www.visugpx.com/8qveLhKQKC

Ne pas oublier de bien s’hydrater et s’alimenter : en plus des barres classiques, fruits divers et amandes, jambonneau local (Le Revelois, très bon), fromage et pain (merci Jean-Pierre), accompagnés d’un Côte de Thongues que nous avons consommé avec grande modération, le circuit étant exigeant et retour en voiture …

 

 

211219mass (8)

 

 

 

 

211219mass (23)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

211219mass (24)

 

 

 

 

211219mass (25)

 

Côté matériel, comme sur l'ultra de Cahors, belle utilité du tubeless : j'ai roulé sur un clou de 2 bons mm de diamètre avec la roue arrière, clou planté ; quand je l'ai enlevé le liquide anticrevaison (deux produits au top pour moi : le Stan's no tube et le Magic milk qui ne s'agglomère pas à la longue) a giclé pendant quelques instants puis le trou s'est bouché sans problème, j'ai roulé un peu en sous-pression puis ai regonflé pour repartir. C'est pour palier à ce genre de crevaison que je mets un grosse dose de produit dans mes pneus.

 

 

 

 

10 février 2020

Un tour dans l’Alaric

L’an dernier, un mois plus tard dans l’année, j’ai publié un Tour de l’Alaric :

https://www.visugpx.com/shd2Ryy6fz?t=2

L’Alaric, je ne dirai pas que ça se mérite car ce serait prétentieux alors de dire que j’y suis allé et donc que j’ai mérité, mais c’est exigeant. Tu sais pourquoi tu y vas, ça va être dur … La Montagne d’Alaric fait une quinzaine de kilomètres de long pour trois à cinq de large mais est bordée de pas mal de reliefs ou plateaux. Elle culmine à 600 m. Ses dimensions ne sont pas extraordinaires mais le relief est bien là, la roche aussi.
Les paysages, les terrains, sont assez variés même si l’influence méditerranéenne est bien présente : sous-bois de feuillus, pistes, chemins, singles, garrigue, maquis, et de la caillasse … De superbes panoramas aussi sur les massifs voisins ou plus lointains.

Aucun vélo rencontré, des chasseurs en battue très sympas et des randonneurs à pied, le site est réputé pour cela.

 

alaric2020 (1)

 

Pour cette balade, j’ai choisi de partir devant la Cité de Carassonne. Temps couvert en début, le soleil fera quelques apparitions dans la journée.

Dominique m’accompagne. Il m’avait averti, il était fatigué … Je devais l’être aussi car, comme à notre habitude, ce sera lui devant et moi derrière. Le monsieur a toujours un sacré bagage technique et physique.

On passe au lac de Cavayère pour rallier Fontiès d’Aude. Belle ligne de crête vers Floure et passage de l’autoroute. On longe l’autoroute vers Barbaira et le petit lac de l’Alaric. Si ne connaissez pas le site, vous pouvez monter au ruines du château de Miramont et rester sur les hauteurs avant de rejoindre le Fer à cheval (voir la trace « Tour de l’Alaric »). Pour cette fois, nous sommes restés aux abords du Massif, nous avons en fait cherché une autre voie pour rejoindre les ruines mais cela n’a pas été possible et une chasse en cours nous a empêché de prendre la bonne voie et donc nous nous sommes engagés pendant un long moment dans un passage en poussé et porté un peu galère, d’autant plus galère que nous avons dû faire demi-tour …
Si vous ne connaissez pas non plus, les abords du lac de l’Alaric sont très jolis à rouler.
Nous avons commencé à regrimper sur le Massif après le lac. Au niveau du Ruisseau de Blanquier, soit on peut descendre comme nous l’avons fait là (jolie descente) et ensuite monter au Fer à cheval par du goudron soit continuer de monter pour récupérer une piste et la Combe du Cèdre.
Joli point de vue au Fer à cheval. Le signal de l’Alaric était dans les nuages, nous sommes partis vers Montlaur pour exploiter les pistes et sentiers sur l’Ouest du massif vers Monze.

 

 

alaric2020 (3)

 

 

 

alaric2020 (5)

 

 

 

alaric2020 (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (8)

 

 

Nous sommes passés au-dessus du site du Miramont par un superbe single qui rejoint le GR36 et passe aux Bénitiers, curiosités géologiques du coin (il y en a quatre), le calcaire qui affleure sur tout le secteur a été creusé par l’eau et la caillasse est très présente.
Le circuit part ensuite vers Monze, dont les coteaux ont été incendié pendant l’été, la végétation commence à reprendre pied, mais c’est toujours impressionnant de traverser de coins de nature ayant ainsi souffert.

La boucle repasse au Lac de Cavayère, lieu très pris en été pour ses activités aquatiques et ludiques.

Arrivée à la tombée de la nuit aux abords de la Cité éclairée …

 

 

alaric2020 (10)

 

 

 

 

 

alaric2020 (11)

 

 

 

 

alaric2020 (13)

 

 

 

 

 

alaric2020 (14)

 

 

alaric2020 (16)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (17)

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (18)

 

 

lesbenitiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alaric2020 (19)

 

 

 

 

 

alaric2020 (20)

 

 

 

 

 

alaric2020 (21)

 

 

 

La trace :

https://www.visugpx.com/Gt8Wf03uox

Sortie longue même si le kilométrage n’est pas extraordinaire, un peu supérieur avant de « nettoyer » la trace, mais les terrains ne permettent pas, en tout cas à mon niveau et dans l’état de forme du jour, d’affoler le compteur. Faite en très bonne compagnie, merci Dominique.

Et au sujet du compteur, ce n’est vraiment pas une priorité pour moi, je recherche avant tout du plaisir, de la découverte, et sans masochisme, de l’effort, j’aime bien me dire de temps en temps « Là, c’est dur … »

Si voulez faire plus long, combinez les deux traces que j’ai publiées et vous aurez un superbe circuit. D’autant plus si le ciel est dégagé, le site du signal de l’Alaric (il ne faut pas démériter dans son ascension) est magnifique et les descentes autour sont superbes et techniques (Combe du Gravier, Combe Bandoulierle vers la Métairie sans fin, ruisseau des Baux, Roc de l’Aigle vers Saint-Michel de Nahuze, descente sur Bouscarrou).

 

 

13 octobre 2019

Gravel (ou VTT) in Toulouse Est et blabla (ou pas)

G131019 (11)

Circuit au près de la grande agglomération : Montaudran, Firmi, Limayrac, rive droite de l’Hers jusqu’à L’Union, Saint-Jean, Montrabe, Beaupuy, Rouffiac-Tolosan, Castelmaurou, Beaupuy, Mondouzil, Mons, Flourens, Mons, Pin-Balma, Balma, Lasbordes, Fonsegrives …

Le circuit emprunte les traces balisées de la métropole ou des sentiers variés dans ces jolis coteaux où la nature est préservée entre les zones urbanisées.
Du dénivelé aussi avec de bons « coups de cul ». Du sentier, du sous-bois, de la piste, du single (si si), du gravier, etc. Et de jolies surprises tout au long du parcours. De très jolis points de vue sur les coteaux environnants, sur Toulouse et les Pyrénées.
Une soixantaine de kilomètres, que vous pouvez réduire facilement à Beaupuy (gros dénivelé à cet endroit pour aller faire la boucle de Rouffiac qui vaut quand même le détour) ou Lasbordes par exemple (partir directement le long de l’Hers, mais l’incursion dans la ville est sympa à faire).

Circuit fait en Gravel mais on y croise beaucoup de vététistes, vous roulez aussi en partie sur les « terres » du sympathique club de Montrabe.

Fort vent de sud-est. Même sur du chemin, tu sens quand il est défavorable et ça couche quand il est latéral ...

La trace du jour : https://www.visugpx.com/NG2KnP4qXnla

La 100ème publiée sur ce blog ... 

J’ai pas mal exploré les chemins autour de Toulouse (voir les traces publiées régulièrement), je voulais présenter cette trace très intéressante. On peut partir sur son vélo depuis le centre ville pour aller rouler sur du tout-terrain. Prochaine trace prévue : vers Tournefeuille, le Touch qui est aménagé et Bouconne … Prévu aussi, un circuit exclusivement urbain hors des grandes artères à la recherche des petites rues pittoresques, des piétonniers, pourquoi pas en nocturne.

 

 

G131019 (1)

 

 

 

 

G131019 (2)

 

 

 

 

G131019 (3)

 

 

 

G131019 (4)

 

 

Gravel or VTT ? Vélo tout simplement. Ce circuit est l’exemple parfait où VTT et vélo de garnotte se rejoignent dans la pratique.

En vélo de garnotte, pneus plus fins obligent et en tout cas à mon niveau, le pilotage sera plus fin, donc plus attentif, tu pourras quand même lâcher les freins et avoir de belles sensations (tu glisses), le rendement est supérieur et donc intéressant sur ce genre de terrains (tu feras plus de kilomètres, 80 là en 4 heures pour sortir cette trace), tu abordes les quelques portions goudronnées plus sereinement, etc.
Bien sûr ce type de vélo ne pourra quand même pas vraiment passer partout : la grosse caillasse, les marches, seront à aborder beaucoup plus attentivement, doucement, voire à pied. Quoique … Quand tu vois certaines vidéos sur la toile …

Le tout est de se faire plaisir au guidon d’un vélo, le garnotte permet vraiment de réduire la segmentation à outrance qui a pu être instaurée dans le vélo et le VTT : route, cyclo, aéro, course, VTT, all mountain, enduro, descente, 27,5, 29, etc. J’ai encore deux vélos (et le tandem), avec ces deux vélos je sais que je passerai partout (y compris à pied, c’est aussi faire du vélo), je sais aussi que mon VTT m’est bien utile (indispensable même) sur de nombreux circuits et que je prends énormément de plaisir avec lui et qu’il m’ouvre des portes vers des coins plus sauvages encore …

Vélo, donc ! Inutile de préciser une éventuelle pratique ..

 

G131019 (5)

 

 

 

G131019 (6)

 

 

 

G131019 (8)

 

 

 

G131019 (10)

 

 

 

Ce ciruit péri ou semi urbain est très intéressant : j’ai vu très récemment le très beau film « The heat road » (que j’ai d’ailleurs mis en lien sur ce blog), documentaire de Stéven Le Hyaric, ancien coureur cycliste, aventurier, qui raconte dans ce film son Paris-Dakar en vélo fait pour réaliser un défi personnel et faire méditer sur l’état de notre planète, le réchauffement climatique, la pollution, la désertification …

Quel rapport avec mon petit circuit gravel aux portes de Toulouse ?

Il est simple le rapport : j’aime beaucoup rouler aux portes de l’agglomération car à la fois ça me rassure quant à ces sujets d’environnement et de société et à la fois, je mesure le péril … Oui, quand tu roules seul en vélo, tu as le temps de réfléchir, à tout, à rien … Et comme tu fréquentes des lieux naturels ou pas loin, tu penses à ça …
Rassuré : Toulouse n’est pas une mégapole, tout de même une métropole qui dépasse le million de personnes. Elle est donc soumise aux problématiques urbaines : urbanisation galopante, saturation des voies de communication, pollution, gestion des espaces verts, misère dans et aux portes de la ville, etc.
Et dans mes balades près de la ville, je peux trouver des sites quasi-sauvages, ce qui me rassure, mais je peux trouver aussi des sites déguelasses (j’en ai touvé aussi dans des coins pourtant très reculés des agglomérations), des décharges sauvages, des détritus, des coins de misère (bidonvilles dans la ville ou au près) alors que la richesse s’étale un peu plus loin … Et ça, c’est vrai, ça inquiète … C’est juste un constat, je n’ai pas de leçon à donner.

Constat aussi : toutes ces problématiques que l’on trouve dans nos pays « riches » sont mulipliées par 10 ou 100 dans les pays pauvres et émergents. Il faut donc trouver des solutions.

Le vélo est-il écolo ? En tant que mode de locomotion oui, en tout cas pour le vélo exclusivement musculaire, même si l’empreinte carbone de l’indutrie mondiale du cycle n’est pas négligeable puisque cette industrie obéit aux lois de la mondialisation.
Malgré tout, quand tu pratiques, tu ne pollues pas et l’empreinte carbone de la pratique est minime sur route : tu empruntes des routes asphaltées mais partagées, que tu abîmes moins et si tu ne roules que sur des pistes exclusivement cyclables, le bilan carbone pour les fabriquer et les entretenir est moindre que pour les routes ; tu n’a pas besoin de parkings coûteux et volumineux, etc. Et si tu roules en tout-terrain, là le bilan est encore plus positif.
Même bilan question entretien de la machine, à moins d’être un accro de la dernière nouveauté, le bilan carbone sera moindre que pour la voiture.

Oui, le vélo en tant que moyen de locomotion – mis à part la marche à pied – présente la facture bilan carbone la moins importante. Et dans les villes ou grandes villes au moins, il est tout à fait possible de choisir ce mode de locomotion pour se rendre au travail, encore faut-il mettre en œuvre une réelle politique pour cela … Sur de petits trajets en plus, le temps de trajet sera quasiment le même.

En vélo, tu as le temps de laisser vagabonder ton esprit au fil de la balade … De penser à rien, à tout …

Bonnes balades, bonnes rêveries …

 

 

 

 

01 octobre 2019

Monts de Lacaune du côté de Moulin Mage

Premier circuit d’une soixantaine de kilomètres au départ de Moulin Mage pour aller faire un grand tour en hauteur du lac du Laouzas et monter au Roc de Montalet, à 1259 m, un des points culminant des Monts de Lacaune (Il est juste à côté du Puech de Rascas, plus haut d’une dizaine de mètres et occupé par des installations militaires radio et radar) et son superbe panorama.

mmsa (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (4)

 

 

 

  

 

 

mmsa (6)

 

 

 

 

 

 

mmsa (10)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (15)

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (22)

 

 

 

 

mmsa (27)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (30)

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (31)

 

 

 

 

 

mmsa (32)

 

 

Pour la petite histoire, le Roc est un lieu de pèlerinage, une statue de Marie trône en son sommet et un original chemin de croix en fonte a été installé.

 

 

mmsa (34)

 

 

 

 

 

mmsa (36)

 

 

 

 

 

WhatsApp Image 2019-09-28 at 17

 

 

 

 

 

mmsa (39)

 

 

 

 

mmsa (42)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (44)

 

 

 

 

 

mmsa (46)

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (52)

 

 

 

 

 

mmsa (54)

 

 

 

Du dénivelé, du sentier, du single, des pistes, du cailloux, du gros cailloux, une grande variété aussi dans la végétation et la géologie, les influences climatiques étant différentes d’un versant à l’autre, entre Tarn, Hérault, Aveyron. On traverse des zones cultivées et de nombreux sites naturels, bois de feuillus, conifères, landes, bruyères, etc.

 

 

 

mmsa (55)

 

 

 

 

mmsa (58)

 

 

 

 

 

mmsa (60)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmsa (61)

 

 

 

 

mmsa (63)

 

 

 

 

mmsa (64)

 

 

 

 

mmsa (66)

 

 

 

Les paysages sont magnifiques. Les vieilles bâtisses en pierre aussi, notamment les jasses avec leurs voûtes en pierre.
Une très belle boucle concoctée par Cyril pour la Farfelue team garidéchoise pour un week-end dédié au VTT et à la bonne compagnie. Week-end réussi, deux jours bien remplis question VTT et bonne humeur entre potes et en toute simplicité, de façon très naturelle, sans "chichis" (Pascal, si tu lis ces lignes …). Bonne chère aussi, la diététique est importante quand on pratique comme nous le sport de haut niveau plaisir, avec notamment un excellent sanglier dégusté le samedi soir avec des pommes de terre du cru, sans oublier bien sûr la charcuterie du coin et l’importance de bien s’hydrater en boissons bio à base de houblon ou de raisin, avec modération bien évidemment ! Mention spéciale à Philippe qui a pas mal œuvré en cuisine.

 

 

WhatsApp Image 2019-09-29 at 18

 

La trace : https://www.visugpx.com/yKCy9nmv91

 

Le dimanche matin, liaison d’une trentaine de bornes entre Moulin Mage et la Croix de Mounis, porte vers l’Hérault.
Belle trace avec une longue montée sur piste pour aller chercher la ligne de crête à près de 1200 m d’altitude (le coin est peuplé d’éoliennes). Sur ce ciruit, grande variété de terrains, de végétation, de paysages, la bascule vers la Méditerranée est spectaculaire à partir du sommet de l’Espinouse.
En fin de parcours, un tout droit dans un pré, à faire après le fauchage, sinon possibilité de passer ailleurs.
Si vous préférez parcourir une boucle, partir depuis la Coix de Mounis vers le Col du Coustel puis Canac et Pallemalbiau pour une bonne cinquantaine de kilomètres.

 

 

mmdi (1)

 

 

 

mmdi (3)

 

 

 

 

 

 

mmdi (4)

 

 

 

 

mmdi (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (6)

 

 

 

 

 

mmdi (8)

 

 

 

 

mmdi (9)

 

 

 

 

 

mmdi (13)

 

 

 

Beaucoup de randonneurs croisés, des cyclosportifs, un couple en bikepacking électrique, des chasseurs de champignons et des chasseurs de gibier plus vivace aussi, très conviviaux : aucun problème pour nous laisser passer, même si nous étions en nombre et donc suceptibles de faire fuir le gibier à notre passage … C’est à souligner, non pas que ce soit rare mais parce que certains chasseurs (j’ai déjà écit sur le sujet) ne sont pas aussi loquaces … Je l’ai déjà écrit aussi : qu’on soit randonneur, vététiste, cavalier, chasseur, on peut partager un même plaisir, celui de parcourir des sites naturels et sauvage, et pour apprécier il faut respecter …

 

La trace : https://www.visugpx.com/oUdNCkDCDo

 

mmdi (16)

 

 

 

 

mmdi (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (19)

 

 

 

 

mmdi (20)

 

 

 

 

mmdi (21)

 

 

 

 

 

mmdi (23)

 

 

 

 

mmdi (25)

 

 

 

 

mmdi (28)

 

 

 

 

mmdi (29)

 

 

 

 

 

mmdi (30)

 

 

 

 

 

Merci Cyril pour l’organisation de ce beau week-end ensoleillé et pour l’accueil (merci aussi donc Véronique). Du bon VTT dans l’esprit raid, physique et technique, avec un dénivelé conséquent (c'est ça le vélo de montagne, le mountain bike : tu montes pour encore mieux apprécier ce que tu vas descendre, il y a des montées qui s'apprécient autant mais différemment des descentes par le plaisir d'avoir réussi sans poser pied à terre ...), avec de belles pépites que ce soit sur le terrain ou par les paysages offerts... Chacun a bien donné, le rythme a été assez soutenu ! Il faut dire que nous avions quelques VTTAE aux avants-postes et aussi quelques descendeurs affutés ...
Et le top du top question « prestations » : les maillots lavés le soir pour pouvoir repartir en tenue farfelue le dimanche matin.
Et merci Pascal pour les playlists bien choisies …

 

 

mmdi (31)

 

 

 

 

mmdi (33)

 

 

 

 

mmdi (34)

 

 

 

 

 

mmdi (36)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mmdi (39)

 

 

 

 

 

mmdi (42)

 

 

 

 

mmdi (43)

 

 

 

 

mmdi (44)

 

 

Voir aussi l’album dédié.

 

Vocabulaire cycliste : connaissez-vous l’expression « être en chasse-patate », en voici une illustration originale …

WhatsApp Image 2019-09-27 at 18